L’Évolution du travail dans la Grèce ancienne

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L’Évolution du travail dans la Grèce ancienne
Revue des Deux Mondes5e période, tome 7 (p. 621-650).
L’évolution du travail dans la Grèce ancienne


Je voudrais reprendre ici avec quelques développemens une idée que j’ai seulement indiquée dans deux ouvrages antérieurs [1], et montrer le rapport qui existait en Grèce entre le régime du travail et les institutions publiques. Il semble, à première vue, que ce soient là deux ordres de faits bien distincts. La présente étude aura pour objet de mettre en lumière la connexité qui les unissait dans le monde hellénique. Elle conduira, j’espère, à cette conclusion, que le régime du travail y subit à toutes les époques le contre-coup des changemens qui s’opéraient dans les conditions de la vie politique. Cette loi n’est pas vraie uniquement de la Grèce ; elle s’applique aussi à d’autres sociétés, et il serait facile d’en vérifier l’exactitude dans notre propre histoire [2]. Je n’insisterai pas sur ces comparaisons ; il me suffira d’en suggérer la pensée au lecteur. On discernera peut-être, au-dessous des apparences, certaines similitudes qui tiennent d’abord à ce qu’il y a de permanent dans la nature humaine, et qui dérivent aussi des affinités particulières que nous pouvons avoir avec un peuple dont la civilisation se rapproche à bien des égards de la nôtre.
I

Les plus vieux documens qui nous renseignent sur l’organisation du travail en Grèce sont l’Iliade et l’Odyssée. La société hellénique remonte beaucoup plus haut, et les découvertes archéologiques prouvent qu’il y eut, avant le temps où on place ces deux poèmes, de longs siècles d’activité agricole et industrielle. Mais, des hommes qui vivaient dans l’Hellade préhistorique, nous ne connaissons que les œuvres ; quant à eux, nous ignorons à peu près ce qu’ils étaient. Pour nous borner à une question bien simple, le mode de travail le plus usuel était-il alors le travail libre ou le travail servile ? C’est ce qu’il est impossible de dire. Il nous faut descendre jusqu’à l’époque homérique, c’est-à-dire jusqu’à la période comprise entre le Xe et le VIIe siècle avant Jésus-Christ, pour sortir un peu de toutes ces obscurités.

Si l’on veut savoir comment les hommes travaillaient en ce temps-là, il importe d’examiner au préalable de quelle manière la famille était constituée. La famille hellénique avait, à l’origine, un caractère patriarcal. Elle ressemblait à ces communautés domestiques qu’on aperçoit encore en Orient, dans quelques villages de Hongrie, de Croatie, etc., et qui groupent sous le même toit plusieurs dizaines de personnes, toutes parentes entre elles. Voici, par exemple, sous quel aspect nous apparaît, dans l’Iliade, le palais de Priam : « Il y avait cinquante appartenions construits côte à côte, en pierres polies ; là reposaient auprès de leurs épouses les fils de Priam. En face, dans la cour des femmes, s’élevaient douze appartemens où reposaient auprès de leurs chastes épouses les gendres du roi. » De même, dans l’Odyssée, nous voyons à Pylos, autour de Nestor, six fils mariés, plusieurs brus, plusieurs filles et une foule de petits-enfans. L’entourage du roi Alkinoos, dans l’île de Schéria, est plus restreint ; pourtant on y compte deux fils mariés, trois fils garçons, et une fille.

La famille patriarcale est un organisme qui se suffit à lui-même et qui est pourvu de toutes les ressources nécessaires à la vie. Elle possède une maison qui l’abrite tout entière, un domaine étendu qui demeure en général dans l’indivision, des serviteurs libres ou non qui l’aident dans ses travaux ; et, comme tous ses membres sont également intéressés à sa prospérité, tous participent il la besogne collective dans la mesure de leurs forces et de leur capacité. Unis entre eux par un lien d’étroite solidarité, ils se doivent les uns aux autres, et les obligations de chacun sont les mêmes, parce que les droits sont pareils. Parmi eux, il n’y a point place pour l’homme oisif. L’inaction volontaire serait un vol fait à la communauté, et, si la tâche de tous n’est pas identique, tous du moins ont une tâche à remplir.

Homère ne décrit pas les institutions sociales de son temps avec la précision d’un savant ; il les signale d’un trait, souvent par voie d’allusion ; de là vient que ses indications sont parfois un peu vagues et un peu flottantes. J’ajoute que ses chants les plus récens paraissent coïncider avec le moment où la famille patriarcale était en train de se disloquer ; de là encore des incohérences et même des contradictions entre les diverses parties de ses poèmes. Néanmoins, il nous en dit assez pour répondre à notre curiosité, et on peut deviner d’après lui le régime de travail qu’il avait sous les yeux.

Le travail, dans cette société, était fort estimé. La question ne se posait même pas de savoir s’il était honorable ou non ; la chose allait de soi. Les plus hauts personnages faisaient œuvre de leurs mains et s’en vantaient. « S’il y avait entre nous, dit Ulysse à Eurymachos, une lutte d’ouvrage, au printemps, quand les jours sont longs, j’aurais ma famille, toi la tienne, et nous faucherions, sans manger, jusqu’à la nuit. Si nous avions à conduire des bœufs, noirs, grands, rassasiés d’herbe, de même âge, de même force, pour labourer un champ de quatre arpens, tu verrais comme je trace droit un sillon. » Le roi d’Ithaque n’était pas seulement un vaillant agriculteur, c’était aussi un habile artisan, capable de construire une maison, et de fabriquer soit un radeau, soit un lit orné d’or, d’argent et d’ivoire, et tendu de sangles de cuir rouge. Paris avait bâti sa propre demeure avec le concours de quelques ouvriers, et il avait l’habitude de fourbir lui-même ses armes. Lycaon, un autre fils de Priam, fut capturé par l’ennemi, tandis qu’il coupait des branches de figuier pour son char de guerre. Des princes royaux ne rougissaient pas de garder les troupeaux dans la montagne, et les enfans du riche Ægyptios « avaient toujours de la besogne dans les champs paternels. » Les femmes n’étaient pas moins actives que les hommes. La maîtresse de la maison ne se contentait pas de commander ses serviteurs ; elle filait la laine, listait la toile et brodait les étoffes comme une ouvrière. Homère parle des réservoirs où les épouses et les filles des Troyens « lavaient leurs riches vêtemens. » Nausicaa, bien qu’elle fût de sang royal, avait dans ses attributions le blanchissage du linge de la famille. Les filles du roi d’Éleusis allaient puiser de l’eau à la fontaine. Hippodamia, la fille d’Anchise, excellait parmi les vierges de son âge pour sa beauté et pour son adresse. Hector et Télémaque ne croyaient pas faire injure à Andromaque et à Pénélope en les renvoyant à leur toile et à leurs quenouilles ; c’était là leur occupation favorite.

