Jeanne la fileuse/Le voyage

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

III

Le voyage


Le brave « habitant » qui avait si cordialement offert sa protection à Jeanne Girard, appartenait à l’une des plus anciennes familles de Contrecœur : les Dupuis. De père en fils, depuis plusieurs générations, les Dupuis étaient propriétaires des terrains qu’ils cultivaient avec profit, et l’aisance avait toujours régné dans la famille jusqu’à la date des troubles de 1837. Comme un bon patriote et un homme de cœur, Michel Dupuis s’était rangé sous la bannière de Papineau et avait pris part à la bataille de Saint-Denis, avec ses camarades de Contrecœur, sous les ordres du capitaine Amable Marion. Traqué par la police anglaise, après la défaite de Saint-Charles, il fut forcé de s’éloigner du village et de passer la frontière pour échapper à la condamnation des tribunaux. Ses propriétés, pendant son absence, avaient été négligées et il avait fallu faire des emprunts pour subvenir aux besoins de sa famille qui était restée au Canada en attendant de meilleurs jours. Une première somme de quelques mille francs avait été bientôt épuisée et il avait fallu recourir au moyen ruineux des hypothèques et des intérêts exorbitants. Madame Dupuis qui était une brave mère et une bonne épouse n’avait pas cependant le talent de savoir veiller aux intérêts de son mari, et l’on s’aperçut un jour que les propriétés étaient aliénées pour un montant considérable. Heureusement que le retour du mari qui avait profité de l’amnistie pour revenir au pays vint apporter un changement dans la gestion des affaires, car la ruine était à la porte. Michel Dupuis se mit à l’œuvre pour relever sa fortune prête à s’écrouler, mais en dépit d’un travail énergique et d’une économie rigide, il ne parvint jamais à effacer les traces de son absence. À peine les revenus suffisaient-ils pour nourrir et vêtir sa famille après avoir payé les intérêts des hypothèques, et cette triste position avait duré jusqu’au jour, où, à bout de ressources, il s’était vu forcé de vendre la moitié de ses propriétés. L’autre moitié lui restait libre de dettes, il est vrai, mais les affaires en général allaient très mal au Canada, et les produits agricoles se vendaient à des prix ridicules. Le brave homme travailla ainsi pendant plusieurs années, mais la prospérité d’autrefois ne revint jamais au foyer. C’était la vie, au jour le jour, sans repos, sans trêve. Aussi, Michel Dupuis succomba-t-il encore jeune, sous le poids d’un travail surhumain. Son fils aîné, Anselme Dupuis, qui avait recueilli l’héritage paternel, avait aussi lutté bravement contre la misère pendant quelques années encore, mais les affaires paraissaient aller de mal en pis. Le jeune homme s’était marié de bonne heure à une brave fille qui ne lui avait apporté pour dot que ses jolis yeux et une énergie peu commune. Homme et femme avaient mis la main aux manchons de la charrue mais les devoirs de la maternité avaient bientôt forcé la jeune épouse à se dévouer aux soins de la famille. Anselme restait donc seul pour cultiver ses champs, car ses maigres revenus ne lui permettaient pas de se payer les services d’un employé. La lutte fut longue, et ce ne fut qu’après avoir vu sa famille s’augmenter de plusieurs enfants et ses dépenses croître en proportion, qu’il consentit à emprunter, de temps en temps, les sommes nécessaires pour subvenir aux besoins les plus pressants. Une fois lancé sur cette pente fatale, les dettes s’accumulèrent et c’était dans l’intention de mettre un frein à ce pénible état de choses, que Anselme Dupuis avait résolu d’émigrer dans un centre industriel de la Nouvelle-Angleterre. Sa famille nombreuse qui ne lui causait que des dépenses, au Canada, deviendrait une source de revenus aux États-Unis, et si ses espérances se réalisaient, il pourrait avant longtemps revenir au pays avec les fonds nécessaires pour payer ses dettes et reprendre son ancien genre de vie dans des circonstances plus favorables. Tout avait donc été préparé pour le départ, et la propriété avait été louée pour un fermage assez élevé pour une période de deux ans.

