Jugement du roi de Navarre

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jugement du roi de Navarre
Le Jugement dou Roy de Navarre, Texte établi par Ernest Hœpffner, Librairie Firmin-Didot et CieTome premier (p. 137-282).
LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE
CONTRE LE
JUGEMENT DOU ROY DE BEHAINGNE[1]


Au departir dou bel esté[2]
Qui a gais et jolis esté,
De fleurs, de fueilles faillolez.[3]
4Et d’arbrissiaus emmaillolez,
Arrousez de douce rousée,
Sechiez par chaleur ordenée
Que le soleil li amenistre,[4]
8Et qu’oisillons ont leur chapitre[5]
Tenu de sons et de hoquès,[6]
Par plains, par aunois, par bosquès,[7]
Pour li servir et honnourer,

12Que tout ce couvient demourer[8]
Pour le temps qui, de sa nature,
Mue sa chaleur en froidure,
Un po après le temps d’autonne
16Que chascuns vandange et entonne
Qui a vingnes a vandangier,
Et qu’on a a petit dangier[9]
Pesches, moust, poires et roisins,[10]
20Dont on presente a ses voisins,
Que li blez en la terre germe[11]
Et que la fueille chiet dou cherme,[12]
Par nature, ou dou vent qui vente,[13]
24L’an mil trois cens nuef et quarante,
Le novisme jour de novembre,[14]
M’en aloie par mi ma chambre.[15]
Et se li airs fust clers et purs,[16]
28Je fusse ailleurs ; mais si obscurs
Estoit, que montaingnes et plains
Estoient de bruines pleins.
Pour ce me tenoie a couvert ;
32Car ce qu’estre soloit tout vert[17]
Estoit mué en autre teint,[18]
Car bise l’avoit tout desteint
Qui mainte fleur a decopée[19]
36Par la froidure de s’espée.

Si que la merencolioie
Tous seuls en ma chambre et pensoie[20]
Comment par conseil de taverne[21]
40Li mondes par tout se gouverne ;

Comment justice et vérité[22]
Sont mortes par l’iniquité
D’avarice qui en maint regne[23]
44Com dame souvereinne regne,[24]
Com maistresse, comme roÿne, —[25]
Qu’avarice engendre haïne,[26]
Et largesse donne et rent gloire,
48Vraiement, c’est parole voire,[27]
Qu’on le scet et voit clerement[28]
Par vray et juste experiment, —[29]
Comment nuls ne fait son devoir,[30]
52Comment chascuns quiert decevoir [31]
Son proisme ; car je ne voy pere,[32]
Fil, ne fille, ne suer, ne frere,[33]
Mere, marrastre, ne cousine,
56Tante, oncle, voisin, ne voisine,
Mari, mouillier, amy, n’amie
Que li uns l’autre ne cunchie ;
Et s’un en y a qui s’en garde,
60Chascuns de travers le regarde,
Et dit on qu’il est ypocrites,
Et fust sains Jehans li Ermites ;
Com li signeur leur subgiez pillent,[34]
64Roubent, raembent et essillent[35]
Et mettent a destruction
Sans pitié ne compation.
Si que grans meschiés, ce me samble,[36]
68Est de vice et pooir ensamble.[37]
Et on le voit assez de fait,
Ne riens tant cuer felon ne fait

Com grant pooir qui mal en use.
72Or voy que chascuns en abuse,
Car je ne voy homme puissant
Qui n’ait puis dis, puis vint, puis cent
Tours, manieres, engiens ou ars[38]
76Pour pillier hardis et couars.[39]
Car couvoitise les atrape,
Si que nuls de leurs mains n’eschape,
S’il n’est dont tels qu’il n’ait que perdre.[40]
80A tels ne s’ont cure d’aërdre :
Car qui riens n’a, riens ne li chiet ;
De tels gens riens ne leur eschiet.
Mais couvoiteus ont tel défaut
84Que quant plus ont, plus leur deffaut,[41]
Et quant plus sont puissamment riche,[42]
Tant sont il plus aver et chiche ;[43]
Qu’avarice ardant qui d’euls vist,[44]
88Com plus vivent, plus rajonnist.[45]
Et de ce la vient la tempeste
Qui destruit le monde et tempeste.[46]
Les merveilles et les fortunes
92Qui au jour d’ui sont si communes
Qu’on n’oit de nulle part nouvelle[47]
Qui soit aggreable ne belle ;[48]
Car il a plus grant difference
96Dou temps que je vi en m’enfance
A cestui qui trop est divers,
Qu’il n’ait des estez aus yvers.[49]
Mais la chose qui plus m’est grieve[50]

100A souffrir, et qui plus me grieve,[51]
C’est rendre a Dieu po reverence,
Et ce qu’en riens n’a ordenance,[52]
Et qu’au jour d’ui chascuns se pere[53]
104De ce qu’on claimme vitupere.
Pour c’en moy, plus que dire n’ose,[54]
Estoit merencolie enclose.
Car qui le sceüst a demi,
108Assez meins en tenist de mi.

Et pour ce que merencolie[55]
Esteint toute pensée lie,
Et aussi que je bien vëoie
112Que mettre conseil n’i pooie,
Et que, s’on sceüst mon muser,[56]
On ne s’en feïst que ruser,[57]
Laissay le merencolier
116Et pris ailleurs a colier,
En pensant que s’a Dieu plaisoit
Qui pour le milleur le faisoit.
Si cheï en autre pensée,
120Pour ce que folie esprouvée
Est en tout homme qui se duet
De chose qu’amender ne puet ;
Et me pensai que, se li temps
124Estoit encor pires dis tans,[58]
Voire cent fois, voire cent mil,
N’i a il conseil si soutil[59]
Comme de tout laissier ester,[60]
128Puis qu’on ne le puet contrester,
Et de faire selonc le sage

Qui dit et demoustre en sa page
Que, quant il a tout conceü,[61]
132Tout ymaginé, tout veü,[62]
Esprouvé, serchié, viseté
Le monde, c’est tout vanité,[63]
Et qu’il n’i a autre salaire
136Fors d’estre liez et de bien faire.
Et tout einsi com je cuidoie
Laissier le penser ou j’estoie,
Il me sourvint une pensée
140Plus diverse, plus effreée,[64]
Plus enuieuse la moitie,
Et de plus grant merencolie.

Ce fu des orribles merveilles,[65]
144Seur toutes autres despareilles,
Dont homme puet avoir memoire,[66]
Car je ne truis pas en histoire[67]
Lisant nulles si mervilleuses,[68]
148Si dures, ne si perilleuses[69]
De quatre pars, non de dis tans,[70]
Comme elles ont esté de mon temps.[71]
Car ce fu chose assez commune[72]
152Qu’on vit le soleil et la lune,
Les estoiles, le ciel, la terre,
En signefiance de guerre,
De doleurs et de pestilences,
156Faire signes et demoustrances.[73]
Car chascuns pot vëoir a l’ueil[74]

De lune esclipce et de soleil,[75]
Plus grant et plus obscur assez[76]
160Qu’esté n’avoit mains ans passez,[77]
Et perdre en signe de douleur
Longuement clarté et couleur.
Aussi fu l’estoile coumée,[78]
164En semblance de feu couée,[79]
Qui de feu et d’occision
Faisoit prenostication.
Li ciel qui de leur haut vëoient[80]
168Les meschiés qu’a venir estoient[81]
Au monde, en pluseurs lieus plourerent[82]
De pitié sanc et degouterent,
Si que de leur mervilleus plour
172La terre trembla de paour,
Ce dient pluseurs qui ce virent,[83]
Dont villes et citez fondirent
En Alemaingne, en Quarenteinne,[84]
176Assez plus d’une quaranteinne,
Dont je n’en say mie la somme ;[85]
Mais on le scet moult bien a Romme,
Car il y a une abeïe
180De Saint Pol qui en fu perie.

Mais li sires qui tout a fait
Par experience de fait,
Com sires souvereins et dignes
184Seur tous, de ces mervilleus signes[86]
Nous moustra la signefiance,
Et nous en mist hors de doubtance
Si a point et si proprement

188Que chascuns le vit clerement.
Car les batailles et les guerres
Furent si grans par toutes terres,[87]
Qu’on ne savoit en tout le monde,[88]
192Tant comme il tient a la rëonde,[89]
Païs, regne, ne region,
Qu’il n’i eüst discention ;[90]
Dont cinc cent mil hommes et femmes[91]
196Perdirent les corps et les ames,[92]
Se cils qui a tous biens s’acorde[93]
Ne les prent a misericorde ;[94]
Et maint païs destruit en furent,
200Dont encor les traces en durent ;[95]
Et des prises et des outrages
Et des occisions sauvages
De barons et de chevaliers,
204De clers, de bourgois, d’escuiers,
Et de la povre gent menue
Qui morte y fu et confondue,
De rois, de duz, de bers, de contes[96]
208Seroit lons a dire li contes.[97]
Car tant en y ot de perdus[98]
Qu’on en estoit tous esperdus,[99]
L’un par feu, l’autre par bataille.
212Après ce, vint une merdaille
Fausse, traïtre et renoïe :[100]
Ce fu Judée la honnie,[101]
La mauvaise, la desloyal,[102]
216Qui bien het et aimme tout mal.[103]
Qui tant donna d’or et d’argent

Et promist a crestienne gent,
Que puis, rivieres et fonteinnes
220Qui estoient cleres et seinnes
En pluseurs lieus empoisonnerent,
Dont pluseurs leurs vies finerent ;[104]
Car trestuit cil qui en usoient[105]
224Assez soudeinnement moroient.
Dont, certes, par dis fois cent mille
En morurent, qu’a champ, qu’a ville,
Einsois que fust aperceüe
228Ceste mortel descouvenue.[106]

Mais cils qui haut siet et loing voit,[107]
Qui tout gouverne et tout pourvoit,
Ceste traïson plus celer
232Ne volt, eins la fist reveler[108]
Et si generaument savoir
Qu’il perdirent corps et avoir.
Car tuit Juïf furent destruit,
236Li uns pendus, li autres cuit,[109]
L’autre noié, l’autre ot copée[110]
La teste de hache ou d’espée.
Et meint crestien ensement
240En morurent honteusement.

En ce temps vint une maisnie
De par leur dame Ypocrisie
Qui de courgies se batoient[111]
244Et adens se crucefioient,[112]
En chantant de la lopinelle
Ne say quelle chanson nouvelle,

Et valoient mieus, par leurs dis,[113]
248Que sains qui soit en paradis.[114]
Mais l’Eglise les entendi
Qui le batre leur deffendi,
Et si condempna leur chanson
252Que chantoient li enfançon,
Et tous les escommenia
Dou pooir que Dieus donné li a,[115]
Pour itant que leur baterie
256Et leurs chans estoit herisie.[116]

Et quant Nature vit ce fait
Que son oeuvre einsi se desfait
Et que li homme se tuoient,[117]
260Et les yaues empoisonnoient
Pour destruire humeinne lignie
Par couvoitise et par envie,
Moult en desplut la belle et gente,[118]
264Moult se coursa, moult fu dolente.[119]
Lors s’en ala sans atargier[120]
A Jupiter, et fist forgier
Foudres, tonnoirres et tempestes[121]
268Par jours ouvrables et par festes.[122]
Car ceste ouevre tant li tardoit[123]
Que jour, ne feste n’i gardoit.

Après Nature commanda
272Aus quatre vens qu’elle manda
Que chascuns fust aparilliez
Pour tost courir, et abilliez,
Et qu’il issent de leurs cavernes

276Et facent leurs mervilleus cernes,
Si qu’il n’i ait resne tenue,[124]
En ciel, en terre, en mer, n’en nue,
Qu’il ne soient a l’air contraire[125]
280Et facent pis qu’il porront faire.[126]
Car quant ses ouevres voit derompre,[127]
Elle vuet aussi l’air corrumpre.[128]
Et quant li vent orent congié,
284Et Jupiter ot tout forgié,
Foudres, tempestes et espars,
Qui lors veïst de toutes pars
Espartir mervilleusement
288Et tonner très horriblement,
Venter, gresler, et fort plouvoir,
Les nues, la mer esmouvoir,
Bois trambler, rivieres courir,
292Et, pour doubtance de morir,
Tout ce qui a vie seur terre
Recept pour li garentir querre,[129]
C’estoit chose trop mervilleuse,
296Trop doubtable et trop perilleuse !
Car les pierres dou ciel chëoient
Pour tuer quanqu’elles ataingnoient,
Les hommes, les bestes, les fames ;
300Et en pluseurs lieus a grans flames[130]
Cheï li tempès et la foudre[131]
Qui mainte ville mist en poudre ;[132]
N’au monde n’avoit si hardi[133]
304Qui n’eüst cuer acouardi ;[134]
Car il sambloit que decliner
Vosist li mondes et finer.

Mais nuls endurer ne peüst,[135]
308S’auques durer cils temps deüst.[136]
Si que ces tempestes cesserent,[137]
Mais tels bruïnes engendrerent,
Tels ordures et tels fumées
312Qui ne furent gaires amées ;[138]
Car l’air qui estoit nès et purs[139]
Fu ors et vils, noirs et obscurs,[140]
Lais et puans, troubles et pus,[141]
316Si qu’il devint tous corrompus,[142]
Si que de sa corruption[143]
Eurent les gens opinion
Que corrumpu en devenoient
320Et que leur couleur en perdoient.
Car tuit estoient mal traitié,
Descoulouré et deshaitié :[144]
Boces avoient et grans clos
324Dont on moroit, et a briés mos,[145]
Po osoient a l’air aler,[146]
Ne de près ensamble parler.
Car leurs corrumpues alainnes[147]
328Corrompoient les autres sainnes
Et s’aucuns malades estoit,
S’uns siens amis le visetoit,
Il estoit en pareil péril ;
332Dont il en morut cinc cent mil ;
Si que li fils failloit au pere,
La fille failloit a la mere,
La mere au fil et a la fille[148]
336Pour doubtance de la morille ;

N’il n’estoit nuls si vrais amis,[149]
Qui ne fust adont arrier mis[150]
Et qui n’eüst petit d’aïe,[151]
340S’il fust cheüs en maladie.
Ne fusicien n’estoit, ne mire[152]
Qui bien sceüst la cause dire[153]
Dont ce venoit, ne que c’estoit
344(Ne nuls remede n’i metoit),[154]
Fors tant que c’estoit maladie
Qu’on appelloit epydimie.

Quant Dieus vit de sa mansion[155]
348Dou monde la corruption
Qui tout partout estoit si grans,
N’est merveilles s’il fu engrans[156]
De penre crueuse vengence
352De ceste grant desordenance ;
Si que tantost, sans plus attendre,
Pour justice et vengence prendre,
Fist la mort issir de sa cage,[157]
352Pleinne de forsen et de rage,[158]
Sans frein, sans bride, sans loien,[159]
Sans foy, sans amour, sans moien,
Si très fiere et si orguilleuse,
360Si gloute et si familleuse,
Que ne se pooit säouler[160]
Pour riens que peüst engouler.
Et par tout le munde couroit,
364Tout tuoit et tout acouroit,
Quanqu’il li venoit a l’encontre,

N’on ne pooit resister contre.[161]
Et briefment tant en acoura,
368Tant en occist et devoura,
Que tous les jours a grans monciaus[162]
Trouvoit on dames, jouvenciaus,[163]
Juenes, viels et de toutes guises,
372Gisans mors parmi les églises ;
Et les gettoit on en grans fosses
Tous ensamble, et tous mors de boces,[164]
Car on trouvoit les cimatieres
376Si pleinnes de corps et de bieres[165]
Qu’il couvint faire des nouvelles.[166]
Ci a mervilleuses nouvelles.[167]
Et si ot mainte bonne ville[168]
380Qu’on n’i vëoit, ne filz, ne fille,[169]
Femme, n’homme venir n’aler,[170]
N’on n’i trouvoit a qui parler,[171]
Pour ce qu’il estoient tuit mort
384De celle mervilleuse mort.
Et ne gisoient que trois jours
Ou meins ; c’estoit petis sejours.[172]
Et maint en y ot vraiement
388Qui mouroient soudeinnement ;[173]
Car ceuls meismes qui les portoient
Au moustier, pas ne revenoient
— Souvent le vit on avenir —,
392Eins les couvenoit la morir.[174]
Et qui se vorroit entremettre[175]
De savoir ou d’en escript mettre
Le nombre de ceuls qui moururent,[176]

396Tous ceuls qui sunt et ceuls qui furent[177]
Et tous ceuls qui sont a venir
Jamais n’i porroient venir,
Tant s’en sceüssent encombrer ;
400Car nuls ne les porroit nombrer,[178]
Ymaginer, penser, ne dire,
Figurer, moustrer, ne escrire.
Car pluseurs fois certeinnement
404Oÿ dire et communement
Que, mil trois cent quarante et nuef.
De cent n’en demouroit que nuef.[179]
Dont on vit par deffaut de gent[180]
408Que maint bel heritage et gent
Demouroient a labourer.[181]
Nuls ne faisoit les chans arer,[182]
Les blez soier, ne vignes faire,[183]
412Qui en donnast triple salaire,[184]
Non, certes, pour un denier vint,
Tant estoient mort ; et s’avint
Que par les champs les bestes mues
416Gisoient toutes esperdues,
Es blez et es vignes paissoient,
Tout partout ou elles voloient,
N’avoient signeur, ne pastour,[185]
420N’homme qui leur alast entour,[186]
N’estoit nuls qui les reclamast,
Ne qui pour siennes les clamast.
Heritages y ot pluseurs
424Qui demouroient sans signeurs ;[187]
Ne li vif n’osoient manoir[188]
Nullement dedens le manoir[189]

Ou li mort avoient esté,
428Fust en yver, fust en esté ;
Et s’aucuns fust qui le feïst.
En peril de mort se meïst.
Et quant je vi ces aventures
432Si diverses et si obscures,
Je ne fui mie si hardis[190]
Que moult ne fusse acouardis.[191]
Car tuit li plus hardi trambloient[192]
436De päour de mort qu’il avoient.[193]
Si que trés bien me confessay[194]
De tous les pechiez que fais ay,
Et me mis en estat de grace
440Pour recevoir mort en la place,
S’il pleüst a Nostre Signeur.
Si qu’en doubtance et en cremeur[195]
Dedens ma maison m’enfermay[196]
444Et en ma pensée fermay
Fermement que n’en partiroie
Jusques a tant que je saroie
A quel fin ce porroit venir ;
448Si lairoie Dieu convenir.
Si que lonc temps, se Dieus me voie,[197]
Fui einsi que petit savoie[198]
De ce qu’on faisoit en la ville,
452Et s’en morut plus de vint mille,[199]
Cependant que je ne sceus mie,[200]
Dont j’eus meins de merencolie ;[201]
Car riens n’en voloie savoir,[202]
456Pour meins de pensées avoir,[203]

Comment qu’assez de mes amis
Fussent mors et en terre mis.

Si qu’einsi fui lonc temps en mue,
460Si comme un esprevier qu’on mue,[204]
Et tant qu’une fois entroÿ[205]
— Dont moult forment me resjoÿ —
Cornemuses, trompes, naquaires,
464Et d’instrumens plus de set paires.[206]
Lors me mis a une fenestre
Et enquis que ce pooit estre ;
Si que tantost me respondi[207]
468Uns miens amis qui m’entendi[208]
Que ceuls qui demouré estoient
Einsi com tuit se marioient
Et faisoient festes et noces ;
472Car la mortalité des boces
Qu’on appelloit epydemie
Estoit de tous poins estanchie ;
Et que les gens plus ne moroient.
476Et quant je vi qu’il festioient[209]
A bonne chiere et liement[210]
Et tout aussi joliement[211]
Com s’il n’eüssent riens perdu,[212]
480Je n’os mie cuer esperdu,
Eins repris tantost ma maniere
Et ouvri mes yeus et ma chiere
Devers l’air qui si dous estoit[213]
484Et si clers qu’il m’amonnestoit
Que hors ississe de prison[214]
Ou j’avoie esté la saison.

Lors fui hors d’esmay et d’effroy,[215]
488Se montay seur mon palefroy
Grisart qui portoit l’ambleüre
Moult souëf et de sa nature.[216]
S’alay aus chans isnellement
492Chevauchier par esbatement,[217]
Pour moy jouer et soulacier
Et la douceur a moy lacier[218]
Qui vient de pais et de deduit,[219]
496Ou cuers volentiers se deduit[220]
Qui n’a cure de cusançon[221]
Qui touche a noise, n’a tenson,[222]
Mais bien vorroit cusançonner[223]
500Ad ce qui puet honneur donner.
En celle cusançon estoie[224]
Pour honneur a quoy je tendoie.[225]
Cusançon avoie et desir
504Que je peüsse, a mon loisir.[226]
Aucuns lievres a point sousprendre,[227]
Par quoy je les peüsse prendre.[228]
Or porroit aucuns enquester[229]
508Se c’est honneur de levreter.[230]
A ce point ci responderoie[231]
Que c’est honneur, solas et joie ;
C’est uns fais que noblesse prise,
512Qui est de gracïeuse emprise.
Et trés honneste a commencier,
Dont il s’en fait bel avancier ;
S’est en faisant plaisans a faire,[232]

516Et li honneurs gist ou parfaire.[233]
Dont en celle perfection
Avoie si m’entencion[234]
Qu’a autre chose ne pensoie.
520Et li bon levrier que j’avoie
Renforçoient si mon solas[235]
Que je n’en peüsse estre las,[236]
Quant je les os mis en conroy,[237]
524Et je les vi de bel arroy[238]
De courir a point sus les chans,
Et puis des oisillons les chans[239]
Qui estoient melodïeus,
528Et li airs dou temps gracïeus
Qui tout le corps m’adoucissoit.
On puet bien croire qu’einsi soit[240]
Que, se pluseurs gens chevauchassent,
532A fin que point ne m’araisnassent,[241]
Et aucuns bien en congneüsse,[242]
Que ja ne m’en aperceüsse,
Tant y avoie mis ma cure.
536Se m’en avint une aventure
Qui me fu un petit doubteuse,
Mais briefment me fu gracïeuse.
Si comme tantost le diray[243]
540Ci après ; point n’en mentiray.[244]

Tandis que la m’esbanioie
Qui en moy oublié avoie[245]
Toutes autres merencolies,
544Tant les dolentes, com les lies,
Une dame de grant noblesse,

 
Bien acesmée de richesse,[246]
Venoit a belle compaingnie.
548Mais je ne les vëoie mie,[247]
Car dou chemin estoie arriere,[248]
Et, d’autre part, pour la maniere
De ce que j’estoie entendus
552Et tous mes engins estendus[249]
A ma queste tout seulement.[250]
Mais la dame premierement
Me vit, eins que nuls me veïst,[251]
556Ne que nuls semblant en feïst,
C’est assavoir d’icelle gent
Qui conduisoient son corps gent.
Lors un escuier appella
560Et li dist : « Vois tu celui la[252]
Qui bel se deduit et deporte ?[253]
Va a lui, et si me raporte
Qui il est, et revien en l’eure,
564Sans la faire point de demeure. »
Li escuiers n’en failli pas,[254]
Eins vint a moy plus que le pas
Et hautement me salua.[255]
568Mes propos de riens n’en mua.
Si li dis : « Bien veingniez, biau sire. »
Cils s’en retourna, sans plus dire,
Au plus tost qu’il pot a la dame :
572« Dame », dist cils, « foy que doy m’ame,[256]
C’est la Guillaumes de Machaut.[257]
Et sachiez bien qu’il ne li chaut[258]
De rien fors que de ce qu’il chace,[259]
576Tant est entendus a sa chace.[260]

Bien croy qu’il n’entent a nelui
Fors qu’a ses levriers et a lui. »[261]
Quant la dame ces mos oÿ,[262]
580Samblant fist de cuer esjoÿ,
Nom pas samblant tant seulement,
Mais de fait enterinement,[263]
De cuer joiant, a chiere lie,[264]
584Comme dame gaie et jolie.[265]
Nom pour moy, ce ne di je point ;[266]
Eins y avoit un autre point,[267]
Pour aucune cause certeinne,
588Dont sa volenté estoit pleinne.[268]
Si le me voloit prononcier[269]
Pour li deduire et soulacier
Et moy mettre en merencolie.
A ce point ne failli je mie,
Car je fui de li galïez,[270]
Ramposnez et contralïez,
Aussi com se j’eüsse fait[271]
596Encontre li un grant meffait.

Quant li escuiers ot compté
De moy toute sa volenté,
La dame dist tout hautement :
600« Or vëons un petit, comment
Guillaumes est faitis et cointes.
Il m’est avis qu’il soit acointes
De trestoute jolieté[272]
604Apartenant a honnesté.
De nuit, en estudiant, veille,[273]

Et puis de jour, son corps traveille[274]
En travail ou li bons s’atire[275]
608Qui a honneur traveille et tire.
Einsi va son corps deduisant[276]
Toutes heures en bien faisant.
Si fais estas donne couleur[277]
612De maintenir homme en valeur.[278]
Mais je li osteray briefment[279]
Grant part de son esbatement ;[280]
Car je li donray a ruser,
616Pour li bonne piece muser.[281]
Lonc temps a que je le desir :[282]
S’en acompliray mon desir.

Or t’en reva a li tantost,[283]
620Car je me merveil qui li tost[284]
A ci venir. Si li diras
Par plus briés mos que tu porras[285]
Qu’il veingne ci apertement.
624Et se li di hardiement[286]
Que ce soit sans querir essoingnes,[287]
Non contrestant toutes besoingnes,[288]
Et que c’est a mon mandement. »
628— « Dame, a vostre commandement, »[289]
Dist li escuiers, « sans nul si,[290]
Je li vois dire tout einsi[291]
Com vous dites, ou au plus près
632Que je porray ; j’en sui tous près. »[292]

 
Lors li escuiers chevaucha
Devers moy, tant qu’il m’aprocha.[293]
Et quant il me vint aprochant,[294]
636Il m’appella en chevauchant,
En galopant d’uns pas menus,
Tant qu’il fu près de moy venus.[295]
Et si tost com j’oÿ sa vois,
640Erraument devers lui m’en vois,[296]
Car de lonc temps le congnoissoie.
Et il, en signe de grant joie,[297]
Me salua de Dieu le pere
644Et de sa douce chiere mere ;
Et je li respondi briefment
En saluant courtoisement.
Puis li demanday quels nouvelles[298]
648Pour moy seront bonnes et belles,[299]
Se ma dame est preus et haitie,[300]
En pais, sans estre courrecie.[301]
« Guillaume, de riens n’en doubtez ;[302]
652Car ma dame est de tous costez
En pais, preus, et haitie, et seinne ;[303]
Et que ce soit chose certeinne,
Assez tost savoir le porrez,
656Selonc ce que dire m’orrez :
Il est bien voirs qu’elle vous mande,[304]
Nom pas qu’elle le vous commande,[305]
Mais d’un mandement par tel guise
660Qu’il vaut auques près commandise ;[306]
Non prier et non commander,
Einsi li plaist il a mander,[307]

 
Entre le vert et le meür.
664Mais tenez ce point pour seür,[308]
Que c’est bien de s’entencion
Que, sans point d’excusation,
Venrez a li moult liement ;[309]
668Elle le croit fiablement.[310]
Dont, s’il vous plaist, vous y venrez,
Ou vo plaisir responderez. »[311]

Après ces mos li respondi :
672« Très chiers amis, itant vous di[312]
Qu’a ma dame, ne quars, ne tiers
Ne sui, mais mes pooirs entiers[313]
Est tous siens, sans riens retenir.[314]
676Se ne me porroie tenir
D’aler a li, ne ne vorroie,
Pour tant que de vray sentiroie[315]
Que ma dame le penseroit ;
680Dont, quant elle me manderoit,
Ce seroit bien folie a croire
Que point en vosisse recroire.[316]
Mais un po vous vueil demander,
684Afin qu’il n’i ait qu’amender,[317]
Combien ma dame est loin de ci ? »
— « Guillaume, je respon einsi,[318]
Qu’il n’i a pas bien trois journées.
688Bel soient elles ajournées ! »[319]
Dis je : « Or alons sans sejour,[320]
Si chevauchons et nuit et jour[321]
Pour les bons ma dame acomplir.