Ces mœurs laborieuses sont bien celles qui caractérisent partout le régime patriarcal. Chacun y envisage le travail comme une nécessité qu’il faut subir et dont nul ne se plaint. C’est avec une sorte d’entrain joyeux qu’on se plie à cette obligation, et il n’en coûte rien à un individu, quel qu’il soit, d’accomplir la tâche qui lui est dévolue. Si, parmi les membres de la famille, il en est un qui répugne au travail, il n’a qu’à s’éloigner. On est si peu porté alors à mépriser le travail que le poète y assujettit même les dieux. La nymphe Calypso « fait courir une navette d’or sur son métier. » Circé « chante d’une voix mélodieuse en tissant une grande toile, belle comme les ouvrages des déesses. » Héphaïstos est un forgeron très industrieux, que Thétis aperçoit « tout couvert de sueur et tournant autour de ses soufflets. » Le magnifique péplos dont se pare Athéna est l’œuvre de ses mains. Apollon avait édifié jadis les remparts de Troie, tandis que Poséidon menait paître dans les forêts de l’Ida le bétail du roi Laomédon. La seule différence qu’il y eût à cet égard entre les hommes et les dieux, c’est que ceux-ci savaient tous les métiers sans les avoir appris.

Malgré sa bonne volonté, la famille ne pouvait exécuter à elle seule toute sa besogne. Travail de la mouture et de la boulangerie, cuisine, tissage des étoffes, confection des vêtemens, culture des terres, élevage des troupeaux, entretien des bâtimens, fabrication des meubles et des instrumens aratoires, tous ces soins exigeaient un personnel nombreux. Dans la suite, le progrès de la division du travail, en multipliant les professions, eut pour effet d’alléger sensiblement la tâche familiale. On jugea alors plus commode de s’adresser aux ouvriers du dehors et d’acheter aux marchands les objets dont on avait besoin. À l’origine, l’usage était, au contraire, de recourir le plus rarement possible aux étrangers et de faire tout chez soi. Si la famille ne comptait pas assez de bras, on se procurait des esclaves.

Homère signale peu d’esclaves qui soient nés dans la maison de leur maître. Presque tous sont des prisonniers de guerre ou des individus volés par les pirates. Ce malheur atteignait souvent des personnes d’un rang élevé. Eumée, le porcher d’Ulysse, était fils d’un roi, et l’esclave infidèle qui l’avait livré tout enfant à des navigateurs taphiens avait elle-même pour père un riche Sidonien. Plusieurs fils de Priam furent réduits en servitude parce qu’ils étaient tombés aux mains de l’ennemi. Hector craint que, si Troie succombe, sa femme Andromaque ne soit emmenée comme esclave à Argos ou en Thessalie, et de fait, quand la ville eut été prise, une foule de Troyennes furent distribuées entre les vainqueurs. Dans ces temps d’insécurité, nul n’était à l’abri d’un tel danger, et l’on devine aisément tout ce qu’avait de pénible pour ceux qui la subissaient une pareille déchéance. Si amère qu’elle fût, elle leur assurait pourtant un précieux avantage. Il n’était pas bon de vivre isolé au milieu d’une société exposée à tant de violences. Pour avoir quelque tranquillité, il fallait se rattacher à un groupe qui fût en état de protéger tous les siens, et, lorsqu’on n’avait plus de famille, le mieux qu’on pût espérer, c’était d’être admis dans une autre. Or, l’esclavage était un moyen, bien imparfait sans doute, de se créer une famille nouvelle. L’esclave était membre de la famille où il entrait ; il était, comme on disait, « l’homme de la maison, » et pourvu que sa situation y fût tolérable, il s’en accommodait assez vite, parce qu’il y trouvait une garantie contre les incertitudes de l’existence. Homère a peut-être embelli un peu les choses, et il est probable qu’autour de lui, il y avait de mauvais esclaves et de mauvais maîtres. Mais ce qui paraît avoir dominé, c’est, d’une part, le respect, le dévouement, l’affection ; de l’autre, la bienveillance et la douceur. Par suite de la communauté d’occupations qui rapprochait sans cesse le maître de ses gens, il s’établissait entre eux une sorte de familiarité qui tempérait les rigueurs de la servitude. Le travail, loin de contribuer à distinguer les personnes, comme il arriva plus tard, était le lien qui les unissait. On ne voyait pas dans chaque famille une poignée d’hommes libres exploitant sans vergogne la force physique d’une troupe de bêtes de somme qui n’auraient eu rien d’humain que le nom, mais plutôt une collection d’individus qui, malgré la différence des conditions, se ressemblaient tout au moins en ceci qu’ils étaient journellement associés à la même tâche ; ce qui les empochait de se regarder mutuellement comme des étrangers.

