Légendes chrétiennes/Le saint vicaire et le diable

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



IX


le saint vicaire et le diable.



Au temps que ar vikèl sant (le saint vicaire) était recteur de Saint-Mathieu de Morlaix, il y avait dans sa paroisse une vieille dame riche et noble, qui aimait le jeu par dessus tout. Nuit et jour, elle avait les cartes en main, et quand elle ne trouvait pas d’autres partenaires, elle jouait avec ses domestiques, et quelquefois même elle jouait toute seule.

Un jour, un dimanche soir du mois de décembre, qu’elle était seule dans sa chambre, et qu’elle s’ennuyait et se plaignait de ne pas trouver de joueur sérieux, sa femme de chambre vint lui annoncer qu’un seigneur inconnu, jeune et richement vêtu, demandait à lui parler. Elle s’empressa de le faire entrer, espérant que le ciel lui envoyait quelque joueur digne d’elle. Et en effet, dès les premiers mots, elle parla de jeu à son visiteur inconnu et lui proposa une partie de cartes. Il accepta, tout en disant qu’il était peu habile au jeu et qu’il jouait rarement. Il tira de sa poche de l’or jaune et luisant, tout neuf, et le rangea par piles de cent écus devant lui.

La vieille dame avait une chance qui l’étonnait, et l’inconnu, impassible et bon joueur, était sans cesse obligé de recourir à sa poche, d’où il sortait de nouvelles piles d’or, comme d’une mine inépuisable.

C’était vraiment merveilleux ce que cette poche pouvait contenir d’or. Mais la vieille dame, tout à son jeu et enivrée par sa chance extraordinaire, n’y faisait pas attention. Dans le transport de sa joie, elle laissa tomber une carte par terre et appela sa femme de chambre pour la ramasser. La femme de chambre prit une lumière et chercha la carte. Elle remarqua que le joueur inconnu avait les pieds fourchus, et reconnut à ce signe que c’était le diable. En personne prudente et avisée, elle ne poussa aucun cri, remit tranquillement la carte à sa maîtresse et sortit aussitôt. Elle courut au presbytère conter le cas au recteur, ar vikèl sant qui jouissait dans tout le pays d’une, grande réputation de sainteté et de conjurateur. Il était plus de minuit, et pourtant le saint homme veillait encore, car il savait peut-être, grâce à quelque avertissement du ciel, qu’on devait avoir recours à lui, cette nuit, pour quelque cas grave. Il était en oraison, quand il entendit frapper à sa porte. Il alla ouvrir lui-même, et la servante de la vieille dame lui fit connaître l’objet de sa visite.

— Je savais que vous deviez venir, et je vous attendais, lui dît-il tranquillement.

Puis il consulta de gros livres anciens, qu’il avait sur son bureau, prit son étole, une burette remplie d’eau bénite et dit :

— Allons, à la grâce de Dieu !

La servante le conduisit chez sa maîtresse. Il pénétra tout doucement, sur la pointe du pieds jusqu’à la chambre où la vieille dame jouait toujours avec l’homme au pied fourchu. Il se précipita sur lui d’un bond, lui mit son étole sur la tête et l’aspergea d’eau bénite, en récitant une oraison. Le démon poussa un cri épouvantable et s’enfuit par la cheminée, sous la forme d’une boule de feu. il renversa même, le pignon de la maison, qu’on n’a jamais pu relever depuis.

— Et la vieille dame, que devint-elle ? demanda une petite fille de dix ans, qui faisait partie de l’auditoire et s’intéressait vivement au récit du conteur.

— La vieille dame, reprit celui-ci, était tombée évanouie, la face contre terre. Le prêtre la releva, et quand elle revint à elle, elle se confessa, puis elle entra dans un couvent, où elle mourut comme une sainte.

— Et l’or gagné par elle ? demanda encore l’enfant.

— Les pièces d’or du diable se changèrent en autant de feuilles sèches, des feuilles de hêtre, qu’on jeta au feu, comme on y doit jeter tout ce qui vient du malin esprit (ann drouk-speret) [1]


(Conté par Vincent Croat, ouvrier de la manufacture des
tabacs de Morlaix, mai 1874.)





  1. Le saint vicaire dont il est question ici est un ancien curé de la paroisse de Saint-Mathieu de Morlaix. Le souvenir de sa piété et de sa science comme conjurateur et exorciste survit dans le peuple. On voit encore dans l’ancien cimetière de Saint-Mathieu sa pierre tumulaire, sur laquelle on lit : « Icy gist moi, messire François Jagv, mort le 20 juillet, l’an 1707, âgé de 89 ans, après avoir été pasteur de cette paroisse 49 ans. »


Sommaire