Histoire socialiste/Le règne de Louis-Philippe/P1-01

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

1. LA RÉVOLUTION BOURGEOISE.



CHAPITRE PREMIER


LA RÉVOLUTION CONFISQUÉE


Les menées orléanistes et l’inertie de Lafayette. — Le manifeste et l’intervention des saint-simoniens. — Les deux centres de la Révolution : l’Hôtel de Ville vaincu par l’Hôtel Laffitte. — Les 221 offrent le pouvoir au duc d’Orléans. — Louis-Philippe, à l’Hôtel de Ville, joue la comédie républicaine. Le « fidelle sujet » de Charles X lance le peuple sur Rambouillet. — Tout est perdu, fors l’étiquette.


La bataille est terminée. Les Suisses et la garde royale se sont enfuis par les Champs-Élysées. A qui sera la victoire ? Ou plutôt qui en disposera ? Le peuple, qui vient de verser son sang à flots pendant ces trois terribles journées ? Non, cette fois encore son heure n’est pas venue. Le moment d’agir est venu pour le petit groupe d’hommes d’État qui ont observé de loin la bataille, après l’avoir allumée, volontairement ou non ; à présent que nul retour offensif du roi Charles X et de ses troupes n’est plus à craindre, les voici accrus en nombre et en audace, assez forts désormais pour s’interposer entre le peuple et sa victoire et faire que ce peuple encore armé ne se laisse pas entraîner à garder sa souveraineté reconquise. Il fallait qu’il se souvînt de la Révolution pour renverser un trône, mais non jusqu’à proclamer la République.

Deux hommes, entre autres, ont entrepris de limiter la Révolution : Laffitte et Thiers. Ils devanceront les rares partisans de la République et, d’une main aussi preste qu’habile, ils noueront l’intrigue qui doit placer le duc d’Orléans sur le trône. Le 30 juillet donc, les révolutionnaires victorieux peuvent, dès le matin, lire sur tous les murs une proclamation où Charles X est proclamé déchu et la République déclarée impossible, car « elle nous brouillerait avec l’Europe ». L’affiche continue en énumérant les mérites du duc d’Orléans qui « était à Jemmapes », qui « ne s’est jamais battu contre nous » et qui sera « un roi-citoyen ».

Thiers a rédigé cette affiche avec la collaboration de Mignet. Il annonce au peuple l’acceptation du duc d’Orléans « sans avoir consulté le prince qu’il n’a jamais vu », avoue M. Thureau-Dangin dans son Histoire de la Monarchie de Juillet. L’historien orléaniste n’insiste d’ailleurs pas autrement sur cette « audacieuse initiative », dont le succès effacera les périls et recouvrira l’immoralité. Il s’agit à présent de décider le duc, et sans retard. L’Hôtel de Ville est plein de républicains qui entourent Lafayette et le pressent de proclamer la République. Le peuple est tout prêt à se donner aux premiers qui se déclareront.

La Tribune, dont le directeur, Auguste Fabre, est républicain, pousse tant qu’elle peut à la solution républicaine. Dans son numéro du 29 juillet, elle dit bien qu’ « on entend encore dans Paris le cri de vive la Charte », mais elle ajoute aussitôt que « les braves citoyens qui poussent ce cri n’y attachent pas une signification bien nette, puisqu’il est suivi sur leurs lèvres du cri : Plus de roi ! Vive la liberté !… » Et suggérant la chose sans se risquer à lâcher le mot, la Tribune ranime les vieux souvenirs en ressuscitant le vocabulaire de la Révolution. « C’est, dit-elle, le cri de vive la liberté ! vive la nation ! qui doit se trouver dans toutes les bouches, comme sur toutes les poitrines les couleurs du 14 juillet, de Fleurus, d’Arcole et d’Héliopolis. »

La révolution avait deux centres : l’hôtel Laffitte et l’Hôtel de Ville. Les républicains avaient conduit le peuple au combat, et le peuple était encore sous les armes. Ils occupaient l’Hôtel de Ville, mais l’indécision de Lafayette y régnait, nulle résolution n’était possible qui n’eût pas eu l’assentiment du populaire héros des deux mondes.

En outre des communistes, héritiers de la tradition de Babeuf, membres des sociétés secrètes, et qui se trouvaient naturellement au premier rang des combattants, il y avait une école socialiste, celle des disciples de Saint-Simon. Quelle fut l’attitude de ceux-ci pendant les trois journées et, ensuite, dans le moment de trouble et d’incertitude où chaque parti tentait de dégager la solution de son choix ? Écoutons-les parler eux-mêmes. Écoutons Laurent (de l’Ardèche) dans la notice sur Enfantin qu’il a placée en tête des œuvres de Saint-Simon :

