Hymnes homériques/À Histiè et à Hermès

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Hymnes homériques
Traduction par Leconte de Lisle.
A. Lemerre (p. 436-437).

HYMNE XXVIII.

À Histiè et à Hermès.

Histiè, qui, dans les hautes demeures de tous les Dieux immortels et des hommes qui marchent sur la terre, as reçu en partage un siège éternel, honneur antique ! Tu as cette belle récompense et cet honneur, car, à la vérité, il n’y aurait point sans toi de festins chez les mortels. C’est par Histiè que chacun commence et finit, en faisant des libations de vin mielleux.

Et toi, Tueur d’Argos, fils de Zeus et de Maia, Messager des Bienheureux, qui portes une baguette d’or, dispensateur des biens ! sois-moi propice ! Vous habitez tous deux de belles demeures qui vous plaisent à l’un et à l’autre. Sois-moi propice, avec la vénérable et chère Histiè ! Tous deux, en effet, vous savez les beaux travaux des hommes terrestres, et vous êtes les compagnons de l’esprit et de la jeunesse.

Salut, fille de Kronos ! Et toi, Hermès à la baguette d’or ! Je me souviendrai de vous et des autres chants.