Histoire du Canada (Garneau)/Tome I/Appendice

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Imprimerie N. Aubin (Ip. 539-547).

APPENDICE.



(A)


Page 53. Extrait de l’ouvrage qui a pour titre : Us et Coutumes de la mer. Quand le grand banc de Terreneuve a-t-il été découvert par les Basques, les Bretons et les Normands ?

Article 44 des jugemens d’Oléron, no. 30 et suivans. L’auteur des Us et Coutumes de la mer, ouvrage estimé, rapporte « que les grands profits et la facilité que les habitans du Cap-Breton près Bayonne, et les Basques de Guyenne, ont trouvé à la pêcherie de la baleine, ont servi de leurre et d’amorce, à les rendre si hasardeux en ce point, que d’en faire la quête sur l’Océan par les longitudes et latitudes du monde. À cet effet ils ont ci-devant équipé des navires pour chercher le repaire ordinaire de ces monstres. De sorte que, suivant cette route, ils ont découvert, cent ans avant les navigations de Christophe Colomb, le grand et petit banc des morues, les terres de Terreneuve, de Cap-Breton et de Bacaleos, (qui est à dire morue en leur langue), le Canada, ou Nouvelle-France : et si les Castillans n’avaient pris à tâche de dérober la gloire aux Français, ils avoueraient, comme ont fait Christophe Witfliet et Antoine Magin, cosmographes Flamands, ensemble Frs. Antoine de S. Roman, religieux de S. Benoît, (Historia general de la India Liv. 1. Chap. lj. p. 8) que le pilote, lequel porta la première nouvelle à Christophe Colomb, et lui donna la connaissance et l’adresse de ce monde nouveau, fut un de nos Basques Terreneuviers ».



(B)


P. 274. Réponse du gouvernement de la Nouvelle-Angleterre à l’ultimatum du Canada au sujet d’un traité de paix et de commerce entre ces deux colonies (1650–1).

Copy of a letter from the Commissioners of the United Colonies to the Governor of Canada (M. d’Aillebout).

Most illustrious sir and much honoured Gentleman.

We have received your several letters, perused your commissions, presented by your honoured agents, and seriously considered what hath been by them either in writing or conference, propounded, concerning those injurious and hostile attempts made by the Mohawks (Agniers) upon some of your neighbouring Eastern Indians, of whom (as we are informed) some are converted to the christian faith, and others are willing to be taught and may in time prove disciples to our saving Lord and master, and as such we pity them, but see not how we can protect or afford the help desired, without exposing the small English plantations and our own neighbouring Indians (of which some also profess christianity) to danger; we give due credit to your deputies, and can conceive you may have just ground for a war, but we have yet no just cause of quarrel with the Mohawks, nor is it safe for us to engage in a controversy which we neither do nor have means satisfyingly to understand, the Mohawks neither being in subjection to nor in any confederation with us; we are free to hold a neighbourly correspondance with you, and would have settled a free commerce betwixt the English and French colonies, but your agents thought it either unseasonable till matters were composed betwixt the Mohawks and your Indians, or else propounded such restrictions as would have taken away all convenience and freedom from the trade. What hath hindred our present closing, the enclosed writing will shew, but if a fitter opportunity be offered we shall not be wanting to contribute to a more satisfying issue. In the mean time we rest, &c.

New Haven, September 6. 51 (1651).

Voici la substance de la réponse que les commissaires anglais firent aux propositions des envoyés du Canada. Elle est tirée de Hutchinson. Je l’ai vérifiée sur la réponse qui se trouve en entier dans la Collection des papiers relatifs à l’histoire du Massachusetts p. 240, et suivantes.

The commissioners having duly weighed the proposals, returned (in 1651) an answer, in substance as follows, viz:—

“ That they were willing to admit that the French and

Eastern Indians might have just grounds to their own satisfaction, for war against the Mohawks. That they looked upon all such Indians, as received the Yoke of Christ, with another eye than upon others who worship the Devil. That they desired, by all just means, to keep peace, if it may be, with all men, even with these barbarians. That the Mohawks living at a distance from the sea, have little intercourse with these parts, but in the war the English had with the Pequods, 14 or 16 years before, the Mohawks shewed a real respect and had offered no hostilities since. That the English engaged in no war before they had full and satisfying evidence that it was just, nor before peace, upon just terms, had been offered and refused. That the Mohawks, not being subject to them, nor in league with them, they could not require an account of their proceedings, and had no means of information what they had to say for themselves. That to make war with the Mohawks, would expose the Indians, who were neighbours to the English, some of whom professed christianity, etc. That although they were ready to perform all neighbourly offices of righteousness and peace to the French colony, yet they could neither permit volunteers to be taken up, nor the French and Eastern Indians to pass thro’ the English jurisdiction to invade the Mohawks, lest they should expose, not the Indians only, but the smaller English plantations to danger. That the English were much dissatisfied with that mischievous trade the French and Dutch have had and still continue, by selling guns, powder and shot to all the Indians, which rendered them insolent, etc. That if all other difficulties were removed, yet they had no such short and convenient passage, either by land or water, as might be had by Hudson’s river, to and beyond Aurania fort possessed by the Dutch. That the commissioners conceived the French deputies might proceed to settle a trade; but if they thought proper to limit it under such restrictions, a fitter season for these treaties must be attended, which the commissioners would readily improve whensoever it presented”.