« Les apôtres du progrès pacifique avaient une rude épreuve à traverser, dit-il. L’ancien régime engageait un combat à mort avec la Révolution. Les disciples de Saint-Simon ne devaient pas se laisser entraîner dans cette lutte sanglante, bien qu’ils eussent la conviction d’être les adversaires les plus résolus et les plus redoutables du passé féodal et clérical qui s’était fait provocateur. Ils n’oublièrent pas, en effet, que leur mission n’était pas de détruire, mais d’édifier. Bazard, l’ancien membre de la vente suprême du carbonarisme, s’entendit à merveille avec Enfantin, l’ancien combattant de Vincennes, pour inviter les saint-simoniens à se tenir à l’écart de cette querelle fratricide. »

Dans la circulaire, adressée le 28 juillet « aux Saint-Simoniens éloignés de Paris », les chefs de la doctrine s’écrient : « Enfants, écoutez vos pères, ils ont su ce que devait être le courage d’un libéral, ils savent aussi quel est celui d’un saint-simonien. » Saint-Simon fut-il lâche pour avoir traversé « la crise terrible de la Révolution française avec ce calme divin qui eût été lâcheté, crime, pour tout autre que lui ? » Non. Les saint-simoniens, en présence des événements qui se déroulent, doivent être calmes, mais non pas inactifs. La période de la propagande n’a pas encore fait place à celle de l’organisation.

Pourtant, des saint-simoniens désobéirent. Si incomplète que fût la révolution qui s’opérait, ils estimaient qu’elle les rapprochait davantage de leur idéal que le règne de la Congrégation, Hippolyte Carnot, Jean Reynaud, Talabot, notamment, firent le coup de feu sur les barricades. Quant à ce dernier, il ne dut point, d’ailleurs, faire grand mal aux soldats de Charles X, car, nous apprend Laurent, il avait chargé son fusil la cartouche renversée, « de telle sorte qu’il ne put pas même la décharger en l’air en revenant ».

Dominés par le caractère religieux qu’Enfantin avait donné à leur doctrine, les saint-simoniens avaient bien renoncé à se battre, mais non à agir dans le sens de la révolution. Dans la soirée même du 29 juillet, le dernier coup de fusil à peine tiré, des réunions populaires se forment, notamment au restaurant Lointier, rue de Richelieu. Dans la réunion Lointier, Carnot et Laurent se joignent à leurs anciens amis les républicains, entre autres Buchez et Rouen, et protestent vivement contre la propagande qu’y font les amis du duc d’Orléans.

Puis avec Charles Teste et Félix Lepelletier Saint-Fargeau et deux saint-simoniens revêtus de leur uniforme de l’École polytechnique, ils s’en vont joindre sur la place de la Bourse un corps de volontaires de la Charte, composé d’environ quinze cents hommes et commandé par un polytechnicien, afin de les décider à se prononcer contre les menées des orléanistes. Ils rédigèrent à la hâte, sur le comptoir du magasin de librairie de Ch. Teste, une très brève proclamation qui commençait et finissait par ces mots : Plus de bourbons ! Lue aux volontaires, cette proclamation fut acclamée. Le bruit en vint à la réunion Lointier qui décida de stipuler, dans l’adresse envoyée à Lafayette et aux hommes de l’Hôtel de Ville, que toute candidature bourbonienne serait écartée.

Mais cela, de même que la démarche de Bazard auprès de Lafayette dont nous aurons à parler tout à l’heure, c’est de l’action officieuse. Les saint-simoniens se doivent de commenter l’événement qui a donné la victoire au peuple. Dès le 30 juillet, Bazard et Enfantin, dans une proclamation aux Français affichée sur les murs de Paris, glorifient l’insurrection victorieuse. Cela est pénible de les entendre crier aux Parisiens : « Gloire à vous ! » lorsqu’on sait que l’avant-veille ils ont blâmé ceux des disciples qui voulaient aller faire le coup de fusil aux côtés du peuple.

Le lecteur ne s’est pas mépris : Bazard et Enfantin n’étaient pas des lâches. Mais, comme tous les sectaires, qui veulent enfermer le monde et son mouvement dans la conception particulière qui les domine eux-mêmes, ils refusent de participer à une révolution qui n’est pas la leur, de combattre avec des hommes qui cherchent encore ce que, disciples de Saint-Simon, ils prétendent avoir trouvé. Pour que cette faute de nos aînés ait sa pleine utilité historique, pour que la leçon qu’elle contient ne soit pas perdue pour nous, pour que nul acte dans le sens du progrès général de l’humanité ne nous laisse indifférents désormais, pour que nulle marche en avant ne nous surprenne et ne nous oblige à l’humiliation de l’approuver sans y avoir pris part, écoutons les saint-simoniens au lendemain d’un combat où ils ne parurent pas et d’où ils éloignèrent ceux qui les suivaient :

« Français ! s’écrient-ils, enfants privilégiés de l’humanité, vous marchez glorieusement à sa tête !

« Ils ont voulu vous imposer le joug du passé, à vous qui l’aviez déjà une fois si noblement brisé ; et vous venez de le briser encore, gloire à vous !

