Jeanne la fileuse/Épilogue

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

XI

Épilogue

La guérison de Jeanne, comme l’avait prédit le médecin, fit des progrès rapides, et la jeune fille fut en état de quitter le lit au bout de quelques jours. Pierre et Jules l’avaient entourée des soins les plus affectueux, et sa convalescence ne fut qu’une longue suite de jours passés dans l’intimité de son frère et de son prétendu. La pauvre enfant déclarait que la catastrophe du " Granite Mills " lui semblait un mauvais rêve dont elle s’efforçait de secouer le souvenir. Un nuage de tristesse obscurcissait son front, cependant, lorsqu’elle pensait à la mort héroïque de ce pauvre Michel Dupuis. Elle le voyait encore, pâle et résigné, luttant contre les flammes pour sauver la vie des pauvres enfants qui se pressaient autour de lui.

Jeanne avait un pressentiment que c’était pour veiller sur elle que Michel avait commis la sublime folie de braver seul la fureur de l’incendie, lorsque les pompiers eux-mêmes n’avaient pas osé entrer dans le foyer ardent qui obstruait l’entrée du sixième étage. Malgré les recherches les plus minutieuses, il avait été impossible de retrouver les restes du jeune homme, et la famille n’avait pas même eu la satisfaction de lui rendre les derniers devoirs de la tombe.

Pierre et Jules, de concert avec Jeanne, avaient commandé une pierre commémorative de la mort du brave garçon, et l’avaient fait placer dans le cimetière catholique de Fall River, où on la voit encore aujourd’hui. Les deux amis avaient tenu la chose secrète, et ils invitèrent un jour Monsieur et Madame Dupuis et leurs enfants à faire une promenade en voiture, sous le prétexte d’aller visiter les environs de Fall River. Le cocher avait reçu l’ordre de se rendre au cimetière et les jeunes gens conduisirent la famille à l’endroit où s’élevait une colonne en granit blanc, portant cette inscription en lettres d’or :

À LA MÉMOIRE DE

Michel Dupuis
Mort héroïquement le
19 Septembre 1874, à l’âge de 18 ans
En sacrifiant sa vie
Au milieu des flammes, lors de
L’incendie du " Granite Mills "
Pour aider au sauvetage des
Femmes et des enfants.
R. I. P.

Le pauvre père ému remercia vivement ses jeunes amis de cette preuve de sympathie pour la mémoire de celui qu’ils n’avaient pas connu, et Madame Dupuis et ses enfants fondirent en larmes au souvenir du cher défunt.

Le cimetière devint désormais un lieu de pèlerinage pour la famille, et les jeunes filles se firent un pieux devoir de porter, chaque dimanche, pendant la belle saison, des fleurs nouvelles pour orner le monument.

L’époque arriva enfin où Jeanne put sans danger supporter le voyage du Canada. Le père Montépel, prévenu par son fils, s’était rendu à Montréal avec sa femme pour souhaiter la bienvenue à celle qui serait bientôt leur fille, et Jeanne fut touchée de la réception cordiale qu’elle reçut dans la famille de Pierre.

La santé de la jeune fille se rétablit promptement, et il fut décidé que le mariage aurait lieu à l’occasion des fêtes de Noël et du jour de l’an. La cérémonie se fit sans éclat, par respect pour la mémoire de M. Girard et pour le terrible malheur qui venait de frapper la famille Dupuis. Le père Montépel signa, au contrat, la résignation de tous ses biens en faveur de son fils qui prendrait la gestion des propriétés, et Madame Montépel versa des larmes de joie en contemplant le bonheur et l’harmonie qui régnaient enfin dans sa famille.

Jules Girard qui n’était pas riche, s’était informé des avantages que le commerce offrait à Fall River, et avec l’aide de son ami, il avait acheté un fond d’épicerie, qu’il exploita avec succès. Le jeune homme qui avait continué ses relations avec la famille Dupuis, maria plus tard la fille aînée, Marie, et il occupe aujourd’hui un rang honorable dans le commerce de sa ville d’adoption.

Anselme Dupuis, après trois ans de séjour à Fall River, avait réussi à amasser la somme nécessaire pour payer les hypothèques qui pesaient sur ses propriétés, et il avait repris la route du village pour aller vivre et mourir tranquille dans la maison paternelle.

Jules et Marie vont chaque année, passer quelques semaines au Canada, chez Pierre Montépel. Toute la famille Dupuis se rend alors à Lavaltrie, et Jeanne raconte pour la centième fois, en payant un tribu d’affection et de respect à la mémoire du pauvre Michel, les événements qui terminèrent d’une manière si tragique, l’époque où son travail dans les manufactures de coton lui avait valu le surnom de : « Jeanne la fileuse ».