Le service domestique était en général réservé aux femmes. Les hommes y prenaient part également, mais d’une façon plus discrète. Homère, en tout cas, mentionne beaucoup moins souvent leur présence. La plupart font office de cochers et de palefreniers ; quelques-uns apportent les plats, découpent les viandes, versent à boire, et les fonctions sont si peu spécialisées qu’on appelle volontiers de la campagne un porcher, un bouvier, un pâtre pour aider les serviteurs. Les femmes sont plus nombreuses. Ulysse, qui pourtant n’était pas un prince très opulent en avait cinquante chez lui, et il en était de même d’Alkinoos. Ce chiffre si élevé tient d’abord à l’extrême diversité du travail intérieur qui, on l’a vu, avait une tout autre extension qu’aujourd’hui. Il s’explique aussi par un certain gaspillage de main-d’œuvre. Ainsi, dans le palais de Ménélas, quand Hélène paraît, Adrastè avance pour elle un siège, Alkippè place sous ses pieds un tapis de laine, et Phylo lui présente une corbeille en argent. Tout ce monde était dirigé par la maîtresse du logis, assistée d’une intendante, qui était d’ordinaire une vieille esclave, parfois une ancienne nourrice. Celle-ci n’était pas une simple surveillante ; elle travaillait comme les autres, et elle avait de plus la garde des provisions et la charge de dresser les novices. Chaque servante avait sa tâche particulière, sans y être absolument confinée, et il n’était pas rare qu’une brodeuse, par exemple, quittât momentanément son métier pour vaquer aux soins du ménage. Vivant en contact perpétuel avec leur maîtresse, dont elles partageaient les travaux, les joies et les peines, ces femmes étaient habituellement dociles et soumises. Elles ne devenaient insubordonnées que lorsque l’absence prolongée du maître livrait la maison à l’anarchie. Pénélope, restée seule à Ithaque avec un fils trop jeune, » était pas toujours obéie, et plusieurs de ses servantes se laissèrent entraîner à tous les excès par les prétendans.

Les travaux des champs étaient faits presque entièrement par des esclaves mâles. A l’époque homérique, les terrains cultivés étaient encore peu étendus, tandis que les pâturages couvraient de grands espaces. On se nourrissait principalement de viande, et la richesse se mesurait à la quantité de têtes de bétail que l’on possédait. Chacun avait le droit d’envoyer ses troupeaux sur les pacages publics. Toutefois, dans l’Odyssée, on voit déjà se manifester un effort d’appropriation de ces terres auparavant indivises ; tel est le cas d’Ulysse, dont les porcs sont installés loin de la ville, dans des étables en pierres entourées d’une palissade en bois de chêne. L’élevage des bestiaux réclamait peu de bras, et on les demandait à la classe servile ; pour un millier de porcs, quatre hommes suffisaient largement. D’autres étaient affectés à la culture des vergers, des vignes et des champs de céréales.

En lisant l’Odyssée, on est tenté de croire que tous ces hommes jouissaient d’une indépendance complète. Le porcher Eumée agit à sa fantaisie ; il tue et mange autant d’animaux qu’il lui convient ; il construit des étables sans consulter personne ; il a même pu acheter un esclave à ses frais. Mais sa situation est tout à fait exceptionnelle. Il n’est libre de ses mouvemens que parce qu’Ulysse, son maître, n’est plus là pour le commander et que Télémaque n’est pas encore en état de remplacer son père. Les choses devaient se passer autrement chez Laërte. Ce dernier nous offre l’image du propriétaire qui réside à la campagne. Son existence est simple et frugale ; il prend ses repas avec ses esclaves ; il surveille leur travail, et il travaille lui-même comme il lui plaît. Une des scènes figurées sur le bouclier d’Achille nous montre le maître regardant en silence les moissonneurs qui fauchent les épis et lient les gerbes. C’est à cela sans doute que se réduisait le plus communément le rôle du chef, tandis qu’autour de lui, les membres de la famille et les esclaves exécutaient ses ordres.

A côté des esclaves, il y avait place, dans l’économie rurale, pour des ouvriers libres. Le monde hellénique était alors sillonné par une multitude d’aventuriers, que les circonstances avaient arrachés à leurs foyers et jetés à tous les vents. C’étaient des meurtriers qui fuyaient la colère des parens de leurs victimes, des individus bannis ou sortis volontairement de leur famille, des esclaves marrons, ou même des hommes à l’humeur capricieuse que gênaient les cadres sociaux. Quand ces déracinas et ces déclassés étaient à bout d’expédiens, ils se mettaient en quête d’ouvrage et s’efforçaient d’entrer au service d’autrui. L’engagement avait une durée variable, mais il était toujours temporaire. L’homme louait ses bras en échange du logement, de la nourriture et de quelque vêtement. Pour se faire embaucher, le moment le plus favorable était le temps de la moisson et des vendanges, quand la besogne pressait, et ce sont en effet des mercenaires qui coupent le blé dans la scène représentée sur les armes d’Achille. Les thèles, comme on les appelait, avaient sur les esclaves l’avantage d’être libres ; mais, en réalité, ils étaient beaucoup plus malheureux, parce qu’ils n’étaient jamais sûrs du lendemain. Ils avaient beau se contenter de peu, ils ne trouvaient pas toujours à se placer, et, quand ils y parvenaient, ce n’était là généralement qu’un court répit à leur détresse. « Rien n’est pire pour les hommes que les courses vagabondes, s’écrie un personnage d’Homère ; le fatal estomac leur cause de cruels soucis, quand ils sont errans, en proie à la misère et à la souffrance. » Voilà pourquoi l’esclave préférait la servitude à une liberté aussi périlleuse. Qu’aurait-il fait de lui-même, s’il avait quitté son maître sans ressources propres ? Il ne comprenait l’affranchissement que s’il était accompagné d’une concession de terres qui lui donnât de quoi subsister.