« Gloire à vous qui, les premiers, avez dit aux prêtres chrétiens, aux chefs de la féodalité, qu’ils n’étaient plus faits pour guider vos pas. Vous étiez plus forts que vos nobles et toute cette troupe d’oisifs qui vivaient de vos sueurs, parce que vous travailliez ; vous étiez plus moraux et plus instruits que vos prêtres, car ils ignoraient vos travaux et les méprisaient ; montrez-leur que si vous les avez repoussés, c’est parce que vous savez, vous ne voulez obéir qu’à celui qui vous aime, qui vous éclaire et qui vous aide, et non à ceux qui vous exploitent et se nourrissent de vos larmes ; dites-leur qu’au milieu de vous il n’y a plus de rangs, d’honneurs et de richesses pour l’oisiveté, mais seulement pour le travail ; ils comprendront alors votre révolte contre eux ; car ils vous verront chérir, vénérer, élever les hommes qui se dévouent pour votre progrès. »

Ces paroles ne furent pas comprises, le peuple ne les accueillit que par l’indifférence la plus complète. Il n’avait pas vu au rude combat des trois jours ces hommes qui se proposaient pour organiser sa victoire. Aux rédacteurs de l’affiche qui lui disaient : « Nous avons partagé vos craintes, vos espérances », il eût pu répondre, s’il ne les avait profondément ignorés : « Mais vous n’avez partagé ni nos travaux, ni nos périls.

Car la vérité, les saint-simoniens l’avaient exprimée à leur mesure dans la circulaire du 28 juillet lorsque, parlant de ceux qui se battaient, ils avaient dit : « Ce sont des hommes qui cherchent avec ardeur ce que nous avons trouvé. » Le peuple et le parti libéral cherchaient en effet à achever la Révolution française, à en finir avec les vestiges de féodalité conservés et restaurés par Napoléon, puis par les Bourbons. Guidés par l’enseignement de Saint-Simon, Bazard et Enfantin affirmaient avoir trouvé la formule du monde nouveau : suppression de l’hérédité dans l’ordre économique comme la Révolution l’avait opérée dans l’ordre politique ; substitution du régime industriel au régime féodal et militaire ; prédominance de l’industrie sur la propriété foncière ; organisation d’une hiérarchie économique et sociale fondée uniquement sur la capacité et sanctionnée par l’amour. Voilà l’ordre nouveau que les saint-simoniens apportaient. Leur voix se perdit dans le tumulte des compétitions républicaines et orléanistes, et leur action fut moins remarquable encore que celle de certains libéraux qui intriguaient pour créer un courant en faveur du duc de Reichstadt.

La propagande faite en faveur du duc d’Orléans exaspéra les républicains réunis à l’Hôtel de Ville : « S’il en est ainsi, s’écriaient-ils, la bataille est à recommencer, et nous allons refondre des balles. » À vrai dire, il s’était formé autour de Lafayette, à l’Hôtel de Ville, un bureau de renseignements plutôt qu’un centre d’action, qu’un gouvernement. C’est que Lafayette, qui d’ailleurs toute sa vie reçut l’impulsion et jamais ne la donna, était à l’âge où l’initiative hardie est le plus rare. Béranger, aussi populaire que lui, croyait encore moins que lui à la possibilité de la République. Il n’y croyait même pas du tout.


S. A. R. le duc d’Orléans distribuant sa proclamation du 31 juillet 1830 au peuple rassemblé sous les fenêtres de son palais
(D’après un document de la Bibliothèque Nationale.)


Béranger était le poète de la bourgeoisie libérale. Sa pensée, comme son art, était juste-milieu. Il avait trop chanté la gloire de Napoléon Ier pour n’avoir pas un faible pour le jeune Napoléon II ; il avait trop chanté la liberté, chansonné les nobles et les prêtres, pour n’avoir pas un faible pour la République. Mais Napoléon II était prisonnier de son grand-père, ou plutôt de Metternich, à Schœnbrunn, et la bourgeoisie n’était pas républicaine. Béranger avait été aperçu dans un groupe d’orléanistes à la salle Lointier ; il s’était retiré dès que la majorité de la réunion avait manifesté sa préférence pour la République, et s’était rendu en hâte auprès de Lafayette, pour joindre ses efforts à ceux de Rémusat et d’Odilon Barrot en faveur du duc d’Orléans. Il fut certainement de ceux qui empêchèrent Lafayette de signer l’ordre de maintenir l’arrestation du duc de Chartres (fils aîné du duc d’Orléans) opérée par la municipalité de Montrouge au moment où le jeune prince tentait d’entrer dans Paris. Cet ordre avait été rédigé par Pierre Leroux, qui était le seul républicain du journal le Globe, où Cousin, Guizot, Rémusat avaient la haute main. Celui-ci avait achevé de paralyser Lafayette en lui disant : « Prenez-vous la responsabilité de la République ? »

Tandis que les républicains se débattaient à l’Hôtel de Ville contre l’inertie flottante de celui qui était pour eux un drapeau, non un chef ; tandis que les députés libéraux réunis chez Jacques Laffitte amusaient l’Hôtel de Ville et l’amadouaient, car il était hérissé de fusils encore fumants, — Thiers se rendait en hâte au château de Neuilly afin d’obtenir l’adhésion formelle du duc d’Orléans à tout ce qui se faisait en son nom dans Paris.

