100%.png

Iconologie (Cesare Ripa, 1643)/I/Conseil

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Ripa - Iconologie - 1643 - p. 36 - conseil.jpg

Conseil. XXX.


IL nous eſt repreſenté par vn Vieillard, veſtu d’vne longue robe d’eſcarlate. Il porte à ſon col vne chaiſne d’or, où pend vn cœur pour Medaille ; vn Liure Eth. I. 6. c. 9. en ſa main droite, & vn Hibou en la gauche. Le Conseil, dit Ariſtote, eſt vne meure deliberation, qui ſe fait des choſes qu’on examine auecque prudence, & où l’on ſe propoſe vne fin vtile. On le peint en Vieillard, pource qu’il n’eſt iamais ſi bon, que lorsqu’il nous eſt donné par des perſonnes aagées, en qui la Theorie des ſciences & la practique des choſes du monde Iliad. 1. ſont jointes enſemble. C’eſt pour cela que le iudicieux Homere fait aagé de trois cens ans le prudent Neſtor Conſeiller Iliad. 4. d’Agamemnon, & qu’en vn autre endroit de ſon Iliade, il l’introduit encourageant au combat les ſoldats Grecs, auſquels il promet de les aſſiſter de ſon conſeil, & non de ſes forces, qu’il aduoüe n’eſtre propres qu’à la ieuneſſe, encore verte & boüillante. À quoy ſe rapportent pareillement ces mots de Plutarque, Qu’il n’eſt point de ville plus heureuſe que celle où les ieunes gens ne prennent les armes que par le conſeil des Vieillards, pource que les vns ſont propres à l’execution, & les autres au commandement.

La robe longue de couleur rouge, ſiet grandement bien au Conſeiller, ſoit pource qu’il paroiſt plus graue, ſoit à cauſe que la pourpre a eſté de tout temps la liurée des Senateurs, l’eſclat de laquelle les ſemble exhorter, à ne manquer iamais d’ardeur ny de zele, quand il eſt queſtion d’aſſiſter de leur conſeil les ignorans, qui en ont beſoin.

Il porte ſon cœur pendu au col, d’autant qu’au rapport de Pierius, cette noble partie de noſtre corps, qui vit la premiere & meurt la derniere, eſt un Symbole du bon Conſeil, que Platon appelle vne choſe religieuſe & ſacrée.

Le Liure qu’il tient en la main droite, nous apprend combien il importe au Senateur d’eſtudier les ouurages des ſçauans hommes, pour s’acquerir la connoiſſance de la Morale & de la Politique, puis que de l’eſtude de la Sageſſe dépend la ſolidité du Conſeil.

Pour cette meſme raiſon il tient de l’autre main vn Chat-huant, que les Anciens ont conſacré à la Deeſſe Minerue. Cét Oyſeau, comme diſent les Naturaliſtes, cherche à repaiſtre de nuict, & void clair dans les tenebres. Par où les grands Princes & leurs Miniſtres ſont aduiſez, d’employer leurs ſoins & leurs veilles à la commune conſeruation des peuples, meditant la nuict ce qu’il faut reſoudre le iour ; à quoy l’eſprit est grandement propre durant le ſilence & l’obſcurité, dont le Chat-huant eſt vn Hieroglyphe.

Poſſible encore que par cét Oyſeau, qui cherche de nuict ce dequoy il a beſoin, il nous eſt declaré, Que les bonnes deliberations qu’on a priſes en veillant, ne doiuent point eſtre éuentées ; mais qu’en quelque temps que ce ſoit il les faut tenir ſecrettes : Ce que les anciens Romains ne pûrent mieux teſmoigner que par le mysterieux Temple de Conſus, Dieu du Conſeil, qu’ils voulurent pour cét effet eſtre baſty ſous terre, au pied du mont Palatin.