Rien que la famille fût organisée de manière à produire la plupart des objets indispensables, il y avait, dans les siècles homériques, une classe d’artisans libres, et le poète, loin d’avoir pour eux du mépris, croit qu’ils sont souvent inspirés par les dieux. Parmi eux, plusieurs étaient peut-être nomades et allaient de ville en ville ; mais la plupart étaient fixés dans le lieu où ils travaillaient. Il ne semble pas que les métiers fussent très nombreux ; c’est tout au plus si Ton en cite cinq ou six qui soient bien distincts. Mais il faut noter d’abord que le régime patriarcal était un obstacle au développement de l’industrie libre, et, en outre, que la division du travail était dans l’enfance. Les professions avaient des limites très indécises et étaient déterminées moins par la nature du travail que par la nature de la matière qu’on traitait. Elles se transmettaient fréquemment de père en fils, sans que ce fût pourtant une règle obligatoire. Rien ne prouve qu’il y ait eu en Grèce, comme le suppose Grote, quelque chose de comparable à ce qu’on remarque dans l’Inde, où chaque village a son forgeron, son charpentier, son potier, surtout si l’on ajoute que ceux-ci sont payés par la communauté. Quiconque avait un métier avait la faculté de l’exercer à ses risques et périls. On ne songeait même pas à écarter la concurrence des étrangers, et ce n’était pas uniquement comme esclaves domestiques, c’était aussi comme ouvriers libres qu’on les accueillait. Enfin, on voit poindre déjà dans le domaine industriel le travail féminin ; témoin cette Carienne habile à fabriquer des ivoires polychromes, « qu’un roi seul serait capable d’acheter. » L’artisan ne restait pas constamment dans sa boutique ; il se transportait volontiers à domicile, et c’était assez l’usage que son client lui fournît la matière brute, si elle avait du prix. On ne saisit pas la moindre trace d’un atelier qui aurait groupé sous l’autorité d’un patron soit des esclaves, soit des hommes libres. Dans un passage de l’Iliade, il est question d’un individu qui commande à d’autres de tendre une peau de taureau, et le terme employé atteste que ce ne sont pas des esclaves. Avons-nous là un chef d’industrie ? C’est possible, mais ce n’est pas certain. Les textes donnent plutôt l’impression que l’artisan travaillait directement pour le public, et que, sauf le cas où une équipe d’ouvriers était nécessaire, il demeurait isolé, n’associant à son labeur que sa famille. C’était là le système qui convenait le mieux à un pays de très petite industrie, où l’on ne se préoccupait que de répondre aux besoins de la consommation locale.


II

Le régime en vigueur dans les temps homériques était la monarchie ; quelques générations plus tard, ce fut l’aristocratie. Je n’ai pas à raconter la révolution qui substitua l’un à l’autre ; je nie contenterai d’indiquer les conséquences qu’elle entraîna dans l’ordre économique.

Il y avait alors deux classes, très inégales entre elles, les nobles et les roturiers. La première avait pour elle de grands privilèges, le prestige de la naissance, l’autorité politique et religieuse, la richesse, la cohésion qu’engendre l’esprit de corps. La seconde, pauvre, modeste et peu nombreuse, ne possédait presque rien et vivait péniblement du travail de ses mains ; elle était à la merci des riches, de qui elle tirait tous ses moyens de subsistance, et elle n’avait plus à compter sur la royauté, qui jadis lui avait parfois prêté son appui.

La fonction essentielle de l’aristocratie était le gouvernement et la guerre. Elle exerçait le pouvoir sans le partager avec personne, et elle défendait le territoire avec le concours du reste de la population. Elle se devait tout entière à l’État ; ses obligations civiles et militaires primaient tous ses devoirs, et par suite ses membres étaient perpétuellement exposés à être requis pour quelque service public. Il fallait donc qu’elle fût affranchie de tous les soucis de l’existence, pour être toujours en mesure de répondre à l’appel de la cité.

L’esclavage lui offrait à cet égard une ressource qu’elle avait déjà utilisée. Depuis longtemps elle avait coutume d’employer des esclaves sur ses terres ; elle en employa encore davantage, quand elle se fut peu à peu détournée de la culture. Auparavant, elle ne demandait à cette classe que des auxiliaires ; désormais, elle leur abandonna presque toute la besogne. C’est alors que le commerce des esclaves commença à s’organiser ; l’importation de ces travailleurs se fit d’une façon chaque jour plus régulière ; des marchés d’hommes s’ouvrirent un peu partout, et les propriétaires purent aisément se procurer tout le personnel dont ils avaient besoin. Les bras manquaient si peu qu’on en arriva à transformer le mode d’exploitation du sol ; on défricha les forêts et les terrains vagues ; on sema le blé et on planta la vigne là où il n’y avait eu jusque-là que des pâturages et des broussailles, et il n’est pas douteux que ce grand changement fut pour une large part exécuté par la main-d’œuvre servile.

On vit, en outre, apparaître une institution nouvelle dont on croit apercevoir le germe dans les poèmes d’Homère, mais qui ne reçut toute son extension qu’après lui ; je veux parler du servage. On a beaucoup discuté pour savoir comment il naquit et comment il se propagea. Je n’ai pas à entrer dans cette controverse. J’observe seulement qu’il n’y eut des serfs que là où il y eut une puissante aristocratie ; ils semblent avoir été créés par elle et pour elle. On les rencontre en Laconie, en Messénie, en Argolide, à Sicyone, en Crète, en Thessalie, ailleurs encore, sous des noms et avec des caractères divers. Voici les traits qui leur sont communs à tous. La condition du serf était intermédiaire entre la liberté et l’esclavage. C’était un homme du pays, que son maître ne pouvait vendre à l’étranger, et qui en revanche ne pouvait quitter le domaine où il était fixé. Il avait une famille, et, s’il n’était pas apte à posséder le sol, il était capable d’avoir des biens mobiliers, même du bétail. La loi protégeait sa personne, sauf peut-être à Sparte, où les hilotes étaient traités durement, parce qu’on avait une peur extraordinaire de leur esprit d’insubordination. Installé héréditairement sur une terre qui n’était pas à lui, il était astreint au paiement d’une redevance immuable. C’était, non pas une part proportionnelle de la récolte, mais une quantité invariable de blé, de vin et d’huile. Il résulte de là que, si l’immeuble devenait plus productif, le serf seul en bénéficiait. Aussi n’était-il pas rare que les hilotes de Laconie eussent des économies : vers le milieu du IIIe siècle avant Jésus-Christ, six mille furent en état de verser sur l’heure le prix de leur affranchissement. Partout où il fut établi, le servage fit des loisirs au citoyen. Le labeur des serfs lui fournissait au moins le nécessaire, et des précautions avaient été imaginées pour que la terre ne lui échappât jamais. Ainsi abrité contre le besoin, il n’avait pas à redouter les suites de l’oisiveté, et il n’y avait aucun inconvénient à lui interdire, comme à Sparte, tout travail.