 
692Je ne me puis mieus räemplir[322]
De joie qu’en son plaisir faire ;[323]
Se n’useray point dou contraire. »[324]
— « Guillaume, j’ay bien entendu
696Ce que vous avez respondu.[325]
Je vous vueil un po apaisier
D’autre chose que de baisier.
Resgardez en celle grant pleinne
700Un po dela celle verseinne :
C’est ma dame a grant chevauchie[326]
Qui pour vous s’est la adressie.[327]
La vous atent, soiez certeins.
704Or ne soit point vostres cuers teins
De päour pour trop loing aler ;[328]
Car la porrez a li parler. »
A ces mos ma chiere dressay,[329]
708Et puis mon regart adressay
D’icelle part ou cils disoit.[330]
Et quant je vi qu’einsi gisoit,
Que mes chemins yert acourciez,[331]
712Je n’en fui mie courreciez,
Eins en fui liez ; s’en pris a rire,[332]
Et puis a celui pris a dire :[333]
« Biaus amis, par merencolie
716M’avez tenté de moquerie
De bourde, et de parole voire,[334]
Quant vous me donnastes a croire[335]
Ma dame loing par bel mentir.[336]
720Il me plut moult bien a sentir[337]

 
Le vray de ce que vous mentistes,
En ce qu’après le voir deïstes,
Que ma dame estoit assez près.
724Je m’en vois ; or venez après,
Ou vous demourrez, s’il vous plaist. »[338]
— « Guillaume, bien heure de plait[339]
Est encor ; ne vous hastez point.[340]
728Vous y venrez assez a point,[341]
Se ma dame y puet adrecier.
Se vous saviez un po tencier,[342]
Bon seroit et pour certein cas
732Ou vous devenez avocas ;[343]
Car on vous porra bien sousprendre,
Se vous ne vous savez deffendre. »
De si fais mos nous debatiens,[344]
736Par gieu si nous en esbatiens ;[345]
Dont tant en parlant chevauchames[346]
Que la gent la dame aprochames.[347]
Lors m’avansay, et quant je vi
740Son gentil corps amanevi[348]
D’onneur, de grace et de science,
En signe de grant reverence
Vos jus de mon cheval descendre ;
744Mais tantost le me va deffendre,[349]
En disant debonnairement :
« Hola, Guillaume, nullement,
Pour certein, n’i descenderez.[350]
748A cheval a moy parlerez. »[351]
Quant je l’oÿ, je m’en souffri,[352]

 
Et si bel salu li offri,
Comme je pooie et savoie,
752Et comme faire le devoie,
Einsi comme j’avoie apris
A honnourer gens de tel pris.
Et elle aussi, sans contrefaire,
756Sceut moult bien le seurplus parfaire,[353]
En respondant par amisté.
Gardant honneur et honnesté.[354]
Puis me dist moult rassisement :


La Dame.

760« Guillaume, mervilleusement
Estes estranges devenus.
Vous ne fussiez pas ça venus,[355]
Se ce ne fust par mes messages.[356]
764Je croy que vous estes trop sages
Devenus, ou trop alentis,
Mausoingneus et mautalentis,[357]
De vos deduis apetisiez,
768Ou trop po les dames prisiez.[358]
Quant je fui la dessus montée
En celle plus haute montée,
Mon chemin tenoie sus destre,
772Et je regarday vers senestre.[359]
Tout de plain vous vi chevauchier,
Vos levriers siffler et huchier.[360]
Tels ouevres faire vous öoie,[361]
776Tout aussi bien com je vëoie[362]
Vous et vostre contentement.
Dont je croy bien certeinnement,
Guillaume, que vous nous veistes.[363]

 
780Et pour quoy dont, quant vous oïstes[364]
Nos chevaus passer et hennir,
Et si ne deingnastes venir,[365]
Jusqu’a tant que je vous manday
784Einsi com je le commanday ?
Dont je vous merci tellement
Com je doy, et non autrement. »


Guillaume.

Lors li dis je : « Pour Dieu merci,
788Ma dame, ne dites ceci.[366]
Je respon, sauve vostre honneur,
Car foy que doy Nostre Signeur,
Je ne vi riens, ne riens n’oÿ,
792Tant avoie cuer esjoÿ
De ma chace a quoy je pensoie,
Pour la fin a quoy je tendoie ;
S’estoie einsi comme ravis.
796Ma dame, je feroie envis[367]
Riens encontre vostre voloir.[368]
Et que me porroient valoir
A faire tels menuz despis ?
800Bien say que j’en vaurroie pis.[369]
Si m’en devez bien escuser. »


La Dame.

« Guillaume, plus n’en vueil ruser.[370]
Puis qu’einsi va, mes cuers vous croit.[371]
804Mais d’une autre partie croit[372]
Moult durement une autre chose[373]
Encontre vous qui porte glose.
Se vous donray assez a faire,
808Et se vous feray maint contraire,

Se pour confus ne vous rendez.
Guillaume, oëz et entendez :
Vers les dames estes forfais,
812S’en avez enchargié tel fais[374]
Que soustenir ne le porrez,
Ne mettre jus, quant vous vorrez. »[375]
Avec ces paroles diverses,
816En leurs diversetez perverses,
Me moustra elle une maniere
Aspre, crueuse, male et fiere,[376]
En signe de grant mautalent,
820Pour moy faire le cuer dolent
Et mettre ma pensée toute
En effroy, en soing et en doubte.
De ce se mettoit en grant peinne,
824Qu’elle se tenoit pour certeinne,[377]
Que de tant bien la priseroie[378]
Que son courrous moult doubteroie.
Et si fis je ; je le doubtay,
828Quant ces paroles escoutay,
Nom pas pour cause de meffait
Qu’endroit de moy eüsse fait,[379]
Mais je doubtay pour mesdisans
832Qui sont aucunes fois nuisans[380]
Par fausseté et par envie
Aus bons qui mainnent bonne vie.
Si doubtay si faite aventure ;[381]
836Mais seürs fui qu’enforfaiture[382]
N’avoie fait en ma vie onques
Envers nulles dames quelsquonques.[383]
Se li respondi par avis.[384]


Guillaume.

840« Dame, fait avez un devis
Ou ma grant deshonneur moustrez,
Mais li procès n’est pas outrez,
Ne mis en fourme justement.
844Pour faire certein jugement,
Vous me deüssiez dire en quoy
J’ay forfait, et tout le pourquoy
Amener a conclusion.
848Or est en vostre entention
Secretement mis et enclos.
S’il ne m’est autrement desclos,
Je n’en saveroie respondre.[385]
852Or vueilliez, s’il vous plaist, espondre[386]
Le fait de quoy vous vous dolez ;
Et s’einsi faire le volez[387]
Vous ensieurez la juste voie[388]
856De droit, ou je ne saveroie[389]
Le fait congnoistre ne niër.
Se non, vous devez ottriër[390]
Que je m’en voise frans et quittes
860De ce forfait que vous me dites ;[391]
J’en atenderoie bien droit. »[392]


La Dame.

« Guillaume, sachiez, orendroit
N’en arez plus de ma partie.[393]
864Car la chose est einsi partie :
Se je le say, vous le savez,[394]
Car le fait devers vous avez

 
En l’un de vos livres escript,
868Bien devisié et bien descript :[395]
Si resgardez dedens vos livres.[396]
Bien say que vous n’estes pas ivres,
Quant vos fais amoureus ditez.
872Dont bien savez de vos ditez,[397]
Quant vous les faites et parfaites,
Se vous faites bien ou forfaites,[398]
Dès qu’il sont fait de sanc assis
876Autant a un mot comme a sis.
S’il vous plaist, vous y garderez,[399]
Qu’autre chose n’emporterez
De moy, quant a l’eure presente.
880Soiez certeins que c’est m’entente. »


Guillaume.

« Dame, qu’est ce que dit avez ?
Selonc le bien que vous savez,
Trop mieus savez que vous ne dites :
884J’ay bien de besoingnes escriptes[400]
Devers moy, de pluseurs manieres,
De moult de diverses matieres,[401]
Dont l’une l’autre ne ressamble.
888Consideré toutes ensamble,[402]
Et chascune bien mise a point,[403]
D’ordre en ordre et de point en point,[404]
Dès le premier commencement
892Jusques au darrein finement,[405]
Se tout voloie regarder
— Dont je me vorray bien garder — [406]
Trop longuement y metteroie ;[407]

 
896Et d’autre part, je ne porroie
Trouver ce que vous demandez,
S’a vos paroles n’amendez.
Pour tel chose ne quier ja lire,
900Dame, nom pas pour vous desdire.
Mais ce n’est pas chose sensible
Que vostre pensée invisible[408]
Puist venir a ma congnoissance,[409]
904Fors que par la clef d’ordenance
Dont vostres cuers soit deffermez,
Et que si en soie enfourmez
Que vostre bouche le me die.
908Lorsqu’à respondre contredie,
Quant de bouche le m’arez dit,
J’en vueil moult bien, a vostre dit,
Estre blasmez et corrigiez.
912Dame, s’il vous plaist, or jugiez[410]
Selonc la vostre opinion,[411]
Se j’ay tort a m’entencion. »


La Dame.

« Guillaume, puis qu’il est einsi,
916Je m’acort bien a ce point ci.
Orendroit me ren je vaincue ;
Mais de vostre descouvenue,[412]
Qui est contre dames si grande,[413]
920Afferroit bien crueuse amende,
S’il estoit qui la vosist prendre.
Or vueilllez dès or mais entendre
Ad ce que je diray de bouche ;
924Car moult forment au cuer me touche.
Et quant dit le vous averay,[414]

 
En tel lieu le reprocheray
Que vous en serez moult blasmez[415]
928Et vers les dames diffamez.

Une question fu jadis[416]
Mise en termes par moult biaus dis,[417]
Belle et courtoisement baillie,[418]
932Mais après fu trop mal taillie :
Premierement fu supposé,
Et en supposant proposé,
Qu’une dame de grant vaillance
936Par très amiable fiance
Ameroit un loial amant,[419]
Si que toudis, en bien amant,
Seroit de cuer loial amie ;[420]
940Et il, en gardant courtoisie,[421]
Toudis de bon cuer l’ameroit[422]
Et son pooir estenderoit[423]
En li chierir et honnourer ;
944Et pour li mieus enamourer
Il maintenroit toute noblesse,[424]
Honneur, courtoisie et largesse.
Biaus homs seroit, a grant devis,[425]
948De membres, de corps et de vis
Renommez, de grace parfais,
Et si bien esprouvez par fais[426]
D’armes, comme nuls homs puet estre[427]
952Qui a mis sa vie et son estre
En sieuir joustes et tournois[428]
Et tous amoureus esbanois.

 
Cependant qu’einsi s’ameront[429]
956Et toudis bien se garderont[430]
Les courtois poins de loiauté
En raison et en verité,[431]
Leur avenroit tele aventure,
960Par violence ou par nature,
Que li amans devieroit ;
Et celle, quant le saveroit,[432]
Demorroit lasse et esgarée,[433]
964Loial amie non amée.
Car ses cuers demorroit espris,[434]
Et li cuers de l’amant de pris[435]
Seroit selonc nature esteins,
968Dont li siens cuers seroit plus teins
Pour cause de la départie.
Plus n’en di de ceste partie,
Eins vorray d’une autre conter[436]
972Pour a ceste ci adjouster,
En faisant ma comparison.
Guillaume, or entendez raison :

Uns autres amans debonnaires,
976Aussi vaillans en ses affaires[437]
Comme cils de qui j’ay conté,[438]
Tant en grace comme en bonté,
Et de toutes autres parties
980En honneur a point départies,
Amera aussi une dame
Sans mal penser et sans diffame ;
Et se li fera a savoir.[439]

984Et quant elle en sara le voir,
Volentiers le recevera[440]
Et s’amour li ottriera
Liement, sans faire dangier.[441]
988Pas ne vueil ce ci prolongier ;[442]
Car cils l’amera loiaument[443]
Et se la croira fermement[444]
Sans erreur et sans nulle doubte,
992Car il cuidera s’amour toute
Avoir acquis toute sa vie,
Sans jamais faire departie.
Mais il ira bien autrement ;
996Quant il sera plus liement[445]
Conjoins a li et affermez
En la fiance d’estre amez,
Elle li jouera d’un tour
1000Outréement, sans nul retour,
Ou il trouvera fausseté
Contre lui, et desloiauté,
Et se ne le porra niër.[446]
1004Si doit bien celui anuiër.[447]
Ce n’est mie moult grant merveille.[448]
Mais ce n’est pas chose pareille
Au fait d’amours qui me remort,[449]
1008Qui se defenist par la mort.[450]
Guillaume, s’entendu m’avez.
Assez legierement devez
Vostre meffaçon recongnoistre
1012Pour vostre deshonneur descroistre.
Vous avez dit et devisié[451]
Et jugié de fait avisié[452]

 
Par diffinitif jugement,
1016Que cils a trop plus malement
Grieté, tourment, mal et souffraite[453]
Qui trueve sa dame forfaite
Contre lui en fausse maniere,
1020Que la trés douce dame chiere
Qui avera son dous amy
Conjoint a son cuer, sans demy,[454]
Par amours, sans autre moien,[455]
1024Puis le savera en loien[456]
De la mort ou il demourra,[457]
Si que jamais ne le verra.
Et comment l’osastes vous dire,
1028Ne dedens vos livres escrire ?[458]
Il est voirs qu’einsi l’avez fait,
Dont vous avez griefment meffait.
Si vous lo que vous tant faciez[459]
1032Que ce jugement effaciez,
Et que briefment le rapellez.[460]
Guillaume, se vous tant valez,
Vous le pouez bien einsi faire
1036Par soustenir tout le contraire.
Car li contraires, c’est li drois
En tous bons amoureus endrois. »[461]
— « Dame, foy que doy sainte Eglise
1040En qui ma foy est toute assise,[462]
Pour nulle rien ne le feroie ;
Eins iray tout outre la voie
Dou fait, puisque j’y suis entrez.
1044Dès que mes jugemens outrez[463]

Est de moy, je le soustenray,[464]
Tant com soustenir le porray.[465]
Mais qui vorroit avant venir[466]
1048Pour le contraire soustenir,
Moult volentiers oubeïroie
A quanqu’oubeïr deveroie.
Car je ne suis mie si fors,
1052Ne si grans n’est pas mes effors,
Ne de science mes escus,
Que je ne puisse estre veincus.
Mais se je puis, je veinqueray ;
1056Se je ne puis, je soufferray.
Or voit einsi, com puet aler ;[467]
Je n’en quier autrement parler.
Et nompourquant, ma dame douce,
1060Que vostres cuers ne se courrouce[468]
A moy, nous ferons une chose
Ouvertement, nom pas enclose,[469]
Ou vostre pais soit contenue,
1064Et m’onneur y soit soustenue.[470]
Car ce seroit a ma grant honte,
Selonc vostre meïsme conte,
S’endroit de moy contredisoie
1068Le fait que jugié averoie,[471]
De mon bon droit, tel et si fait[472]
Que tout par moy aroie fait.[473]
Nous penrons un juge puissant,[474]
1072De renommée souffissant,
Qui soit sages homs et discrez.
Se li soit comptez li secrez[475]
Entierement de la besoingne

1076Qui a vous et a moy besoingne.[476]
Or soit einsi fait par acort ;
Mais vous en ferez le recort
Dou prendre tel que vous vorrez.[477]
1080Contredire ne le m’orrez,
Eins y sui acordans dès ci
A vostre plaisir, sans nul si.[478]
Mes cuers y est ja tous entiers,
1084Car ce sera uns biaus mestiers
D’oïr les raisons repeter
Et les parties desputer[479]
Soutilment, par biaus argumens,
1088Qui vaurront auques jugemens. »


La Dame.

A ces moz prist la dame a rire[480]
Et en riant tantost a dire :
« Guillaume, bien suis acordans
1092Ad ce qu’estes ci recordans ;[481]
S’en parleray, comment qu’il aille.
Et nompourquant, vaille que vaille,
Je nomme et pren celui qui rois
1096Est appellez des Navarrois.
C’est uns princes qui aimme honnour
Et qui het toute deshonnour,
Sages, loiaus et veritables,
1100Et en tous ses fais raisonnables.
Il scet tant et vaut, qu’a droit dire,
Nul milleur ne porroie eslire.[482]
Li fais li sera savoureus,
1104Pour ce qu’il est moult amoureus,
Sages, courtois et bien apris.
Il aimme l’onneur et le pris

 
1108Des armes, d’amours et des dames.
C’est li rois par cui uns diffames
Ne seroit jamais soustenus ;
De toute villenie est nus
Et garnis de toute noblesse[483]
1112Qui apartient a gentillesse.
Trop de biens dire n’en porroie,[484]
S’ui mais tout adès en parloie. »[485]

Einsi fumes nous acordé,
1116Comme devant est recordé.[486]
Dont puis d’amours assez parlames,[487]
Et en parlant tant chevauchames
Que nous entrames es drois las
1120De pais, de joie et de solas,
C’est assavoir en un dous estre
Ou il faisoit si très bel estre
Qu’on ne porroit mieus, a mon gré :
1124C’estoit en souverein degré,[488]
A mon avis, de bon propos,
De deduit et de bon repos,
Ou uns cuers se puet reposer
1128Qui a point se vuet disposer.
La avoit il un bel manoir[489]
Ou elle voloit remanoir.[490]

Assez fu qui la descendi
1132Et qui entour li entendi ;
Et, sans atendre, fu menée
Dedens une chambre aournée
Si bien, si bel, si cointement

1136Et de tout si trés richement,[491]
Qu’onques mais, dont j’eus grant merveille,
N’avoie veü la pareille.[492]
Et briefment tuit, grant et meneur,[493]
1140Li faisoient feste et honneur.
Mais bien sambloit estre maistresse,
Car elle fu par grant noblesse
Entre coussins de soie assise.[494]
1144Mais moult estoit sage et rassise,
Et fu d’aäge si seür
Qu’entre le vert et le meür
Estoit sa trés douce jouvente,[495]
1148Plus qu’autre simple, aperte et gente.
Moult bien estoit acompaingnie
De belle et bonne compaingnie.
N’i fu Margot ne Agnesot,[496]
1152Mais douze damoiselles ot
Qui jour et nuit la norrissoient,
Servoient et endoctrinoient.

La première estoit Congnoissance
1156Qui li moustroit la difference
D’entre les vertus et les vices
Et des biens fais aus malefices,[497]
Par Avis qui la conduisoit[498]
1160Jusqu’à un miroir qui luisoit,[499]
Si qu’onques plus cler mirëoir
Ne pot on tenir ne vëoir.[500]

Raisons le tenoit en sa destre,[501]
1164Une balance en sa senestre,[502]

 
Si que la dame s’i miroit[503]
Plus souvent qu’on ne vous diroit.
La vëoit elle clerement
1168Sans obscurté n’empeschement,[504]
Quanque Dieus et Nature donne
A bonne eüreuse personne.
C’est le mal laissier et bien faire,[505]
1172Et non voloir autrui contraire ;
Car fols est qui autrui pourchace[506]
Chose qu’il ne vuet qu’on li face.[507]
Et s’il eüst en son atour,
1176En son gentil corps, fait a tour,[508]
Et en son cuer tache ne vice[509]
Ou pensée d’aucun malice,[510]
Ja ne fust si fort reponnue
1180Qu’en mirëoir ne fust veüe.[511]
Et la vëoit elle, sans doubte,[512]
La guise et la maniere toute,
Comment Raison justement regle[513]
1184Par belle et bonne et loial regle ;[514]
Si que la prenoit exemplaire
De tout ce qu’elle devoit faire.
Et aussi la juste balance
1188Li demoustroit signefiance[515]
Qu’elle devoit en tous cas vivre[516]
Aussi justement com la livre
Ou on ne puet, par nulle voie,[517]
1192Mettre n’oster, qu’on ne le voie.[518]

La tierce avoit nom Attemprance

Qui un chapelet de souffrance
Avoit sus son chief par cointise ;
1196Et avec ce, dont mieus la prise,
Estoit de manière seüre
Et, en parlant, sage et meüre,
N’en fait, n’en port, n’en contenence[519]
1200N’ot vice, ne desordenance.

La quarte, se bien m’en recorde,[520]
Estoit Pais qui tenoit Concorde
Par le doy, amiablement,
1204Et li disoit moult doucement,
De cuer riant, a chiere lie :[521]
« Ma douce suer, ma chiere amie,
Se nous volons vivre en leësse,
1028En pais, en repos, en richesse.
De tout ce qu’on puet faire et dire,
N’en mettons a nos cuers point d’ire.[522]
Et ne nous chaille dou dangier[523]
1212Qu’on appelle contrevangier,[524]
Car tels cuide vangier sa honte
Qui l’acroist et qui plus s’ahonte.[525]
Tenons les bons en amitié,[526]
1216Et des mauvais aions pitié,
Car onques homs ne fu parfais
Qui volt vangier tous ses tors fais. »[527]

La cinquisme fu appellée[528]
1220Foy, qui richement endestrée[529]
Estoit de Constance la ferme[530]
Qui si l’affermoit et afferme[531]

Que riens ne la branle n’esloche,[532]
1224Eins estoit com chastiaus sus roche,
Fort et ferme et seürement,
Sans variable mouvement.

La setisme fu Charité[533]
1228Qui avoit si très grant pité[534]
Des besoingneus qu’elle savoit[535]
Que leur donnoit quanqu’elle avoit.[536]
Mais ja tant donner ne sceüst
1232Qu’assez plus a donner n’eüst.

Après, Honnestez doucement
Se sëoit moult honnestement,
Qui parée par grant noblesse
1236Estoit d’un mantel de simplesse.[537]
Mais nette estoit, sans nul reprouche,[538]
De cuer, de corps, de main, de bouche.

La novisme estoit Prudence ;[539]
1240En son cuer portoit Sapience,
Et si fermement la gardoit
Qu’après li d’amours toute ardoit.[540]
Bien savoit la cause des choses
1244Qui sont ou firmament encloses,[541]
Pourquoy li solaus en ardure
Se tient, et la lune en froidure,
Des estoiles et des planettes
1248Et des douze signes les mettes,
Pourquoy Dieus par nature assamble[542]

Humeur, sec, froit et chaut ensamble,[543]
Et pourquoy li quatre element
1252Furent ordené tellement
Qu’adès se tient en bas la terre,[544]
Et l’iaue près de li se serre,
Li feus se trait haut a toute heure,[545]
1256Et li airs en moien demeure.[546]
Brief des ouevres celestiennes
Et aussi des choses terriennes[547]
Savoit tant qu’elle estoit experte,[548]
1260D’engin si vive et si aperte,
Que nuls ne le porroit despondre ;[549]
Car a chascun savoit respondre
De quanqu’on voloit demander,[550]
1264Si qu’on n’i sceüst qu’amender.[551]

Après Prudence se sëoit
Largesse qui riens ne vëoit,[552]
Einsois donnoit a toutes mains,[553]
1268A l’un plus et a l’autre meins,
Or, argent, destriers, oisiaus, lerre.[554]
Et quanqu’elle pooit acquerre,[555]
Contez, duchiez et baronnies,
1272A heritages et a vies.[556]
De tout ce riens ne retenoit,[557]
Fors l’onneur. Ad ce se tenoit :
Noblesse li avoit apris.
1276Et avec ce, dont mieus la pris,[558]
Elle reprenoit Advarice

 
Comme de tout le pieur vice.[559]

L’autre, dont pas ne me vueil taire,
1280Estoit Doubtance de meffaire,
Qui tant se doubtoit de mesprendre
Qu’a peinne pooit elle entendre
A riens, fors estre sus sa garde.
1284En tous ses fais estoit couarde ;
Car Honte et Päour la gardoient,
Qui en tous lieus l’acompaingnoient.[560]

La dousisme estoit Souffissance[561]
1288Qui de trés humble pacience
Estoit richement äournée
Et abondanment säoulée
Et pleinne de tous biens terriens.[562]
1292Elle n’avoit besoing de riens,
Ne li failloit chose nesune ;
Hors estoit des mains de Fortune
Et de son perilleus dangier.[563]
1296De po se paissoit au mengier,[564]
Car plus refaite estoit d’un ouef
Que ne fust un autre d’un buef.
Tant par estoit bonne eüreuse
1300Et parfaitement vertueuse ;
Encor est et toudis sera,[565]
Tant com li siecles durera ;[566]
Que c’est, a droit considerer,[567]
1304Li biens qu’on doit plus desirer.[568]

Mais aussi com pluseurs rivieres
Arrousent, et pluseurs lumieres

 
Radient et leur clarté rendent[569]
1308En tous lieus ou elles s’estendent,
Ces douse nobles damoiselles
Qui de tous biens furent ancelles,
Chascune selonc sa nature,
1312En meurs, en maintieng, en figure,
Embelissoient ceste dame
De cuer, de corps, d’onneur et d’ame.
Car tant estoit d’elles parée,
1316Arrousée et enluminée,
Que chascune l’embelissoit
De quanque de li bel issoit,
Et chascune la repartoit[570]
1320De la vertu qu’elle portoit.
Et encor des biens de nature
Avoit la noble creature
Gente maniere, loiauté,[571]
1324Faitis port, debonnaireté.
Grace, douceur et courtoisie,[572]
Dont elle estoit moult embelie.[573]
Mais sa souvereinne bonté
1328De trop loing passoit sa biauté.[574]

Quant je la vi si hautement
Assise, et si trés noblement
De grans richesses acesmée,[575]
1332Et si servie et honnourée
Chierement de tous et de toutes,
Dedens mon cuer venirent doubtes[576]
Qui y entrerent par folie
1336Et par droite merencolie.
Car j’estoie trop esbahis[577]

 
Et aussi com tous estahis[578]
Et d’erreur telement temptez,[579]
1340Que je cuiday estre enchantez.
Mais en si fait amusement[580]
Ne demouray pas longuement ;
Car j’usay dou conseil d’Avis
1344Qui fist retourner mon avis[581]
Justement par devers Raison,
Qui est tout adès en saison
Des loiaus cuers remettre a point
1348Qui sont issu hors de leur point.[582]
Adont Raison me resgarda,
Si que depuis en sa garde a
Mon cuer, mon sens et mon penser,
1352Pour resister et pour tenser[583]
Aus fausses cogitations,
Et oster les temptations
Qui cuidoient avoir victoire[584]
1356A moy faire faussement croire.

Or fui hors de celle pensée.[585]
Mais la dame bien apensée
Moult sagement m’araisonna,
1360Et en parlant sens me donna[586]
De respondre après son parler ;
Se sceus mieus et plus biau parler.[587]


La Dame.

Se me dist : « Guillaume, biau sire,[588]
1364Or prime fust il temps de dire[589]

 
Ce que sus les champs avons dit.[590]
S’en rafreschissons nostre dit,[591]
Present ces douse damoiselles[592]
1368Qui sont sages, bonnes et belles,[593]
Et pluseurs gens qui y seront :
Volentiers nous escouteront. »


Guillaume.

Je ne fis pas longue demeure,[594]
1372Einsois m’agenoillay en l’eure,[595]
Et humblement li respondi :
« Ma chiere dame, tant vous di :
Pleüst a Dieu de paradis
1376Que cils qui doit oïr nos dis
Fust ci endroit presentement,
Li bons rois qui si sagement
Saveroit oïr et entendre,[596]
1380Faire a point, et puis raison rendre.
Quant il averoit escouté
Ce qu’on li averoit compté ;[597]
Bien saveroit examiner
1384Et encor mieus determiner.
Et si croy bien qu’il jugeroit[598]
Selonc les parlers qu’il orroit.[599]
Et non pour quant, puisqu’il vous plait,[600]
1388Bien en poez dire hors plait,[601]
En supposant sans prejudice.
Et je qui point n’i pens malice.
Volentiers vous escouteray,
1392Et, se bon m’est, j’en parleray. »

 


La Dame.

