Légendes canadiennes (Rouleau)/Tome II/02

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Granger frères & Maison Alfred Mame & fils (2p. 17-24).

UNE COUTURIÈRE



Sur les bords pittoresques de la Baie-des-Chaleurs, à l’endroit appelé aujourd’hui Carleton, vivait, il y a quelques années, une pauvre mais honorable famille composée du père, de la mère et de deux enfants, un garçon et une fille. Les ancêtres de cette famille habitaient jadis l’Acadie, dont l’histoire est si palpitante d’intérêt et de scènes émouvantes ; ils avaient quitté leur infortuné pays le jour où les Anglais, par une infâme trahison, attiraient dans un guet-apens, au Grand-Pré, tous les sujets loyaux de la couronne de France.

Après des privations et des souffrances de toutes sortes, la famille Dubourg, — c’est le nom des victimes de la fière Albion qui font le sujet de cette légende, — parvint à se fixer dans une paisible retraite, sur la lisière d’une épaisse forêt, au pied d’une montagne dont le sommet s’élève jusque dans la nue, et sur le bord d’une charmante rivière, qui se décharge dans la Baie-des-Chaleurs. Là, les Dubourg étaient en sûreté ; ils avaient échappé à la haine et à la fureur d’un ennemi implacable. Mais, s’ils n’avaient plus à redouter la persécution et la mort, ils avaient à lutter contre les intempéries des saisons et contre toutes les horreurs de l’indigence. En quittant leur modeste habitation, ils avaient tout perdu, excepté le courage et l’honneur. Forts de ces deux vertus, ils s’enfoncèrent dans la forêt, et, après quelques années d’un rude labeur, ils se trouvèrent à la tête d’une jolie ferme, qui rapportait assez pour leur propre subsistance.

Mais de nouveaux malheurs vinrent frapper cette famille déjà si cruellement éprouvée. Pendant l’été de 1830, un incendie détruisit la chaumière et toute la récolte des Dubourg, qui se virent réduits à la plus grande misère. Le père et la mère, brisés par ce terrible désastre, tombèrent malades presque en même temps et moururent dans l’espace de trois semaines. Pierre, l’aîné des garçons, après avoir rendu les derniers honneurs à ses malheureux parents, abandonna la ferme aux soins de Jean, le deuxième fils des Dubourg, et partit pour Québec et de là pour la Californie, d’où il n’est jamais revenu. On n’en a pas entendu parler depuis cette époque. Les filles, au nombre de trois, épousèrent de riches cultivateurs des paroisses environnantes.

Jean, resté seul, se livra à la culture de sa ferme avec une énergie et une activité sans bornes. Mais ses efforts restèrent stériles ; il vécut toujours dans la gêne, et lorsque Dieu l’appela au céleste séjour, sa veuve dut vendre la ferme pour payer les dettes et se réfugia avec ses deux enfants dans une chétive cabane construite près de la baie ; elle vivait du travail de son fils et de sa fille. Jean, c’était le nom du garçon, partait tous les printemps pour faire la pêche sur les bancs de Terre-Neuve et ne revenait que l’automne. Julie, la fille, faisait la consolation de sa mère ; elle était pieuse, active et douée de toutes les qualités qui ornent la femme chrétienne dont parle l’Évangile ; elle avait appris le métier de couturière, et l’ouvrage ne lui faisait presque jamais défaut. Cette jeune fille portait une dévotion toute particulière aux âmes du Purgatoire. Chaque samedi, elle donnait un franc à son curé pour faire dire une messe pour les bonnes âmes ; jamais elle n’avait manqué de remplir cet acte religieux.

