L’Ève future/Livre 2/01

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Bibliothèque-Charpentier ; Eugène Fasquelle, éditeur (p. 81-87).


I


Magie blanche


« Prends garde ! En jouant au fantôme on le devient. »
(Précepte de Kabbale.)


L’accent et le regard dont l’électricien avait appuyé ces paroles firent tressaillir son interlocuteur : celui-ci le regarda fixement.

Edison était-il en pleine possession de ses facultés ? ― Vraiment, ce qu’il venait d’avancer passait toute intelligence ! Le plus sage était d’attendre qu’il s’expliquât.

Toutefois, un magnétisme irrésistible était sorti de ces derniers mots. Lord Ewald, malgré lui, le subissait et ressentait le pressentiment d’un imminent prodige.

Quittant de vue Edison, il promena son attention, en silence, sur les objets environnants.

Et, sous la lumière des lampes qui leur jetait une pâleur terrible, ces objets autour de lui, monstres d’une scientifique région, prenaient des configurations inquiétantes et éclatantes. Ce laboratoire semblait, positivement, un lieu magique ; ici, le naturel ne pouvait être que l’extraordinaire.

De plus lord Ewald songeait que la plupart des découvertes de son hôte étaient encore inconnues : le caractère constamment paradoxal de celles dont il avait entendu parler entourait, à ses yeux, Edison d’une sorte de halo intellectuel au centre duquel celui-ci lui apparaissait.

Cet homme était pour lui comme un habitant des royaumes de l’Électricité.

Au bout de quelque temps, il se sentit gagner par des sentiments complexes, où la curiosité, la stupeur et une très mystérieuse espérance de Nouveau se mêlaient étrangement. La vitalité de son être en était, pour ainsi dire, augmentée.

― Il s’agit, simplement, d’une… transsubstantiation, ― dit Edison. Mais j’ai quelques mesures à prendre à l’instant même. ― Au fait… acceptez-vous ?

― Vous avez parlé sérieusement ?

― Oui. ― Acceptez-vous ?

― Certes ! et je vous donne « carte blanche » ! ajouta lord Ewald, avec un sourire d’une tristesse un peu mondaine, déjà.

― Eh bien, reprit Edison, après un coup d’œil sur l’horloge électrique placée au-dessus de la porte, je commence, n’est-ce pas ? Car le temps est précieux, et il me faut trois semaines.

― Vraiment ? Je vous accorde un mois ! dit lord Ewald.

― Inutile ; ― et je suis ponctuel. Il est, ici, disons-nous, huit heures trente-cinq minutes. À pareille heure, ici même, dans vingt et un jours, miss Alicia Clary vous apparaîtra, non seulement transfigurée, non seulement de la « compagnie » la plus enchanteresse, non seulement d’une élévation d’esprit des plus augustes, mais revêtue d’une sorte d’immortalité. ― Enfin, cette sotte éblouissante sera non plus une femme, mais un ange ; non plus une maîtresse, mais une amante ; non plus la Réalité, mais l’Idéal.

Lord Ewald considéra l’inventeur avec un étonnement inquiet.

― Oh ! je vais vous exposer mes moyens d’exécution !… continua celui-ci ; le résultat me paraît assez merveilleux, par lui-même, pour que les apparentes désillusions de son analyse scientifique s’évanouissent devant sa soudaine et profonde splendeur ! ― Oui, ne fût-ce que pour vous rassurer au sujet de la parfaite lucidité de ma raison, je vais vous mettre au courant de mon secret, tenez, dès ce soir. ― Mais, avant tout, à l’œuvre ! L’explication se dégagera, d’elle-même, au fur et à mesure que l’œuvre s’effectuera. ― Voyons ; miss Alicia Clary, d’après vos paroles, n’est-elle pas en ce moment à New York, au Théâtre ?

― Oui.

― Le numéro de la loge ?

― Numéro 7.

― Vous ne lui avez pas dit à propos de quelle visite vous la laissiez seule ?

― Cela l’eût si peu intéressée que j’ai cru devoir le lui taire.

― A-t-elle entendu prononcer mon nom ?

― Peut-être… Mais elle l’a oublié.

― Très bien ! dit Edison rêveur, ceci était important.

Et, s’approchant du phonographe, il en écarta le style, jeta un regard sur les pointillés, fit jouer le cylindre jusqu’à ceux qu’il désirait, ramena le style, et, rapprochant le capuchon du téléphone, donna un coup de doigt à l’instrument vocal :

― Martin, êtes-vous là ? cria le phonographe dans le téléphone.

Nulle réponse ne se fit entendre.