« Guillaume, moult bel respondez.[602]
Mais un bien petit m’entendez.
Levez vous, car il plaist a nous[603]
1396Que plus ne parlez a genous.
Et se plus ci après parlez,
Parlez einsi, com vous volez,[604]
Ou en sëant, ou en estant,
1400Car il nous souffist bien a tant. »


Guillaume.

Lors me levay hastivement
Pour faire son commandement,
Quant elle ot sa parole dite ;[605]
1404Et puis tout droit a l’opposite
De li m’en alay assëoir,[606]
Pour li en la face vëoir.
Car qui voit personne en la face
1408Qui de parler doit avoir grace,[607]
Le parler trop mieus en entent[608]
A quel fin sa parole tent.[609]
Lors prist la dame une maniere
1412Able, diligent et maniere[610]
De parler par si bel devis[611]
Qu’il estoit a chascun avis
Qu’elle veïst tout en escript
1416Ce qu’elle disoit et descript.[612]
Dont mieus diter nuls ne porroit,[613]
Nès que ses parlers atiroit.[614]
Elle ordena son parlement[615]

 
1420Dès le premier commancement,
Qu’elle m’avoit envoie querre,
Et puis secondement requerre,
Et comment j’alay devers li,
1424Et comment elle m’assailli
De parole cusansonneuse,
Et comment elle fu crueuse[616]
De moy rudement ramposner,[617]
1428Pour moy seulement agoner[618]
Et en merencolie mettre,
Dont bel se savoit entremettre.[619]
Que vous iroie je comptant ?[620]
1432Elle y mist de biaus parlers tant[621]
Qu’elle mena l’entention
Dou fait a declaration,[622]
De point en point, de tire a tire,[623]
1436Si bien qu’il n’i ot que redire.[624]
Par quoy les damoiselles toutes[625]
Furent tantost, sans nulles doubtes,
Dou fait sages et avisées
1440Et entierement enfourmées
De quanqu’on avoit recordé[626]
Dessus les chans et acordé.[627]

Après ces paroles moustrées,
1444Bien dites et bien ordenées,
Eus tantost le cuer esjoÿ,[628]
Car tant escoutay que j’oÿ
Chevaus venir et gens debatre;[629]
1448Dont en l’eure se vint embatre[630]
Devers nous cils bons rois de pris

Que nous aviens a juge pris.[631]
Et la dame qui resgardoit
1452Devers l’uis et ne s’en gardoit,[632]
Le vit et congnut a l’entrée ;
Se s’est tantost en piez levée ;
S’ala a l’encontre de lui,[633]
1456Et se n’i atendi nelui.
Quant il la vit, il s’avansa
Et un bien petit l’embrassa,
Et elle lui moult humblement,
1460En saluant courtoisement,
Liement et a bonne chiere.
Et il li dist : « Ma dame chiere,
Moult me poise, quant sa venistes.[634]
1464Pour quel cause ne vous tenistes
En vostre siege toute coie? »
— « Très chiers sires, se Dieus me voie,
Jamais ne l’eüsse einsi fait,
1468Car trop pensasse avoir meffait.
Car on dit — et c’est chose voire
Qu’il est assez legier a croire —
Qu’entre les grans et les meneurs
1472A tous seigneurs toutes honneurs.
Mais laissons ces parlers ester,[635]
Petit y devons arrester,
S’alons en cest siege sëoir.[636]
1476La me vorray je pourvëoir[637]
De vous compter une merveille,
D’autres merveilles nom pareille.[638]
Alez devant; j’iray après.
1480De vous me tenray assez près. »

 
— « Par Dieu, madame, non feray.[639]
Aussi tost com j’y monteray,[640]
Tout d’encoste moy monterez.[641]
1484Ja a ce point ne me menrez[642]
Qu’embedeus n’en alons ensamble.[643]
Encor fais je trop, ce me samble. »[644]
De ce point si bien s’acorderent,[645]
1488Si qu’ensamble tous deus monterent.[646]
Et quant il furent haut monté,
Encor, par grant humilité,
D’assëoir moult se debatirent.[647]
1492Toutes voies il se seïrent.[648]
Et quant il furent la assis,[649]
La dame dist de sens rassis :
« Sire, entendez un bien petit,
1496Et se prenez vostre apetit
A diligenment escouter
Ce que je vous vorray compter.
Vez la Guillaume de Machaut.[650]
1500C’est uns homs a cui il ne chaut
A tort ou a droit soustenir ;
Tout aussi chier s’a il tenir[651]
Vers le tort comme vers le droit,[652]
1504Si com vous orrez orendroit.
En un debat sommes entré
Dont nous devons de fait outré,
Sire, devant vous plaidïer,
1508Mais qu’il ne vous doie anuier.[653]
Moy bien meüe et il meüs,[654]

Pour juges estes esleüs ;[655]
Dont c’est pour nous belle avenue,[656]
1512Biau sire, de vostre venue.
Et vous en estes eüreus,[657]
Se de riens estes amoureus.
Car de cause avons nostre plait[658]
1516Fourmé qui aus amoureus plaist :[659]
C’est d’amours, d’amant et d’amie,
Et de leur noble signourie.
Guillaumes dit, tient et afferme
1520Pour vray et que c’est chose ferme,[660]
Quant homs qui a tout son cuer mis
En dame, tant qu’il est amis
Et celle s’amour li ottrie,[661]
1524Si qu’il la tient pour vraie amie,[662]
Puis est de lui si esprouvée[663]
Qu’il la trueve fausse prouvée,
Qu’il a de ce plus de grieté[664]
1528Qu’une dame qui loiauté
En son vray ami trouvera ;
Et elle aussi tant l’amera
Comme dame puet homme amer,
1532Entierement, sans point d’amer.
Or avenra il que la mort
Qui soutilment sus la gent mort,[665]
Torra a son ami la vie.
1536Et quant elle scet qu’il devie,[666]
Ou qu’il est dou tout devïez,
Il est a la mort marïez.
Lors est finée leur querelle,
1540Aroit cils aussi grief com celle ?[667]

 
Nennil ! Il ne puet avenir ;[668]
Cils poins ne se puet soustenir.[669]
Dont j’ay fait, et fais, et vueil faire
1544Protestation dou contraire.
C’est auques nostres plaidïez.[670]
Pour ce volons que vous soiez
Juges ; si en ordonnerez
1548Selonc le plait que vous orrez. »


Le Juge.

« Je vous respons, ma chiere dame,
Par la foy que doy Dieu et m’ame,[671]
Selonc la mienne entention,
1552Que d’estre en la perfection
De juge est moult noble chose,[672]
Voire qui entrepenre l’ose
Si hautement comme en Amours.[673]
1556Mais pour les trés douces clamours
Qui y sont, j’entrepren l’office,
Sans mal penser et sans malice.
Se j’ay petit sens, j’apenray[674]
1560Parmi les parlers que j’orray ;[675]
Et s’estre puis bien consilliez,
Je ne seroie pas si liez
D’avoir acquis cinq cens mars d’or.
1564Et pour tant vous di je desor,
Chiere dame, que j’esliray[676]
Tel conseil, comme je vorray,[677]
De vostre belle compaingnie
1568Qui a vous est acompaingnie.[678]
Car a un bon juge apartient

Qui jugemens en sa part tient[679]
Qu’il ait conseil en tous endrois.
1572Prenons, qu’il soit ou non soit drois.[680]
Se vous requier je qu’on le face,[681]
Soit par courtoisie ou par grace.
Et d’autre part, quoy que nuls die,
1576Bons drois a bon mestier d’aïe,
Par quoy grace ait adès son cours,
Pour aidier droit en toutes cours. »


La Dame.

« Biau sire, de vostre recort,[682]
1580Que ce soit drois, bien m’i acort.
Or prenez cui que vous volez,[683]
Par quoy de riens ne vous dolez. »[684]


Le Juge.

« Ma dame, je pren Congnoissance
1584Qui est de bon conseil sustance ;
Avecques li sera Avis
Li quels n’i sera pas envis,[685]
Pour ce que c’est sa bonne amie ;
1588Volentiers li tient compaingnie.
Et se me plaist, qu’aussi y soit
Raison qui nelui ne deçoit,
Eins est adès en sa partie
1592De bon conseil apareillie.
Si entendra les parlemens[686]
Pour raporter aus jugemens.[687]
La me sara bien consillier ;[688]
1596Pas ne m’en faurra resveillier.[689]

Avecques li sera Mesure ;[690]
Car qui jugemens ne mesure,[691]
Il ne puelent venir a point,
1600Afin qu’il soient en bon point[692]
Pour les parties delivrer
Et chascune son droit livrer. »
La dame bien s’i acorda[693]
1604Et hautement li recorda :[694]
« Biau sire, bien avez ouvré[695]
D’avoir bon conseil recouvré. »[696]


Le Juge.

« C’est bon pour moy, ma dame gente ;
1608Dont a mon cuer bien entalente
Que j’en soie einsi bien garnis :[697]
Qui n’est garnis, il est honnis.[698]
Juges sui par commun acort
1612Especiaument d’un descort[699]
Qui est ci entre deus parties,[700]
Pour atendre droit de parties.[701]
Or est la court garnie et pleinne ;[702]
1616Se puet on bien par voie pleinne,
Ce m’est avis, aler avant.[703]
Dame, vous parlerez devant,
Se fourmerez vostre demande,[704]
1620Nom pas pour ce que je demande
Que li fais me soit refourmez,
Car j’en suis assez enfourmez ;
Mais d’aucuns membres dou procès
1624Me moustreroient les excès[705]

Qui vous en font doloir et pleindre,
Et aussi pour Guillaume ateindre[706]
En son tort, se tort doit avoir ;
1628Autrement ne le puis savoir. »[707]


La Dame.

« Sire, ceste raison me plait.
Dès qu’entamé en avons plait,[708]
Mon fait moustreray par figure[709]
1632Selonc les ouevres de Nature,
Tout pour Guillaume qui se tort
De vérité dont il a tort.
Vous savez que la turterelle,[710]
1636Qui est faitice, gente et belle,
Cointe, gaie, douce et jolie,[711]
Tant com ses males est en vie.[712]
Et s’il avient qu’elle le pert
1640Par mort, on scet tout en appert[713]
Que jamais joie n’avera,
Et par signes le moustrera.[714]
Tant est li siens cuers pleins d’ardeur,
1644Jamais ne serra sus verdeur ;[715]
Eins quiert tout adès obscurtez,[716]
Divers lieus et pleins de durtez,
Aubres sès, verseinnes et trieges ;[717]
1648En tels lieus est souvent ses sieges,[718]
Quant elle se vuet reposer.
Autrement ne vuet disposer
Son cuer qu’en vie dolereuse,
1652Tant est de son male grieteuse.[719]

Tout autel d’une dame di ge
Qui est rendue a Amours lige :
Quant elle a son amy perdu
1656Par mort, le cuer si esperdu[720]
A, que jamais n’avera joie,[721]
Eins quiert lieu, temps, et gens, et voie,[722]
Ou il ait tout adès tristesse,[723]
1660Humble habit en lieu de richesse.[724]
Tenebres en lieu de clarté,
Et en lieu de joliveté
Pour porter chapelès de flours
1664Ist de son chief larmes et plours ;
Et s’elle quiert aucun repos,[725]
Il est pris en humble propos.
Einsi la dame se maintient
1668Qui le dueil de son amy tient,
En cas qu’elle soit vraie amie.[726]
Or diray de l’autre partie.

« Quant la segoingne se fourfait,[727]
1672Et ses males en scet le fait,
Je croy bien que moult s’en aïre
Et qu’il en a au cuer grant ire ;[728]
Mais trouver en puet aligence
1676En ce qu’il en atent vengence.[729]
Car il s’en va tantost en serche ;
Par les nis des oisiaus reverche
A ceuls qui sont de sa samblance,
1680Tant qu’il en a grant habondance ;
Puis entour son nif les assamble,[730]

Et quant il sont la tuit ensamble,
Il y tiennent un grant concire,[731]
1684Puis metent celui a martire [732]
De mort qui l’a, ce dit, forfaite ;[733]
La est devourée et deffaite.[734]
Or a cils ses maus alegiés
1688Qui en ce point en est vengiés.
Tout autel di je que li homs
Doit estre fiers com uns lions[735]
Contre aucun tort, s’il li est fais.[736]
1692Et cils puet trouver moult de fais[737]
Aus quels il se puet encliner
Pour son mal faire terminer,
Par pluseurs manieres de tours.
1696Mais la dame n’a nuls recours[738]
Es quels elle se puist garir,[739]
Qui son amy verra morir.
Dont elle sent pour un mal cent
1700Que cils autres amans ne sent.
Guillaume, après moy respondez ;
Se tort avez, si l’amendez. »


Guillaume.

Après ces raisons me dressay
1704Et mes paroles adressay
Au juge qui bien entendi
Ce qu’elle ot dit et que je di.[740]
Et je li dis : « Sire, sans faille
1708Ma dame a bien, comment qu’il aille,[741]
Son fait moustré, et sagement,[742]

 
Et de soutil entendement
Bien baillié par vives raisons,
1712Pour fourmer ses comparisons[743]
Bien faites et bien devisées[744]
Et si justement exposées,
Que qui amender y vorroit,[745]
1716Je croy moult bien qu’on ne porroit.
Et ce qu’elle en a devisé,[746]
Vous l’avez très bien avisé,[747]
Oÿ, senti et entendu.[748]
1720Car de sa bouche est descendu
En vostre cuer par escouter ;
Si ne le faut pas repeter.[749]
Et si croy bien certeinnement
1724Que c’est de droit vray sentement
Ce qu’elle en a yci compté,[750]
Gardant sa grace et sa bonté.
Sans point de vainne entencion.[751]
1728Et j’ay une autre oppinion[752]
Qu’elle n’a ; s’en diray m’entente,[753]
S’il li plaist et il vous talente,[754]
Nom pas pour le sien fait punir,
1732Mais pour ma cause soustenir.
On puet bien sa cause prisier,
Sans autrui fait apetisier. »[755]


Le Juge.

« Guillaume, ne vueil contredire.
1736Dites ce qu’il vous plaist a dire.
Hastivement ou a loisir ;[756]
Ouvrez en a vostre plaisir.[757]

 
Je vueil bien oïr et entendre,
1740Et s’ay assez loisir d’atendre. »


Guillaume.

« Grant merci, sire ! Je diray,[758]
Et croy que point ne mentiray.[759]
Je vous di que la forfaiture
1744De dame est si aspre et si dure[760]
En cuer d’amant, et si perverse,[761]
Que, quant elle y est bien aherse,
Jamais jour ne s’en partira.
1748Or ne scet cils quel part ira
Pour querir son aligement :
Se prendre en voloit vengement
Par mort, et bien le peüst faire,
1752Il trouveroit tout son contraire[762]
En la fourme de grant folour,
En l’attrait de toute dolour,
Un feu pour toute ardeur ateindre,[763]
1756Une yaue pour douceur esteindre,[764]
Norrissemens de tous meschiez ;[765]
Car dou faire seroit pechiez.
Et pechiez qui en cuer remort[766]
1760Est uns commencemens de mort,[767]
De mort qu’on claimme mortel vie.
Car qui languist, il ne vit mie.
En mon fait que ci vous present
1764Maintenant, en vostre present,
A plus de griés et plus d’ardure[768]
Qu’en l’autre fait, et trop plus dure.

Dont je vous requier orendroit
1768Sus ce point ci que j’aie droit.»


Attemprance.

Adont se leva Attemprance
Qui tenoit par la main Souffrance.[769]
Si parla attempréement
1772En disant : « Guillaume, comment
Droit pour vous demander osastes ?[770]
Je me merveil que vous pensastes,
Quant vous en fustes si hastis.
1776Ou vostres scens est trop petis,
Ou outrecuidiers vous demeinne.[771]
Ne savez vous pas bien qui meinne[772]
Le droit, quant parties y tendent[773]
1780Qui le desirent et attendent ?[774]
Je vueil moult bien que vous sachiez
Que Raisons en est li drois chiez[775]
Et avec li sa compaingnie ;
1784Chascune y a bonne partie[776]
D’entre nous damoiselles toutes.[777]
De ce ne faites nulles doubtes,
Que drois ne se puet délivrer,
1788Se toutes ne sont au livrer,
Afin que fait soit bonnement,
Se cils qui fist les drois ne ment.
Je meïsmes y ay office
1792Pour resister a tout malice,
Qui maintes fois le droit destourne :
Et je d’office le retourne.
Quant uns bons procès vient en fourme,

1796Et je perçoy qu’on l’en deffourme,[778]
J’y puis bien tellement ouvrer[779]
Qu’il puet sa fourme recouvrer.[780]
Se trop y a, j’en puis oster.
1800(Or vueilliez bien ce point noter !)
Et se po y a, j’y puis mettre,
Quant je m’en vueil bien entremettre.[781]
Et se la chose est en bon point,[782]
1804Je la puis garder en ce point.
C’est d’Attemprance li mestiers,
Toutes fois qu’il en est mestiers.[783]
Or vueil je dire d’autre chose
1808Qui contre vostre fait s’oppose.[784]

« Vous avez un point soustenu[785]
Dont po d’onneur vous est venu,
En ce que ma dame de pris
1812Avoit seur la segoingne pris,[786]
Comment elle est a la mort traite,[787]
Quant envers son male est forfaite.
Cuidiez vous qu’elle vosist dire
1816Qu’on meïst la dame a martyre
De la mort, qui se mefferoit
Envers celui qui l’ameroit ?
Nennil ! voir ! ce seroit folie.
1820Ne ma dame ne maintient mie
Qu’il la face tuer ne tue ;[788]
Mais elle tient qu’il s’esvertue
Encontre les temptations
1824Des fausses cogitations[789]
Qui porroient en lui venir.

 
Encor s’el pooit avenir,
Qu’elle fust de bonne mort morte,
1828Se vaurroit il mieus, drois la porte,[790]
Qu’elle demourast toute vive.
Car tant com la personne vive
Qui se mefferoit par folour,
1832On n’en a peinne, ne dolour,[791]
Grieté, souffrance, ne meschief.[792]
Dont on ne veingne bien a chief.
Quant il sent aucune grieté,
1836Il doit penser par vérité,[793]
Dès qu’il a loiaument servi,
Qu’il ne l’a mie desservi.[794]
C’est une pensée valable,[795]
1840Pour lui conforter profitable.
Que vous iroie je comptant ?[796]
De remèdes y a autant[797]
En amours, com de griés pointures,[798]
1844Soient aspres, poingnans ou dures.[799]
Chascune son remede enseingne ;
Or en fait bon querir l’enseingne.[800]
Mais une dame qui verra[801]
1848Que ses très dous amis morra
En cui en nul jour de sa vie
N’ara trouvé que courtoisie,
Estre porra si fort ferue,
1852Si griefment, et si abatue,
Que jamais n’en porra garir,
Einsois la couvendra morir.
En l’escripture est contenu[802]

1856Que pluseurs fois est avenu.[803]
S’en compteray un petit compte
Qui vous fera avoir grant honte,
Et a ma dame grant honnour,
1860Et grant clarté a mon signour,
Dont il verra plus clerement
Comment vous errez folement.[804]

« Il n’a pas lonc temps qu’il avint
1864Qu’une grant dame a Paris vint.[805]
S’amena une sienne fille
Qui, sans penser barat ne guille,
Amoit un chevalier gentil,
1868Sage, courtois, gay et soutil,
Preus aus armes, fort et puissant,[806]
De toutes graces souffissant.
De lui nouvelles li venirent
1872Qui forment au cuer la poingnirent[807]
Qu’il estoit a un tournoy mors.
« Lasse ! » dist elle, « quel remors[808]
Puis avoir de ceste nouvelle ! »
1876A cest mot cheÿ la pucelle[809]
A la terre, toute estendue.
Adont sa mere y est venue
Acourant moult dolentement ;
1880S’en prist a plourer tenrement[810]
Et la fist porter en un lit.
La prist elle povre delit ;[811]
Car au cuer estoit fort ateinte[812]
1884Et ou viaire pale et teinte
Et si de son corps amatie
Et de ses membres amortie,

Qu’einc puis ne s’en pot soustenir,[813]
1888Ne des mains nulle riens tenir ;
Et n’ot einc puis tant de victoire[814]
Qu’elle peüst mengier ne boire.
Fusicien furent mandé,[815]
1892Et la leur fu il demandé
S’elle averoit de la mort garde.
Et que chascuns y prenist garde,
S’on li porroit donner santé,
1896Et qu’il demandassent planté
Hardiement de leur avoir,
Tant comme il en vorront avoir.[816]
Et il en peinne s’en meïrent[817]
1900Et moult volentiers le feïrent[818]
Pour trouver son aligement,
S’il peüssent, diligenment.
Premiers, s’orine resgarderent,[819]
1904Et puis après si la tasterent ;
Li uns après l’autre tastoient
Partout ou taster la devoient,
Les piez, le pous, et puis les temples ;[820]
1908Et puis si moustroient exemples[821]
Des cures qu’il avoient faites
En pluseurs lieus et bien parfaites.
Et que plus d’exemples moustroient,
1912De tant plus esbahi estoient.
L’orine la jugoit haitie,[822]
Et li tasters ne jugoit mie
Cause froide, ne de chalour,
1916En quoy il prenissent coulour[823]

D’où ne de quoy cils maus venoit,[824]
Ne quel remede y couvenoit,[825]
Pour li un po assouagier
1920Ou dou tout ses maus aligier,
Fors tant que li uns s’avisa[826]
Et sagement le devisa :
« Signeurs, j’ay veü en s’orine
1924Einssi comme un po de racine[827]
Qu’elle est en l’esperit troublée.
Or nous est la science emblée[828]
De ce point, s’on ne s’en avise.
1928Et nous savons une devise
Que li bons philosophes dist ;
Il afferme, et je croy son dit,[829]
Que les maladies quelconques —[830]
1932Et qu’autrement il n’avint onques —[831]
Sont curées par leur contraire.[832]
Or ne pöons a ce point traire
De ceste maladie ci
1936Tant seulement que par un si.
Car si hastives maladies
Puelent venir de deus parties :[833]
C’est assavoir, se Dieus me voie,
1940De grant dueil ou de trop grant joie.
Et cause de joie desire
Qu’on la courresse et qu’on l’aïre,[834]
Et celle de dueil autrement :[835]
1944Faire couvenra liement,
Present li, ce qu’elle vorra
Et quanqu’elle commandera,

 
Et qu’on li ait admenistrez,
1948Pour faire feste, menestrés.[836]
Or couvenra il qu’elle die[837]
Dou quel li vient sa maladie,[838]
Pour li donner certein conseil.
1952Je le lo einsi et conseil.
Se voit li uns tout simplement[839]
Parler a li secretement. »
Seur ce point furent acordans ;[840]
1956Dont li uns li fu demandans
Ce que devant avez oÿ.
Point n’en ot le cuer esjoÿ,[841]
Eins en respondi moult envis,
1960Et toute voie vis a vis
Pure verité l’en conta,[842]
Si bien que point n’i arresta.
Lors li fist cils une requeste
1964Au mieus qu’il pot par voie honneste :
« Fille, respondez moy d’un point
Que je vous diray bien a point :
Vorriez vous de ci en avant
1968Que vous le veïssiez vivant,
Mais que ce fust par tel maniere
Que jamais ne vous moustrast chiere.
Parole, ne samblant d’ami? »
1972Et elle respondi : « Aymi!
Sire, se Dieus me doint santé,
Que c’est bien de ma volenté[843]
Que volentiers le reverroie
1976Vivant, et fust par tele voie[844]
Qu’il eüst fait une autre amie.

 
La quele fust de moy servie,
Mon vivant, jusqu’au deschaucier.[845]
1980Ne m’en vueilliez plus enchaucier ;[846]
Car tous li cuers de dueil me font[847]
Si aigrement et si parfont,
Toutes fois que j’en oy parole.[848]
1984Si ne vueil plus qu’on m’en parole. »[849]
Après ce mot, cils s’en depart[850]
Et s’en ala de celle part[851]
Ou cil estient qui l’atendoient,[852]
1988Qui desiroient et tendoient[853]
Savoir quel fin celle feroit.
Et il leur dist qu’elle morroit :
« Je n’y puis vëoir nul retour.
1992Ses cuers est fermez en la tour
D’Amours, sous la clef de Tristesse,[854]
Ou elle sueffre grant destresse,
Si que morir la couvenra
1996Briefment ; ja n’en eschapera.
Pour quoy nous nous departirons[855]
De ci ; plus n’i arresterons. »
En l’eure de la se partirent,
2000Et puis a la mere deïrent :[856]
« Ma dame, on n’y puet conseil mettre.[857]
Mais vueilliez vous bien entremettre
De li garder et tenir près. »[858]
2004Euls departis, tantost après
Elle cria a haute vois :[859]

206 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

(( Hé! douce mère, je m'en vois.

A Dieu vous commant, douce dame! » 2008 Et droit a ce point rendi Tame.

Elle fut de la gent criée,

Et sa mère en fu tourmentée.

De ce ne tieng je pas mon compte, 2012 Car a mon propos riens n'en monte.

'( Guillaume, ou porrez vous trouver

Comment vous peiissiez prouver

Qu'uns homs seroit a mort menez 2016 De ce point que vous soustenez,

Dou forfait de sa bien amée,

Et que ce fust chose prouvée

Qu'elle eùst fait la villenie, 2020 Et qu'adès demourast en vie?

De la pucelle est chose voire.

Mais ce seroit trop fort a croire

Que plus grans fust li siens meschiez 2024 Que de celle. Bien le sachiez! »

Guillaume.

« Attemprance, moult bel parlez

Toutes les fois que vous volez.

Ci endroit especiaument 2028 Avez parlé moult sagement.

Et quanqu'avez ci dit, je croy,

Ne dou croire point ne recroy.

Car c'est pour moy en aucun point 2o32 Qui vient a mon propos a point.

Quant celle damoiselle gente

Ot mis ou chevalier s'entente,

2006 D Cria ma mere — 2008 E larme — 2009 BE Celle — 2011 E tiengne pas — 2012 ME en mon p.; D ne m.; E conte — 2oi3 E pouez — 2014 A trouuer — 2017 D Donc; BD et de bien a. — 2018 D Que ce — 2o3o F recroire — 2034 A en.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 207

Et il cstoit ses vrais amis, 2o36 Et puis se fu a la mort mis,

Dont Amours si fort Tatrapa

Que la mort tantost la hapa.

Amours en fist pour li assez; 2040 Car cils cops fu tantost passez.

Aussi a morir avoit elle :

Nuls contre ce point ne rebelle,

Cui la mort ne veingne haper ; 2044 Nuls ne li porroit eschaper.

Quant uns homs est grieteusement

Tauxez a mort par jugement

D'un bon juge sans mesprison, 2048 Et il le met en grief prison

D'enfermeté en lieus divers,

Ou estre puet rungiez de vers

Et de planté d'autre vermine, 2o52 Et il y est un lonc termine,

Chargié col et les bras de fers

Et les jambes, c'est bien enfers.

La est il de foy en destour, 2o56 Pour renoier son creatour ;

Volentiers le renieroit

Qui de la le delivreroit.

Mais en celle heure qu'il est pris, 2060 Jugiez a mort par juste pris,

Trop mieus li vaut qu'on l'en délivre

Par la mort, qu'en tel dolour vivre.

Einsi est il d'un vray amant

2o33 B ces — 2006 A si fu; D fust — 2o38 D latrappa — 2040 FE corps; D fust— 2043 D Que — 2045 D est trop griefmcnt; E griefensement — 2046 BD Traitties ; E Traittes — 2048 F gries — 2049 ^-^^ Denfermetez; D lieu — 2o5o A mengiez; D mengie — 2o5i D Et dautre plautre de vermine — 2o52 E est par 1. — 2o53 BDE fer — 2054 BE enfer; D cest vn enfer — 2o55 E au destour — 2007 F renienroit — 2o58 FM deliueroit; D deliuroit.