Lorsque Jeanne Girard eut annoncé sa détermination de faire le voyage des États-Unis en compagnie et sous la protection de la famille Dupuis, il fut décidé que la jeune fille serait traitée sur un pied d’égalité parfaite avec les autres enfants qui se trouvaient au nombre de six : Michel, l’aîné, âgé de 17 ans qui se trouvait à Fall River, Mass., depuis quelques mois ; Marie, âgée de quinze ans ; Joséphine, âgée de treize ans ; Philomène, âgée de douze ans ; Arthur, âgé de dix ans ; et Joseph, le plus jeune, qui n’avait que huit ans.

Tous les membres de la famille étaient arrivés à un âge où il leur était possible de prendre part aux travaux des manufactures, et tout faisait prévoir un voyage heureux et prospère, s’il fallait en croire les nouvelles que l’on avait reçues de Fall River. La veille du départ fut employée à faire les adieux aux parents et aux amis du village, et l’on se coucha tard et le cœur gros de regrets, ce soir-là, chez la famille Dupuis. Jeanne, de son côté, avait écrit deux lettres à l’adresse de Jules et de Pierre et les avait placées entre les mains du vieux docteur qui les remettrait lui-même aux deux voyageurs, lors de leur retour au pays, le printemps suivant. La jeune fille expliquait longuement à son frère et à son fiancé la suite de malheurs qui la forçaient à émigrer, et elle leur demandait de vouloir bien s’empresser de la rejoindre aux États-Unis, où ils pourraient, sans aucun doute, trouver eux-mêmes du travail.

Après avoir terminé ses préparatifs de voyage et dit un dernier adieu à la vieille chaumière où s’étaient écoulés les jours heureux et tranquilles de sa jeunesse, Jeanne se rendit chez ses nouveaux amis où elle passa la nuit, afin d’être prête à s’embarquer, le lendemain, sur le bateau qui fait le service entre Chambly et Montréal en touchant à tous les villages situés sur la rive sud du Saint-Laurent. En dépit de ses efforts pour paraître calme, la pauvre enfant ne pouvait s’empêcher de sangloter en pensant aux épreuves cruelles qu’elle avait eu à supporter depuis quelques jours, et il lui fut impossible de fermer l’œil jusqu’au matin. Chacun fut sur pied de bonne heure, à la ferme, et les voitures arrivèrent bientôt pour transporter les malles et les bagages jusqu’au quai du bateau à vapeur où quelques amis du village accompagnèrent les voyageurs jusqu’au moment où la cloche réglementaire donna le signal du départ. Les hommes se serrèrent la main en silence, les femmes s’embrassèrent une dernière fois en pleurant et le bateau s’éloigna du rivage. C’en était fait : la misère continuait son œuvre de dépeuplement et l’on avait quitté la vie paisible du village natal, pour aller demander à l’étranger le travail et les moyens nécessaires pour subvenir aux besoins impérieux de chaque jour.

Deux heures plus tard, on se trouvait à Montréal où il fallait voir à se procurer immédiatement les billets de chemin de fer pour Fall River, car on devait partir le même soir pour les États-Unis. Le premier soin de M. Dupuis fut de faire transporter ses bagages à la gare Bonaventure et de placer sa famille dans un lieu où elle pourrait attendre l’heure du départ. Il se dirigea ensuite vers la rue Saint-Jacques où se trouvent situées les agences pour la vente des billets, et il s’informa de la route la plus avantageuse pour se rendre à sa destination.