(C)


P. 381. Lettre écrite à M. de Tracy par M. de Mésy avant de mourir.

« À Québec ce 26 avril 1664.
Monseigneur,

J’aurais eu une consolation très grande si votre arrivée en ce pays avait précédé ma mort, d’autant qu’elle m’aurait fourni avec joie les moyens de rendre toute l’obéissance que je dois à l’autorité de votre charge et au mérite particulier d’une personne que j’honore infiniment comme vous. La connaissance que j’avais que ma vie ne serait pas longue, par les accidens qui sont arrivés à ma maladie, me faisait souhaiter votre retour avec empressement, pour vous entretenir avant de mourir des affaires principales de ce pays du Canada, dont j’ai fait connaître au roi les plus grandes particularités tant pour ce qui touche la gloire de Dieu, les intérêts de sa Majesté, que ceux du public ; mais Dieu ayant disposé de mes jours pour m’appeler à lui, m’a fait prier M. de Tilly, conseiller du roi, de vous donner les lumières et les écrits de ce que j’ai fait savoir au roi l’année dernière, et de ce qui s’est passé ensuite entre M. l’évêque de Pétrée, les PP. Jésuites et moi. Votre arrivée assurément en ce pays m’a donné beaucoup de joie avant ma mort, puisque vous éclaircirez bien mieux que moi les choses que j’aurais pu faire savoir au roi touchant leur conduite dans les affaires temporelles. Je ne sais néanmoins si je ne me serais point trompé en me laissant un peu trop légèrement persuader au rapport qu’on m’en avait fait. Je remets toutefois à votre prudence et aux bons examens que vous en ferez le règlement de cette affaire…… Pourquoi Monseigneur, si vous trouvez dans mon procédé quelque manque dans le général, je vous conjure de le faire connaître à sa Majesté afin que ma conscience n’en puisse être chargée avec le particulier. Mon intention selon mon avis n’ayant jamais été que de servir fidèlement le roi et maintenir l’autorité de la charge dont il m’a fait l’honneur de m’honorer en ce pays ». Le reste de la lettre a rapport à son testament.



(D)


P. 404. L’état suivant est tiré des papiers déposés au bureau de la secrétairerie d’État à Albany, par M. Brodhead, qui avait été envoyé en Europe pour y recueillir des documens historiques concernant l’Amérique, et en particulier la Nouvelle-York. Ce monsieur, très versé dans l’histoire de son pays, a rapporté une collection précieuse. Le gouvernement français s’est empressé de lui ouvrir l’accès des archives publiques ; et celles du ministère de la marine et des colonies à Paris ont surtout enrichi sa collection. La pièce que je donne ici, et qui a déjà été publiée, ne fait que confirmer les recherches que j’avais faites moi-même dans les archives à Québec sur l’objet auquel elle a rapport ; mais je l’insère ici comme un résumé statistique officiel.

État abrégé du contenu au rôle des familles de la Nouvelle-France, 1667.
  
Familles 
 749
Total des personnes qui les composent 
 4,312
Hommes capables de porter les armes 
 1,566
Garçons en état d’être mariés 
 84
Filles qui passent 14 ans 
 55
Dénombrement des terres en culture et des bestiaux.
Terres en culture, arpens 
 11,171
Bêtes à cornes 
 2,136

1668.
  
Familles 
 1,139
Total des personnes qui les composent 
 5,870
Hommes capables de porter les armes 
 2,000
Arpens de terres découvertes 
 15,642
Bêtes à cornes 
 4,300
Minots de grains reçus 
 130,978

⁂ Les 412 soldats qui se sont habitués cette année au dit pays, non plus que les 300 des 4 compagnies restées au Canada, ne sont pas compris dans le présent rôle.

A true extract from the Paris documents in the office of the Secretary of State of the State of New-York.
E. B. O’Callaghan.



Document inédit.