�� � 208 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

2064 Qui est trahis en dame amant,

A tel tin com devant est dit.

J'afferme et se di en mon dit

Que nuls meschiez ne s'apartient 2068 Aus grietez que ses cuers soustient,

Tant comme il dure et elle dure.

Et si say moult bien que Nature

A de son bon droit establi 2072 Qu'on mette celui en oubli

Qui est mors et n'en puet ravoir

Pour grant peinne, ne pour avoir.

Seur ce point droit atenderoie; 2076 Mieus estre jugiez ne vorroie. »

Pais.

Après ces mos s'est Pais levée

Et dist, comme bien avisée :

« Guillaume, assez souffissanment, 2080 Selonc le vostre entendement,

Avez vostre propos baillié ;

Mais vous Pavez trop court taillié

Pour avoir droit pour vous si tost; 2084 Car uns autres poinsle vous tost.

Vous avez de Nature trait,

Pour prouver, un assez biau trait,

Lequel on a bien entendu. 2088 Mais j'ay un autre las tendu

Contre celui, de plus grant pris,

Par lequel vous serez soupris,

D'un exemple ancien de fait 2092 Qui bien a ramentevoir fait.

2o65 F comme; E ay dit; D ditte — 2066 si manque dans B'E — 2068 E gricstes — 2069 E nelle — 2070 E Et je say moult manque dans D — 2071 A manque dans D — 2072 E Quen ; D Quem — 2073 E et non ne p. — 2076 D verroie — 2080 F nostre; E S. nostre ent. — 2090 A sourpris — 2091 Mss. aucun, corr. en nnclcn par B' — 2092 M ramentoiure.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 20fJ

Et pour ceci le vous propos, Car il sert bien a mon p^-opos.

« Dydo, roïnc de Cartage, 2og6 Ot si grant dueil et si grant rage

Pour l'amour qu'elle ot a Enéc

Qui li avoit sa foy donnée

Qu'a mouillier l'aroit et a femme; 2100 Et li faus l'appelloit sa dame,

Son cuer, s'amour, et sa déesse,

Et sa souvereinne maistresse.

Puis s'en ala par mer nagent 2104 En larrecin, lui et sa gent,

Qu'onques puis Dydo ne le vit.

Oiez, comme elle se chevit :

Quant failli li ot dou couvent 2108 Qu'eu li avoit en couvent,

Einsi com pluseurs amans font

Qui l'amant loial contrefont,

La désespérée, la foie, 2 1 1 2 Qu'amours honnist, qu'amours afole,

L'espée d'Eneas trouva

Et en son corps si l'esprouva

Qu'onques ne se pot espargnier 2 1 1 6 Qu'en soy ne la feïst baingnier.

Dont elle morut a dolour

Pour amer, et par sa folour.

Mais elle ne morut pas seule, 2120 Einsois a deus copa lagueule,

Car d'Eneas estoit enceinte,

2097 a manque dans E; D onncc — 2098 E a. samour d. — 2099 ^ lamoit ; E et sa f. — 2100 D Et lui laulz — 2101 Aï dicucssc — 2io5 M Quonque ; E pis — 2106 AME comment ; M el — 2107 D le conuent — 2108 D Qui en lui a. ; E Que on lui a. — 2109 -^ ^^^ P^* — 21 17 E mourust — 21 18 Z) Par; E et pour — 21 19 ME mourust.

Tome I 14.

�� � 210 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Dont moult fu regretée et plainte.

Mains einsois qu'elle s'oceïst, 2124 Elle commanda qu'on feïst

Un ardant feu en sa présence.

Et quant en sa désespérance

S'ocist, si forment s'envay 2128 Qu'avec le cop en feu chay,

Dont tantost fu arse et bruïe.

Einsi lina Dydo sa vie.

Bien croy que ce fu chose voire, 21 32 Car einsi le truis j'en histoire.

« Si que, Guillaume, vraiement,

Il me samble tout autrement,

Veûes et considérées 21 36 Mes raisons devant devisées.

Car on puet vëoir clerement

Que grieté, peinne, ne tourment

Ne se porroient comparer 2140 Ad ce que celle comparer

Volt pour le grief de son amy.

Et fust uns homs trestout enmy

Grant planté de ses annemis, 2144 Qui tuit li eussent promis

La mort, et tuer le porroient

A leur plaisir, quant il vorroient.

Lui vivant en celle paour, 2148 Non obstant grieté ne frëour,

Se trouveroit il reconfort.

Encor y a un point plus fort :

2 123 J/5 que soceisî— 2126 D desperance — 2i27ii'si fort; FBDE senhay — 212S BDE ou — 2i32 j manque dans A; A listoire — 2i36 £" diuisees — 21 38 £ grieste ; D et tourment — 2140 D a comparer; E ce quelle ot a comp. — 2141 jE veult le grief — 2142 E Ce feust ; E onny — 2144 3/ tant — 2145 £ poierent.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 2 I I

Qui le menroit aus fourches pendre 2 1 52 En celle heure, sans plus attendre,

Si seroit il reconfortez

Et soustenus et déportez

En esperence d'eschaper ; 2 1 56 Lors ne le porroient taper

Maie errour, ne desesperence^

Tant comme il aroit esperence ;

Qu'esperence le conduiroit 2i6o Jusqu'à tant qu'il trcspasseroit.

« Aussi avez vous dit d'un point

Encontre Amour trop mal a point :

C'est que Nature a commandise 2164 Seur la gent d'Amours a sa guise,

Et se Nature le commande,

Nuls n'obeïst a sa commande.

Elle commande qu'on oublie 2168 Et mort d'amant et mort d'amie,

Pour ce qu'on n'i puet recouvrer

Par grant avoir, ne par ouvrer.

Commande; assez nous le volons. 2172 De ce point pas ne nous dolons.

Qu'a ami riens n'en apartient:

Car Bonne Amour en sa part tient

Un cuer d'amant tant seulement 2176 Sans naturel commandement.

Qui ne vuet, nuls n'i est contrains;

Mais on est d'Amours si estrains,

Qu'obeïr y couvient par force ; 2180 S'est fols qui contre li s'efforce.

2i5i D merroit; FM as ; D a — 2ib2 E A — 2157 E Mal neueur — 2 161 vous matique dans E — 2164 damours manque dans E — 2167 Z) et on — 2172 Z) doublons — 2173 AM Que a moy; BDE amis; nen manque dans E — 2174 D Que — 2178 £ M. en ; D damis — 2180 D Folx est.

�� � 212 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Guillaume, se vous loeroie

A laissier ceste povre voie

De dire que Nature ait grâce 2184 Que propre commandement face

En amours, qui soit de valeur.

Nature donne bien couleur

A ami d'un plaisant cuidier 2188 Qui li fait folement cuidier

Acomplir ce qu'Amours desprise.

Et par si faite foie emprise

Sont fait maint inconvénient 2192 Qui valent trop meins que nient.

Plus desclairier ne m'en convient

Pour ce que point d'onneur n'en vient.

Pais sui qui volentiers feroie 2196 Adès bien, et si defferoie

Le mal ; aussi feroit Concorde ;

Car quanque je vueil, elle acorde,

Toutes heures, et soir et main. 2200 Pour ce la tien je par la main,

Et pour faire ce qu'il li plait.

Alez avant en vostre plait,

Guillaume, par voie délie,

2204 Sans naturel descouvenue. S'ensieuez d'avis les usages,

Par mon los, si ferez que sages. »

Guillaume. « Pais, damoiselle, pour vous croire 2208 Viennent tous biens, c'est chose voire.

2iS3 E est grâce — 2187 BD En amis : E A aucuns — Après le vers 21 8S D intercale les vers 22o5-22o8 — 2189 FMBDE quamis — 2191-2 manquent dans D — 2 191 E maint mal inno- renment — 2192 £ Quil ne vaillent auques nient — 2193 A Pas — 2196 D Tousiours — 2201 MED qui ; E que — 2202 AF a vostre; MA. quant av. — 2204 D S. nature descongneue —

2205 E Soustenez; D damis — 2208 E Vraiement.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 2l3

Si me garderay de mesprendre. Mais je vueil ma cause deffendre Tant avant, comme je porray. 22 12 Dont un exemple compteray

Qui s'ensieut, a mon fait prouver Et a vostre tort reprouver.

« A Orliens ot un clerc jadis 2216 Qui estoit renommez et dis

Nobles clers, vaillans homs et riches,

Et si n'estoit avers ne chiches,

Sires de lois, et de decrez 2220 Maistres, et uns homs bien discrez

De bien moustrer ce qu'il savoit

Et la vaillance qu'il avoit.

S'avoit esté nez en Prouvence, 2224 Et bien enlignagiez en France

Estoit de princes et de contes,

Que véritables soit mes contes.

De gentils gens estoit servis, 2228 Preus et apers a grant devis,

Et avoit en sa compaingnie

De moult noble chevalerie,

A qui riches robes donnoit. 2232 Cils poins moult bien 11 avenoit.

Car pour sa grâce desservir

Se penoient de lui servir.

Or estoit moult d'amer espris 22 36 D'une damoiselle de pris

Qui demouroit vers Montpeslier,

Fille d'un vaillant chevalier,

Attrait de moult noble lignie.

��22i3 A fait premier — 2214 E tout — 2218 D siches — 2236 BDE Une — 2287 F mon paillier ; B' monpeillier — 2239 FME Attrais; D Extrait.

�� � 214 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

2240 S'estoit la besoingne lignie

D'entr'eus deus si entièrement Qu'on ne peust mieus autrement. Il s'estoient entrepromis,

2244 II comme ses loiaus amis, Et elle comme vraie amie : A tousjours mais, toute leur vie, Maintenroient en vérité

2248 Les courtois poins de loiauté. Mais si loin devint leur loiens Qu'il s'en vint manoir a Orliens, Et elle en Prouvence manoit.

2252 Mais si bien, comme il couvenoit, Les secrez d'amours maintenoient De lettres qu'il s'entr'envoioient Par leurs especiaus messages,

2256 Honnestes gens, secrez et sages. Einsi le feïrent grant pièce. Mais Fortune qui tost depiece Maint honneur aval le pais

2260 Fist tant que cils fu esbahis.

Plus qu'a perdre .v .c. mars d'or, Si comme je diray dès or.

« Il avint a une journée, 2264 Maie pour celui adjournée,

Qu'a lui s'en vint uns messagiers De Prouvence, preus et legiers.

��2242 D pouoit; E peut — 2243 E Hz e, en ce promis — 2244 E comment— 2245 E comment vrais amie — 2247 DE Main- tenoient — 2249 F si Ions; BD leurs; D£ liens; A loien — 225o sen manque dans E; F vient — 225 1 E Et celle ou primiers m. — 2254 AMD Des; E qui sentrenuoient — 2255 D messa- giers — 2256 D H. sages et secres ; £ H. et secres et s. — iib^ D firent il — 2258 DE tout; BDE despiece — 2269 BE Mainte; D autel le p. — 2265 A li.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 2 I 5

Qui li aportoit lettres closes, 2268 En un petit coffret encloses.

Il les prist, si les resgarda

Et de haut lire se garda;

Car pluseurs secrez devisoient. 2272 Et ou darrein point contenoient

Que s'amie estoit mariée

Au plus vaillant de la contrée,

Et estoit ja grosse d'enfant. 2276 « Haro ! » dist il, « li cuers me fent.

« Hé! Mors, que ne me viens tu prendre ?

« A po que je ne me vois pendre! »

Lors prist ses cheveus a tirer, 2280 Et puis sa robe a dessirer.

Quant sa gent einsi le veïrent,

Isnelement avant saillirent,

Dont chascuns forment Tagrapa; 2284 Mais par force leur eschapa.

Aval la ville s'en fui;

Il devint sours et amuï;

Car dès lors qu'il parti de la, 2288 Aine puis de bouche ne parla

Parole qu'entendre peiist

Homs vivans, tant le congneùst;

Ne dès lors que ce li avint, 2292 Onques puis a li ne revint.

Et ne dormoit que sus fumiers,

Et de ce estoit coustumiers.

Et quant si ami le prenoient 2296 Qui en aucun lieu le lioient,

��2271 E contenoient — 2272 FMD en — 2277 FBD mort — 2278 E prendre — 2279 F ces — 2283 MB lacrappa; FD latrappa ; E letrappa — 2285 E Au my la v.; ^ se — 2287 D Des lors qui se p. — 2288 FMBE Eins; D One — 2291 E de lors — 2293 E furmiers — 2296 E a aucun.

�� � 2l6 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Jamais n'i beust ne menjast, Eins est certein qu'il enrajast, Si qu'il le laissoient de plain

23oo A son voloir aler a plain. Mais il ne faisoit a nelui Nul mal, fors seulement a lui. En ce point fu vint ans tous plains ;

2 3o4 S'estoit moult regretez et plains De la gent qui le congnoissoient Dont li pluseur forment plouroient. Si fu bien mis de haut au bas.

23o8 Se n'afferroit pas grans debas A jugier vérité certeinne. Qu'il ot de grieté et de peinne Plus que cent dames n'averoient

23 12 Qui leurs amans mourir verroient. Quant il vous plaist, si resgardez, Et de mesjugier vous gardez ! »

FOY.

Adont s'est Foy en piez drecie 23 1 6 Comme sage et bien adrecie

De droit, de coustume et d'usage ;

S'a dit : <( Guillaume, le musage

Avez bien paie ci endroit, 2320 Par dehors la voie de droit,

Au mains en aucune partie.

S'en vorray faire départie,

C'est assavoir, devision

��2297 E ne me m. — 2298 M certains — 2299 D Si que; E laissierent — 23oo D valoir — 23o3 D tout — 2304 3/ regrette — 23o6 FE pluseurs; D plusieurs — 2807 B Ce ; DE du haut — 23o8 BDE gens debas — 2309 D De — 2810 Z) Qui; M giette — 23 12 E Quil; ME leur; MDE amis — 23 1 3 E Quant vous plaira — 2814 D de menseigner; E du mesagier — 23 16 DE uisee — 2321 D Amours — 2822 D verray — 2323 DE diuision.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 217

2324 Par voie de distinction

Des choses qui ne font a croire

Et d'aucunes qui la victoire

Puelent avoir d'estre creiies 2328 Ou pour possibles soustenues,

Dont les unes essausseray

Et les autres confonderay,

Au los de m'amie Constance 2332 Qui a tous mes contraires tense

Et me soustient et fortefie

Vers chascun qui en moy se fie.

Que cils clers fust de grant vaillance, 2336 Gentils homs, et de grant puissance,

Renommez de haute noblesse,

Et de temporelle richesse

Très habondanment assasez, 2340 Espris d'amours et embrasez,

Amis de cuer, amez d'amie,

Et en Testât de courtoisie

Eussent fait leur aliance 2344 Par très amiable fiance,

Si que les secrez garderoient

D'amours, tant comme il viveroient,

Qu'a Orliens fust amainnagiez, 2348 En France bien enlignagiez

De gens si honnourablement

Qu'on ne peust plus hautement,

Ce sont toutes choses possibles. 2352 Et dou mal qui fu si horribles.

Qui si soudeinnement li vint,

2324 F distraction; E discrétion — 2325 E De; £" sont — - 2328 AM possible; D paisibles — 2332 E mes cointains — 2334 M chascuns — 2335 D fu ; E puissance — 2336 E vaillance — 2338 M temporelez — 2339 D Habondanment; E Tresabandon- nement — 2341 D amis damie — 2346 tant mauque dans E — 2347 E en mesnagez — 235 1 D Et — 2352 E fust.

�� � 21 8 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Qu'en lisant lettres li avint,

Et si grandement li dura, 2356 Que vint ans entiers l'endura,

Encor di je qu'il pot bien estre.

Car Dieus en ce siècle terrestre

A mains jugemens si enclos 236o Qu'estre ne porroient esclos

D'omme mortel par sa science.

Aussi de vostre conscience

Avez vous présentement dit 2364 De ces lettres par vostre dit,

Que pluseurs secrez contenoient.

Or ne scet on dont il venoient.

Dont j'ay en droit un point trouvé 2 368 Que vous n'avez mie prouvé,

Que de s'amie li venist.

Geste raison ci defenist

Qu'on n'en puet faire nullement 2372 A vostre proufit jugement.

Et se say bien des autres choses

Qui seront, se je puis, escloses,

Pour vous dou tout suppediter, 2376 S'il est qui le sache diter. »

Guillaume.

« Damoiselle, vueilliez laissier, S'il vous plaist, vostre menassier; Gar ce ne vous puet riens valoir, 238o Et il me fait le cuer doloir. »

��2355 si manque dans BE; B' Et moult gr. — 2358 D cest — 2359 B' moins — 236o E desclos — 236i D De mortel homme par science — 2368 D esprouue — 2370 D deffine — 2371 E peust f. jugement — 2372 E A nostre pourfit nullement — 2378 £ Si — Ordre des vers dans D: 23j8. 2 38i. 238o. 2379. 2382. — 2379 ^ Ne ne vous puet de riens v. — 238o D Car il nest fait de cuer d.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 219

Charité.

Charitez adont s'avança,

Si a dit : « Foy, entendez sa!

Je vous vueil dire une merveille. » 2384 Lors li conseilla en Toreille

Ce qu'elle volt, secrètement.

De quoy Foy debonnairement

Prist un bien petit a sousrire, 2388 Et en sousriant prist a dire :

« Charité, damoiselle chiere,

Liement, de bonne manière,

Ceste besoingne conterez. 2392 Trop mieus conter la saverez,

Pour certein, que je ne feroie.

Vous en estes ja en la voie ;

Car en vous en sentez le fait, 2396 Se vous pri qu'il soit einsi fait. »

— « Foy, ma très douce chiere amie.

De ce ne vous fauray je mie,

Eins en diray ce qu'il m'en samble. 2400 Car de deus personnes ensamble

Les oppinions en sont bonnes.

Quant loiaus sont les deus personnes.

Si qu'a Guillaume en parleray 2404 Et tel chose li moustreray

Qu'il se tenra pour recrëans,

S'il n'est trop fols ou mescrëans.

« Guillaume, or entendez, amis : 2408 La puissance qui m'a commis

��238i ABD Charité; A sauisa — 2384 D se cons. — 2387 D Se print vn petit — 2388 D En souriant si print — 2392 D le scares — 2395 DE Car vous; E saues — 2390 D prie quainssi soit fait — 2399 F qui — 2400 M personne — 2404 E De; E monsterray — 2406 D sentendra — 2408 E que.

�� � 2 20 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

A estre Charité nommée

Fait que par ouevre sui prouvée,

Dont on en voit les apparans 2412 En tous mes plus prochains parans.

Ce sont li gentil cuer loial

Qui entrent en la court roial

De Bonne Amour qui n'a nul per. 2416 Or entendez en quoy j'aper :

J'aper en souffissans promesses

Et en raisonnables largesses,

Especiaument par donner 2420 Et d'aucuns meffais pardonner;

Dont eiireus sont cil qui donnent.

Et aussi sont cil qui pardonnent.

Or regardons qu'Amours demande 2424 Qu'on li doint, et plus ne commande :

Elle demande expressément

Les cuers des bons entièrement ;

Ce demande elle qu'on li doint. 2428 Et se vuet aussi qu'on pardoint

Aucuns fais, selonc le propos

Pourquoy ces raisons ci propos.

Se le moustreray par figure 2432 Que Bonne Amour en moy figure,

Assez briefment, sans prolongier.

« Uns riches homs a un vergier Ou il a arbres grant planté. 2436 Enseurquetout y a planté

Une moult très gracieuse ente

2410 D que leuure soit pr. ; M prouue — 241 1 E nen — 2412 mes manque dans D — 2416 £" a quoy ; j manque dans D — 2417 D Aper — 2428 E esgardons — 24.24.E demande— 2426 £■ de — 2427 AE Se — 2480 jPr. a propos — 2481 F monste- ray; E monsterray — 2484 JE^ ot — 2485 a manque dans D; D abres — 2436 D En fin que tout; E En fur que tout.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 22 1

Qui au riche homme mieus talente

Et li est trop plus avenans 2440 Que ne soit tous li remenans ;

Et est einsi de lui amée,

Tant comme elle est ente clamée.

Or avient que li temps trespasse 2444 Tant que li petis jouvens passe;

Se montent ses branches au vent

Pour entrer en secont jouvent

Qui est moiens temps appeliez. 2448 S'estent ses branches de tous lez,

En eslargissant sa biauté

Et en acroissant sa bonté,

Pour traire a la conclusion 2452 Qui est dite perfection,

Pour li déduire et déporter,

Fleurs, fueilles et bon fruit porter.

Or dij'einsi qu'il avenra 2456 Que li sires demandera

Comment celle ente se maintient

Et quel qualité elle tient.

Li jardiniers puet dire : « Sire, 2460 Pour vérité, vous en puis dire,

Ce m'est avis, bonne nouvelle.

Ne demandez plus que fait elle,

Mais demandez me bien qu'il fait, 2464 Car vostrc ente un aubre parfait,

Et en tel guise se déporte Que flours, fueilles et bon fruit porte. Dont perdu a d'ente le nom, 2468 Et d'aubre a recouvré le nom,

2441 D aussi — 2444 D li p. jenne — 2446 £" ou — 2448 A Se sent; D Sesteut — 2450 manque dans D — 2453 D dédire — 2458 E quelle — 2461 E bonnes — 2463 D moi; M que f. — 2464 ME arbre; D abre — 2466 E fueille — 2468 manque dans D: E darbre; F renon.

�� � 222 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Sous qui on se puet ombroier

Plaisanment et esbanoier. »

Or vueil je chanter et respondre, 2472 Pourmieus m'entencion espondre :

Dont je vueil faire une demande,

Se de la chose qui amende

On doit avoir cuer esperdu, 2476 S'ellea un petit nom perdu

Pour un plus grant nom recouvrer,

Par nature ou par bien ouvrer ?

Je respon qu'einsi n'est il mie ; 2480 Car ce seroit grant derverie.

Mais ce qu'on aimme chierement

Ou a acheté chierement.

Qui le verroit dou tout perir^, 2484 Si que ja ne peiist garir,

Venir en porroit tel meschief

Qu'on y metteroit bien le chief

Et tout le corps entièrement. 2488 Je le say bien certeiniiement,

Que pluseurs einsi l'i ont mis,

Tant amie com vrais amis.

Or vueil dou propre fait parler 2492 Pour quoy j'ay meii mon parler :

Celle damoiselle jolie

Qui estoit a ce clerc amie,

C'estoit li ente faitissete 2496 Comme une douce pucelette,

Ou grant vergier d'Amours plantée.

La pot estre si eslevée

Et de branches si estendue

2470 AF esbanier — 2472 D Pou — 2476 Mss. Celle — 2477 D Pour faiDe p.; nom manque dans D — 2479 FMBDE respons — 2480 D reuerie — 2482 D On acheté; E On lâcheté moult grandement — 2483 D pourir — 2489 E einsi lui ont — 2491 BD dun — 2497 AME En — 2499 M branche.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE xNAVARRE 2 23

25oo Et de fueilles si bien vestue,

De fleurs si cointement parée,

Comme estre aus milleurs comparée.

Si me vueil un po aviser 2504 Pour les parties deviser :

Branches de bonne renommée,

Fueilles d'estre bel emparlée,

Fleurs d'avoir la condition 25o8 D'onneste conversation,

Tant d'abit comme de maintien.

En cest estât dist : « Amis, tien ;

Je te doing, pour toy déporter, 25 12 Grâce dou fruit d'onneur porter. »

Lors pluseurs pensées li viennent

Qui de neccessité conviennent,

Pour li entrer en mariage 25i6 Par le conseil de son lignage.

S'elle le fait, ce n'est pas fais

Dont cils doie enchargier tel fais

Comme de lui désespérer ; 2520 Eins doit penser et espérer

Qu'elle y a profit et honneur,

Quant en la grâce d'un signeur

Seroit de droit nommée dame. 2524 Ceste raison bon cuer enflame

D'amer mieus assez que devant.

Pourquoy je di d'ore en avant

Que cils ne lamoit pas pour bien. 2528 Vraiement, il y parut bien,

Quant bonne amour li volt souffrir

25oi D fleur— 2602 F as nullis c. ; -E a nullys c; D aus lis c; 5' a uns lins [B illisible) — 25o6 E bien — 2307 ^ Fleur — 25io D dis — 25i2 D G. de fruit damour p. — 2514 manque dans D — 2018 E au chargier — 2622 M a la gr. ; E en grâce; A dou s. — 2526 FM dor ; E dores — 2529 D Que ; 3/le; E lui font s.

�� � 2 24 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Son corps a tel martir offrir. Plus n'en di, Guillaume, biau sire. 2532 Dites ce qu'il vous plaist a dire. « 

Guillaume.

« Charité, se Dieus me doint joie,

Bien avez par soutille voie

Pluseurs propos par biaus mos dis. 2536 Mais je ne voy pas en vos dis

Que vous m'aiez de riens puni.

J'ay mon procès aussi uni

Comme devant et aussi ferme 2540 En son estât; par quoy j'afferme

Que ja ne sera abatus,

Se d'autres mos ne suis batus.

Un point y a qui gist en prueve, 2544 Par quoy il convenra qu'on prueve

Le contraire de mes paroles,

Ou je ne tenray qu'a frivoles

Ce que devant avez compté, 2548 Nonobstant vostrc grant bonté,

Et que pour grant bien l'avez fait.

Pour auctorisier vostre fait

Et pour le mien suppediter. 2552 Se vueil un petit reciter

De ce clerc qui fu vrais amis

Et puis en tel grieté sousmis,

Comme j'ay dit, vint ans entiers. 2556 Or prouvez seulement le tiers

Qu'onques nulle dame souffrist,

��253o FM martire — 233 1 E ne — 2532 F qui — 2536 F vois — 2338 D propos... fourni — 2539 E est — 2541 D serai — 2542 M Se dautre mos nest si b. — 2543 E preuure — 2544 Z) Pour : E preuure — 2548 grant manque dans E — 2 349 que manque dans E — 2552 M Sen; E résister — 2534 ^^ ^el — 2536 D On- ques nulle amc ne seuffri ; ME nulles dames.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 22 5

Tant son cuer a la mort offrist ; Prouvez ce point tant seulement. 256o Mais vous ne porriez nullement. »

L'Acteur.

Charitez vont après parler,

Et pour apointier son parler,

Elle avoit ja la bouche ouverte. 2564 Mais Honnesté fu si aperte

Que tantost fu aparillie

Et dist : « Charité, douce amie,

Que je die, mais qu'il vous plaise ; 2568 Que je ne seray jamais aise,

Se n'aie dit je mon talent

Pour lui faire le cuer dolent. »

Charitez bien s'i acorda, 2572 Et puis Honnesté recorda

S'entention par voie honnesté,

Dont toute la court fist grant feste.

Honnesté.

S"a dit : « Guillaume, or entendez : 2576 Pour la fin a quoy vous tendez,

Fondez estes petitement ;

Se vous diray raison comment.

Voirs est que grans griés li avint 258o Et en petit d'eure li vint.

Mais tantost, celle heure passée,

Sa grant grieté fu trespassée.

Car combien que lonc temps dura, 2584 Onques puis grieté n'endura

Qui point feïst a son cuer touche.

��2558 D offri — 256o M porrez — 256o Après ce v. D met guil- laume ; M met lamant — 2562 D apporter — 2564 ^^ cy — 2568 A aaise — 2569 ^ ^^'^ aray; D aie tout dit — 2572 D répéta — 25/9 ^ Vrais; ADE grant grief — 2382 E fust.

Tome I. l5

�� � 226 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Et s'aucuns griés au cuer li touche, Il n'i a point de sentement,

2588 Dès qu'il n'i a consentement ;

C'est chose assez legiere a croire. Il avoit perdu sa mémoire, Sens, manière et entendement;

2592 Dont on puet vëoir clerement Qu'il n'avoit point de volenté, Fors que le cuer entalenté Des grans soties qu'il faisoit.