En Attique, on eut recours à un procédé différent. Dans ce pays, le sol, au VIIe siècle, était entièrement accaparé par les riches, qui en confiaient l’exploitation à la classe des pélates. Ceux-ci n’étaient pas des esclaves, ni même des serfs, mais des hommes libres qui cultivaient la terre d’autrui en vertu d’un contrat volontairement souscrit. Ils remettaient au maître les cinq sixièmes des fruits et n’en gardaient, pour eux que le sixième. On a quelque peine à croire que la part du colon fût si faible ; mais, outre que le témoignage d’Aristote est formel sur ce point, nous savons qu’aujourd’hui encore un tarif analogue est usuel chez les Arabes d’Algérie. La condition de ces tenanciers était évidemment très précaire. Quand la récolte était mauvaise, il leur était impossible de payer leur rente ; ils se voyaient même forcés plus d’une fois de solliciter des avances, et, au moment de ; l’échéance, ils ne pouvaient pas toujours acquitter leur dette. En ce cas, le créancier avait le droit d’emmener son débiteur dans sa maison et de le condamner à travailler pour son compte jusqu’au remboursement intégral, à moins qu’il ne préférât le vendre ; à l’étranger comme esclave. Les poésies de Solon attestent que ce n’était point là une vaine menace. Le peuple n’apercevait qu’un remède à ces maux, c’était le partage des terres. Le législateur n’alla pas si loin : il se borna à liquider le passé par l’abolition totale des créances, et, pour l’avenir, il défendit aux prêteurs de prendre leurs sûretés sur la personne des débiteurs. L’Attique est la seule contrée de la Grèce où l’on remarque cette sorte de tenure ; mais il serait bien étrange qu’elle l’eut seule connue, et il est probable que, vers le même temps, d’autres cités la pratiquaient également.

Esclavage, servage, colonat, voilà trois moyens que les riches avaient à leur disposition pour se soustraire au travail des champs, sans nuire à leurs intérêts. Même s’ils demeuraient les bras croisés, ils étaient assurés par là que leurs terres ne resteraient pas improductives et qu’ils en retireraient de toute façon un revenu normal. Un préjugé de défaveur s’attacha à la culture, du moment qu’elle fut surtout livrée à des mains servîtes ou mercenaires, et l’on s’accoutuma insensiblement à s’en décharger sur les classes inférieures. On préféra se consacrer aux occupations plus relevées de la guerre et de la politique, et ce fut un signe de noblesse que de ne rien faire. Quand les philosophes des siècles postérieurs insistèrent avec tant d’énergie sur les avantages de l’oisiveté, ils furent l’écho d’une opinion très ancienne. Ils essayèrent de la fortifier par des raisons morales ; ils prétendirent que le loisir était indispensable à l’homme pour perfectionner sa nature et s’exercer à la vertu ; mais le germe de leurs doctrines, sinon de leurs argumens, remonte à l’époque aristocratique.

Un poète qui paraît avoir écrit au VIIIe ou au VIIe siècle avant notre ère, Hésiode, nous renseigne sur les sentimens des petits propriétaires de Béotie. Il s’en trouvait dans le nombre qui avaient peu de goût pour le travail, comme son frère Perses, qui aimait mieux flâner au soleil ou dans les forges, s’endetter, faire des procès, mendier même, que de se donner du mal. Quant à lui, il avait un caractère tout opposé. C’était un paysan âpre au gain, ardent à la besogne, parcimonieux et égoïste. Nul n’a condamné la nonchalance avec plus de force que lui. « L’homme oisif, dit-il, est également en horreur aux dieux et aux hommes ; c’est cet insecte sans aiguillon, ce frelon avide, qui s’engraisse en repos du labeur des abeilles. » Il ne considère pas le travail comme une chose attrayante, mais comme une impérieuse nécessité. Si les dieux ne nous avaient pas caché « les ressources de la vie, » on pourrait « amasser en un jour de quoi se nourrir une année entière, » et laisser à l’étable ses bœufs et ses mulets. Mais la divinité en a décidé autrement. Elle a voulu que la faim fût « la compagne inséparable de la fainéantise, » et c’est pour l’éviter que nous sommes condamnés à peiner sans cesse. Aux yeux d’Hésiode, le travail n’est pas seulement une sauvegarde contre la misère, c’est aussi un moyen d’acquérir l’indépendance et la sécurité. Il vivait sous un régime fort oppressif, où rien ne protégeait la classe inférieure contre les iniquités des grands. Il comptait médiocrement sur la crainte des vengeances célestes pour leur inspirer le respect de la justice ; il avait plus de confiance dans les garanties que procure la richesse. C’est par elle qu’il espérait améliorer sa condition matérielle et sa condition sociale. Nous sommes ici en présence non pas d’un individu qui courbe patiemment la tête sous un joug trop lourd à secouer, mais d’un esprit libre que la souffrance excite à l’action, qui veut s’élever par lui-même, et qui attend tout de son travail.

Si ces tendances étaient alors communes en Grèce, on conçoit que les roturiers aient été à l’affût des occasions de s’enrichir. Or, l’agriculture ne leur en fournissait guère le moyen. La propriété foncière, en effet, leur était à peu près inaccessible. Un lien presque indissoluble unissait la terre à la famille qui la possédait. Elle était censée appartenir à la série des générations qui se succédaient, et le chef n’en avait que l’administration. Passant obligatoirement du père aux enfans mâles, indivisible et inaliénable, elle formait corps avec le groupe qui l’avait primitivement reçue, et les procédés qui contribuèrent dans la suite à la rendre plus mobile, la donation, le testament, la vente, étaient encore ignorés. Les particuliers avaient d’ailleurs intérêt à ce qu’elle ne sortît pas de leurs mains en un temps où toute fortune venait directement au sol, et l’aristocratie veillait au maintien de la vieille coutume, parce que son appauvrissement aurait préparé sa décadence. Il est donc certain que, sauf de rares exceptions, la propriété de la terre était fermée aux roturiers, et ce n’était pas par le colonat, par le métayage ou par le salariat agricole qu’ils avaient chance de faire fortune.