Il y trouva deux femmes : Madame Adélaïde, sœur du prince, et Marie-Amélie, duchesse d’Orléans. Quant au duc, il se cachait dans son château du Raincy, attendant les événements, sans doute aussi parce que Neuilly était trop proche de Saint-Cloud, où s’étaient retirées les troupes royales après le combat. Laffitte l’avait, en effet, invité à se mettre hors de portée des entreprises que la cour pouvait tenter sur lui.

Marie-Amélie accueillit fort mal le négociateur, ou plutôt les négociateurs, car Thiers s’était fait accompagner du peintre Ary Scheffer, ami de la famille d’Orléans. Elle accabla Scheffer de reproches pour avoir osé penser que le duc d’Orléans accepterait la couronne des mains de ceux qui l’enlevaient à son infortuné parent. Les deux ambassadeurs étaient assez embarrassés de leur personnage, lorsque parut madame Adélaïde qui leur fit un bref discours qu’on peut encore abréger, et fixer dans ce seul mot : « Réussissez ». Et elle envoya immédiatement un exprès au Raincy pour avertir son frère que la réunion des députés allait lui offrir le pouvoir.

Les 221 s’étaient réunis au Palais-Bourbon, dans la salle des séances, sous la présidence de Laffitte. De leur côté, les pairs s’étaient également rassemblés au Luxembourg. La Chambre (on peut lui donner ce nom, bien qu’elle eût déclaré n’être pas en séance) refusa de se prononcer sur la communication que lui fit M. de Sussy, de la part de Charles X, concernant la révocation des ordonnances et la désignation du duc de Mortemart, un libéral haï de la cour, comme président du conseil. Puis, sur la proposition du général Sébastiani, qui, nous apprend Louis Blanc, protestait le matin même que la France n’avait point d’autre drapeau que le drapeau blanc, elle offrit la lieutenance-générale du royaume au duc d’Orléans et vota le rétablissement de la cocarde tricolore. La réunion des pairs, qui venaient d’acclamer les héroïques résolutions de fidélité royaliste proposées par Chateaubriand, vota sans trop de résistance la proposition Sébastiani.

Le duc d’Orléans, averti du vote des députés et des pairs, et aussi de l’attitude des républicains de l’Hôtel de Ville, était rentré à pied, dans la nuit, au Palais-Royal, tandis que les délégués de la Chambre allaient à sa recherche. C’est là que le duc de Mortemart, envoyé par Charles X, le rejoignit. Remarquons ceci : la première personne que voit Louis-Philippe, ce n’est ni un républicain de l’Hôtel de Ville ni même un de ses partisans de l’entourage de Laffitte, mais l’envoyé du roi. Si celui-ci reprend l’offensive et triomphe de la révolution, il ne pourra imputer à son parent des démarches et des actes qu’il n’a pas même autorisés d’un signe. Si la révolution est victorieuse, rien à risquer non plus, puisque ceux qui sont à la tête de cette révolution travaillent pour lui bien mieux que s’il venait les gêner de sa collaboration. Nous le verrons, trois jours plus tard, alors qu’il a accepté officiellement la fonction de lieutenant-général du royaume, et virtuellement la candidature au trône, prendre encore ses sûretés au cas d’un retour de Charles X.

D’après le duc de Valmy, qui l’a publiée dans un ouvrage ultra-royaliste, car ce petit-fils de Kellermann fut un dévot de légitimité, voici le texte de la lettre que Louis-Philippe remit non cachetée au duc de Mortemart pour Charles X, et que le duc emporta dans un pli de sa cravate :


M. de… dira à Votre Majesté comment l’on m’a amené ici, par force : j’ignore jusqu’à quel point ces gens-ci pourront user de violence à mon égard, mais s’il arrivait (mots rayés), si, dans cet affreux désordre, il arrivait qu’on m’imposât un titre auquel je n’ai jamais aspiré, que Votre Majesté soit convaincue (mot rayé), bien persuadée que je n’exercerais toute espèce de pouvoir que temporairement et dans le seul intérêt de notre maison. J’en prends ici l’engagement formel envers Votre Majesté. Ma famille partage mes sentiments à cet égard.