2596 Quant en un fumier se gisoit, C'estoit sa pais ; c'estoit ses lis; C'estoit de tous poins ses delis, Ou il dormoit a grant repos.

2600 Encor y a autre propos

Que vous meïsmes dit avez. C'est certein, et bien le savez, Que, quant si ami le prenoient

2604 Et en aucuns lieus Tenfermoient, Jamais n'i beûst ne mengast, Einsois trestous vis enragast, Qui le retenist malgré lui ;

2608 II n'en feïst rien pour nelui

Et vivoit a plain comme beste. C'estoit vie trop deshonneste, Honteuse, s'il en tenist conte ;

2612 Mais point ne congnoissoit de honte. Dont j'ay assez mon fait prouvé Et vostre tort bien reprouvé Par un seul point qui me remort.

��2586 E couche — 2691 D m. dentendement — 2594 E auta- lente — 2595 E soitiez — 2596 D femier — 2598 £ C. sa joie et ces delis — 2600 D repos — 2604 MD aucun lieu — 26o5 E neb.;^ ne ne m. — 2606 D arragast — 2607 E Quil le; D maugre — 261 1 D H. il nen t^ — 2614 E esprouue.

�� � LE JUGEMExXT DOU ROY DE NAVARRE 227

2616 De dame qui savera mort

Son ami, sera plus cent tans

En un jour, que cils en cent ans,

De grieté par un si fait trait, 2620 Gom ci devant avez retrait.

Guillaume, se vous soufferrez,

Ou d'un autre point parlerez ;

Car de cestui estes vaincus, 2624 Ne vous y puet valoir escus. »

Guillaume.

« Honnesté, pour voir, non feray.

Encor un po en parleray,

Car je m'ay bien de quoy deffendrc, 2628 Mais que vous le vueilliez entendre.

Quant tout le sens de lui perdi

Pour le mal qu'a lui s'aërdi,

Qui dou tout le deshonnoura, 2632 Plus perdi, meins li demoura.

Vous dites que mal ne sentoit,

Pour ce que desvoiez estoit

De manière et d'entendement; 2636 Mais il est bien tout autrement :

Car avant que homs son sens perde,

Ne que forsens a lui s'aërde,

Le prent et seurprent maladie 2640 Qui le trait a forcenerie.

Si vueil faire un po d'argument

Qui vous moustrera vivement

Comment m'entente prouveray 2644 Dou droit que pour moy trouveray.

Quant deus causes sont assamblées

2616 £ qui aura mort — 261 j E temps — 2621 D souffreres — 2628 A me V. — 2629 D tous les sens — 263o E sahardi — 2632 D parti — 2639 M et le s. ;£) souprent — 2641 A vn argue- mcnt; M darguement.

�� � 2 28 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Qui se sont a un corps fermées, Celle qui vient premièrement,

2648 Elle attrait le commencement

Dès ce point par la premerainne, Pour ce que c'est la souvereinne ; Et qui la première osteroit,

2052 La seconde s'en partiroit. Or puelent dire tel y a : « Guillaume, verbi g?'acia^ A entendre si comme quoy? »

2656 Vesci en Teure le pourquoy :

Nous vëons un chien qui enrage, De quel cause li vient la rage ? D'un ver qui la langue li perse.

2660 Or est la cause si desperse

Qu'il pert le boire et le mengier, Et puis le convient enragier. Or est dont li commencemens

2664 De quoy vient li enragemens. Et quant il en pert l'abaier, Adont se puet on esmaier Dès ce point, que la gent ne morde.

2668 Et que de ce mieus nous remorde, Je vous en diray qu'il avint D'un chien qui enragiez devint, Amez en l'ostel d'un riche homme.

2672 Or entendez, s'orrez la somme . Li riches homs ot oy dire Dont venoient si fait martire ; S'en vout vëoir l'expérience

��2646 E cop — 2647 ^ Qui muet — 2649 ^ ^^^ P^** manque dans E — 2653 E pouent ; D pueut — 2655 E Antendre — 2660 B' disperse — 2662 DU— 2666 D en — 2667 E De — 2668 que mayiqiie dans D ; D remordre — 2670 F enrachiez — 2674 D venoit : Mss. {sauf E) matire — 2675 M sauoir.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 2 29

2676 Pour mieus avoir en congnoissance.

Se tist son chien par force prendre,

Loier, bersillier et estendre

Et sa langue sachier a plain, 2080 Tant qu'on vit le ver tout a plain.

Lors fu li vers fors esrachiez ;

Et quant il fu a plain sachiez,

Les mains celui prist a lechier 2684 Gui il ot senti esrachier ;

Et fu la garis de tous poins.

Aussi di je que cils clers poins

Fu d'une maladie obscure; 2688 Dont je vous di que la pointure

Dou grant mal que ses corps sentoit

Le tenoit en point qu'il estoit.

Dont mes drois est assez prouvez 2692 Et vostres grans tors reprouvez. » L'Acteur.

Après s'est Franchise levée

Qui ne fu pas trop effraée ;

Et s'ot bon vueil et bonne chiere 2696 Et très gracieuse manière.

Si encommensa a parler

Et dist einsi en son parler.

Franchise. « On a veii generaument 2700 Toudis en amer loiaument

Que les dames se sont portées

2676 D en auoir c. — 2678 B bresillier ; i? bressillier ; D bes- silier — 2680 M de pi. — 2681 DE hors — 2083 M lichier — 2684 FM il lot ; F arrachier ; A atouchier — 2686 E si clers — 2690 BDE ou e. ; Z) ou il — 2692 Après ce v. D met guillaume — 2695 F bon oueil; MB bon vent; £" bon veult; AD bon voult {corr. en A de vent) — 2696 manque dans D — 2697 D a com- mence : E a commansa.

�� � 23o LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Mieus et plus loiaument gardées Que les hommes en tous endrois. 2704 Je le vueil prouver — et c'est drois — Par exemples que je vueil dire, Pour ce qu'il font a ma matire.

« Quant cil d'Athennes eurent mort 2708 Androgeiis, si grant remort

En ot Minos, li rois de Crète,

Que par voie sage et discrète,

Par force d'armes et de guerre 2712 Fist essillier toute leur terre;

Et les mist tous pour cest outrage

Minos en si mortel servage,

Que tous les ans li envoioient 2716 Un homme ; mais il sortissoient,

Et cils seur qui li sors chëoit,

Trop mortelment li meschëoit;

Car li rois Minos devourer 2720 Le faisoit la, sans demeurer.

Par un monstre trop mervilleus,

Trop félon et trop perilleus.

Mais nuls ne se doit mervillier, 2724 Se Minos vont ad ce veillier,

Ne s'il en fu fort esmeus.

Car pères fu Androgeùis.

Or avint que li sors cheï 2728 SeurTheseiis, qui esbahi

Pluseurs; car il fu fils le roy,

Preuz, vaillans, et de bel arroy.

Mais pour la mort Androgeus

2705 E example — 2707 E furent — 2708 D andiogens ; M grans — 2709 D .1. roy de grece ; BE crece — 2710 D Qui — 2715 £■ enuoient — 2720 la manque dans D — 2721 BD tous meru. — 2722 D orgueilleus — 2725 D fust — 2726 D endiogeus — 2731 D andiogeus.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 23 1

2732 Ala en Crète Theseûs,

Pour lui faire estrangler au moustre,

Se sa prouesse ne li moustre,

Si qu'envers lui se puist deffendre; 2736 Autrement puet la mort attendre.

Et se Dieus li donne victoire,

Il acquerra honneur et gloire;

Car ceuls d'Athennes franchira 2740 Et le servage acquitera.

Mais riens n'i vausist fer ne fust,

Se belle Adriane ne fust,

Qui oublia Minos, son père, 2744 Et Androgeùs, son chier frère,

Sa terre et ses charnels amis,

Pour Theseûs, ou elle a mis

Son cuer, si qu'elle li moustra 2748 Comment occis le fier moustre a,

Pour lui délivrer dou servage ;

Et li donna son pucelage

Par si qu'a femme la penroit 2752 Et qu'en son pais l'en menroit

Avec Phedra, sa chiere suer,

Qu'elle ne lairoit a nul fuer.

Theseûs qui se parjura 2756 Ses dieus et sa loy li jura

Que jamais ne li fausseroit

Et qu'envers li loiaus seroit.

Il se menti; li renoiez. 2760 Pour quoy ne fu en mer noiez?

Quant sa besongne ot assevie,

Il les charga en sa navie.

��2732 D grece; E crece — 2748 D C. le moustre occira — 2749 M de — 2j5i F cy — 2752 D la merroit; E la mauroit — 2753 D sedra — 2756 E Et ses d.; li manque dans E — 2760 ne fu manquent dans D — 2762 M le.

�� � 232 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Mais vers li mesprist si forment 2764 Qu'Adriane laissa dormant

Seulette en estrange contrée,

Lasse, dolente et esgarée,

Et en mena la juene touse, 2768 Phedra sa suer, s'en fist s'espouse.

Ci a trop mortel tralson.

Aussi diray je de Jason

Qui conquist par l'art de Medée 2772 En Colcos la toison dorée,

Et sormonta, li bourderiaus,

L'ardant soufflement des toriaus,

S'endormi le serpent veillable, 2776 Seur toute beste espouentable,

Et desconfist les chevaliers

Armez, a cens et a milliers.

Mais nuls ce faire ne peùst, 2780 Se Medea fait ne Teùst.

Son pais laissa et son père,

Et fist decoper son chier frère.

Pelie occist a grant desroy, 2784 Et tout, pour Jason faire roy.

Quanqu'elle ot, li abandonna ;

S'amour et s'onneur li donna.

Mais Jason Medea laissa 2788 Pour Creusa, dont moult s'abaissa,

Et mervilleusement mesprist,

Quant la laissa et autre prist.

Et quant elle sot la nouvelle,

��2763 li manque dans D — 2767 E amena; M enuoya — 2768 BD Phedais; E f. espouse — 2769 FMDE Si ; D raison — 2770 Z)jasson — 2772 D calos — 2773 £"168; A bourdereaus — 2774 D de; A toreaus — 2776 D toutes bestes — 2779 FM., uns — 2780 D medee — 2783 D derroi — 2786 manque dans D; ajouté dans M au bas du feuillet — 2787 D medeas.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 2 33

2792 Qui ne li fu plaisant ne belle,

Elle fu si désespérée,

Si hors dou sens, si forcenée,

Que deus enfans qui sien estoient, 2796 Pour ce que Jason ressambloient,

Occist en despit de Jason,

Puis mist le feu en sa maison.

Après s'en ala la chetive 2800 O ses dragons par l'air fuitive.

Mais puis en estranges contrées

Furent roïnes couronnées.

Car rois d'Athennes Egeiis 2804 Fu de Medée deceûs ;

Bacus Adriane honnoura

Fort, car en li grant amour a.

Cil dui les dames espouserent 2808 En leur pais et coronnerent.

Si que, Guillaume, c'est la somme,

On ne porroit trouver en homme

Si grant loyauté comme en femme,

2812 Ne jamais d'amoureuse flame Ne seroient si fort espris, Comme seroit dame de pris. Car quant il y a meins d'amour^,

2816 II y a tant meins de dolour,

Puis que ce vient a mal sentir.

Ne je ne me puis assentir

Qu'en endurant les maus d'amer 2820 Qu'homs ait tant com dame d'amer ;

Et si a de remèdes cent

2792 fu manque dans D — 2795 D Pour; FMDE siens — 2796 D qua — 2799 F chestiue — 2800 FM fuistiue — 2801 D puis que — 2806 D Fors; MDE a (li; Z) lui) — 2807 FB Ci —

281 3 D seroit — 2816 E tuit — 2817 Z) souffrir — 2818 £■ ab- sentir — 2820 E Que homs est t. — 2821 AD remède; E s\ a des r.

�� � 234 ^^ JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Li homs tels que famé ne sent. » Guillaume.

K Damoiselle, la traïson 2824 De Theseiis ne de Jason

Ne fait riens a nostre matière,

Ne ce n'est mie la première

Ne la darreinne fausseté 2828 Qui es amoureus a esté,

Autant es famés comme es hommes.

Ne je ne donroie deus pommes

De vostre entention prouver 2832 Par si fais exemples trouver.

Car se mon fait prouver voloie

Par exemples, j'en trouveroie

Plus de dis, voire plus devint. 2836 Chascuns scet bien ce qu'il avint

De l'ami a la Ghasteleinne

De Vergi : d'amours si certeinne

L'ama qu'il s'ocist sans demour, 2840 Quant morte la vit pour s'amour.

« Li bons Lancelos et Tristans

Eurent plus de peinne dis tans

Que femme ne porroit souffrir, 2844 Tant se peiist a peinne offrir,

Et cent fois furent plus loiaus

Que Jason ne fu desloiaus,

Ne Theseiis qui trop mesprist 2848 D'Adriane, quant Phedra prist.

2822 tels manque dans M — 2824 F Ne de th. — 2828-9 manquent dans Z) — 283i F nostre— 2836 D mauint — 2838 BDE De uergi [efacés par B') — 2839 M qui — 2841 M tritans — 2842 D poine — 2845 D plus furent — 2846 E feust — 2847 D moult mesprint — 2848 B Dadrienne; E Dadreanne ; D cedra print.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 235

Encor vueil d'un autre compter, Se vous me volez escouter.

(( Une dame sans villenie 2852 D'un chevalier estoit amie,

Si li donna un anelet

Trop gent ^ne fu villein ne let),

Par si qu'adès le porteroit 2856 Et que jamais ne Tosteroit

De son doy, s'elle ne l'ostoit.

Et li chevaliers, qui estoit

Tous siens, bonnement li promist, 2860 Et la dame en son doy le mist.

Or avint qu'elle avoit mari

Qui ot le cuer triste et mari;

Car l'anel a recongnëu 2864 Pour ce qu'autre fois l'ot vëu.

Si Tala tantost demander

A la dame et li comander

Qu'elle li baille en la place 2868 Seur peinne de perdre sa grâce.

La dame dist qu'elle l'avoit,

Mais ou, pas bien ne le savoit.

Si fist samblant de l'aler querre 2872 Et, en deffermant une serre,

Comme dame avisée et sage,

Dist a un sien privé message :

« Va sans arrest a mon ami 2876 Et si li di que mal pour mi,

Se mon anel ne me renvoie.

Et ne demeure pas seur voie.

��2854 M Tresgent ; FE gens; F villains — 2855 F Pour; E Pour ce ; Z) si si — 2857-8 manquent dans D — 2860 manque dans D\ E \\ — 2870 D Mis et ou pas ne sauoit ; le manque dans BDE — 2873 M auise — 2876 D pour lui.

�� � 236

��LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

��Car mon signeur le vuet avoir,

2880 Sans nul essoinne recevoir.

Di li bien qu'il n'en faille mie ; Car s'il en faut, je sui honnie Et en péril de perdre honneur

2884 Et ^^ grâce de mon signeur. » Li messages n'atendi pas, Eins s'en ala plus que le pas Au chevalier et tout li conte

2888 Ce que devant ay dit en conte. Quant li chevaliers l'entendi, A po li cuers ne li fendi, Car il ot paour que sa dame

2892 Honte pour li n'eiist ou blasme. Si dist : « Amis, foy que li doy, Avuec Tanel ara mon doy, Car ja par moy n'en partira. »

2896 Si que lors un coutel tira, Son doy copa et li tramist Aveques l'anel qu'elle y mist. Puet on faire plus loiaument

2900 Riens, ne plus amoureusement? Certes, nennil! Ce m'est avis. Car trop fu loiaus ses amis. Si que bien oseroie attendre

2904 Vray jugement, sans plus contendre, Qu'on les doit plus auctorisier Et en tous estas plus prisier Que les dames, de qui parole

2908 Tenez que je tien a frivole,

Qu'on dit — et vous le savez bien —

��2887 M tost — 2891 D Quer — 2893 M que ie doy — 2894 A A. sanel; E aras — 2896 A coustel — 2898 lanel manque dans AI — 2899 Z) Peust — 2904 3/Z) attendre — 2903 E li; A aucto- riser: D attoriser.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 237

Que par tout doit vcincre le bien.

Et cil furent bon et loial 2912 Tenu en toute court roial,

Comment que les dames feïssent

Moult pour leurs amis et souftrissent.

Mais on dit — et c'est veritez — 2916 Qu'adès les deus extermitez,

C'est trop et po. Einsi Fenten ge :

Ne doivent recevoir loange ;

Mais qui en Famoureus loien 2920 Est loiez, s'il tient le moien,

Il ouevre bien et sagement.

Et li sages dist qui ne ment

Qu'adès li bonnetireus tiennent 2924 Le moien partout ou il viennent. »

L'Acteur.

A ce Prudence respondi,

Qui riens n'enclôt ne repondi

A la matière appartenant, 2928 Et dist : « Guillaume, maintenant

Voy je bien vostre entention ;

Mais j'ay contraire opinion

Qui de la vostre est trop lonteinne. 2932 On scet bien que la Chastelainne

Fu morte pour un bacheler,

Pour ce qu'il ne la sot celer.

Car il dist toute leur besoingne 2936 A la duchesse de Bourgoingne ;

Et la duchesse moult mesprist,

��2914 FM leur — 2916 D extrémités — - 2917 D C. pièce et pou; A lentens — 2919 Z) lyen — 2920 D Ces voies cy tien — 2922 D quil ne vient — 2924 E Li — 2924 Après ce v. D met pru- dence; Lacleur mq. dans A — 2926 D Que; FMB r. enclos; ii E r. au clos ; AE respondi ; D r. nauoit espondi — 2927 M apper- tement — 2g3o jay manque dans E — 2931 FE lointeinne.

�� � 2 38 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Qu'a une feste li reprist

Qu'elle savoit bien le mesiier 2940 Dou petit chiennet afaitier.

S'en morut en disant : aymi !

Par le deffaut de son ami.

Et quant li amis vit s'amie 2944 Par sa gengle morte et perie,

S'il s'ocist, il fist son devoir,

Qu'autre mort deûst recevoir,

N'il ne fist fors meins que justice, 2948 S'il s'ocist pour punir son vice ;

Qu'avoir le deiissent detrait

Chevaus enragiez pour ce trait.

Si m'est vis que la Chastelainne 2952 Ot plus de meschief et de peinne,

Quant sans cause reçut la mort,

Que n'ot cils qui se fu la mort

Qui avoit desservi le pendre ; 2956 Et pour c'en fu sa dolour mendre.

« Et se Tristans ou Lancelos

Furent vaillans, bien dire l'os

Que leur vaillance et leur prouesse 2960 Leur fu gloire, honneur et richesse ;

N'il n'est homs qui peiist acquerre

Tels biens, sans avoir peinne en terre.

Si que, Guillaume, j'ose dire 2964 Que plus de peinne et de martire

Cent fois les dames soustenoient

2938 B^D la— 2940 M Dun p. chienne — 2941 M morust; E ami — 2943 D Et li amis quant vi s.; A vi — 2944 E sa gueulle — 2947 D l\, D fors miex; M de just. — 2950 D arra- gies; D fait — 2951 ME Ce; D auis — 2952 M meschies ; D poine — 2956 en manque dans D ; BD la d. — 2967 FM tritans: BD et 1. — 2960 E fust — 2961 E quil — 2962 et 2964 D poine.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 2 39

Que leurs amis qu'elles faisoient, Qu'elles avoient les griés pensées 2968 Et les piiours desordenées, Les paroles de mesdisans. Et s'il demourassent dis ans, Ja n'eussent parfaite joie ;

2972 Car qui atent, trop li anoie,

N'a cuer humain riens tant ne grieve Com mesdis et pensée grieve. Ne autre bienfait n'en portoient 2976 Qu'un po de joie qu'elles avoient. Einsi est il de pluseurs dames Qui mettent les corps et les âmes Et quanqu'elles ont en leurs amis,

2980 Et quant tant chascune y a mis Qu'il sont en vaillance parfait, Apparent par ouevre et par fait, Elles n'en ont autre salaire

2984 Fors un petit de gloire au faire.

Il ont le grain ; elles ont la paille ;

Car Fonneur ont, comment qu'il aille.

Et s'aucune fois leur meschiet, 2988 Tout premiers seur les dames chiet.

Certes, c'est mauvais guerredon,

Quant pour bien ont de guerre don.

« De l'autre qui son doy copa,

2966 D quelle — 2967 M Quelle; B' Quelz; les manque dans A — 2968 D Puis paours — 2969 FDE des — 2972 D ennuie —

2973 riens manque dans D — 2974 manque dans D — 2975 MDE Nautre ; E nen emp. — 2976 de manque dans D ; A quelle ; D quil; B' quelz — 2978 A les cuers; E armes — 2979 B' quan- quelz; D quanquil; M quanque elle — 2980 D chascun —

2981 DE Qui — 2982 A Appert, corrigé en Appert; D Ou apparent ou deuure en fait; M ou par oeuure; MB ou par f. — 2984 au faire manquent dans F — 2985 fi' elz ; FMD elle — 2988 BD premier.

�� � 240 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

2992 Vraiement fait un let cop a.

Car Guillaume, quoy que nuls die,

Je le tien a grant cornardie,

Si m'en pense po a debatre. 2996 Car il y avoit trois ou quatre

Voies qui deiissent souffire,

Et il prist de toutes la pire.

Et d'autre part, je ne croy mie 3ooo Que celle qui estoit s'amie,

S'elle Tamoit d'amour seure,

N'eiist trop plus chier Taventure

De son mari et son courrons, 3004 Et deûst estre entr' eaus deus rous

Li festus jusqu'à une pièce,

Qu'oster de son ami tel pièce,

Qu'a tous jours fu desfigurez, 3oo8 Meins prisiez et plus empirez. » Guillaume.

« Certes, Franchise, vous avez

Bien dit, que bien dire savez.

Mais je say sans nulle doubtance 3oi2 Que c'est contre vo conscience.

Et que dit avez le contraire

De ce qui en vo cuer repaire.

Mais je vous requier, s'il vous plaist, 3oi6 Que nous abregons nostre plait,

Car trop esloingnons la matière

Qui meiie a esté première.

Il est certain — et je l'afferme —

2993 D Guillaume car quoi — 2994 DE couardie — 2998 E toute— 2999 P^rt manque dans M — 3ooi E Elle — 3 004 F Et deulz; deus manque dans BDE — 3oo5 E jusques a — 3oo6 E Quauoir receu de lui tel p. — 3007 D Car a ; F j. si d. ; fu manque dans BDE — 3oo8 D et bien empires — 3oi5 BE si — 3017 ^ alongons ; BD eslongons — 3oi8 F Qui mené a ; D Qui maine a ceste pr.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 24!

3u"2o Qu'en cuer de femme n'a riens terme,

Rien seur, rien d'establetc,

Fors toute variablcté.

Et puis qu'elle est si variable 3024 Qu'elle en rien n'est ferme n'estable

Et que de petit se varie,

Il faut que de po pleure et rie.

Dont grant joie et grant tourment 3028 N'i puelent estre longuement,

Car sa nature li enseingne

Que tost rie et de po se pleingne;

Tost ottroie, tost escondit; 3o32 Elle a son dit et son desdit,

Et s'oublie certainement

Ce que ne voit, legierement.

Et puis qu'elle ne puet ravoir 3o36 Jamais son ami pour avoir,

Pour pleindre, ne crier, ne braire,

Ne pour chose qu'elle puist faire,

Et aussi que de sa nature 3040 Oublie toute créature

Legierement, quant ne la voit.

On puet bien penser, s'elle avoit

De ses amis damage ou perte, 3044 Que briefment seroit si apertê

Que d'un perdu deus retrouvez

Li seroit encor reprouvez.

Mais cuers d'omme est fermes, seiirs, 3048 Sages, esprouvez et meurs,

3o2i D R. sur — 3o23 manque dans D — 3o26 M de petit — 3027 M ne gr. — 3o28 F Ne ; D pueut — 3o3i E escon- duit; F escondie — 3o33 D Et semble; A entérinement — 3o34 E voy ; D veiilt — 3o35 D auoir — 3o37 ne (crier) man- que dans M — 3041 D quant que la v. ; £" le — 3042 M Ou pour b. — 3045 FBDE recouurez — 3046 D seroient; E en- core ; D recouures — 3047 ^ ferme et s.

Tome I. 16

�� � 242 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Vertueus et fors pour durer,

Et humbles pour mal endurer.

Et quant de Tamoureuse ardure 3o52 Est espris, tellement Tendure

Qu'einsois morroit dessous l'escu

Qu'on le veïst mat ne veincu.

Ce que je di n'est pas contrueve, 3o56 Car chascuns le dit et apprueve ;

Et pour ce que chascuns le dit,

L'ay je recordé en mon dit.

Si di en ma conclusion 3o6o Que, vëu la condicion

D'omme et de femme, nullement

Femme ne puet avoir tourment,

Tant braie ne se desconforte, 3064 Comme uns homs en son cuer le porte,

Qu'estre ne puet en sa nature.

Raison s"i acorde et droiture.

Et aussi li maus qui termine 3o68 Est mendres que cils qui ne tine,

Einsois dure jusqu'à la mort,

Tant qu'il a son malade mort. »

Largesse.

Largesse qui après sëoit 3072 Parla, car moult bien li sëoit.

Et dist : « Guillaume, vraiement.

Je sui mervilleuse, comment

Vous osez des dames mesdire ; 3076 Car ce ne deùssiez pas dire.

Et de ce qu'avez dit, li blâmes

Est plus seur vous que seur les dames.

3o5o FMBDE humble — 5o54 E Quen; D mate; M mast et v. — 3064 BE Comme {B' Com) tel homme; D Tel comme homme en son cuer porte — 3o68 D Cest — 3069 D jusques a — 3072 D P. et moult — 8074 B' merueillee — 3078 M Et ; D Cest.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 24:)

Vous avez dit en vostre dit — 3o8o Dont, certes, vous avez mal dit —

Que chascuns tient pour véritable

Que toute dame est variable,

Et que ce n'est de leur couvent 3084 Nés que d'un cochelet au vent.

Mais toute ceste compaingnie

Tient le contraire et le vous nie.

Et pour ce bien dire pouez 3o88 Que vous n'estes pas avouez;

Si devez paier la lamproie.

De ce plus dire ne saroie,

Qu'on ne puet bon argiiement 3092 Faire seur mauvais fondement. »

DOUBTANCE.

« Et je ne m'en porroie taire, »

Ce dist Doubtance de meffaire,

(( Eins en diray ce qu'il m'en samble; 3096 Car tous li cuers me frit et tramble,

Quant ainsi sans cause blâmer

Oy les dames et diffamer.

Or entendez a ma demande : 3 100 Biau Guillaume, je vous demande,

Se celle change ne varie

Qui est tous les jours de sa vie

Loial amie, sans fausser, 3104 N'en fait, n'en désir, n'en penser? »

Guillaume.

« Certes, damoiselle, nennil ! Mais je croy qu'entre cinq cent mil

��3o8o D mesdit — SoSy D Quer pour voir dire poes — l-ioSg D Que paier deues — SogS FBE qui — Sogô E tist — -^097 D blâmes — SogS D Toutes dames et diffames — » 3ioi F na v.

�� � 244 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

N'en seroit pas une trouvée ; 3io8 Car tel greinne est trop cler semée. »

DOUBTANCE.

a Mon biau sire, se Dieus me gart,

Moult avez estrange regart,

Et s'avez diverse parole ; 3ii2 Et s'avez esté al'escole,

Si corn je croy, d'aler en change ;

Et pour ce que li cuers vous change,

Vous cuidiez que chascuns le face 3 1 1 6 Si corn vous ; mais ja Dieu ne place ;

Car je prouveray le contraire

De fait, cui qu'il doic desplaire. »

Guillaume.

(( Damoisellc, ne vous desplaise, 3 1 20 Se je vous resgarde a mon aise.

Car pas ne vous hé si forment

Com je vous regart laidement;

Et se ma parole est diverse, 3 124 Bons cherretons est qui ne verse.

Mais je cuide vérité dire,

Comment que m'en vueilliez desdire;

Si me sui ci mal embaïus, 3128 Se pour voir dire sui batus. »

SOUFFISSANCE.