Le mémoire suivant qui termine cet appendice, est celui dont nous avons parlé dans le discours préliminaire à la p. 27. Ce document, découvert en 1843, et ne portant ni date, ni signature, a dû être présenté au chef de l’exécutif entre 1763 et 1775. Il révèle une rare sagacité dans l’auteur, et une connaissance des vues et de la situation des colonies anglaises d’alors qui ferait croire que celui qui l’a conçu n’était pas étranger aux projets des meneurs du peuple américain. Au reste, il résume parfaitement les désirs et la politique des Canadiens.

Mémoire.

Quelques idées sur la question suivante :

Si l’Angleterre pouvait d’un seul mot rendre protestans le Canada et tous les pays cédés, serait-il de son intérêt de le faire ?

Je supposerai que les administrateurs d’un État doivent porter leur vue jusque dans l’avenir le plus reculé, travailler à prévenir les maux éloignés, comme les plus prochains, et ménager des ressources que la postérité serait en droit de leur reprocher d’avoir eues dans leurs mains et de n’avoir pas conservées.

Il est dans la progression naturelle des choses, que la Nouvelle-Angleterre devienne d’abord un État indépendant, et ensuite un des puissans empires qui aient jamais existé ; il aura même sur tous les autres, l’avantage d’être nécessité à se former sur un plan qui ne lui laissera rien à espérer, ni par conséquent à craindre, de la superstition ; on sait par quels maîtres il aura été instruit, et il ira plus loin que ses maîtres en brisant les entraves qu’ils se sont donnés[1].


Il est tout aussi vrai que la Nouvelle-Angleterre, abandonnée aujourd’hui à elle-même, a déjà fait tous les progrès nécessaires pour arriver seule au but ; dénuée des secours étrangers qu’on se gardera cependant bien de lui refuser, elle n’y parviendrait qu’un peu plus tard, et le refus des nouvelles complaisances qu’elle croira toujours être en droit d’exiger, ne l’obligerait qu’un peu plus tôt à tourner toutes ses vues vers le projet d’indépendance qui sera son premier pas ; si elle se trompe sur le moment propre à l’exécution, on se trouvera toujours trop heureux de lui pardonner ses écarts et de la ramener par la promesse de tout ce qu’elle aura demandé ; il faudra même que le commerce de Londres songe à lui chercher des débouchés pour les marchandises de son cru ; et lorsque la voie en sera ouverte et connue ; elle ne goûtera certainement pas un système qui l’astreindra à entreposer à Londres, ce qu’elle pourra elle-même porter ailleurs ; il lui paraîtra injuste qu’on la prive de ce bénéfice, et qu’on l’asservisse ainsi à des augmentations de frais, qui seront pour elle une diminution de profits.

Dans cette position elle verra bientôt que l’Amérique a moins besoin de l’Europe, que l’Europe n’a besoin de l’Amérique : quelle doit être alors sa première démarche ? de se tranquilliser du seul côté d’où elle peut craindre une opposition vigoureuse et continuelle ; elle invitera donc le Canada à secouer le joug, et à figurer lui-même dans la confédération ; si le système de cette confédération est non seulement de permettre l’exercice de toutes les religions, mais encore de les admettre indifféremment dans l’administration du gouvernement, n’est-il pas bien probable que les catholiques romains d’Angleterre, d’Irlande et d’Écosse, les protestans de France, les juifs enfin de toute l’Europe, courront en foule dans un pays où ils seront invités à venir rentrer dans tous les droits de l’homme et du citoyen ?

Mais on me demandera quelle est donc la raison qui empêche tous les protestans de France de venir en Angleterre, et tous les catholiques romains d’Angleterre de se retirer en France ; je répondrai que c’est une raison que le fanatisme seul (et il n’y en a plus) peut surmonter, savoir, la différence de ces misérables coutumes qui ne sont rien et qui sont tout, et bien plus encore la différence de langage et tous les inconvéniens qui en résultent : sans cet obstacle, il ne resterait pas un protestant en France et pas un catholique romain en Angleterre. Tout obstacle sera levé lorsque les juifs et les protestans de France auront la perspective d’être citoyens dans le Canada devenu indépendant, et que les juifs et les catholiques romains d’Angleterre, pourront participer à tout dans les colonies anglaises de l’Amérique. Lorsque les presbytériens furent tourmentés en Angleterre, ils ne se retirèrent pas à Genève, dont ils ignoraient la langue, ils allèrent peupler le Maryland et les autres provinces de ce continent, et crurent ne pas changer de pays, étant fiers de trouver dans celui où ils se retiraient, leurs mœurs, leur langage et de plus la liberté.