Fidelle sujet. »
« Palais-Royal, juillet 31, 1830. »


Cette lettre est-elle apocryphe ? Les raisons qui font croire à sa réalité sont aussi fortes que les raisons contraires. M. Thureau-Dangin, dont les sentiments orléanistes sont bien connus, s’est attaché avec soin, dans son Histoire de la Monarchie de Juillet, à justifier Louis-Philippe de toutes les imputations calomnieuses, ivraie de l’histoire, qui tentent d’enlaidir les belles figures et de rendre les autres plus repoussantes encore. Si, d’autre part, M. Thureau-Dangin a eu trop le respect de sa qualité d’historien pour embellir quand même les traits de son héros, il ne s’est pas fait faute de passer parfois sous silence des faits authentiques qui en montraient les tares secrètes. Or, il ne dit mot, ni du récit de Louis Blanc, qui mentionne le fait sans donner le texte de la lettre, ni de ce texte publié en 1850 par le duc de Valmy. Les raisons de croire cette lettre authentique sont donc très fortes, outre qu’elles sont absolument dans la logique du caractère permanent et des actes actuels du duc d’Orléans. Et pourtant, un doute subsiste : Comment Charles X, comment le parti royaliste n’ont-ils pas souffleté de cette lettre terrible le prince parjure, lorsqu’il enferma la duchesse de Berri dans la citadelle de Blaye et la déshonora devant le monde entier ? Charles X n’était pas méchant, certes ; mais il n’avait pas l’âme grande, et l’on était très vindicatif dans son entourage.

Faut-il croire que le duc de Mortemart ne remplit pas le message dont il avait été chargé ? Invraisemblance. Charles X a dû recevoir cette lettre, et elle n’a probablement pas été étrangère à la résolution qu’il a prise d’abdiquer, ainsi que le dauphin, en faveur du duc de Bordeaux (le comte de Chambord), car il peut croire à présent que le jeune prince aura un défenseur.

Dans la même nuit que le duc d’Orléans recevait au Palais-Royal la visite du duc de Mortemart, le général Lafayette recevait à l’Hôtel de Ville celle du saint-simonien Bazard. Là, le monarque d’hier et le monarque de demain tentent, l’un et l’autre, d’assurer le sort de leur famille, et celui-ci amuse et joue celui-là. Ici, la République voit surgir devant elle son fils légitime, le Socialisme, et feint de ne pas le reconnaître.

Mais non : accuser de feinte l’innocent Lafayette, c’est trop. Nul plus que lui n’aime le peuple, mais il n’est capable que d’amour platonique. Il est sincère lorsque, dans ses Mémoires, arrivant à cette date du 30 juillet, il écrit : « Le peuple de Paris s’est couvert de gloire, et quand je dis le peuple, c’est ce qu’on appelle les dernières classes de la société qui, cette fois-ci, ont été les premières ».

Bazard avait fort hésité avant de céder aux instances d’Enfantin, qui le pressait d’employer ses « anciennes relations toutes providentielles » avec Lafayette pour décider celui-ci à agir, car le désarroi était grand et, à ce moment-là, l’indécision générale. « Admis auprès de M. Lafayette, dit Louis Blanc, il lui exposa ses idées qui n’allaient pas à moins qu’à remuer la société dans ses fondements. « L’occasion est belle, disait Bazard à Lafayette, et voici que la fortune vous a livré la toute-puissance. Qui vous arrête ? Soyez le pouvoir, et que par vous la France soit régénérée. » M. de Lafayette écoutait avec un étonnement inexprimable cet homme plus jeune que lui, mais dont la supériorité intellectuelle le frappait de respect. »

Voici comment Enfantin raconte cette entrevue dont il n’attendait pas un résultat immédiat, mais dans laquelle il plaçait l’espérance qu’elle donnerait des prétentions actuelles du saint-simonisme une idée différente de celle que le public s’en faisait, et surtout que ses successeurs, ses fils comme il les appelait, « y puiseraient une inspiration politique dont ils avaient besoin ».

« Lafayette, dit Enfantin, le reçut très bien, et lui dit de suite qu’en effet la position était très difficile. Bazard lui parla au bout de quelques instants de la dictature comme seul moyen de mettre, au moins momentanément, un peu d’ordre dans ce gâchis ; mais l’immuable Américain était complètement sourd de cette oreille, et Bazard vit assez promptement,non seulement dans Lafayette lui-même, mais dans tout son entourage, l’impossibilité de rien faire qui eût le sens commun avec des hommes aussi étrangers à la conduite des masses, à la politique. Lafayette avait hâte d’en finir ; ses premiers mots à Bazard avaient même été : « Ma foi, si vous m’aidez à me tirer de là, vous me rendrez un grand service. »

Bazard parlait une langue que Lafayette ne pouvait entendre. Et puis, ajoute justement Louis Blanc, « il était trop tôt pour une rénovation sociale ». L’heure de l’organisation sociale fondée sur la transformation des rapports économiques n’avait pas encore sonné. L’heure était au gouvernement de la bourgeoisie, enfin maîtresse du pouvoir, sans partage avec le peuple comme en 93, sans partage avec la noblesse comme sous la Restauration. L’entretien de Bazard avec Lafayette fut, dit Louis Blanc, « la seule tentative vraiment philosophique née de l’ébranlement de juillet : elle dut échouer comme tout ce qui vient avant l’heure ».

