Hymnes homériques/Aux Muses et à Apollon

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Hymnes homériques
Traduction par Leconte de Lisle.
A. Lemerre (p. 432-433).

Je commencerai par les Muses, par Apollon et par Zeus. En effet, les Aoides et les Kitharistes, sur la terre, viennent des Muses et de l’Archer Apollon ; mais les Rois viennent de Zeus. Et il est heureux celui que les Muses aiment ! Une voix suave coule de sa bouche.

Salut, enfants de Zeus ! Donnez l’honneur à mon chant, et je me souviendrai de vous et des autres chants.