Heureusement, l’industrie et le commerce y suppléèrent. C’est, à ce qu’il semble, vers le VIIIe siècle avant Jésus-Christ que ces modes d’activité commencèrent à prendre quelque développement. Une des causes qui les favorisèrent, ce fut la disparition de la famille patriarcale. Sous l’influence de l’esprit individualiste, les diverses branches qui la composaient tendirent de plus en plus à s’isoler. Chaque ménage voulut avoir son foyer. Los enfans mariés, au lieu de vivre « à la même table, » ou, comme on disait jadis chez nous, « au même pot, » se séparèrent les uns des autres et s’établirent à part. L’ancienne famille, si nombreuse et si complexe, fut remplacée par une famille plus restreinte, incapable de suffire aux occupations multiples d’autrefois. L’industrie domestique ne cessa pas absolument, du moins chez les riches, et l’on vit toujours des maisons où le travail du tissage et de la couture resta aux mains des esclaves. Mais, par cela seul que le groupe familial s’était rétréci, il dut s’alléger d’une bonne partie de sa tâche primitive. Dès lors se constituèrent en dehors de lui une multitude de métiers indépendans, si bien qu’on finit par aboutir à l’état de choses que Xénophon décrit en ces termes : « Dans les petites villes, ce sont les mêmes individus qui font les lits, les portes, les charrues, les tables, et souvent les habitations, trop heureux quand ils ont assez de cliens pour les employer. Au contraire, dans les grandes villes, où une foule de gens ont les mêmes besoins, on peut vivre d’une profession unique. Quelquefois même on n’en exerce qu’une partie : l’un fait des chaussures d’hommes, l’autre des chaussures de femmes, l’un coud les souliers, l’autre coupe le cuir ; l’un taille les tuniques, l’autre en ajuste les différentes pièces. »

D’autres causes aidèrent encore au progrès de l’industrie : la décadence des Phéniciens, qui avaient longtemps accaparé tous les marchés de la Méditerranée orientale et empêché toute concurrence ; la nécessité pour certaines cités de compenser l’infériorité d’un territoire trop étroit ou trop stérile ; le désir chez quelques-unes d’utiliser les avantages que leur offrait soit leur situation maritime, soit la proximité d’un gisement minier ou d’une carrière ; l’amour croissant du bien-être et même du luxe ; et, par-dessus tout, les qualités innées du peuple grec, si ingénieux, si éveillé, si prompt à s’assimiler, en les perfectionnant, les procédés de ses voisins.

Il y eut des cas où l’aristocratie elle-même prit l’initiative de ce mouvement d’expansion industrielle et commerciale ; tel fut notamment son rôle à Corinthe. Mais, en général, elle refusa de s’y associer, par routine, par mépris du travail, par inintelligence de l’évolution qui s’accomplissait, et elle laissa le champ libre à la basse classe. Les roturiers, étant à peu près exclus de la possession du sol, profitèrent de l’abstention des nobles pour s’emparer d’un domaine qu’on ne leur disputait pas ; ils se jetèrent avec empressement dans la voie qui leur était ouverte, et ils y rencontrèrent à leur tour la richesse. Il s’ensuivit une transformation radicale de la Grèce : transformation économique, puisqu’il se créa, par l’industrie, par le trafic, par la navigation, une source nouvelle de fortunes ; transformation sociale, puisqu’il sortit de là une espèce de bourgeoisie urbaine qui vint s’interposer entre la classe des nobles et la classe des paysans, qui seules existaient jusqu’alors, séparées l’une de l’autre par un abîme ; transformation politique, puisque les roturiers se sentirent bientôt assez forts pour arracher le pouvoir à l’oligarchie, d’abord au profit de la tyrannie, puis au profit de la démocratie. Jamais il ne s’est produit dans le monde hellénique de changement comparable à celui-là, et il fut provoqué par l’apparition ou plutôt par le développement d’une forme de travail que la Grèce n’avait connue auparavant qu’à l’état rudimentaire.

Les régimes qui succédèrent à l’oligarchie eurent soin presque partout d’encourager l’essor dont je parle. Un ne songea pas à défendre la production nationale par des tarifs de douane ; les droits perçus à la frontière étaient des taxes fiscales, d’un taux toujours très modéré (2 pour 100 en moyenne), et non des mesures prohibitives ou protectionnistes. On ne songea pas davantage à écarter les ouvriers étrangers ; on allait jusqu’à les attirer par la promesse d’un bon salaire, quand la main-d’œuvre indigène était rare ou inexpérimentée. Dans quelques pays, on punissait comme un délit l’oisiveté du pauvre. Solon voulait que le père de famille, quand il n’avait pas de ressources, enseignât un métier à son fils. L’État ordonnait souvent de grands travaux publics, autant pour procurer de l’ouvrage aux artisans que pour embellir la cité, et Périclès se vantait d’avoir ainsi « répandu l’aisance parmi toutes les conditions. » A Sybaris, il y avait des espèces de brevets d’invention, du moins pour les cuisiniers qui imaginaient un plat nouveau, et on accordait des exemptions d’impôt à quiconque « importait de la pourpre ou teignait les étoffes en rouge. » Nous possédons des traités de commerce qui concèdent aux habitans d’une ville le droit d’exporter en franchise les produits naturels d’un pays lointain. Parfois ce privilège, au lieu d’être conféré à tous les citoyens indistinctement, était réservé à quelques particuliers. Aristote dit qu’un homme d’Etat avisé ne doit négliger aucune occasion de conclure des arrangemens diplomatiques de cette nature. Toute la politique extérieure d’Athènes fut dominée par le souci de chercher au dehors des matières premières et de s’y ménager des débouchés. Les colonies qu’elle fonda, les acquisitions territoriales qu’elle fit, l’empire maritime qu’elle créa au Ve siècle avant Jésus-Christ et qu’elle essaya de restaurer au VIe, tout cela avait pour but de servir les intérêts de l’industrie et de la classe industrielle, et un contemporain remarque que la prépondérance du peuple athénien en Grèce « le mettait en situation de s’enrichir plus que tous les autres. »

