Mozilla.svg

Insomnie de jeune fille

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


Le Passe-Temps du 04 décembre 1892
.

INSOMNIE DE JEUNE FILLE


SONNET


— À travers les plis de mon rideau rose,
Qui me lance ainsi des rayons furtifs ?…
La blonde Luna, sur les bruns massifs,
N’ouvre pas encor sa paupière close…

Ce n’est pas non plus le reflet morose
D’un feu follet grêle aux bonds convulsifs ;
Aucune lueur aux rameaux des ifs,
Sous le vent des nuits, n’est encore éclose…

En vain je me tourne dans mon lit brûlant ;
Sous mes draps, en vain, fuit mon front tremblant,
Un frisson me gagne et j’ai l’âme émue !…

— Enfant ! dit tout bas un sylphe enjôleur,
C’est la fleur d’amour qui brille à ta vue :
Ne méconnais pas l’âme d’une fleur !


Gabriel Monavon.