Les catholiques romains d’Angleterre savent qu’ils seraient bien reçus en France, et qu’ils pourraient y prétendre à tout, ils restent en Angleterre où ils ne peuvent prétendre à rien ; les protestans de France savent qu’ils seraient bien reçus en Angleterre et qu’ils y seraient citoyens, ils restent en France, où ils n’ont point d’état ; mais qu’on désigne en France, qu’on désigne en Angleterre, une province où il n’y ait que le génie, l’industrie et les richesses, qui mettent une différence entre les hommes, croit-on que la province libre dans chaque royaume tarderait longtemps à être la plus riche et la plus peuplée. Ainsi dans le cas proposé l’Amérique s’enrichira, se peuplera aux dépens de l’Europe.

Or s’il ne subsiste pas entre le Canada et la Grande-Bretagne d’anciens motifs de liaison et d’intérêt, étrangers à ceux que la Nouvelle-Angleterre pourrait, dans le cas de la séparation, proposer au Canada ; la Grande-Bretagne ne pourra non plus compter sur le Canada que sur la Nouvelle-Angleterre. Serait-ce un paradoxe d’ajouter, que cette réunion de tout le continent de l’Amérique formé sur un principe de franchise absolue, préparera et amènera enfin le temps où il ne restera à l’Europe de colonies en Amérique, que celles que l’Amérique voudra bien lui laisser ; car une expédition préparée dans la Nouvelle-Angleterre sera exécutée contre les Indes de l’Ouest, avant même qu’on ait à Londres la première nouvelle du projet.

S’il est un moyen d’empêcher, ou du moins d’éloigner cette révolution, ce ne peut-être que de favoriser tout ce qui peut entretenir une diversité d’opinions, de langage, de mœurs et d’intérêt entre le Canada et la Nouvelle-Angleterre, d’entretenir les Canadiens dans leurs anciennes idées de distinctions d’état, de rang de naissance, d’y laisser subsister la langue française, d’y établir un système qui ne leur permette pas de croire qu’il y eût pour eux le moindre avantage à se faire protestans ; d’y attirer enfin de nouveaux colons catholiques romains par tous les moyens si bien connus d’un sage gouvernement, et surtout par la liberté la plus parfaite sur l’article de la religion, et l’on sent parfaitement que ce ne serait pas avoir la liberté d’être catholique romain, que de ne pouvoir l’être sans perdre tout ce qui peut attacher les hommes à la patrie.

Il serait donc, ce me semble, de l’intérêt de l’Angleterre de ne pas abolir la religion romaine dans le Canada, quand même elle le pourrait ; mais il s’en faut de beaucoup que ce projet d’abolition soit facile à exécuter.

Qui sont ceux qui forment les 100,000 âmes du Canada ? Ce n’est pas assurément quelques gens riches qu’on pourrait espérer de faire turcs, si leur intérêt l’exigeait, parce qu’à la longue, l’on fait toujours tout ce qu’on veut des gens riches : les 100,000 âmes du Canada sont formées par le peuple qui n’entend jamais de plaisanterie sur l’article de sa religion, et qui ne pouvant avoir aucun intérêt à changer, sera ferme en sa croyance, en proportion de ce qu’il s’imaginera entrevoir de desseins de la détruire.

Le bas peuple d’Irlande n’a point changé ; ce n’est pas cependant manque de lois faites dans cette vue ; le peuple du Canada ne changera pas plus aisément, et qui doute que dans le moment que la Nouvelle-Angleterre voudrait se séparer de la vieille, son plus victorieux argument pour déterminer le Canada à secouer aussi le joug, ne fût la plus grande liberté de la religion romaine annoncée au peuple, et le droit d’avoir autant d’évêques, d’archevêques, de cardinaux, etc., qu’il voudrait. L’Angleterre serait-elle reçue à faire alors la même offre ?

Il faudrait donc ce me semble accorder aux Canadiens la jouissance de tous les privilèges de citoyens, et favoriser leur religion, bien loin de travailler à la détruire, même parmi les gens riches, par le moyen sourd mais infaillible des exclusions.

Il est par la même raison de l’intérêt de la Grande-Bretagne de conserver dans les Indes de l’Ouest le plus grand nombre de colonies catholiques romaines, et de les engager à se regarder comme réunies d’intérêt et dans le même point de vue avec les Canadiens, dont l’évêque devrait être à l’avenir celui des colonies anglaises catholiques romaines.

Je m’expliquerai en moins de mots sur le problème suivant :

Si quelque puissance étrangère est jalouse de la fortune de l’Angleterre, peut-elle désirer que les nouveaux sujets soient confirmés dans les priviléges de moyens qu’ils réclament ?

Réponse, non.

  1. Le serment du Test.