Le système des communications par voies ferrées entre la Province de Québec et les États de la Nouvelle-Angleterre a subi, depuis quelques années, des améliorations trop importantes au double point de vue du commerce et de l’industrie, pour qu’il ne soit pas utile d’en dire ici quelque chose. Tout ce qui tend à créer des facilités nouvelles pour les relations entre les citoyens de différents pays, pour l’échange des idées et des richesses matérielles, pour s’entendre, se concerter, s’éclairer, rendre plus intime la communauté des intérêts internationaux, devient un sujet d’une importance supérieure pour tous les peuples du monde. La prospérité du Canada est aujourd’hui si intimement liée aux progrès de la civilisation aux États-Unis que les voies de communication pour le transport des voyageurs et des marchandises entre les deux pays sont devenues une question d’intérêt national. C’est au moyen des chemins de fer que l’on est parvenu à abolir en grande partie les préjugés ridicules et les haines séculaires qui existaient entre les races française et anglaise en Amérique, et c’est grâce à la même invention, si la Province de Québec écoule aujourd’hui ses produits avec profit sur les marchés des États de la Nouvelle-Angleterre. Sans vouloir entreprendre la tâche de faire ici l’historique de la construction des voies ferrées qui relient les deux pays, il est assez important de jeter un coup d’œil sur l’influence qu’ont eue les chemins de fer sur le mouvement d’émigration des populations franco-canadiennes aux États-Unis. Il est généralement reconnu, au Canada, que le gouvernement s’est trop peu occupé de faciliter l’ouverture des voies de communication, au grand détriment des intérêts agricoles et commerciaux du pays. L’exemple de la république américaine était là, cependant, pour prouver que la création des routes ferrées, des chemins et des canaux était le levier civilisateur qui avait en moins d’un siècle transformé l’Amérique sauvage et inculte en un pays riche et prospère. Un réseau de chemins de fer, a dit le grand économiste français, Michel Chevalier, agit sur un territoire donné, comme si ce territoire était réduit en surface en raison du carré des distances, c’est-à-dire, dix à vingt fois moins grand.

Les trois lignes de chemins de fer qui font le service des passagers et des marchandises entre les principales villes de la Province de Québec et les États de la Nouvelle-Angleterre sont : le « Passumpsic Rail-Road Company » qui porte aussi le titre populaire de « Montréal & Boston Air Line » ; « le Central Vermont Rail-Road » ; et la compagnie canadienne du Grand-Tronc. Cette dernière ligne qui a eu pendant longtemps le monopole du transport des marchandises à destination de Boston, se trouve maintenant hors de compétition, depuis que les deux autres compagnies ont inauguré les services bi-quotidiens des convois de voyageurs, à grande vitesse, entre Montréal et Boston. Quelques rares voyageurs de Québec suivent encore la route du Grand-Tronc par voie de Island-Pond et Portland, mais le voyage est long et fatigant et la morgue des employés anglais n’a pas peu contribué à rendre cette ligne impopulaire parmi les populations d’origine française. La ligne du « Central Vermont » parcourt la distance qui sépare la ville de Saint-Jean, P. Q. et de White River Junction, en passant par les villes de Saint-Albans et de Montpelier, dans l’état du Vermont.

La troisième et la plus importante de ces lignes ferrées, le « Passumpsic Rail-Road » dont la mise en opération remonte à sept ou huit ans, est sans contredit la route la plus agréable sous tous les rapports, entre Montréal, Boston et tous les centres industriels de la Nouvelle-Angleterre. Cette ligne, partant de Saint-Lambert se dirige vers Boston en touchant à Chambly, West-Farnham, P. Q. ; Newport, Saint-Johnsbury, Wells River, dans l’état du Vermont ; Plymouth, Concord, Manchester, Nashua dans le New Hampshire, et Lowell, Massachusetts. Un embranchement relie la ligne principale de Newport, dans le Vermont, à Sherbrooke, petite ville florissante située au centre de la partie du Canada français connue sous le nom de « Cantons de l’Est ». Cet embranchement forme une route directe entre Boston, Sherbrooke, Saint-Hyacinthe, Acton, Sorel, Arthabaska. Trois-Rivières et Québec.