― Bon ! le sacripant s’est jeté sur mon lit ; je parie qu’il ronfle ! grommela Edison en souriant.

Ayant appliqué l’oreille au récepteur d’un microphone-perfectionné :

― Juste ! dit-il ; voilà : quand il a pris son grog, après le dessert, sa conscience réclame une sieste, ― et le scélérat, pour en jouir sans crainte, interrompt parfois la sonnerie.

― À quelle distance est la personne à qui vous parlez ? demanda lord Ewald.

― Oh ! tout simplement à New York, dans mon appartement de Broadway, répondit Edison, préoccupé.

― Comment ! vous entendez un individu ronfler à vingt-cinq lieues ?

― Je l’entendrais du pôle ! dit Edison, au train dont il va, surtout. Croyez-vous que le Fine-Oreille de vos contes de Fées, lui-même, oserait en dire autant sans que les enfants, révoltés de la lecture du conte, ne se missent à crier : « Ah ! cela, c’est impossible ! » Cela est, pourtant : et, demain, cela n’étonnera plus personne. ― Par bonheur, j’ai prévu le cas actuel… J’aurais bien là certaine bobine…, mais non : loin de moi l’idée de le chatouiller d’une étincelle ! ― Tenez, j’ai là-bas mon aérophone de chevet, auquel correspond ce téléphone-ci : j’estime qu’il suffira pour lui, voire pour tout le quartier.

Ce disant, il avait appliqué au phonographe l’embouchure encapuchonnée d’un appareil voisin du premier.

― Pourvu que, là-bas, les chevaux ne se cabrent pas dans la rue ! murmura-t-il.

L’instrument répéta sa question.

Trois secondes après, la voix de basse de tout à l’heure, mais précipitée et provenue évidemment d’un homme éveillé en sursaut, sembla sortir du chapeau que lord Ewald tenait encore à la main et qui touchait, par hasard, un condensateur en suspens auprès du jeune homme.

― Hein ! quoi ? ― Est-ce que c’est le feu ?… criait la voix tout effarée.

― Là ! dit Edison, en riant : voilà notre homme sur pieds.

Il prit le cordon du premier téléphone, qu’il emboucha lui-même cette fois.

― Non, Martin ; non, mon ami : l’avertisseur n’est qu’à dix-huit degrés ; rassurez-vous. Seulement, faites parvenir, à l’instant même et en mains, la dépêche que je vais vous envoyer.

― J’attends, monsieur Edison, répondit la voix, plus calme.

L’électricien, déjà, choquait, avec de rapides saccades, le manipulateur de son cadran Morse, sur la colonne : il écrivait télégraphiquement.

― Est-ce lu ? demanda-t-il ensuite dans le téléphone.

― Oui ! j’y vais moi-même, répondit la voix.

Et, grâce à un mouvement distrait ou plaisant de l’ingénieur qui avait mis la main sur le commutateur central du laboratoire, cette voix sembla rebondir d’angle en angle de tous les côtés où elle pénétrait des condensateurs. On eût dit qu’une douzaine d’individus, échos fidèles les uns des autres, parlaient à la fois dans l’appartement. Lord Ewald en regarda autour de lui.

― Vous me crierez vite la réponse ! ajouta Edison, du ton dont on poursuit un homme qui s’en va.

Puis, revenant vers le jeune lord :

― Tout va bien ! dit-il.

Il s’arrêta, le regardant fixement ; puis, d’un ton froid et qu’une si soudaine transition rendait singulièrement saisissant :

― Milord, dit-il, je dois vous prévenir que nous allons, maintenant, quitter ensemble les domaines (inexpliqués, sans doute, mais trop parcourus, n’est-ce pas ?) de la vie normale, de la Vie proprement dite, ― et pénétrer dans un monde de phénomènes aussi insolites qu’impressionnants. Je vous donnerai la clef de leur chaîne. ― Quant à vous dire, au juste, la nature de ce qui en fait mouvoir les anneaux, je commence par m’en déclarer incapable avec toute l’Humanité : (pour le moment du moins, et, j’en ai peur, pour toujours.)

Nous allons constater, rien de plus. L’Être dont vous allez subir la vision est d’un mental indéfinissable. Son aspect, même familier, cause toujours un certain saisissement. Il ne présente, pour nous, aucun péril physique ; cependant il est de mon devoir de vous avertir que, pour en supporter la première vue sans braver une défaillance intellectuelle, il ne serait peut-être pas hors de propos d’appeler à vous tout votre sang-froid… et même une partie de votre courage.

Lord Ewald, après un bref silence, s’inclina :

― Bien. J’espère dominer toute émotion, dit-il.