Il en est de la couture comme de tous les autres métiers ; le chômage arrive parfois avec toutes ses funestes conséquences. C’est ce qui eut lieu pour Julie. Une semaine, elle eut beau frapper à toutes les portes, partout elle essuya un refus ; et le samedi elle n’avait qu’un simple franc dans son gousset. Que faire ? Sa mère n’a plus de pain. Et les âmes du Purgatoire ! Va-t-elle les négliger ? Elle hésite, elle réfléchit, elle verse quelques larmes sur son malheureux sort. Mais son hésitation ne dure qu’un instant ; elle prend son franc et court le porter au curé, en se disant :

« Si ma mère et moi mourons de faim, le bon Dieu aura pitié de nous. »

La semaine suivante, Julie se met à la recherche d’ouvrage ; elle marche bien péniblement ; elle est si faible, — elle n’a pas mangé depuis deux jours, — qu’elle chancelle comme un homme ivre. Malheureusement ses démarches sont encore infructueuses ; il lui est impossible de trouver le moindre ouvrage. Julie tombe alors dans le découragement le plus complet ; elle ne sait où diriger ses pas, lorsqu’elle fait rencontre d’un beau jeune homme, qui l’aborde en lui disant :

« Mademoiselle, permettez-moi de vous demander la cause de votre tristesse et de l’abattement que je lis sur votre visage. »

Julie, rassurée par l’air candide et bon du jeune homme, répond sans hésiter et lui raconte en peu de mots l’histoire de sa vie.

Le beau jeune homme reprend :

« Vous manquez d’ouvrage. Je connais une maison où vous en trouverez certainement. »

Et il lui indique la maison bénie.

La couturière se rend à l’endroit désigné et frappe, en tremblant, à la porte d’une élégante habitation. Personne ne répond. La jeune fille frappe de nouveau, et toujours le silence le plus profond règne dans l’intérieur. Alors elle se décide à ouvrir, entre dans un riche corridor et se trouve tout à coup en présence de Mme L…, la maîtresse de céans. Julie lui expose le but de sa visite et lui fait connaître sa rencontre avec le jeune inconnu.

La bonne dame reste toute surprise de cette visite inattendue. C’est un jeune homme qui l’envoie vers elle pour avoir de l’ouvrage, et elle n’a aucune couture à faire faire ! Il y a là un mystère.

« Vous dites que ce jeune homme vous a assuré que vous auriez de l’ouvrage ici ?

— Oui, madame. Après avoir su que j’avais dépensé mon dernier franc pour les âmes du Purgatoire, il m’a pour ainsi dire commandé de m’adresser à vous pour sortir de ma pénible situation.

— Et ce jeune homme, vous ne le connaissez pas ?

— Non, madame, c’est la première fois que je le vois. »

Tout en parlant, Julie jetait un regard sur les portraits qui ornaient les murs du salon, où les deux causeuses se trouvaient alors. Tout à coup, elle s’écrie :

« Voilà, madame, le portrait du jeune homme que je viens de rencontrer. »

Et elle désigne de la main le portrait en question.

« Vous êtes parfaitement sûre que ce portrait est l’image fidèle du jeune homme que vous avez rencontré tout à l’heure ?

— J’en ferais serment, madame. C’est cette personne elle-même. »

Mme L… fond alors en larmes et se jette à genoux en s’exclamant :

« Ma bonne demoiselle, c’est mon fils unique que vous avez racheté des flammes du Purgatoire ; c’est le dernier franc dont vous vous êtes dépouillée en sa faveur qui lui a ouvert la porte du ciel. Je n’ai pas d’ouvrage à vous donner ; mais je veux vous sauver de la misère, comme vous avez sauvé mon enfant des flammes du Purgatoire. Désormais ma maison sera la vôtre. J’ai perdu mon mari et mon fils unique, vous les remplacerez à mon foyer. »

Après lui avoir glissé quelques louis d’or dans la main, la dame dit à Julie :

« Allez consoler votre mère chérie et venez ensuite vivre avec moi. »

Voyant que Julie hésitait à partir, elle lui demanda la cause de son trouble.

La jeune fille lui avoua franchement qu’elle ne pouvait se décider à abandonner sa bonne mère. Mme L… la rassura :

« Vous ne quitterez pas votre mère, lui dit-elle. Retournez chez elle et qu’elle vienne demeurer ici avec vous. Elle a aussi sa place dans ma maison. »

Quelques jours plus tard, Julie et sa mère étaient installées dans la charmante villa de la veuve et menaient une existence des plus heureuses. À la mort de Mme L…, Julie hérita de l’immense fortune de cette femme de bien.

Un franc déposé chaque semaine entre les mains du curé avait produit des millions.