La construction du « Passumpsic Rail-Road » a eu pour effet immédiat de faire réduire les prix des billets de voyageurs entre Boston et Montréal et de forcer les autres compagnies à adopter une ligne de conduite plus libérale envers le public qui se plaignait d’un tarif exorbitant et de l’équipement parfois insuffisant des chemins rivaux. Les voyageurs de langue française se trouvaient souvent en butte aux brutalités des employés qui ne savaient pas les comprendre, et l’on mettait généralement des véhicules de rebut au service des émigrés qui n’avaient pas les moyens de se payer le luxe des places de première classe. Grâce à la direction libérale de la nouvelle ligne et à l’esprit d’entreprise d’une administration sage et prévoyante, tous ces abus ont cessé depuis quelques années, et il n’est que justice de reconnaître que le « Passumpsic Rail-Road » a été la cause première de ces changements importants. Des agences pour la vente des billets de voyageurs ont été établies dans tous les centres importants de la Province de Québec et de la Nouvelle Angleterre, et les informations les plus minutieuses sont fournies gratuitement par des employés polis, à tous ceux qui en font la demande. Les malles et les colis de toute sorte sont enregistrés sur tout le parcours de la ligne et expédiés à destination, sans qu’il en résulte le moindre trouble pour le voyageur. La plupart des employés parlent et écrivent les deux langues — l’anglais et le français — et des wagons dortoirs et salons sont attachés à tous les convois pour l’usage de ceux qui désirent se payer le luxe de ces inventions nouvelles. Rien ne manque enfin aux facilités que l’on offre maintenant au public voyageur et ceux qui ont prétendu que l’émigré canadien demeurait aux États-Unis faute de n’avoir pas les moyens de retourner au pays, ont fait preuve d’une ignorance qui frise le ridicule quand l’on considère que le trajet de Montréal à Fall River — 363 milles — se fait aujourd’hui, en chemin de fer, pour la somme de dix (10) dollars.

Il est donc certain que l’esprit d’entreprise des capitalistes américains qui ont construit ces nouvelles lignes a été l’une des causes principales qui ont produit le mouvement général d’émigration franco-canadienne vers les États-Unis. Les différentes administrations canadiennes, trop occupées d’une politique toute d’égoïsme, reléguaient au second plan la nécessité des chemins de fer et des établissements industriels, et les États-Unis acquéraient peu à peu la première place parmi les nations manufacturières du monde entier. Ce n’est pas le manque de patriotisme qui pousse l’émigrant canadien vers les États-Unis ; ce n’est pas l’amour exagéré des richesses ni l’appas d’un gain énorme ; c’est une raison qui prime toutes celles-là : c’est le besoin, l’inexorable besoin d’avoir chaque jour sur la table le morceau de pain nécessaire pour nourrir sa famille ; et c’est vers le pays qui fournit du travail à l’ouvrier que se dirige naturellement celui qui ne demande qu’à travailler pour gagner honnêtement un salaire raisonnable qui lui permet de vivre sans demander l’aumône. Quelques journalistes du Canada et des États-Unis ont prétendu que la misère régnait parmi les Canadiens-Français émigrés, mais la logique des faits est là pour prouver le ridicule de ces assertions fantaisistes. La preuve irréfutable du contraire se trouve dans le fait que des milliers de personnes s’en vont chaque année grossir la population canadienne des États de la Nouvelle-Angleterre. Des pères de familles qui ne se trouvent qu’à dix ou douze heures de distance du pays natal, resteraient-ils à l’étranger, souffrant de la faim et de la misère, quand la patrie est là, à quelques pas, et que les communications sont aujourd’hui si faciles ? Il faudrait supposer que ces hommes soient atteints de folie, pour en arriver à croire qu’ils demeurent aux États-Unis dans la misère, lorsque pour la somme de dix dollars, il est loisible à chacun d’eux de reprendre la route du pays. Non ! Les Canadiens émigrent aux États-Unis parce qu’ils y trouvent un bien-être matériel qu’ils ne sauraient acquérir au Canada, et le flot de l’émigration s’est grossi de tous ceux qui ne voyaient qu’inaction forcée et privations sans nombre devant eux, et qui sentaient le besoin de travailler pour vivre et pour manger. Quelque pénible qu’il soit de se voir forcé d’en arriver à cette conclusion désolante, il est cependant préférable de découvrir la plaie afin que l’on puisse y appliquer les remèdes nécessaires pour la guérir ; si tant est que les hommes d’état canadiens portent assez d’intérêt à leurs compatriotes émigrés pour s’occuper sérieusement de leur position à l’étranger.