Pendant toute la matinée du 31 juillet, le duc d’Orléans ayant accepté la lieutenance-générale du royaume, Lafayette fut travaillé dans le sens orléaniste par Rémusat, qui, coiffé d’un chapeau à plumes flottantes, s’était improvisé son aide-de-camp, et par Odilon Barrot. À ces détails, M. Thureau-Dangin ajoute que « de nombreux émissaires arrivaient du Palais-Royal » et que l’envoyé des États-Unis même assurait à Lafayette les préférences de la République américaine pour la solution orléaniste.

On ne sait qui conseilla au duc d’Orléans de mettre fin aux hésitations de Lafayette et de décourager du même coup les républicains, qui ne pouvaient rien sans lui. Toujours est-il que, dès que la délégation de la Chambre se fut rendue au Palais-Royal et eut obtenu du duc l’acceptation officielle du titre et des fonctions temporaires qu’elle lui confiait, la résolution fut prise d’aller à la conquête de l’Hôtel de Ville, à la délivrance de Lafayette.

Le cortège, au dire de M. Thureau-Dangin, ne payait pas de mine. « D’abord un tambour éclopé, battant aux champs sur une caisse à demi crevée ; les huissiers de la Chambre en surtout noir, « les mieux vêtus de la bande » (selon l’expression d’un témoin) ; puis le duc d’Orléans, sur un cheval blanc, en uniforme d’officier général, avec un immense ruban tricolore à son chapeau, accompagné d’un seul aide-de-camp ». Suivaient quatre-vingts députés environ « en habits de voyage ». L’accueil de la foule fut assez chaleureux au sortir du Palais-Royal. Il se refroidit à mesure qu’on entrait dans les quartiers populeux et qu’on s’approchait de l’Hôtel de Ville. On n’entend plus le cri de : Vive le duc d’Orléans ! mais celui de : Plus de Bourbons ! lancé la veille comme un cri de ralliement républicain par les saint-simoniens de l’École polytechnique.

Mais le prince est entré dans l’Hôtel de Ville. Et, soudain, le peuple aperçoit au balcon Lafayette et le duc d’Orléans se tenant embrassés dans les plis du drapeau tricolore. Ce jeu de scène retourna la foule, ébranlée déjà par l’hésitation des républicains, et la fixa. Les cris de : Vive le duc d’Orléans ! se mêlèrent aux cris de : Vive Lafayette !

Les choses n’avaient pas été toutes seules dans l’Hôtel de Ville. Le duc d’Orléans avait naturellement fait les avances aux républicains, pour désarmer leur hostilité. « Messieurs, leur avait-il dit en entrant, c’est un ancien garde national qui fait visite à son général. » Dans ses Mémoires, Lafayette conte le dialogue suivant, qui se serait engagé entre lui et le duc :

« Vous savez, lui dit Lafayette (car Lafayette parle avec révérence de lui-même, toujours à la troisième personne), vous savez que je suis républicain, et que je regarde la Constitution des États-Unis comme la plus parfaite qui ait existé.

— Je le pense comme vous, répondit le duc d’Orléans ; il est impossible d’avoir passé deux ans en Amérique, et de n’être pas de cet avis ; mais croyez-vous, dans la situation de la France, et d’après l’opinion générale, qu’il nous convienne de l’adopter ?

— Non, lui répondit Lafayette ; ce qu’il faut aujourd’hui au peuple français, c’est un trône populaire, entouré d’institutions républicaines, tout à fait républicaines.

— C’est bien ainsi que je l’entends », reprit le prince.

Surpris par le revirement de la foule, déconcertés par la capitulation, pourtant prévue, de Lafayette enchanté de se débarrasser de ses responsabilités tout en continuant de faire figure, les républicains voulurent au moins profiter du moment où s’organisait la monarchie pour avoir d’autres garanties que les répliques du prince aux effusions naïves de Lafayette. Celui-ci les conduisit donc au Palais-Royal, où le duc prodigua les assurances et les protestations. Ils revinrent convaincus surtout de l’impossibilité de décider le peuple à refaire une révolution pour arracher celle-ci aux mains qui l’avaient saisie.

Est-ce vraiment la faute de Lafayette, est-ce vraiment grâce aux intrigues des Thiers et des Laffitte, si la République ne l’a pas emporté au moment où tant d’esprits généreux s’employèrent à la faire surgir du chaos de ce lendemain de victoire populaire ? Qui était républicain à ce moment ? Une partie de l’élite, dans la jeunesse des écoles et dans le peuple ouvrier. La masse l’était si peu que, dans cette même journée du 31, elle se laissa entraîner, par des agents orléanistes, à envahir les bureaux du journal républicain la Tribune. La garde nationale eut toutes les peines du monde à éloigner ces vainqueurs de juillet qui voulaient fusiller tous les républicains, au moment même où le roi du lendemain se proclamait lui-même républicain et recevait l’accolade du vieux républicain Lafayette.