Les représentans des vieilles idées avaient beau s’obstiner dans leur dédain traditionnel pour cette sorte de travail et même pour tout travail ; les philosophes avaient beau alléguer que le citoyen, pour être vraiment à la hauteur de ses obligations, doit être, comme à Sparte, un homme de loisir, et que, s’il ne peut pas vivre entièrement du travail d’autrui, il doit tout au moins s’interdire les professions manuelles, qui ont le double inconvénient de dégrader le corps et l’âme : cette opinion était en désaccord avec le sentiment public et la législation des démocraties. A Athènes, par exemple, la loi reconnaissait au travailleur le plus humble les mêmes prérogatives politiques qu’au reste des citoyens. Nul n’y rougissait de son métier, à moins qu’il ne fût notoirement sordide ou immoral, et ce n’était pas une humiliation pour Cléon d’être tanneur, ni pour Démosthène d’être le fils d’un armurier. Un potier qui offrait un ex-voto à une divinité ne craignait pas de prendre cette qualification dans sa dédicace. Sur les bas-reliefs funéraires, la profession du défunt était fréquemment indiquée, alors même qu’il avait l’attitude et le costume d’un personnage idéalisé. Reprocher à une femme de vendre des rubans sur la place, c’était risquer un procès en diffamation. De grands esprits comme Périclès et Thucydide estimaient que la honte consistait non pas à être pauvre, mais à l’être par fainéantise, et ils se félicitaient de ce que chez eux la pratique des devoirs civiques se conciliait sans peine avec la pratique d’un métier.

Ainsi la démocratie introduisit parmi les Grecs une manière nouvelle d’envisager le travail. Son action s’exerça à cet égard dans un sens tout autre que celle de l’aristocratie. Ce que l’aristocratie avait rabaissé et méprisé, elle le rehaussa et l’ennoblit. La première s’était contentée de jouir de sa richesse en laissant à ses subordonnés le soin de la créer ; la seconde créa la sienne en appliquant son activité personnelle à des procédés jusque-là peu usités. Si le régime oligarchique avait duré, la Grèce serait demeurée une contrée pauvre, repliée sur elle-même, et réduite aux ressources d’une agriculture qui n’était pas toujours bien rémunératrice. C’est la démocratie qui, en l’orientant vers l’industrie, vers le commerce et vers la mer, fut la cause première de sa prospérité ; c’est elle qui lui montra sa véritable destinée ; c’est elle enfin qui lui ouvrit le domaine où les qualités de cette race devaient trouver leur plus utile emploi.


III

L’égalité civile et politique n’entraîne pas nécessairement l’égalité sociale. Eu Grèce, même au moment où la démocratie était dans toute sa force, il y avait des classes déterminées, sinon par la naissance, du moins par la fortune. Riches, gens aisés, pauvres, indigens, ce fut là une division des citoyens qui survécut à toutes les réformes, sans être toujours inscrite dans la loi. Or, il est clair que ces diverses catégories d’individus n’entendaient pas le travail de la même façon. Ce sont ces divergences que je voudrais noter, en prenant pour type la république athénienne au Ve et au IVe siècle.

La propriété foncière avait depuis longtemps perdu son caractère originel. Les règles qui jadis la rattachaient solidement à un petit nombre de familles avaient à peu près disparu, et les biens circulaient de main en main. La donation, le testament, l’hypothèque, la vente, en mettant le sol à la portée de tous, l’avaient morcelé au point que, vers l’année 400 avant Jésus-Christ, 15 000 citoyens sur 20 000 possédaient un immeuble rural en Attique. L’acquisition de la terre restait pourtant interdite à deux sortes de gens, en dehors des esclaves. Les étrangers, même ceux qui avaient élu domicile dans le pays, et les affranchis, qui leur étaient complètement assimilés, n’avaient point qualité pour devenir propriétaires fonciers, et si, par une faveur tout à fait exceptionnelle, l’Etat leur octroyait ce privilège, la loi limitait à 2 000 francs la valeur des maisons et à 12 000 la valeur des terres qu’ils pouvaient acheter. Dans le domaine industriel et commercial, il n’existait pas de ligne de démarcation semblable. Aucune barrière ne se dressait ici entre les citoyens et les étrangers. Les uns et les autres étaient libres de choisir la profession qu’ils voulaient, au gré de leur fantaisie ou de leurs intérêts, et c’est surtout de ce côté que se dirigeaient les étrangers, précisément parce que la possession du sol leur était fermée. Les affranchis avaient presque le monopole des opérations de banque. Mais beaucoup de citoyens étaient aussi « dans les affaires, » comme chefs d’industrie, comme simples artisans, ou comme négocians.

L’économie rurale reposait sur le principe de l’exploitation directe. Le servage avait toujours été ignoré des Athéniens ; le colonat avait été aboli d’assez bonne heure ; quant au fermage, il n’était probablement usité que pour les biens de l’Etat, des temples et des associations ; en tout cas, ou ne rencontre jamais dans les textes un particulier qui donne ses champs en location. Chacun faisait valoir lui-même, mais par des procédés différens.

