Journal des Goncourt/VI/Préface

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Journal des Goncourt : Mémoires de la vie littéraire
Bibliothèque-Charpentier (Tome sixième : 1878-1884p. vii-viii).




PRÉFACE



Voici quarante ans, que je cherche à dire la vérité dans le roman, dans l’histoire et le reste, Cette passion malheureuse a ameuté contre ma personne, tant de haines, de colères, et donné lieu à des interprétations si calomnieuses de ma prose, qu’à l’heure qu’il est, où je suis vieux, maladif, désireux de la tranquillité d’esprit, — je passe la main pour la dire, cette vérité, — je passe la main aux jeunes, ayant la richesse du sang et des jarrets qui ploient encore.

Maintenant, dans un Journal, comme celui que je publie, la vérité absolue sur les hommes et les femmes, renconlrés le long de mon existence. se compose d’une vérité agréable — dont on veut bien ; mais presque toujours tempérée par une vérité désagréable — dont on ne veut absolument pas. Eh bien, dans ce dernier volume, je vais tâcher, autant qu’il m’est possible, de servir seulement aux gens, saisis par mes instantanés, la vérité agréable, l’autre vérité qui fera la vérité absolue, viendra vingt ans après ma mort.


EDMOND DE GONCOURT.


Auteuil, décembre 1891.



Ce volume du Journal des Goncourt est le dernier qui paraîtra de mon vivant.