Victor Hugo exprimait exactement la pensée de la bourgeoisie libérale lorsqu’il disait : « Après juillet 1830, il nous faut la chose république et le mot monarchie. » De son côté, l’abbé Grégoire, qui achevait sa vie dans une modeste retraite, s’écriait avec une ferveur de constituant désireux de ramener la Révolution à son point de départ : « Il serait donc vrai, mon Dieu ! nous aurions tout ensemble la République et un roi ! » Cette pensée se précise ainsi dans un article que le Globe publie sous l’impression de la journée du 31, et où l’adhésion à la royauté en formation est entourée de réserves :

« Le duc d’Orléans est-il roi ? Non. Il ne le sera que par nous, par notre volonté, et aux conditions que nous lui imposerons. Il recevra tout du peuple ; il lui devra sa couronne et sa reconnaissance… Nous le consacrerons en recevant ses serments ; s’il les violait, il disparaîtrait aussitôt. » L’auteur de l’article ajoute avec une naïveté qui est comique, à présent que l’on connaît les événements, et de quelle manière Louis-Philippe tint les promesses du duc d’Orléans et trompa des gens qui, d’ailleurs, ne demandaient presque tous qu’à être trompés : « Voilà comment nous comprenons nos devoirs. Qui de vous, héroïques Français, se vouerait aujourd’hui à la cause et au nom d’un homme ? »

Le peuple était maté. Tranquille de ce côté, le duc d’Orléans avisa à se débarrasser du roi déchu. Charles X s’était replié de Saint-Cloud sur Rambouillet, mais il n’en était pas moins à la tête d’une armée de douze mille hommes. De là, il avait offert, le 1er août, la lieutenance générale au duc, qui l’avait refusée, l’ayant déjà acceptée de la Chambre. Revenant à la charge le lendemain, il lui notifiait son abdication et celle du duc d’Angoulême, et le chargeait de proclamer le petit duc de Bordeaux sous le nom d’Henri V. Le duc d’Orléans fit enregistrer en hâte les deux abdications et s’abstint naturellement de souffler mot de la proclamation. Ou plutôt il y répondit en envoyant à Rambouillet une mission chargée de décider Charles X à quitter la France et, dit le Moniteur, de « veiller à sa sûreté jusqu’à la frontière ».

L’un des commissaires, Odilon Barrot, aurait, selon Louis Blanc, demandé au duo des instructions pour le cas où on leur remettrait le duc de Bordeaux, et le prince aurait répondu avec vivacité : « Le duc de Bordeaux ! mais c’est votre roi ! » Présente à cette scène, la duchesse d’Orléans se serait jetée dans les bras de son époux en disant : « Ah ! vous êtes le plus honnête homme du royaume ! » Ce trait de comédie est joli, surtout lorsqu’on ne peut plus se prendre, comme Louis Blanc, à la mine d’austérité de cette princesse, dont le rôle, dans la captation de l’héritage des Condé, est à présent connu.

Odilon Barrot, dans ses Mémoires, modifie les traits et neutralise les tons de ce tableau de famille, qui, selon lui, se place, non avant son départ pour Rambouillet, mais à son retour, c’est-à-dire après que Charles X eut éconduit les commissaires du nouveau gouvernement.

« Le duc, dit-il, se récriait sur la fatale destinée qui le condamnait à être l’instrument de la déchéance et de l’exil d’une famille qui l’avait comblé de bienfaits et pour laquelle il avait une si profonde affection. Ses paroles étaient entrecoupées de sanglots ; la duchesse, de son côté, livrée à une extrême agitation, se jetait au cou de son mari, cherchant à le consoler, à le soutenir, et se tournant vers moi : « Le voyez-vous, disait-elle, c’est le plus honnête homme du monde. »

Le second récit est peut-être le vrai ; mais le premier est certainement plus vraisemblable. Car, jusqu’au bout, le duc d’Orléans jouera un double jeu, recevant les républicains au Palais-Royal, allant même les trouver à l’Hôtel de Ville, et continuant à multiplier auprès de Charles X les protestations de loyalisme. Il ira même, au dire du marquis de Fiers, qui, dans le Roi Louis-Philippe, cite de sérieuses références, jusqu’à inviter le vieux roi à remettre entre ses mains le duc de Bordeaux.