Anselme Dupuis avait donc obéi à des raisons péremptoires, lorsqu’il avait décidé de se rendre à Fall River dans l’espoir d’obtenir du travail pour lui-même et pour sa famille. Lorsque le curé du village lui avait reproché de céder à un mouvement de découragement, en s’éloignant ainsi du village natal, le fermier lui avait répondu :

— Mon Dieu ! M. le curé, vous me connaissez trop bien pour croire que je laisserais ici tout un passé auquel je suis attaché par la mémoire de mes ancêtres pour aller à l’étranger servir les autres, si je pouvais faire autrement. La misère est à la porte de ma maison et les dettes menacent d’engloutir mon patrimoine. J’ai une famille qui grandit, et, ma foi, si pénible que soit l’expatriation, mieux vaut encore le pain de l’exil pour ses enfants que la douleur de les voir destinés à traîner une vie de souffrances et de privations.

Le brave homme avait été forcé d’emprunter la somme nécessaire pour payer ses frais de voyage et lorsqu’il eût acheté et payé ses billets de chemin de fer, à Montréal, il ne lui restait pour toute fortune qu’une balance de trente dollars qui devait suffire à couvrir les dépenses imprévues et les frais d’installation à Fall River. M. Dupuis qui n’avait pas l’habitude du voyage avait heureusement choisi la ligne du « Passumpsic Rail-Road » pour se rendre à sa destination et l’on s’était empressé de lui donner, aux bureaux de la compagnie, toutes les informations nécessaires sur le trajet qu’il avait à parcourir avant d’arriver à Fall River. Un employé s’était intéressé pour voir à l’expédition et à l’enregistrement des bagages et la famille était montée en chemin de fer, à quatre heures de l’après-midi, sans avoir eu à subir aucun délai et aucun contretemps.

Après avoir voyagé toute la nuit dans des wagons confortables, et avoir traversé les états du Vermont et du New-Hampshire sans avoir été dérangé par les arrêts ou les changements de convoi, on arriva, vers sept heures du matin, à Lowell dans l’état du Massachusetts. Une heure plus tard, la famille Dupuis accompagnée de Jeanne Girard descendait à Boston dans l’immense gare que l’on a construite pour le départ des trains de la compagnie « Boston, Lowell & Nashua Rail-Road ».

Les émigrés ne purent s’empêcher d’admirer cette gare qui est sans contredit l’une des plus belles constructions de ce genre qui existe aux États-Unis. Elle est composée d’une immense cour de départ qui comprend deux divisions : le service des voyageurs, dit aussi de grande vitesse, et le service des marchandises ; d’un grand vestibule ou salle des pas perdus où se trouvent les bureaux de distribution de billets pour les voyageurs, buvettes, librairie, débit de tabac, restaurant, bureaux de correspondance et de télégraphie ; de salles d’attentes pour dames et messieurs ; des salles et bureaux de bagages ; et d’une cour d’arrivée avec abri pour monter en voiture et salles d’attente pour les omnibus et les « tramways ».

Les employés de la compagnie se trouvaient à l’arrivée du train pour veiller au transport des voyageurs et de leurs bagages à la gare du chemin de fer qui conduit à Fall River. Des voitures commodes et spacieuses furent placées à la disposition des émigrants et l’on parcourut sans encombre et sans difficultés la distance qui sépare la gare du « Boston, Lowell & Nashua R. R. » de celle de la ligne du « Old Colony & Newport R. R. » À deux heures de l’après-midi du même jour, les voyageurs descendaient en gare à Fall River où les attendait le fils aîné de la famille, Michel Dupuis. Un logement ou " tenement "   appartenant à l’une des principales compagnies industrielles, « The Granite Mills Manufacturing Company », avait été retenu d’avance par les soins du jeune homme qui avait aussi obtenu du travail pour toute la famille.

En moins de vingt-quatre heures après leur départ de Montréal, Anselme Dupuis, sa femme, ses enfants et Jeanne Girard se trouvaient installés, grâce à ces mesures prévoyantes, dans un logement confortable, avec l’assurance d’un travail permanent pour tous les membres de la famille.

On dormit, ce soir-là, sous le toit de l’étranger et les fatigues du voyage eurent raison de la tristesse et de l’ennui qu’éprouve toujours l’émigré lorsque, pour la première fois, il réalise ce sentiment inexprimable de navrante mélancolie que l’on appelle le mal du pays.