Histoire posthume de Voltaire/Pièce 3

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Garnier
éd. Louis Moland


III.
RAPPORT
DE L’OUVERTURE ET EMBAUMEMENT DU CORPS DE M. DE VOLTAIRE
Fait le trente-un mai 1778
EN L’HÔTEL DE M. LE MARQUIS DE VILLETTE.

Le crâne ouvert, nous n’avons rien observé d’extraordinaire, le cerveau et le cervelet très sains, les viscères de la poitrine en très bon état ; ceux du bas-ventre n’offroient rien de particulier, exceptés la vessie et le rein droit, celuy-cy taché de marques gangreneuses par sa partie inférieure et postérieure ; la vessie étoit décomposée, elle avoit acquis l’épaisseur de plus d’un pouce à la partie supérieure et postérieure ; cette substance étoit musqueuse et semblable à du lard, sa membrane nerveuse étoit tout à fait disséquée par le pus qu’elle contenoit. Il s’y étoit formé des espèces de tubercules qui étoient en supuration, laquelle s’étoit fait jour à l’extérieur et transudoit dans le bas-ventre, se répandoit sur les intestins, qui avoisinoient la vessie, en matière de gelée. La glande prostate étoit très volumineuse et entièrement squireuse. Tout le reste des viscères dans l’état naturel.

À Paris, ce 31 may 1778.

Dr Pipcelet,
membre de l’Académie de chirurgie.

Pièce 2

Pièce 3

Pièce 4