Un officier anglais, le colonel Caradec (depuis lord Howden), attaché à l’ambassade de son pays, fut, sur la demande du lieutenant-général, autorisé par lord Stuart, l’ambassadeur, à remplir cette mission. « Le colonel se rendit au Palais-Royal le 3 août, dit le marquis de Flers, et le duc d’Orléans lui remit un billet qui fut cousu dans le collet de son habit ; il était ainsi conçu : « Croyez, sire, tout ce que le colonel Caradec vous dira de ma part. Louis-Philippe d’Orléans »… Charles X le reçoit avec empressement. Le colonel Caradec « fait entrevoir au roi que la présence du jeune duc de Bordeaux aux côtés du lieutenant-général était indispensable pour rendre courage à ses partisans et décider la Chambre des pairs à se prononcer… Il insiste pour ramener avec lui le duc de Bordeaux. Le roi fait immédiatement demander madame la duchesse de Berry, la met au courant de la situation et lui déclare qu’il est tout disposé à accepter. La duchesse de Berry fait les plus vives objections, et ajoute qu’elle ne croirait jamais l’enfant en sûreté loin d’elle-même ».

Ici ce n’est plus un légitimiste comme le duc de Valmy, ce n’est plus un ennemi de Louis-Philippe qui parle : le marquis de Flers, qui donne comme références la Correspondance de Donoso Cortez et les Dépêches, correspondances et mémorandums du feld-maréchal duc de Wellington, est un fervent apologiste de la monarchie de juillet, et il prétend faire honneur à Louis-Philippe de la démarche qu’il rapporte.

Cette démarche n’est pas avouée, mais en tout cas singulièrement évoquée par Odilon Barrot, lorsque, dans ses mémoires, il mentionne un propos que lui a tenu la duchesse de Berry lorsqu’il l’accompagnait sur la route de l’exil.

« Que serait-il arrivé, lui demanda-t-elle, si je m’étais rendue à l’Hôtel de Ville et si j’avais placé le duc de Bordeaux sur les genoux du duc d’Orléans

— Madame, répondit-il, il est probable que ni vous, ni moi, ne serions ici. »

Nous avons vu Odilon Barrot délayer et atténuer le tableau tracé par Louis Blanc. Voici le trait qui en ravive la couleur et en relève le ton. Il vient de rendre compte au prince de sa mission : Charles X n’a pas reçu les commissaires et a refusé la sauvegarde qu’ils lui offraient. « Au lieu de discourir selon son habitude », Louis-Philippe dit à Odilon Barrot, après l’avoir regardé :

« Vous avez raison, M. Barrot, il faut faire une démonstration armée sur Rambouillet, — prévenez le général Lafayette et que le rappel soit battu dans tous les quartiers de Paris ; — chaque légion de la garde nationale fournira un contingent de six cents hommes, et vous, messieurs, s’adressant à nous (aux commissaires : Odilon Barrot, de Schonen, de Trévise et Jacqueminot) vous précéderez cette colonne à Rambouillet. Cette fois, peut-être, je serai compris et vous serez accueillis ».

Notez que ceci se passait dans la nuit du 2 au 3 août, et que l’envoi du colonel Caradec à Charles X est du 3. Notez qu’en même temps que l’officier anglais se rendait à Rambouillet, une armée parisienne, conduite par le général Pajol, s’y portait également pour faire déguerpir le monarque déchu et sa famille, y compris l’enfant que Louis-Philippe reconnaissait pour son roi.

Quelques jours après, Charles X s’embarquait avec tous les siens à Cherbourg, après avoir traversé lentement l’indifférence des campagnes et prudemment évité par des détours l’effervescence des centres de population, car le peuple ouvrier des villes était partout soulevé contre les hommes de l’ancien régime. Cette lenteur convenait au roi et à son entourage, non parce qu’il sied aux majestés fainéantes de cheminer au pas des bœufs, mais parce qu’ils espéraient un retour de la fortune, un miracle que Dieu devait bien à leur zèle pour la religion, qui leur permettrait de reprendre la route de Paris. Mais, selon son habitude, Dieu fut avec les plus forts.

Deux traits seulement à noter dans ce voyage de la vieille monarchie vers l’exil, et qui montrent avec quelle futilité enfantine Charles X et sa suite s’attachaient à de vaines apparences. On avait installé le duc de Bordeaux dans la voiture royale magnifiquement dorée, tandis que son grand-père suivait dans une voiture simple et à armoiries effacées. Pour raviver la foi monarchique des passants, on faisait arrêter les voitures de place en place, dit le Globe du 16 août, et « alors les enfants jouaient leur rôle, envoyant au peuple force baisers et force saluts ».

Révolution de 1830 (3 aout). — Départ pour Rambouillet
(D’après un document de la Bibliothèque nationale.)


À Laigle se présenta un grave problème d’étiquette. On n’avait, nous apprend Odilon Barrot, trouvé que des tables rondes. Faire s’asseoir le roi à une table ronde, impossible d’y songer, tous les convives y étant au même rang. Les commissaires suggérèrent de scier la table ronde, et, gravement, ce qui restait de cour auprès de ces trois générations royales en fuite fit scier en carré une table ronde. Et le roi put dîner.