Adont se leva Soufiissance Et dist : « Guillaume, sans doubtance, Vous estes or mal empariez. 3i32 Resgardez comment vous parlez;

Car nuls homs qui vueille voir dire

3 1 1 2 F Vous auez — 3 1 1 3 MBDE au ch. — 3 1 1 5 £ li — 3 1 1 8 D qui quen d. ; jE ce qui d. — 3 120 A aaise — 3i24FiV/ char- retons ; D Bon charretier; E quil — 3127 FBE si — 3i3i F este.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 2 4^

Ne porroit des dames mesdirc,

Qu'en elles est, ce scet on bien, 3 1 36 Tant quanqu'on puet dire de bien.

Si que je vous lo et conseil

Que plus ne parlez sans conseil ;

Car vous estes trop juenes homs 3140 Pour dire si faites raisons. »

Guillaume.

Lors entroy une murmure,

Que chascune d'elles murmure

De ce que si fort soustenoie 3144 Ce que des dames dit avoie ;

Et vi que chascune faisoit

Samblant, qu'il li en desplaisoit.

Et quant j'aperçu la manière 3148 De leur parler et de leur chiere,

Et que meiies furent toutes,

Pour bouter le feu es estoupes,

Au juge fis une requeste 3 I 52 Qui me sambloit assez honneste,

Et humblement li depriay

Et requis en mon depri ay

Qu'elles parlassent tout a fait, 3 1 56 Si averoient plus tost fait.

Si firent elles, ce me samble ;

Qu'elles parloient tout ensamble,

Dont li juges prist a sousrire 3 1 60 Qui vit que chascune s'aîre .

Et certes, j'en eus moult grant joie,

Quant en tel estât les vëoie.

Mais li juges qui sagement

3i35 MBDE Cd.v en — 3i36 FBE Tout — 3i37 M loe — 3i38 M nen — 3 141 DE L. entrai en vne m. — 3 145 D voy ; E vis — 3146 MD qui — 3147 FBE ja perceu — 3 1 53 F h. il d. — 3 1 54 D r. et moult depriai — 3 1 Sy manque dans D — 3 1 62 Z) le.

�� � 24^ LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

3 1 64 Voloit faire son jugement

Tantost leur imposa silence, Fors seulement a Souffissance Et a Doubtance de meffaire.

3 168 Et lors prist Doubtance a retraire Un conte propre a sa matière, Et commensa par tel manière.

Doubtance.

« Que fist Tisbé pour Piramus? 3172 Quant elle vit que mors et nus

Estoit pour li, sans nul retour,

A doloir s'en prist par tel tour.

Que d'une espée s'acoura 3176 Seur le corps et la demoura ;

Car après li ne volt pas vivre,

Eins fina s'amour et son vivre

En pleins, en piours et en clamours. 3 180 Certes, ce fu parfaite amours;

Car il n'est dolour ne remort

Qu'on puist comparer a la mort.

Ne riens ne me feroit entendre 3 1 84 Que nuls homs vosist son cuer fendre

Si crueusement, n'entamer,

Comme Tisbé fist pour amer.

Et qui diroit uns homs est fors 3 188 Pour souffrir d'amours les effors,

Et s'a cuer plus dur qu'aymant

Ou que ne soit un diamant,

Je ne donroie de sa force

��3169 matière dans D pour nature — 3 171 F libe; M tysbes; B' tisbee— 3174Z) A douleur — 3178 Z) Ainssi; et manque dans D — 3179 F En pleurs en piours; D A plains a pi. et a cl.: FBE clamour — 3 180 FED amour — 3 181 F doleurs — 3 182 FMBDE peust; B' peut; BDE a mort — 3i83 ^ Ne nuls — 3 186 M Com — 3189 B pi. doulz — 3190 Z> ou que ce s.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 247

3192 Le quart d'une pourrie escorce,

Ne je ne pris riens sa durté,

Sa vertu, ne sa mcurté,

Ne chose qu'il endure aussi. 3196 Mais quant une dame a soussi

Qu'en son cuer secrètement cuevre,

Par tel guise le met a ouevre

Qu'elle y met le corps et la vie. 3200 Mais, Guillaume, je ne croy mie

Que on veïst onques morir

Homme par deffaut de merir

Et qui tost ne fu confortez, 3204 Tant fust ses cuers desconfortez ;

N'il n'est doleur qui se compère

A mort, com grieve qu'elle appere,

Ne que li feus, fais en peinture, 3208 Encontre le feu de Nature.

Car Nature ne puet pas faire,

Tant soit a corps humain contraire.

Ne cuers ne puet riens endurer 3212 Qu'on peiist a mort comparer. »

SOUFFISSANCE.

« Doubtance, laissiez le plaidier, Car un petit vous vueil aidier, Pour mettre vostre entencion 3216 A plus vraie conclusion,

Comment qu'aiez si bien conclus Selonc raison, qu'on ne puet plus. »

3192 £■ dune petite esc. — SigS et 3194 intervertis dans BDE, rétablis par B' — 320o E croiz — 32oi E Quon; J5' Que len; D Quil V. — 32o3 E feust — 3204 E (u — 32o5 M qui si c. ; D compare — 32o6 D appare — 3207 AI pointure — 32 10 A a. cuer; M humains — 3212 Après ce vers on lit dans AB souffrance ; [B en marge ajoute souffisance — Les vers 32i3-20 manquent dans D; 32i5 ^ — nostre.

�� � 248 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Adontcommensa Souffissance 3220 Et dist ainsi en audiance :

« Leandus, li biaus et li cointes, D'une pucelle estoit acointes Qui belle Hero fu nommée ;

3224 N'avoit en toute la contrée Nulle si cointe damoiselle, De trop si gente, ne si belle ; N'en Abidois n'avoit, n'en Crète

3228 Nulle amour qui fust si secrète, Car nuls ne savoit leur couvine, Fors seulement une meschine Qui belle Hero norrie avoit;

3232 Celle seulement le savoit.

De moult parfaite amour s'amoient ; Mais a grant peinne se vëoient. Qu'entre Hero et Leandus

3236 Fu uns bras de mer espandus Qui estoit larges et parfons, Si qu'on n'i preïst jamais fons ; Et ce leur faisoit trop d'anuis.

3240 Mais Leandus, toutes les nuis, Passoit le bras de mer au large. Tous nus, seuls, sans nef et sans barge. Belle Hero au gent atour

3244 Ot en sa maison une tour

Ou toutes les nuis l'atendoit, Et un sierge ardant la tendoit, Auquel Leandus se ravoie

��322 1 B' Leander ; et manque dans M — 3227 E crece — 3228 AM fu — 323i E haro; BE norri — 3232 E Elle — 3234 D poine — 3233 D est leaueduz — 3242 D Nu tout seul; seuls manque dans E; D ne sans b. — 3246 E Et la vn s. a. tenoit; D y auoit ; B y ardoit.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 249

3248 Souvent, quant la mer le desvoie.

Or avint que la mer s'enfla

Pour le fort vent qui y souffla.

Si qu'elle en devint toute trouble 32 52 Pour le vent qui Tesmuet et trouble.

Leandus se tient a la rive,

Qui fort contre son cuer estrive :

Qu'Amours li enjoint et commande 3256 Et ses cuers, qu'a passer entende,

Et la plus belle de ce mont

Voit d'autre part qui Ten semont ;

Si que li las ne sot que faire, 3260 N'il ne voit goûte en son affaire.

Car il voit la mer si orrible

Que de passer est impossible ;

Et de sa tempeste et son bruit 3264 Toute la région en bruit.

Mais tinalment tant l'assailli

Amours, que en la mer sailli.

Dont briefment le convint noier ; 3268 Car a li ne pot forsoier.

Et certes, ce fu grans damages,

Car moult estoit vaillans et sages.

« Belle Hero ne scet que dire; 3272 Tant a de meschief, tant a d'ire, Qu'en nulle riens ne se conforte. Elle vorroit bien estre morte, Quant son dous amis tant demeure.

3249 ^ tourbla — 325o y manque dans D — 325i Ai^ tourble

— 3255 B' a. le semont — 3256 D Que son cuer a p. — 3207 de manque dans M — 32 58 Z) Est ; E de lautre part; D le — 3259 M sce'n; DE scet — 3260 E veoit — 3263 MBE en son bruit

— 3264 £ religion — 3265 D Finablement — 3268 D Car il ne puet— 3269 E dommages — 3271 E Celle; Dque faire — 3272 D meschief et de haire.

�� � 2:?0 LE JUGEMENT I^OU ROY DE NAVARRE

3276 Dou cuer souspire, des yeus pleure ;

La nuit ot plus de mil pensées,

Par cinq cent mille fois doublées.

Elle ne fait que reclamer 3280 Nepturnus, le dieu de la mer,

Et li promet veaus et genices,

Oblations et sacrefices,

Mais que la mer face cesser, 3284 Par quoy Leandus puist passer.

Einsi toute nuit se maintint

Et Tardant sierge en sa main tint,

Jusqu'à tant qu'il fu adjourné. 3288 Mais mar vit pour li ce jour né.

Qu'entre les flos vit Leandon

Qui floteloit a abandon.

Et quant de près le pot vëoir, 3292 Seur le corps se laissa chëoir

Au pié de sa tour droitement ;

Si l'embrassoit estroitement,

Forcenée et criant : « Haro ! » 3296 Einsi fina belle Hero,

Qui de dueil fu noie en mer

Avec son ami, pour amer.

Si qu'il n'est doleurs ne meschiez 33oo Dont cuers d'amans soit entechiez,

Qui soit de si triste marrien

Com celle qui n'espargna rien

Que Hero ne meïst a mort

��3278 E mil — 3284 E puisse — 3286 E serge — 3287 E Jusques a ; D qui — 3288 DE mal — 3289 AB leandont; D leandus — 3290 D fl. la mer dessus — 3291 D Quant elle pot de près veoir; Ce vers et le suivant sont intervertis dans D — 3293 A piet; D doucement — 3294 AI lembrassa; D lembracha — 3296 Hero manque dans D — 3297 D se noya — 33oo manque dans D; FM damant; M entechief — 33oi BDE merrien — 33o2 manque dans D ; B nespargne; E nespairgne.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 25 I

33o4 Pour son ami qu'elle vit mort,

Ne nuls n'en porroit par raison

Faire juste comparison,

Ne que de fiel encontre baume. 33o8 Et pour ce je vous lo, Guillaume,

Que cils debas soit en déport ;

Car vraiement, vous avez tort. »

Guillaume.

« Damoiselle, se tort avoie, 33i2 Bien say que condempnez seroie

Nom pas par vous ; car l'ordenance

Ne doit pas de ceste sentence

Estre couchie en vostre bouche, 33 1 6 Pour ce que la chose vous touche;

Eins la doit pronuncier le juge

Qui a point et loyaument juge.

Mais j'ay le cuer moult esjoy 3320 De ce que j'ay de vous oy ;

Car c'est tout pour moy, vraiement. »

SOUFFISSANCE.

« Pour vous, biau Guillaume? Et comment? »

Guillaume.

« Damoiselle, or vueilliez entendre, 3324 Et je le diray, sans attendre : Quant Amours si fort enlassoit Leandus, que la mer passoit A no, sans batel n'aviron.

��33o5 Due— 33o7 D Ne quel fiel ; BDE basme — 33o8 D v. pri — 33i3 Diordrenance — 33i5 FMDE touchie — 33 16 F nous — 3317 D E. le — 33 18 et manque dans D — 332o E que je de vous oy — 3321 manque dans D — 332 2 Et manque dans D — 3325 E en laissoit ; D lenlachoit — 3326 M Leandon ; ^JDE qui.

�� � 252 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

33-28 A la minuit ou environ,

Li fols qui tant y trespassa Que d'amer en mer trespassa, Il fist trop plus et plus souffri

3332 Que Hero qui a mort s'offri, Considérés les grans péris, Ou il fu en la fin péris, Que ne fist Hero pours'amour,

3336 Non contrestant mort ne clamour. Car cils qui fait premièrement Honneur, on dit communément Qu'il a la grâce dou bien fait,

3340 Nom pas cils a qui on le fait; Et plus va a amour tirant Cils qui preste que cils qui rant. Einsi est il de tous services

3344 Et aussi de tous maléfices :

Car qui d'autrui grever se peinne. Certes, il doit porter la peinne. Si que, ma chiere damoiselle,

3348 Qui moult amez honneur la belle, Vous devez bien, a dire voir, De ce cop ci honneur avoir. Car bien et bel et sagement

3352 L'avez dit; et certeinnement,

Dieus pour moy dire le vous fit, Car j'en averay le profit.

(( Si que, gentils dame de pris, 3356 Je croy que bien avez compris L'entention des deus parties.

��3328 A mienuit — 3332 E souffri — 3338 D On di honneur c. ; A dist — 3339 D Qui la grâce — 3341 3/ plus na — 3342 D ou cil — 3345 Z) poine ; id. 3346 — 335o ce manque dans F; BDE De ce coste h. — 3354 FM pourfit — 335; E de.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 253

Et se celles qui ci parties

Sont contre moy vuelent plus dire, 336o Ce ne vueil je pas contredire.

Mais j'en ay dit ce qu'il m'en samble,

Présent elles toutes ensamble,

Et tant, que je ne double mie 3364 Que n'aie droit de ma partie. »

La Damk.

Adont la dame souvereinne,

Des douze droite cheveteinne

Qui avoient parlé pour li, 3368 Dont au juge moult abelli,

Prist a dire tout en oiant :

« De riens ne me va anoiant

Ce qui est fait de nostre plait, 3372 Mais moult souffissanment me plait,

Et bien m'en vueil passer aiant.

Sires juges, jugiez atant

Que sentence sera rendue. 3376 Je suis de moult bonne attendue

Pour attendre vosire jugier,

Quant il vous en plaira jugier.

Bon conseil avez et seûr, 338o Bien attempré et bien meur.

S'alez, s'il vous plaist, a conseil,

Je le lo einsi et conseil,

Et vous consilliez tout a trait. 3384 Faire ne pouez plus biau trait -

Que de traitablement attraire

��3359 M veillent — 336o D Si; BE Se — 336i FMBDE qui

— 3363 M ne me doute — 3366 F douzes — 3370 D men ; M vat — 3371 M vostre — 3372 E souffissant ~ 3374 MBDE S. juges jusques atant — 3377 FD nostre; E vo jugement

— 3378 E Que faire deuez bonnement — 338 1 D pi. con- seiller.

�� � 254 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Bon conseil; et puis de retraire

Les articles dou jugement, 3388 Selonc le vostre entendement,

En gardant toudis vostre honneur.

Faire le devez, mon signeur.

Et vous estes bien si vaillans 3392 Que point n'en serez defaillans. »

L'Acteur.

Li juges qui bien Tescouta

Ses paroles si bien nota

Qu'a entendre pas ne failli. 3396 Tantost son conseil acueilli,

Et puis de la se départirent.

Or ne sceus je pas qu'il deirent

En leur secret, quant a présent, 3400 Mais assez tost m'en fist présent

Uns amis qui tant bien m'ama

Que de tous poins m'en enfourma,

Nom pas par favourableté, 3404 Mais de sa debonnaireté,

Afin que point ne variasse

Et que de riens ne m'esmaiasse,

Par quoy je preisse manière 3408 Uniement toudis entière;

Qu'autel samblant dévoie faire

Dou droit pour moy com dou contraire.

Or me fonday seur ce propos ; 3412 S'en fu mes cuers plus a repos.

3386 BDE Son ; FMBDE le r. ; A le contraire — 3388 ^ nostre — 3389 AB nostre — 3391 D si bien — 3392 Après ce vers on lit dans AFMBE le juge, D Guillaume — 3394 E Les — 3395 M Quen; DE point— 3396 E a accueilli — 3398 FB sceu; E ne ses je pas ; D que il dirent — 3399 BD en pr. — 3401 M auis; ABD amans — 3402 D Qui — 3404 E debonneurete — 3407 M pre- nisse — 3âfO%DE Viuement et X.\B toudis et ent. — 3412 Après ce vers on lit dayis D Le juge.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 2 DO

Quant a conseil se furent mis,

Li juges dist : « Je suis commis

A estre bons juges fiables, 3416 Aus deus parties amiables

Justement a point, sans cliner.

Si doy moult bien examiner

Trestout le fait par ordenence 3420 Qui appert en vostre audience,

Afin que loiaument en juge.

Einsi doivent faire bon juge.

Et vous vous devez travillier 3424 De moy loiaument consillier.

S'en die chascuns son plaisir,

Tandis com nous avons loisir. »

Dont Avis dist tantost après, 3428 Qui fu de Congnoissance près :

« Avis sui qui doy bien viser

Comment je vous puisse aviser.

Car on puet faire trop envis 3432 Bon jugement sans bon avis.

« Je vous avis que bien faciez

Et que le contraire effaciez.

S'il vient par devant vostre face, 3436 Afin que point ne se parface,

En avisant seur quatre choses

Qui ne sont mie si encloses

Qu'on ne les puist assez vëoir, 3440 Qui un po s'en vuet pourvëoir :

3415 E vos juges feables; D vo juges; F finables — 3417 D Jugement ; D s. cheir — 3418 r: Si vous doy — 3420 A nosire — 3423 Viin des deux vous manque dans D; F vous nous; E nous nous — 3426 AB Toudis com non; D que nous; Après ce vers on m dans D Auis — 3427 Dont manque dans D; D en après — 343 1 Dhien enuis — 3432 DE Son — 3434 que manque dans D; E affacies — 3435 A Si bien; F Si vien — 3438 FD ci.

�� � 256 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Se jugement avez a rendre,

Premièrement devez entendre

De savoir quels est li meffais 3444 Et a qui il a esté fais.

Et si devez aussi savoir

Et enquérir, par grant savoir,

Quant vous saverez le forfait 3448 Et a cui cils Tavera fait,

Que vous sachiez dou tout l'affaire,

Quel cause Tesmuet ad ce faire.

Or avez d : quatre les trois. 3452 Et li quars est li plus estrois

Auquel on doit bien regarder,

Comment on le puist bien garder :

C'est que vous metez vostre cure 3456 En sieuir les poins de droiture

Ou coustume attraite de droit;

Si jugerez en bon endroit.

Plus n'en di. Qui vuet, si en die. 34Ô0 J'en ay assez dit ma partie. »

CONGNOISSANCE.

Congnoissance qui avisa Les poins qu'Avis bien devisa Dist en haut : « Avis, mes amis, 3464 A orendroit en termes mis

Aucuns poins qu'il a devisé, Les quels j'ay moult bien avisé, Pour quoy dont je sui Congnoissance

3443 ADE Ce — 3445 D aussauoir voir — 3446 M Ou; D Enquérir et par — 3447 D Et quant v. scaures — 3448 D Et a qui il aura este fait — 3460 E Que cause les muet — 3453 MBDE miex reg. — 3^54 BDE les ; D pueui — 3455 D cuer — 3456 A A; FD suir; 3/Densuir; BEn ensuir ; E En ensuiuir; A nature — 3457 BDE atlroitte — 3439 D di si veult — 3463 D auis mest auis — 3464 D Orendroit a; £" Orendroit en t.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 20']

3468 Qui donne a bon avis substance

Pour deviser ce qu'il devise,

De quoy la bonne gent avise.

Je fais le sens d'Avis congnoistre, 3472 Et il fait Congnoissance croistre

Par le courtois avis qu'il donne

De son droit a mainte personne.

Juges, se vous apointerez 3476 Comment seiirement tenrez

D'avis les poins et les usages.

Faites le, si ferez que sages.

Et de moy qui sui sa compaingne 3480 Entendez que je vous enseingne :

On a ci ce plait démené,

Tant qu'on Ta par poins amené

Jusques au jugement oïr. 3484 Resgardez qui en doit joïr.

Jugiez selonc le plaidïé

Qu'on a devant vous plaidié.

Par ce point ne poez mesprendre; 3488 Car s'on vous en voloit reprendre,

Li plaidïers aprenderoit

Le scens qui vous deffenderoit. .

Jugiez einsi hardiement 3492 Et le faites congnoissanment

Au condempné bien amender;

Vous le pouez bien commander.

Je, Congnoissance, m'i acort ; 3496 Et s'en preng aussi le recort

De Mesure qui la se siet

3468 a bon manque dans E — 3471 E foiz — 3472 D Et si fal -- 3475 ^FJugiez — 3477 D Auis — 3478 D les — 3481 D le plait — 3485 FM y en s. — 3486 E Nom pas selon le demenc {en marge) — 3488 vous manque dans D — 3489 D Le plaidie les apprendroit — 3490 D qui vous en dclVendroit; E deffau- droit.

Tome I. - 17

�� � 2 58 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Lez Raison, et moult bien li siet, Et Raison aussi en dira 35oo Ce qui bon li en semblera. »

Mesure.

Adont s'est Mesure levée, En disant : « Ma tresbien amée Congnoissance, dire ne vueil 35o4 Riens qui soit contre vostre vueil, Eins sui moult très bien acordans Ad ce qu'estes ci recordans. S'en parleray a vostre honneur

3 5o8 Au juge, ce noble signeur,

Qui est courtois et amiables,

Sages, vaillans et honnourables. »

Lors tourna devers li sa chiere 35 12 De si amoureuse manière,

Qu'il ne s'en pot tenir de rire.

Et Mesure li prist a dire :

« Biau sire, bien eûreus fustes 35i6 Dou conseil que vous eslettstes.

Vous avez tout premièrement

A Avis bel commencement,

Qu'on faurroit bien en court roial 3520 D'avoir conseil aussi loial.

Je ne di pas qu'aucune gent

Ne moustrassent bien aussi gent

Conseil et aussi bien baillié 3524 Et d'aussi bel parler taillié.

Mais vëons la condition

D'Avis selonc s'entention :

Il donne conseil franc et quitte

3498 BDE i siet — 35oo MD que — 35o6 E si — 35o8 F de noble — 35 II BDE lui — 35 12 D matière — 35 18 ^ Auis ; M Dauis; Mss. si bel (£" ci bel) — 35i9 E sauroit — 3522 M monstrassc.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 2DCj

3528 Et n'en attent autre mérite,

Fors ce que li juges tant face

Qu'il en ait pais, lionneur et grâce.

Et Congnoissance, sa compaingne, 3532 A tel salaire s'acompaingne,

Sans demander nulle autre chose.

Dont loiaus juges se repose

Qui de tels gens est consilliez. 3536 Sire, s'en devez estre liez.

Comment qu'il aient dit a point,

Se passeray j'outre d'un point

Qu'Avis avoit bien avisé — 3540 Et se ne l'a pas devisé —

Et Congnoissance congnëu.

Mais il s'en sont en cas dëu

Pour moy porter honneur, souffert; 3544 Dont de moy vous sera offert,

Pour ce que j'ay bien entendu

Qu'il s'en sont a moy attendu.

Mais einsois averay ditté 3548 D'un petit de ma qualité.

« Je sui Mesure mesurée,

En tous bons fais amesurée,

Et aussi sui je mesurans, 3552 Ferme, seiire, et bien durans

A ceuls qui vuelent sans ruser

Justement de mesure user ;

Et qui non, aveingne qu'aveingne, 3556 De son damage li souveingne.

Dont uns maistres de grant science

��3529 DFors tant que — 35^7 F qui ; £ ait — 3544 M moy veu sera — 3546 E en moy — 3547 D c. maura d. ; E auoie — 3552 E seurs — 3553 Mss. Et — 3534 ^ ouurer — 3555 E quamenne.

�� � 200 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Et de très bonne conscience A un sien deciple enseingne

356o Et li monstre de moy Tenseingne, Disant : « Amis, je te chastoy : Se tu ne mes Mesure en toy, Elle s'i mettra maugré tien.

3564 Geste parole bien retien. S'elle s'i met, tu es péris ; Se tu l'i mes, tu es garis. » Or vueil passer les poins tout outre

3568 Qu'Avis et Congnoissance moustre. Il ont servi courtoisement De leur bon conseil largement, Si comme on sert a un mengier,

3572 Sans rien d'especïal jugier; Et de ce qu'il ont bien servi, Dont il ont grâce desservi, J'en vorray Tescot assener,

3376 Et a chascun son droit donner. Guillaumes qui en ses affaires Soloit estre si débonnaires, Si honnestes et si courtois,

358o Enclins aus amoureus chastois, A attenté contre Franchise, Et tout de sa première assise, Quant ma dame a point Taprocha

3584 Dou fait qu'elle li reprocha, Et il s'en senti aprochiez A juste cause et reprochiez. Il ala avant par rigueur,

3588 Et se mist toute sa vigueur

��3559 ^^BJ^E Un sien disciple (D deciple) lensaigne [BM li ens.)-356i Dchatay - 3563 D m. toy — 3565 FD honnis - 3568 D a congn. - 3571 E c. len — 3572 M mengier - 357^ E le sort ass.— 358o DE enam. — 358i D Atente.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 26 1

Pour lui deffendrc encontre li.

Cils poins fort me desabeli,

Pour ce qu'il se desmesura : 3592 Par ces raisons de Mesure a

Les règles et les poins perdus,

Dont il sera moult esperdus,

Quant a moy le retourneray; 3596 Car d'onneur le destourneray,

Quant Congnoissance li dira

Le meffait que fait avéra.

Il deiist avoir mesuré 36oo L'estat dou gent corps honnouré

De celle dame souvereinne ;

Qu'en tout le crestïen demeinne

N'a homme, s'il la congnoissoit, 3604 — C'est bon a croire qu'einsi soit —

Qui hautement ne Tonnourast

Et qui de lui ne mesurast

Humble et courtoise petitesse 36o8 Au resgart de sa grant noblesse.

Dont Guillaumes est deceiis,

Quant il ne s'en est perceûs.

Car trop hautement commensa, 36 1 2 Dont petitement s'avansa,

Pour bien sa cause soustenir;

Eins est assez pour lui punir.

Or vëons au fait proprement 36 16 Dès le premier commencement,

Pour bien deviser les parties,

Comment elles sont départies,

A savoir la quele se tort :

3590 A poins ci me d. — 3bgi E desmeursa — 3592 D Par raisons desmesurees a; BM ses; 5' desmesure — 3596 D lui descouurerai — 36o3 MBDE si la — 3604 E quauise — 36o5 M lenclinast — 36o6 ^ de li;D mesmat — 3607 E et courtoisie p. — 36i2 M sauisa — 3614 A \\ — 36i5 D ou — 3619 D a tort.

�� � 262 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

3620 Je di que Guillaumes a tort;

Car de tous les crueus meschiez

La mort en est li propres chiez ;

A dire est que tous meschiez passe, 3624 Et pour ce que nuls n'en respasse ;

Car on se puet trop mieus passer

De ce dont on puet respasser.

Plus ne vueil de ce fait espondre, 3628 Car j'ay assez, pour lui confondre,

D'autres choses trop plus greveinnes,

Simples, foies, vuides et veinnes.

« Sires juges, or m'entendez : 3632 Pour la fin a quoy vous tendez,

De rendre loial jugement,

Je vueil un po viser, comment

On a alligué de ce plait. 3636 Et vous meïsmes, s'il vous plait.

Un petit y resgarderez,

Si que mieus vous en garderez

De jugier autrement qu'a point. 3640 Car vous congnoisterez le point

De quoy justice est a point pointe.

Quant juges sus bon droit s'apointe.

Je vueil que vous soiez certeins 3644 Que Guillaumes doit estre attains

De son plait en celle partie

Ou sa cause est mal plaidoïe,

Non obstant ce qu'en tous endrois 3648 Par tout est contre lui li drois ;

3621 JV/le — 3623 est manque dans MBD — 3624 D râpasse — 3625-6 manquent dans E — 3625 D on ne p. — 3626 FD rapasser — 3627 B nen — 3629 F greueingnes — 3635 D On a la ligne; £ Ou a aligne; FMB allègue — 3636 M si — 3641 Af et a point — 3642 E sus bon point; D sur lendroit — 3645 E ceste — 3646 FM plaidie — 3648 De. lui roys.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 2G3

Dont ma dame a tout sormonté,

Tant dou plait corn de la bonté

De sa querelle qui est toute 3652 Mise en clarté et hors de doute.

Ma dame, par ses damoiselles,

A alligué raisons très bêles

Et toutes choses véritables, 3656 Fermes, seures et estables,

Toutes traites de Fescripture

Et ramenées a droiture.

Mais qui toutvorroit deviser, 36ÔO Trop y averoit a viser.

Et d'autre part, chose est certeinne,

Que la court en est assez pleinne

De tout ce qu'on a volu dire 3664 De par ma dame, sans mesdire ;

Si que de ma dame me tais.

Et de Guillaume, qui entais

A esté d'alliguer s'entente, 3668 Parleray — car il me talente —,

De son plaidié seulement,

Et se m'en passeray briefment,

Foy que devez tous vos amis. 3672 Vëons qu'il a en terme mis :

Dou clerc qui hors dou scens devint,

A il prouvé dont ce li vint,

Que ce li venist de sa dame? 3676 Sires juges, foy que doy m'ame.

Il n'en a nulle riens prouvé;

Se li doit estre reprouvé.

Et dou chevalier qui par ire,

3632 D M. au cler — 3654 D A aligne; M alligner — 366o D auroit a auiser — 3662 en manque dans D — 3663 E quen — 3667 D Este a dalignier ; E sentence — 3668 D Par le roy — 367 1 £:tous les vos amis — 3672 MBD termes — 3677 E nulles — 3678 J/ Ce; D Celui d.

�� � 264 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

368o Pour ce qu'il ne se volt desdire,

Copa son doy a tout Tanel,

Il fist en s'onneur un crenel

De honte pleinne de sotie 3684 Avec très grant forcenerie,

Quant a sa dame Fenvoia.

Car bien croy qu'il li enuia ;

Au mains li dut il ennuier 3688 D'un si fait présent envoler.

Car quant dame son ami aimme,

Dou droit d'Amours pour sien le claimme

Et puet clamer, ce m'est avis. 3692 Or resgardons sus ce devis,

Comment li chevaliers meffist :

Ce qu'elle amoit, il le deffist,

Quiestoit sien dou droit d'Amour. 3696 Dont je fais ci une clamour

Contre Guillaume de ce fait,

Que avis m'est qu'il n'a riens fait.

Car cils poins qu'il a mis en prueve 3700 Sa cause punist et reprueve.

Et aussi de la Chastelainne

De Vergi, a petite peinne

Assez reprouver le porray 3704 Par les raisons que je diray :

Li fais que Guillaumes soustient,

Sire, vous savez qu'il contient

Qu'amans, garnis de loiauté,

3708 Truist en sa dame fausseté. Et sus ceste devision

3682 BE L ensouuenir .1. cruel; D f. souuenir en son treul

— 3683 MD et de s. - 3686 DE qui lui — 368; FMBDE deust

— 3691 M puest; E peust — 3694 M elle deffit ; E la d.; D meffit — 3698 MBDE Car — 3702 D poine — 37o3 M A assez ; A W — 3704 D Pour — 3707 D Quamours — 3708 E Prinst —

3709 FBDE diuision.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 263

Il fait une allégation,

Pour prouver par un fait contraire : 3712 La Ghasteleinne débonnaire

N'avoit son ami riens meffait;

Mais il meïsmes fist le fait,

Pour quoy elle se mist a mort. 3716 Quant il le sceut, il se remort

Et se mist en la congnoissance

Qu'il y apartenoit vengence ;

Dont il meïsmes se juga, 3720 Punist dou tout et corriga.

Dont Guillaumes a par son dit

Pour son profit meins que nient dit.

Plus n'en di ; mais Raisons dira 3724 Ci après ce qu'il li plaira. »

L'Acteur.

A ces mos s'est Raisons drecie, Gomme sage et bien adrecie,

Raison.

Disant : « Râlons en consistoire. 3728 La porrons par parole voire,

Ge m'est vis, bon jugement rendre,

S'il est qui bien le sache entendre. »

Atant de la se départirent. 3732 Es propres lieus se rasseïrent

Ou il avoient devant sis.

Lors dist Raisons par mos rassis :

« Sires juges, certeinnement 3736 Ghose n'a sous le firmament

3710 D Li fist— 37 II un manque dans D — 3716 3/ Qu. il se il sceust; Z) sot — 3718 FB Qui ly ; E Qui lui ; £> Quil lui — 3723 E di mains r. — 3724 B quili ; DE qui lui. Après ce vers on lit dans £) Raison— 3725 Ddrecee —3726 D auisee —3729 Eauis— 37?o E quil le s. — 3732 D Et es... rassirent — 3735 ABDE Sire.

�� � 266 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Qui ne tende a conclusion :

Les unes a perfection

Pour pluseurs cas de leur droit tendent ; 3740 Et si a autres qui descendent

De haut ou elles ont esté

En déclinant d'un temps d'esté

En river qu'on dit anientir. 3744 Dont cils plais désire a sentir

De droit conclusion hastive

Par sentence diffinitive,

Pour ce qui est bien pris parfaire 3748 Et ce qui est mal pris deffaire.

Et il est temps, vous le savez,

Que désormais dire en devez.

Ou ordener qu'on en dira. »

Le Juge.

3752 « Raison, dame, ne m'avenra

Que j'en die, quant ad présent.

Mais je reçoy bien le présent

D'ordener. Et de m'ordenance, 3756 Mais qu'il soit a vostre plaisance,

Dites en et tant en faciez

Que le tort dou tout effaciez,

Et metez le droit en couleur 3760 De toute honnourable honneur,

Qui savez en tels couleurs teindre

Ou nuls, fors vous, ne puet ateindre. »

Guillaume. Lors Raisons un po s'arresta

3742 M d. le temps— 3743 E amentir ; D anientis - 3744 £ Du — 3745 M droite — 3747 D bien pour faire — 3748 D quil — 3749 A bien le s. — 3760 Que efacé par B' ; BF desores mais; E De desores maiz — 3753 j manque dans E — 3754 BD je croy; E je crois — 3fDj BDE en de tant — 3761 MBDE tel couleur.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 267

3764 Et puis SUS destre s'acota,

En regardant devers senestrc, Pour mieus aviser de mon estre.

Raison.

Se me dist : « Guillaume, biau sire, 3768 Vous avez piessa oy dire

Que c'est folie d'entreprendre

Plus que pooirs ne puet estendre.

Et toute voie, s'on emprent 3772 Aucun fait de quoy on mesprent,

S'on s'en repent au moien point,

Encor y vient il bien a point.

Mais qui son forfait continue 3776 Et dou parfaire s'esvertue

Jusqu'à tant qu'il vient au derrien.

Et a ce point ne trueve rien

Fors que son dueil et son damage, 3780 Se lors recongnoist son outrage,

Il vient trop tart au repentir.

Guillaume, sachiez sans mentir,

Qu'ensement avez vous ouvré. 3784 S'en avez un dueil recouvré

Qui vous venra procheinnement,

Et se vous durra longuement,

Voire, se ne vous repentez. 3788 Mais je croy que vous estes telz

Que vous ne le deingneriez faire.

Car trop fustes de rude affaire,

Quant la dame vous aprocha 3792 D'un fait qu'elle vous reprocha

3^64. BDE sur coste sacosta (/) saconta) ; F saconta — 3767 AF biaus — 3774 D Encore ; MD il vient; B'. v. on b. — 3776 D du parfait; A continue — 3777 JE: Jusques; 3/viengne; A dar- rain ; DE derrain — 3780 D courage — 3786 F duerra — 3787 DE se vous vous r. — 3789 ne manque dans D — 3792 D Du.

�� � 268 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Que tait aviez ou temps passé.

Se vous eussiez compassé

En vous aucune congnoissance 3796 Qui fust signes de repentence

De ce que vous aviez mespris

Contre les dames de haut pris,

Vous eussiez fait moult que sages. 38oo Car d'Amours est tels li usages

Que s'aucuns des dames mesdit,

S'il ne s'en refreint et desdit,

Amender le doit hautement 3804 Ou comparer moult chierement.

Or de ce meffait premerein

Vous di de par le souverain

Amours, qui est maistres et sires, 38o8 Des plaies amoureuses mires :

Jugemens en est ordenez

Dou quel vous estez condempnez,

Si qu'amender le vous convient; 38 12 Hastivement li termes vient.

Encor vous puis je commander

Si qu'il vous convient amender

Un autre fait qui me desplait, 38 16 De ce que vous prenistes plait

Contre dame de tel vaillance

Et de si très noble puissance,

Que je ne say haute personne, 3820 Tant com li siècles environne,

Prince ne duc, conte ne roy,

Qui osast faire tel desroy,

3794 F eussez; D eussiez bien c. — 3-gb F nous — 3799 manque dans B, ajouté par B' ; D f. bien que— 38oo D est tout li vs. — 38o2 MBE Si — 38o6 D Vous di je par — 3807 D Amant— 38o8 F amoureus — 38io M Enquel — 38i3 D demander — 3814 M Ce; BE Se — 38i6 D prenes le pi.; i^ prenitez; E preintes.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 269

Guillaume, comme vous feistes 3824 Dou plait qu'a li entrepreïstes,

Et meïstes force et vigueur

En aler avant par rigueur.

Einsi Favez continué ; 3828 S'avez vostre sens desnué

De courtoisie et d'ordenance.

Se ce ne fust la pacience

Qui est en li, vous perdissiez 3832 Tant qu'a meschief le portissiez. »

Guillaume.

Quant j'oy ce, je fui dolens; Mais je ne fui feintis ne lens De li demander humblement 3836 Qu'elle me devisast briefment De la dame la vérité D'un petit de sa poësté.

Raison.

Lors dist : « Guillaume, volentiers. 3840 Mais je n'en diray hui le tiers,

Non mie, par Dieu, le centisme.

Car dès le ciel jusques en bisme

Ses puissances par tout s'espandent, 3844 Et de ses puissances descendent

Circonstances trop mervilleuses,

Et sont a dire périlleuses,

Qui s'apruevent par leur contraire. 3848 Par ces raisons s'en couvient taire

3825 E Et me feistes — 3826 D En alant — 3829 D dordre- nance — 383o E Et se ne feust — 3832 F porrissies — 3838 D pooste; BE poète — 3839 E G. moult v. — 3841 FMBDE la c. [B' rétablit le); A centiesme — 3842 D Que; B' jusquen abismc ; D en abisme — 3843 D sestendent — 3844 ^ ces — 3846 manque dans B, ajouté par B' — 3847 BD Qui sapprennent— 3S^S BE ses.

�� � 270 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Pour les entendemeiis divers

Qui sont aucune fois pervers.

La dame a nom Bonneûrté 3852 Qui tient en sa main Seûrté

En la partie de Fortune ;

Car il n'est personne nesune

Cui Fortune peûst abatre, 3856 Se la dame le vuet debatre.

Et quant elle vuet en Nature

Ouvrer par especial cure,

La la voit on sans nul moien, 386o Voire, li astronomien

Qui congnoissent les nacions

Parmi les constellations,

C'est assavoir es enfans nestre 3864 De quel couvine il doivent estre.

Dont, quant la chiere dame règne

Et uns enfes naist en son règne,

Se Bonneiirtez Tentreprent, 3868 Nature point ne l'en reprent,

Eins l'en laist moult bien convenir,

Comment qu'il en doie avenir.

Voirs est que Nature norrit 3872 Par quoy li enfes vit et rit ;

Et Bonneurtez le demeinne

Tout parmi Teureus demainne,

Tant qu'il est temps qu'en lui appere 3876 Que de Bonnetirté se père.

« Or sont celle gent si parent, Dont elle est en euls apparent

385o DE aucunes — 3854 F y nest — 3855 B' Que; E peut — 3859 F nuls — 386i D mocions — 3868 £ le — 3869 moult manque dans E — 3870 manque dans BD\ E Et faire du tout son plaisir — 3873 manque dans B, ajouté par B' — 3874 E le meus {sic) ~ oSyb MBE qua; D appare — 3876 D pare.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 271

Parmi le bien qu'il en reçoivent, 388o Afin que ne lui n'en déçoivent.

Or vous vueil je dire en appert

En quels manières elle appert,

En aucunes, nom pas en toutes ; 3884 Et si ne faites nulles doubles

Des paroles que j'en diray;

Car de riens ne vous mentiray.

Elle appert en prospérité 3888 Et en issir de povreté;

Elle appert en acquerre amis

Et en punir ses anemis

Par victoire, sans nul tort faire; 3892 Elle appert en tout bon affaire :

Et quant elle appert en amours,

C'est quant amans, par reclamours,

Par servir ou par ses prières 3896 Et en toutes bonnes manières,

Puet en pais de dame joïr

Dou droit especial joïr

Qu'amours donne de sa franchise. 3900 La est Bonneilnez assise

Entre ami et loial amie

Qui ne vuelent que courtoisie

Et ont par certeinne affiance 3904 Li uns a l'autre grant fiance.

La les tient elle en moult grant point.

Elle est a tous biens mettre a point;

S'en est moult plus gaie et plus cointe ; 3908 Elle est de tous les bons acointe.

Elle appert en mains esbanois,

3878 D Quant ; E celle — 388o E deceuoient — 3882 BM quel manière ; E Comment elle euurc de son art — 3884 PME Et ce; BD De ce — 3887 et 3889 Mss. Il — 3891 BF nulz tort ; A sans accort f. — 3897 DE ou pais ; A dames — 3904 D Lun a 1. tresgrant f. — 3908 A les biens.

�� � 272 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Tant en joustes comme en tournois,

Pour chevalerie essaucier 3912 Et les fais des bons avancier

A la congnoissance des dames.

La croist honneurs ; la chiet diffames.

Car tels a esté diffamez 3916 Qui puis est chieris et amez

De ceuls qui ains le diffamoient,

Pour ce qu*apertement vëoient

Qu'il met son corps en aventure ; 3920 Dont tels fois est qu'il aventure

Dou fait d'armes qu'il a empris,

Tant qu'il vient au souverein pris.

Einsi Bonneûrtez avance 3924 Les siens de sa haute puissance.

« Se Bonneûrtez par nature,

Par fortune ou selonc droiture,

Appert en la chevalerie, 3928 Elle appert aussi en clergie :

La tient elle honneur en ses mains.

A l'un plus et a l'autre meins

En fait ses larges départies ; 3932 S'en donne les plus grans parties

A ceuls qui tiennent mieus l'adresse

Ou Bonneiirtez les adresse.

Aussi appert elle en science, 3936 Et se s'enclôt en conscience,

Pour garder ceuls aucune fois

En cui est pais et bonne fois,

3909 ajouté par B' dans B — 3910 3/ corn — 3914 Act. bon- neur; D la het d — Sgiô^/Qui plus— 3gi7 E Xd^ — 3918 BDE Pour ce (ce manque dans BD) que congnoissaument v. {E voient) — 3925 BD Le; E Debonneuretes — 8932 E donnes — 3984 FE En — 3935 B Enssi ; E Ainssi — 3937 EB aucunes — 3938 E bonnes foiz.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 27 J

Qui n'ont pas par voie auicntique 3940 Mis leur scens en fourme publique,

Eins sont sage secrètement.

La se tient elle closement ;

La li tiennent grant compaingnie 3944 Loiaus secrez et bonne vie.

La se vuet elle reposer

Et les cuers a point disposer

En la vie contemplative. 3948 Or revient par la voie active

Pour esmouvoir ceuls de parler

Qui tiennent volentiers parler

Des biens de contemplation ; 3952 Dont maint, par bonne entention,

S'enclinent si a sa doctrine

Que chascuns par soy se doctrine

D'estre diligens et hastis 3956 De devenir contemplatis.

Que vous iroie je contant ?

Bonneiirtez a de bien tant

Que jamais n'aroie compté 3960 Le centisme de sa bonté.

Dont au monde n'a grant signeur

Ne dame^ tant aient d'onneur,

Quïl ne leur fust et bel et gent, 3964 S'estre pooient de sa gent.

Atant m'en tais; je n'en di plus,

Mais que venir vueil au seurplus

SgSg BDE antiquité ; B' corr. en auteniiquc — - 3cj4o Bl-^ leurs — 3943 li manque dans E — 3944 B a bonne vie ; E ccst b. vie — 3945 F voult — 3946 a manque dans D — 3948 A la vie a. — 3953 B Enclincnt; E Enclinoient; M ci — SgSS Mss. En bon. {B En ben.) ; AM biens — 3960 D La; BE centiesme — 3962 D dames; B' aie — ?963 AFBD Qui — 39G4-5 sont intervertis dans D — 3965 D di ment — 39GG D Mais au seurplus venir je tcnt.J

Tome 1; 18

�� � 274 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Des deus poins dont condempnez estes 3968 Et s'ay mes raisons toutes prestes Dou tiers point que je vous diray, Dou quel je vous condempneray.

a II est bien véritable chose

3972 Que, s'aucuns a un plait s'oppose, S'il se trait a production Et il vient a probation, Se s'entention bien ne prueve,

3976 Vérité de droit li reprueve

Qu'il en doit estre condempnez. Cils drois est de si lonc temps nez, Qu'il n'est mémoire dou contraire.

3980 Or vëons a quoy je vueil traire, Et s'entendez bien a mon dit : De quanque la dame vous dit De son fait, vous vous opposastes

3984 Et dou prouver vous avansastes. Mais vous avez si mal prouvé Qu'il vous doit estre reprouvé A vostre condempnation,

3988 Selonc la mienne entention. Vous n'avez ci dit que paroles Qui sont aussi comme frivoles. Belles sont a conter en chambre,

3992 Mais elles ne contiennent membre Dont pourfis vous peiist venir Pour vostre prueve soustenir. Et si avons si bien gardé

3996 Com nous poons, et regardé, Pour quérir loyal jugement.

��3968 D jai — 3973 E producion — 3975 DE Et — 397G MBDE le — 3980 M veoions — 3984 A dou premier; D annun- castes — 3988 D moie — 3992 Z) nombre — 3993 D p. en pciist -- 3996 D Que.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY UE NAVARRE 270

S'il VOUS plaist a savoir comment,

On vous en dira les parties, 4000 Comment elles sont départies,

Et de vostre erreur tous les poins.

Et se vous veëz qu'il soit poins

Qu'on vous die vostre sentence, 4004 Se nous dites que vos cuers pense;

Qu'il vous en plaist, on le fera

Si a point que bien souffira. »

Guillaume .

u Dame, bien vous ay entendu, 4008 Et s'ay bonne pièce attendu

Que je fusse sentenciez.

Se vous pri que vous en soiez

Diligens de moy délivrer, 4012 Quant a ma sentence livrer.

Dès que mes fais est si estrois

Que je doy des amendes trois

Et qu'autrement ne puet aler, 4016 Je n'en quier plus faire parler. »

Raison.

« Guillaume, soiez tous certeins

Que de droit y estes ateins ;

Se n'en serons point negli§ens. 4020 Or soiez aussi diligens,

Et puis maintenant vous levez

Pour faire ce que vous devez

Vers celui qui pour juge siet. 4024 S'en fera ce que bon l'en siet.

3998 BE assauoir - 3999 en manque dcvis E - 4001 Z) tous le point — 4002 D Et se vees tous les poins — 40o3 E Quen 4oo5 D Qui., on lessera - ^oii F Dcligens - 401^ -^^ nen - 4016 D pas f. - 4018 D en estes - 4019 ^^^ ^^^ nen--402o F dcligens — 4024 D bon lui siet.

�� � 2-j6 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Dès or mais a lui appartient,

Car tout le droit en sa main tient. »

Guillaume.

A ce mot au juge en alay 4028 Et d'un genouil m'agenouillay.

La li présenta}' je mon corps

Par si couvenable recors,

Comme je peus et li sceus dire; 4o32 Dont il prist un petit a rire.

Lors pris mes gans, si li tendi;

Dont il qui bien y entendi

Les prist, et puis si les laissa ; 4o36 Après un po se rabaissa.

Si que secondement les prist,

Puis les laissa, puis les reprist,

En signe de moy moustrer voie 4040 Que trois amendes li dévoie.

Moult bien le me signefia,

Et pour vérité m'affia

Qu'il les me couvenroit paier. 4044 Lors me dist il, sans delaier,

Que je me râlasse seoir.

Car il se voloit pourvëoir

Quel pénitence il me donroit, 4048 Et que brief m'en delivreroit.

Lors près de la dame se trait, Et Raison aussi, tout a trait, A leur secret conseil se mist 4o52 Et de bas parler s'entremist.

4028 D du — 4029 D A lui ; E présente — 4o3o FME couuena- bles — 4o3i F Corn... et le sceu d. ; D et sceu dire — 40?? E si les tendi — 4o36 E rebaissa — 4043 FMD Qui ; M conucnia ; E conuenoit — 4044 E deloier — 4048 D que bien mcn; M deliueroit; BE deUuerroit — 4o5o Dt. adroit.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 277

Mais a leur parler bassement

Pris un petit d'aligement,

Pour ce que je bien percevoic 4056 Que leurs consaus estoit de joie;

Car d'eurcs en autres rioient.

Et a ce droit point qu'il estoient

Au plus estroit de leur conseil, 4060 Avis me dist : « Je vous conseil

Que ceste dame rcsgardez

El songneusement entendez

Aus drois poins de sa qualité. 4064 La verrez vous grant quantité

De sa grâce et de son effort.

S'en avérez le cuer plus fort

Pour endurer et pour souffrir 4068 Ce que drois vous vorra offrir. »

Lors li dis je : « Biaus dous amis,

Mais vous m'en faites le devis

Qui congnoissez de moult de choses

4072 Les apparans et les encloses ; Souvent en estes a Tessay, C'est une chose que bien say. » Adont dist Avis : a Ce vaut fait.

4076 Or entendez bien tout a fait :

Quant aus parties deviser,

Se bien vous volez aviser,

Elle a vestu une chemise 4080 Qui est appellée Franchise

Pour secrés amans afranchir

Et de Sobreté enrichir

En la partie de Silence

4057 D deuers lun lautre; E demes en autres —4062 F soi- gncnsement — ^^cGy-Ssont intervertis dausE—^oôSD quadroit —

4073 FM lassay — 4074 D chose bien le say — 4076 E tout le fait {sur rature) — 4078 D vous en voules — 4079 a manque dans FB, ajoute par B': ^ ot — 4082 D afranchir.

�� � 278 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

4084 Parmi Tacort de Congnoissance.

Car pour tant qu'elle n'est veue,

Sa cause doit estre teiie.

Et sa pelice, c'est Simplesse 4088 Si souef que point ne la blesse,

Car elle est de Beniveillance,

Orfroisie de Souffissance,

A pelles de douce Plaisance 4092 Qui bons cuers en tous biens avance.

Et li changes qu'elle a vestu

Par très honnourable vertu

Fu fais de loial Acointance 4096 Et ridez de Gontinuance

A pointes de Persévérance

Egalment, sans desordenance.

Or est cils changes biaus et lez 4100 Et est de son droit appeliez

Pour certeinne condicion

Honneste Conversation.

Et la sainture qu'elle a sainte 4104 N'est pas en amours chose fainte,

C'est propre loial Convenance,

Cloée de ferme Fiance.

Car qui convenances affie, 41 08 Neccessitez est qu'on s'i fie .

Et li mordans, pour ce qu'il poise.

Sert d'abaissier tençon et noise,

Si que jusqu'à ses piez li bat.

��4086 jBDE" tenue — 4087 Fceste; Z) est —4088 la manque dans M — 4089 A bniueillance [sic] ; F beniuellance ; ME bie- nueillance; BD bienuaillance — 4090 3/Orfroisiez; D Orfresie — 4091 FMBDE Appelles; A Appelle; B' Aperles ; D de souef p. — 4092 D bon cuer ; D bien — 4098 BE chainses ; D les chaus- ses., vestues — 4096 £) continence — 4099 BDE chainses; £' chainse; 3i si chainges — /^lo'è qn manque dans FBE — ^11 o F Ser; DSest; F3i tensons — 41 1 1 3/ques; FMF jusques a; F5 ces.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 279

4[ 12 Et si pict deffont maint debai

Entre amie et loial ami,

Quant aucuns amans dit : « Aimy !

De ma dame soi refusez; 41 16 Mais mes drois n'est pas abusez,

Car je croy bien qu'elle le fit

A s'onneur et a mon profit. »

Einsi si piet la gent demainne, 4120 Gui elle tient en son demainne ;

Car il sont chaucié d'Aligence,

Lacié a laz de Diligence.

Et s'a mis blans gans en ses mains, 4124 Li quel sont fait ne plus ne mains

Entre Charité et Largesse,

Dont elle départ la richesse

D'Amours qu'on ne puet espuisier 4128 Ne par nul jour apetisier.

Plus en prent on, plus en demeure

De jour en jour et d'heure en heure.

Dou mantel vous vueil aviser 4132 Comme il est biaus a deviser.

Et mieudres que biaus qui s'en cuevre

Par dit, par maintien et par ouevrc.

Lainne de bons Appensemens 41 36 Avecques courtois Parlemens,

Scienteuse Introduction

Et amiable Entention

��4112Z) deffent — 41 13 D E. ami — 41 iG D nest mie — 41 17 le manque dans F — 41 18 D A souuenir de mon proiifit

— 41 19 -D cil pie; DE silz piez; FM piez — 4121 A chaucict

— 4122 F deligence — 4123 FM sa uns bl., corv. dans M en mis — 4124 DE moins — 4126 Z) sa r. — 4127 BDE csprisier; J5' espuisier — 4129 A prent et plus — 4i3i F Son — 4132 M Gom; D il bien beauz est d. — 41 3 3 iDmcndre... qui en c ; E qui son c. — 137 D Sentcntc introductions — 41 38 D enten- tions.

�� � 28o LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

Furent ensamble compilées, 4140 De Bonté proprement drapées;

Et de ces choses asamblant

Fu fais li dras de bon samblant,

Tains en une gaie couleur 4144 De très honnourable valeur

Qui est appellce Noblesse,

Et est fourrez de Gentillesse.

Or est Bonneûrtez couverte 4148 Dou mantel, et est chose aperte

Que par dessous tous biens enclôt.

Mais véritablement esclot

Quanquil a sous la couverture 4152 Li apparans de sa figure,

Si comme, en sa fisonomie,

Li bien de toute courtoisie

Très soufïissanment y apperent, 41 56 Dont ses damoiselles se perent.

Et elle est aussi bien parée

D'elles, sansestre séparée

D'elles et de leur bon arroy; 4160 Car elles souffissent pour roy

Et pour souvereinne royne.

Pour ces raisons vous détermine

Que Bonncùrtcz dou tout passe 4164 Toutes roynes et trespasse.

Se je voloie sa coronne

Deviser qui est belle et bonne,

4139 FMBE compellees — 4141 AFMBE ses ; D en sam- blant — 4142 manque dans D — 4143 DE gente c; B gouiee c. — 4144 BE Et de treshon. : D Et de hon. — 4148 et manque dans Z); M m. qui est — 4149 E tous les biens — 4i5i D Quanque a dessous; MBDE sa couuerture — 4i53 BE phinosomie ; D en la filosomie — 41^7 D ninssi — 4i58 E Delez — 4160 F toy — 4162 A raison — 41*34 F royne — 4166 F Deuisier.

�� � LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE 28 1

Trop longuement vous en tenroie ; 4168 Car je voy bien la droite voie Que leur consaus va a déclin. Atant pais de ce vous déclin. »

Guillaume.

Quant leur consaus fu affinez, 4172 Li juges s'est vers moy tournez,

Le Juge.

En disant : « Guillaume, par ni'ame,

Itant vous di de par ma dame

Et de par raison ensement, 4176 Et je sui en l'acordement,

Que de trois amendes devez

Devisces, et eslevez,

Lesqueles vous devez sans faille 4180 Par jugement, comment qu'il aille.

Il vous couvient, chose est certeinne,

Faire un lay pour la premereinne

Amiablement, sans tenson; 4184 Pour la seconde une chanson

De trois vers et a un refrein

— Oëz, comment je le refrein —

Qui par le refrein se commense, 4188 Si comme on doit chanter a danse;

Et pour la tierce, une balade.

Or n'en faites pas le malade,

Eins respondez haitiement 4192 Après nostre commandement

4167 Dv. entendroie — 4168 £" vois — 4169 ME leurs con- saulz — 4171 FBE\q.u\-s\E asinez — 4172 s manque dans D ', ME cest— 4174 iV/v. di je; par manque dans D — 4175 D Et de par mamie raison — 4176 D en accordoison — 4181 Bz\\. et c. —4185 a manque dans D— ^\^Ç) manque dans M — 4187 le manque dans D — 4188 MDE en dancc — 4190 DE ne — 4191 M hastiuement.

�� � 282 LE JUGEMENT DOU ROY DE NAVARRE

De tous poins vostre entention; Je fais ci ma conclusion. »

Guillaume.

Et pour ce que trop fort mespris, 4196 Quant a dame de si haut pris

M'osay nullement aastir

De plait encontre li bastir,

Je, Guillaumes dessus nommez, 4200 Qui de Machau sui seurnommez,

Pour mieus congnoistre mon meffait,

Ay ce livret rimé et fait.

S'en feray ma dame présent, 4204 Et mon service li présent,

Li priant que tout me pardoint.

Et Dieus pais et honneur li doint

Et de paradis la grant joie 4208 Tele que pour moy la voudroie.

Mais pour ce que je ne vueil mie

Que m'amende ne soit paie.

Pour la paier vueil sans delay 4212 Gommencier un amoureus lay.

Explicit le Jugement dou Roy de Navarre contre le Jugement dou Roy de Behaingne.

��4193 iWnostre — 4197 5 Mose; E Nose ; F aestir — 4198 i/ contre — 4200 DE Machaut — 4202 D Hure; M rimeyt — 4203 D Sen fais a ma dame pr. — 4208 D T. corn — 4210 Z) Que marne ; F paiee — 421 1 F le.

ExpUcit : D Ci fenisi; E Cy fine ; A leroy de n. ; M encon- tre; FBE du [B dou) bon roy de b. ; M au bon roy de b.

��tst^**-

�� �


  1. MBE Ci commence le jugement du roy de nauarre; F du bon roy de B. ; D n’a pas de titre, ce Dit y étant considéré comme la continuation immédiate du Dit précédent.
  2. E Ou
  3. D flour; DE feulles feulloles
  4. D leur
  5. D tiennent ch.; B chapistre
  6. D T. desouz
  7. E annoys et par
    bocques.
  8. D se
  9. F dongier
  10. E moult; D pesches et raisins
  11. D Que ble; FB blef
  12. B chierme ; D chiesne ; F chenne
  13. D out
  14. Mss. Le .ixe. j.
  15. E alay
  16. D fu
  17. D Que ce quaistre
  18. D Estre
  19. D deserpee
  20. E ceulz; et manque dans D
  21. D Comme.
  22. D Comme
  23. A aduarice; M main
  24. ME Comme; D royne
  25. E Comme ; D et com
  26. 45 et 46 intervertis dans BDE
  27. FM Voirement
  28. E Quen li scet
  29. DE vraie
  30. D Comme
  31. D Comme
  32. A peire
  33. ne (devant suer) manque dans M
  34. E subget
  35. F raembrent; M raiembrent ; D roongnent
  36. F se
  37. D de vies.
  38. E maniers
  39. D Poures pillars hardis couars
  40. D Si ; D qui
  41. D et plus leur fault
  42. D quant il sont ; A puissant et r.
  43. D Tant plus sont il
  44. FM nist ; D vit
  45. E plus muet plus remuist
  46. manque dans DE ; dans E au bas de la colonne : Qui maint lieux deront et degueste
  47. D Com voit; MD nouuelles
  48. D et belle
  49. DE nest ; B na ; FM as
  50. A plus me grieue ; E qui pou mest griefue.
  51. A mest grieue
  52. D ordrenance
  53. D Car au jour
  54. ME plus dire
  55. que manque dans E
  56. E moy muser
  57. D se
  58. AB encore; E encores ; D pires encores ; A .x. temps
  59. il manque dans D
  60. E du tout.
  61. D Que tant que il a conceu
  62. D et tout
  63. D m. est toute v.
  64. A et plus ; M effraee
  65. E Se ; D Et
  66. D puist
  67. E ne le tr. : D listoire
  68. FM Lisans ; BD nulle si merueilleuse
  69. MDE dure ; D perileuse
  70. D ou de ; AF temps
  71. DE elle ; B' elles furent
  72. E se
  73. E F. figures
  74. BD puet.
  75. et manque dans D ; F dou
  76. D obscure
  77. B’ moins
  78. F tournee ; BDE journee
  79. D tournee
  80. qui effacé dans B’
  81. A Li
  82. D et pl. ; D ploroient
  83. E dirent
  84. D quarantomme
  85. D ne sces
  86. BD ses.
  87. D F. plus par
  88. D par tout
  89. BE ronde
  90. F Qui
  91. D mille ; E milles
  92. M le cors
  93. D tout bien
  94. F print ; MBDE prist
  95. D les tr. encore durent
  96. E pers
  97. D Seront; A a faire
  98. AM desperdus ; F ost
  99. E Con on e. tout esp.
  100. FMB traite
  101. B’ fu la honnie judee ; D' li h.
  102. E et la
  103. A het bien.
  104. M lors ; F leur vie; E vie
  105. M trestous cilz; D trestuit ceulz
  106. F Cest ; D descongneue
  107. D Maiz cil qui loing siet et bas voit ; A long
  108. D Ne se voult ains fist r.
  109. A Li un pendu li autre c. ; E tuit
  110. ot manque dans D
  111. B’DE descourgies
  112. D as dens.
  113. E leur
  114. DE quil
  115. li manque dans D
  116. E champs
  117. M hommes
  118. et manque dans FM
  119. E courousa
  120. F sens ala
  121. D Tonnerres foudres
  122. M ouurales
  123. D Tant ceste lui atardoit.
  124. E qui ny ait regne t.
  125. Mss. Qui
  126. F qui
  127. B vit
  128. D voult
  129. D Recoit ; DE guerre
  130. M grant ; D plames
  131. A Cheirent li temps ; DE le temps
  132. BDE maintes villes
  133. E Ne m.
  134. E Quil.
  135. E ne le peust
  136. D Se longuement dure eust ; B deust, corrigé en eus par B’
  137. FM ques
  138. E ames
  139. E nest
  140. D ort vil
  141. D Lait puant ; E prus
  142. F Fu il de nuit
  143. BE Et de sa grant c. ; D De sa grande c.
  144. D dehaitie
  145. M Et ; E en m.
  146. D aler a lair
  147. F leur
  148. M et la fille.
  149. D Quil
  150. DE Quil ; M adonque
  151. ME quil ; D neust donc
  152. D Fusicien
  153. D sceuent
  154. F mestoit ; D estoit
  155. D voult ; E mention
  156. D si fu ; M fust
  157. BD la cage
  158. M foursen ; D forson ; E forfeu
  159. D et sans lien
  160. B’ Quel
  161. E Nen
  162. E morceaus
  163. E en
  164. FM ensambles
  165. E plains
  166. M Qui ; des manque dans D
  167. D Ci tresmerueilleusement lees
  168. E si y ot ; D ont
  169. AB fil
  170. ne (h.) manque dans BD
  171. BE Quon
  172. A secours
  173. DE moururent
  174. B’ la a mourir
  175. D vouloit
  176. D mouroient.
  177. D et qui estoient
  178. D ne pouoit
  179. A demorroit ; DE demoura
  180. F D. vint ; M D. auint
  181. E Demouroit ; B’ Demouroit sans point l.
  182. E erer
  183. D vigne
  184. D treble
  185. D ne seigneur
  186. leur manque dans D, effacé dans B’
  187. D demourerent
  188. M vis
  189. D leur.
  190. D fu ; E suy
  191. D Que mont ne f. acordis
  192. D estoient
  193. M Pour ; D Tremblans de la poour quil auoient
  194. FM ques
  195. D Si que d.
  196. M ma chambre ; D monte moy
  197. FM ques
  198. D Fu ; E Fut
  199. D mourust
  200. FM sceu
  201. de manque dans D, effacé dans B’
  202. E ne
  203. DE pensee auoir ; B’ pensee en auoir.
  204. un manque dans D
  205. D entray oy
  206. D .vi. ; E dune paires
  207. D Tantost me dit et r.
  208. 467 et 468 intervertis dans D
  209. DE qui (E quil) festoient
  210. et manque dans D
  211. D ainssi
  212. D Comment
  213. F que
  214. A lors ; D sausisse.
  215. D fu h. dennoy et deffray
  216. M souez
  217. M pour
  218. E laissier
  219. E et deduit
  220. D Qui ammoneste tout delit
  221. D Et
  222. D et a t.
  223. D verroit ensensonner
  224. D entencion nestoie ; M ou jestoie
  225. D Fors pour h. ; je manque dans D
  226. E je pese
  227. E liures
  228. E les pense
  229. D Ou
  230. D Se nest ; E leurester
  231. FE respondroie ; D je respondroie
  232. D Cest; M affaire.
  233. li effacé dans B’ ; B’ a le parf. ; D au ; M on
  234. M cy
  235. M ci
  236. E pense
  237. D meut
  238. A change tel en bel
  239. manque dans D
  240. bien manque dans D
  241. ne manque dans F ; E narrainassent
  242. M aucun ; E biens
  243. E c. briefment le d.
  244. DE ne m.
  245. A Que.
  246. D atournee
  247. M la
  248. E estoit ; D derriere
  249. E entendus
  250. M tant
  251. D vist
  252. li manque dans M
  253. M ce
  254. D ne
  255. D humblement
  256. M dist il ; B fois ; D dois ; M que je doy
  257. D li guill'e de loris
  258. D qui
  259. F fors de ce ; E qui
  260. B entendens ; D entendant.
  261. E leuries
  262. BE ses
  263. D entierement
  264. D et chiere
  265. D d. joiant et lie
  266. B’ Mais ; AFM Nom pourquant ; BDE Nom pourquoy ; D ce ne vi point ; E si ne
  267. D vne
  268. PE volentes
  269. B la
  270. E sui
  271. MD comme
  272. MD joliuete
  273. E vueille.
  274. manque dans D ; A jours
  275. B’ Ou ; E bons sa cure
  276. D le corps
  277. E Sa faiz e. donner c.
  278. D Quen li en habonde honnour
  279. D lui ottrie
  280. D G. paine sans esb.
  281. D auiser
  282. D lui
  283. D ten va a celui t.
  284. je manque dans D ; D merueille ; E je ne m. que li t.
  285. M brief
  286. 623 et 624 intervertis dans D
  287. D ensoignes ; E esloignes
  288. manque dans D
  289. a manque dans F
  290. M cy
  291. E voy
  292. D tout au pl’ p’s p’s (sic).
  293. M qui
  294. D vit
  295. D fust
  296. men effacé dans B’
  297. E enseigne
  298. D quel ; E quelles
  299. BD Pourquoy ; B’ soient
  300. F et pr. ; D est saine et ; et manque
    dans E
  301. E courcie
  302. D ne
  303. DE pr. haitie (D hatie)
  304. 'M' que vous
  305. le manque dans E
  306. ABDE Qui
  307. M pl. elle amander.
  308. M pl. elle amander.
  309. A Verrez ; D Venes a lui
  310. ME croist
  311. D vous respondres
  312. E amis et tant
  313. F Ne fu ; E mes trestous entiers
  314. EF Et
  315. que manque dans D
  316. D retraire
  317. D que mander
  318. F respont
  319. manque dans D ; B’ Selles estoient adiournees
  320. FM or en alons
  321. B’D Et.
  322. E men ; E ranplir
  323. A que
  324. D Si ni mettrey p. de c.
  325. BE Que vous mauez ce (E si) r.
  326. D compaignie
  327. FBE cest ; D est
  328. D De pour pour
  329. D leuay
  330. DE De celle
  331. D ch. y acourcies; E atournes
  332. D l. et prins ; B sans prins
  333. D pui
  334. FMD bourdes ; FME paroles ; E voires
  335. E croires
  336. D tel
  337. AF Y.
  338. M si
  339. M bien li heure
  340. M Nest ; DE encore
  341. DE venes
  342. E Da vous parler et raisonner
  343. A aduocas
  344. D debation ; E debations
  345. D debation ; E esbations
  346. AFD tout
  347. M ma dame
  348. FM ameneui ; BD ame ne vi (B neuy) ; E a nienneny
  349. E le mala d.
  350. D ne ; E descendres
  351. F pallerez
  352. D Et quant loy.
  353. D Sceust ; FMBDE faire
  354. D sonneur et soneste
  355. A sa ; M ci
  356. D mon message
  357. D moult tal.
  358. D ames
  359. M resgardoie ; E regarde
  360. E Les ; FB sifflier
  361. D oyaye
  362. E comme
  363. D vous me v.
  364. FBE nous ; A corrige nous en vous
  365. A daingnies
  366. BE ce si
  367. E Dame
  368. DE contre ; D volunte
  369. D vendroie
  370. D ne
  371. E voit
  372. manque dans D
  373. D Mais.
  374. D aures ; M telz
  375. D Ne meittre jusqua tant vouldres
  376. E Apres
  377. D ne tenoit ; B ce tenoit
  378. de manque dans F
  379. M eusse meffait
  380. BDE aucune
  381. E si fause a.
  382. MBE sui; D sunre ; B’ que forf.
  383. FMBDE quelconques
  384. D deuisai.
  385. E saroie ; D scaroie que r. ; que ajouté aussi dans B’
  386. D Or vous plest a le moy e. ; E respondre
  387. s manque dans D
  388. D ensuiues ; E suiures ; A la droite voie
  389. DE saroie
  390. D Si ; AF Ce
  391. D deistes
  392. DE attendroie ; BD le droit ; le effacé dans B’Après ce vers on lit dans E lacteur au lieu de la dame
  393. E aues
  394. D Se ne le.
  395. D escript
  396. B’ Si y r. ; BDE a vos l.
  397. manque dans D
  398. E et f. ; A parfaites
  399. D Si
  400. D des
  401. E materes
  402. FBD Considerer
  403. D Est
  404. et manque dans D
  405. M darnier ; BDE derrenier
  406. manque dans D ; B verray, corrigé en vauray dans B’
  407. FD mettroie.
  408. FMB nuisible; B’ inuysible
  409. Mss. Peust ; B’ Puet
  410. FE si ; plaist manque dans M
  411. la manque dans D
  412. D descongneue ; E esconuenue
  413. MD dame
  414. MBDE dit ce v.
  415. D Que mout v. en s. bl.
  416. E Que
  417. E Cause : FDE terme
  418. F Bel
  419. E .I. loy amant
  420. A Feroit
  421. A Se
  422. D que bon
  423. D Tout en son pouoir estendroit
  424. D maintenoit
  425. D Biau seroit homme
  426. manque dans D
  427. ME com ; homs manque dans E
  428. D A.
  429. D sameroit
  430. D garderoit ; E Et que t. b. garderont
  431. D et en loyaute
  432. D quant elle le scaroit
  433. A Demouroit
  434. F fos cuers ; BE folz c. ; D faulz c. ; E de mouuoir espris
  435. E a. espris
  436. FME dun
  437. FMBDE a ses a. ; B’ rétablit en ses a.
  438. DE Com
  439. BDE ce.
  440. D Tresuolentiers le receura
  441. FB dongier
  442. E ce sy
  443. D Car cil le scaura
  444. D Et cela ; E Et cil la
  445. D bien liement
  446. BDE Et ce ; E amer
  447. E Ce
  448. moult manque dans D
  449. FMDE Aus fais
  450. E pour
  451. E diuisie
  452. manque dans D.
  453. M Grietez; D Tristece ; mal manque dans D
  454. BE C. en ; B sans annuy ; E sans ami ; D c. son ami
  455. D autre lai
  456. D scaura de bon cuer vrai
  457. D Que la mort le deuourera
  458. F liurez
  459. D los
  460. D les appelles
  461. E bons amours en drois
  462. F cui ; ME toute mise
  463. F ques.
  464. E Et ; D en moy ; le ajouté par B’
  465. A T. que
  466. F pourroit
  467. A quon
  468. se manque dans D
  469. E Couuertement
  470. D mon honneur... tenue
  471. A qua iugie; D que tout iugie auroie
  472. D bel
  473. E pour
  474. D pourrons
  475. M Sil soit ; E les secres.
  476. M et moy
  477. M tel com
  478. E cy
  479. F despitter
  480. E Asses prinst
  481. D A ces mos que aies comptant
  482. B pourroit ; D esluire.
  483. D Garnis est
  484. BDE bien ; E ne
  485. D Sun mois ; E Se vmais ; M Sumais
  486. M Com ci d.
  487. D puis apres damours parlamz
  488. BDE ou s.
  489. il manque dans D
  490. E Quelle vouloit la r.
  491. D de trestout si rich.
  492. DE veue
  493. tuit manque dans F
  494. B’DE coissins
  495. manque dans D
  496. B annesot ; E amelot
  497. M au
  498. E lui
  499. A miroir ; FMB mireoir ; E mireour ; D mirouer ; id. 1161 et 1180
  500. FM post on (M vn)
  501. Mss. la.
  502. DE a sa
  503. FM ques
  504. A empeechement
  505. M et le b.
  506. DE qui a autrui
  507. D quon ne v. ; MB Ch. qui
  508. manque dans D
  509. MDE Ou
  510. D daucune
  511. B’D Quou ; E Quen au
  512. E veist
  513. F rieugle
  514. D P. bonne et belle ; F rieugle
  515. ABDE demoustrent
  516. D deuroit
  517. BE Ou en
  518. FM Mestre ; E la.
  519. E ne poir
  520. DE si
  521. M de ch. ; FBD et ch.
  522. DE Ne ; BD en nos
  523. E vous
  524. E contredanger
  525. AE lahonte
  526. E a amistie
  527. A vost
  528. A cincisme
  529. E au destree
  530. D forme
  531. D enfourme.
  532. A bransle ; DE ne loche
  533. Mss. sisieme (.vi.) ; M fu chante
  534. D si grant ; E poeste
  535. A besongnes
  536. B’D Quel ; D ce quelle
  537. FM Cestoit ; D du
  538. BE nes ; D net ; M neste ; FM nulz
  539. D si fu
  540. E tout
  541. M en
  542. E ensemble.
  543. E Honnour et fr. ; sec manque dans BDE, ajouté par B’ et manque dans B
  544. E tiennent.. en terre
  545. E tout
  546. BD ou
  547. D Aussi
  548. E Sauoir
  549. D espondre
  550. D on lui v.
  551. qu manque dans A
  552. AFBD que
  553. E donne
  554. D destries
  555. F quanques elle
  556. heritage
  557. D receuoit
  558. E Auecques ce.
  559. M Com ; D tous ; D pire
  560. MDE t. biens
  561. A douzieme
  562. D Plaine
  563. M dongier
  564. FMBDE passoit ; D a m.
  565. E Encores est toudis et s.
  566. A li mondes
  567. BD Cest ; B’ Qui est
  568. D bien.
  569. A leurs
  570. D repparoit
  571. E G. maintenant
  572. E G. donnour
  573. M est
  574. sa manque dans BE, ajouté par B’
  575. BD asseuree
  576. E me vinrent d.
  577. D tous esb.
  578. M comme
  579. F temprez
  580. E en cy f. ; F annuisement
  581. B’ Qui me f. ; M recouurer ; B mon vis
  582. manque dans D
  583. D penser
  584. M cuident
  585. E Sy sui ; D fu
  586. D temps me d.
  587. F Sen ; BE En ; D sceut ; E Si sens
  588. FMBDE dit
  589. A Au primes.
  590. E Et que., a vous dit
  591. B rafreschirons ; D refrechirons
  592. M ses ; E douces
  593. D sages sont ; A belle
  594. D demoure
  595. AB agelongnai
  596. DE Sauroit ; D et oir ent.
  597. E quen
  598. E qui
  599. D le parler
  600. D non pourtant
  601. E pourres dire vo plaist.
  602. E responnes
  603. A L. vos yeus il pl.
  604. DE vouldres
  605. FM eust
  606. E Deles lui men a.
  607. grace manque dans D
  608. BE De ; B on
  609. A la
  610. manque dans D ; E et legiere ; FMB meniere
  611. par manque dans E
  612. AFD Et
  613. M saroit
  614. B’DE Ne ; FM ques; BE ces ; E paroles
  615. D ordrena.
  616. FM fust
  617. E durement
  618. D anguer
  619. M sen
  620. D ir. plus c.
  621. D beau
  622. manque dans D
  623. M en tire
  624. D qui ot
  625. D Pour
  626. D quanque a. ; E quanque len a.
  627. E le champ
  628. FBE Eux
  629. D esbatre
  630. M sen.
  631. F Cui ; DE auions
  632. D lui
  633. D Si ala enc. ; B en lenc.
  634. D que ca v.
  635. E cest parler ; D ce par ester
  636. D Alons ; M ses sieges
  637. D Puis me vouldrai
  638. D nom pareilles.
  639. D Pour
  640. D je monterai ; E je monsterray
  641. FBDE decoste ; BDE monsteres
  642. D merrez
  643. D Que nous deus ; M aillons
  644. E feray ; je manque dans E
  645. D Ad
  646. F deulz ; E monsterent
  647. D Au seoir
  648. D sasseirent
  649. A rassis
  650. BE Veez ; D Vela
  651. s manque dans D
  652. F tors
  653. F qui
  654. E bien meus ; D cil.
  655. F juge
  656. BD venue
  657. en manque dans D ; E este
  658. A plest
  659. D amours
  660. et manque dans D
  661. E ottroye
  662. M qui ; D que ; E p. amie vraie
  663. A li
  664. E Qui ; de (gr.) manque dans BE, ajouté par B’
  665. E celle
  666. E qui
  667. M gries.
  668. FB y
  669. 1541-2 manquent dans M
  670. F vostre ; D tout nostre plaidie
  671. E marme
  672. D cest
  673. M com
  674. D p. temps je prendrai
  675. E parolles ; 'BD' Par les paroles
  676. D jesluirai
  677. F com
  678. E et a. ; D fait ; BD compaingnie.
  679. B’D jugement ; FM par
  680. FMD qui
  681. A Je vous requier je; FB nous
  682. D Cher ; FM nostre
  683. D vouldres
  684. Après ce vers D met Le roy
  685. manque dans F
  686. F Sen tendra ; B’ Sentendera ; D Si entendes
  687. BD reporter
  688. M moy
  689. D scaura.
  690. Mss. Auec, B’ donne seul Aueques lui
  691. D justement mes. ; E jug. par mes.
  692. AF qui ; BDE que ; E soye
  693. 1603-4 manquent dans D
  694. E accorda
  695. D Chier
  696. Après ce vers D met Le roy
  697. D aussi
  698. E Quil
  699. D du
  700. F deulz
  701. E entendre ; B’D des
  702. F cours
  703. FBDE Se
  704. F nostre
  705. E monsterront.
  706. D attendre
  707. manque dans D
  708. F enterme ; E entermes
  709. E mousteray
  710. manque dans F
  711. D douce gaie
  712. B ces
  713. FMBDE ou soit ; B’ corrige en scet
  714. F moustera ; E monsterra
  715. B sera ; M saserra
  716. tout manque dans D
  717. B verseingnes ; D versenges ; E nesainnes ; DE tierges
  718. DE tel lieu
  719. D mal ; F regrieteuse ; BDE regreteuse.
  720. D a le cuer si perdu

  721. A Na ; E namera ; D Que jamais elle naura j.
  722. et (gens) manque dans E
  723. tout manque dans E
  724. D au
  725. 1665 se trouve après le vers 1666 dans E ; FME celle
  726. D Ou ; E Quou ; E seroit
  727. B’ sygne ; E signe ; D singesse ; D meffait
  728. A ait ; M en hai
  729. A veingance
  730. DE ni.
  731. y manque dans FBE ; B’ Ilz tiennent la vn ; E Il treuue vn gr. contire ; D concille
  732. D mettront
  733. D qui a ; FE se
  734. DE demouree
  735. FE comme
  736. FM sil y est ; D si lui
  737. D Et si
  738. D nul secours
  739. FM peust
  740. B Et
  741. D a dit
  742. D et moustre s.
  743. E fermer
  744. A diuisees
  745. E Car qui amende y voiroit
  746. E Et de ce
  747. A auisie
  748. D sentu
  749. E fait
  750. en manque dans D
  751. D de male e.
  752. E joy ; D vn
  753. B sans
  754. MDE Si
  755. Après ce vers D met Guillaume Le roy
  756. manque dans D
  757. a manque dans E.
  758. BE je vous diray
  759. AME nen
  760. E De ma dame
  761. E est si p.
  762. AFME Y
  763. E atendre ; D estaindre
  764. D .I. autre eaue ; E Une cause ; E estandre
  765. D et tous
  766. D qui encor r.
  767. D Cest
  768. FD grief.
  769. B’ tint; la manque dans D ; BDE souffissance
  770. FBDE vous oser (D aisier) demandastes
  771. D Oultrecuidance ; E autrecuidiers
  772. bien manque dans D ; Mss. quil
  773. D les parties
  774. E li
  775. D Que ma dame est sages asses
  776. DE Chascun
  777. FBE noz.
  778. FE le
  779. D Je puis
  780. FM Qui
  781. DE me
  782. la manque dans E
  783. est ajouté par B au bas du feuillet
  784. DE nostre
  785. D Tous
  786. D besoigne
  787. la manque dans FDE
  788. FB Qui ; AFMB facent
  789. BDE De.
  790. B dieux ; D dieu ; FME le
  791. DE ne a p. ; D na doulour
  792. M souffraite ; D souffrete ; E souffisance
  793. FBDE pour
  794. D Qui
  795. D vaillable
  796. vous manque dans E
  797. E remede ; D en y a tant
  798. D grief
  799. BD apres ; F et dure
  800. A querre
  801. B’ M. joyne
  802. l manque dans D.
  803. F fais
  804. D Comme
  805. grant manque dans E
  806. A Preu
  807. B li ; DE lui
  808. M quelz
  809. DE ce
  810. E Se
  811. manque dans D
  812. BE esteinte
  813. D Que puis ; FMBE Queins ; FDE se
  814. FMBE eins ; D depuis
  815. FB Fisicien
  816. FM com ; E il len ; FMBE vorroient
  817. MBDE se
  818. D Et mout tresuolentiers le firent
  819. DE Premier
  820. E les pous ; D poins
  821. AB li ; D monstrerent
  822. A jugent ; D la monstroit haitiee
  823. D poyssent.
  824. D Donc
  825. A il
  826. E que lui vn
  827. AE Aussi
  828. BDM yert ; E (à la marge) Ie dont quelle soit sanc mellee
  829. M lafferme ; F la ferme ; A dist
  830. A quelsconques
  831. BDE il naient
  832. D le c.
  833. BDE trois p.
  834. FBD courrouce ; F con la ire ; E la com
    mence non layre
  835. D De.
  836. E festes ; D menestries ; E menestriers
  837. E Et ; il manque dans BE ; B’ quelle nous die
  838. D vint ; A la
  839. A voist
  840. D finer accordant
  841. FE ne
  842. E Pour ; F leur ; B’ lui enconta
  843. Car
  844. E celle.
  845. FM jusques au
  846. E enchantier
  847. E tuit
  848. FM Toute ; A os ; M paroles ; D parler
  849. F Se ; D Si nen vueil plus oir parler
  850. FD si sen ; B ci sen
  851. F Se ; D Si ; E Cil
  852. DE estoient
  853. E et attendoient
  854. A Damour
  855. FD Par ; nous manque dans D une fois
  856. D le deirent
  857. E Dame
  858. D Tresbien g. ; E la
  859. D Euls d. a haulte vois (le texte entre ces deux moitiés de vers est omis).