Il faut distinguer à ce propos les petits et les gros propriétaires. Les premiers possédaient parfois deux ou trois esclaves ; mais ils cultivaient la terre de leurs mains, avec leur famille. Les comédies, qui sur ce point reproduisent fidèlement la réalité, en placent plusieurs sous nos yeux. Tel est ce Chrémylos qui se plaint de sa pauvreté dans le Ploutos d’Aristophane ; il n’est pas seul de son espèce, puisque ses amis vivent et travaillent exactement comme lui. Dans la Paix, le chœur se compose d’agriculteurs qui visiblement sont autre chose que des journaliers. A la même classe appartient le personnage qui décrit ainsi son existence : « On réside à demeure sur son coin de terre, loin des tracas de l’agora. Un atout à soi un modeste attelage de bœufs ; on entend le bêlement de son troupeau, et l’on se régale, à l’occasion, d’un poisson ou d’une grive. » Dans les orateurs attiques, on aperçoit des gens de condition pareille. Un client de Lysias, qui était tout au plus dans l’aisance, allait le matin à la campagne et rentrait le soir harassé de fatigue. Son ami Sostratos menait lé même genre de vie. Un plaidoyer de Démosthène met en présence deux Athéniens qui sont en procès parce que les eaux de pluie se déversent de l’un chez l’autre et y font des dégâts. A la fin du IVe siècle, on constata que, sur 21 000 citoyens, 12 000 avaient un capital inférieur à 2 000 francs. Nul doute que, parmi eux, il n’y eut une foule de petits exploitans.

Les gros propriétaires étaient rares, et leurs domaines ne dépassaient pas les dimensions de ce que nous appelons aujourd’hui la moyenne propriété. Ceux-ci ne pouvaient évidemment pas bêcher ni labourer le sol, même s’ils avaient le goût du travail ; ils donnaient plutôt des ordres et en surveillaient l’exécution. Beaucoup ressemblaient à ce Strepsiade des Nuées « qui vivait heureux à la campagne, sans gêne et sans souci, riche en abeilles, en brebis, en olives, » et qui se couchait la nuit avec une forte odeur « de lie de vin, de fromage et de laine ; » ou encore à cet Ischomachos que Xénophon, dans son Economique, nous montre au milieu de son personnel, offrant à tous un modèle achevé de compétence et d’activité. Tous ces gens-là avaient à leur service des ouvriers libres et des esclaves. L’ouvrier libre se louait, tantôt à la journée, tantôt pour plusieurs semaines ou pour plusieurs mois ; mais il paraît avoir été peu employé. La main-d’œuvre servile abondait en Attique, et habituellement elle n’était pas chère : 200 francs représentaient le prix normal d’un esclave rural.

Dans l’industrie, on constate le même dualisme que dans l’agriculture.

Il y avait à Athènes une multitude de petits artisans, exerçant à peu près tous les métiers. Socrate s’étonnait un jour qu’un jeune homme n’osât pas prendre la parole devant le peuple, et il lui disait qu’une réunion de cordonniers, de foulons, de maçons, de forgerons, de marchands, de brocanteurs n’était pourtant pas un auditoire si difficile. A côté des citoyens, une place considérable était réservée aux étrangers, et on ne remarque pas que jamais l’Etat ait favorisé les premiers au détriment des seconds ; quand il ouvrait un chantier, il y admettait indifféremment les uns et les autres. Son unique préoccupation en pareil cas était de morceler le plus possible les adjudications et de les rendre abordables même aux tâcherons. Cette tendance se manifeste jusque dans l’exploitation des mines. L’aspect des galeries et des laveries encore visibles dans la région du Laurion prouve que les concessions étaient extrêmement divisées. On cite un individu qui acquit la sienne pour la somme dérisoire de 150 francs, et il n’est pas sûr que ce fût là un chiffre exceptionnel. A en juger par les documens, l’artisan travaillait presque toujours pour l’Etat ou pour le public ; il était rare qu’il fût embauché par un patron. Sauf dans quelques industries, comme celle du bâtiment, il demeurait dans sa boutique, et là il était à la fois producteur et vendeur. Il trouvait des auxiliaires dans sa famille : d’abord son fils, qui très souvent se destinait à la même profession et qui par conséquent faisait son apprentissage auprès de lui ; puis sa femme qui partageait volontiers sa besogne, à l’exemple de cette Artémis qui dorait les armes fabriquées par son mari. Rien n’empêchait d’ailleurs une femme d’avoir sa clientèle propre. Sans parler de celles qui se plaçaient comme nourrices, les textes nous signalent à Athènes des boulangères, des teinturières, des ouvrières en lainages, des marchandes de rubans, de couronnes, de pelotons de fil, des revendeuses.

Certains étaient patrons et se bornaient à diriger leur entreprise. Les ateliers n’étaient jamais bien vastes en Attique. Le plus grand que l’on connaisse est la fabrique de boucliers que Képhalos possédait au Pirée et qui groupait 120 ouvriers. Le père de Démosthène avait une fabrique de glaives avec 32 esclaves et une fabrique de meubles avec 20. L’atelier d’Apollodore devait avoir plus d’importance, puisqu’il donnait un revenu supérieur. Quelques concessions minières étaient assez étendues, notamment celle de Nicias avec ses 1 000 esclaves, celle d’Epicratès, qui procurait un bénéfice annuel de 600 000 francs, celles de Diphilos et de plusieurs autres. Mais, somme toute, on peut affirmer que la grosse industrie, au sens actuel du mot, a été ignorée des Grecs. Leurs agglomérations ouvrières n’étaient pas comparables aux nôtres. Ils ont eu des ateliers ; ils n’ont pas eu de manufactures ; premièrement, parce que, au lieu de nos puissantes machines, ils se sont contentés d’un outillage très simple, sans même avoir l’idée de demander leur force motrice à la nature, et secondement, parce que les fortunes individuelles étaient d’ordinaire assez médiocres et qu’il ne se formait guère d’associations de capitaux.

Les chefs d’industrie ne s’interdisaient pas l’emploi des ouvriers libres ; mais il semble qu’ils leur préféraient en général les esclaves ; du moins ce sont toujours des esclaves que nous voyons dans les ateliers mentionnés par les auteurs. Le patron n’était pas nécessairement le propriétaire de son personnel ; souvent il n’en était que le locataire ; quand il ne voulait pas affecter son argent à des achats d’hommes, il empruntait, moyennant une redevance, les bras dont il avait besoin. Le travail servi le n’était peut-être pas moins coûteux que le travail libre. Mais le maître avait sur l’esclave une autorité beaucoup plus forte que sur tout autre ouvrier : il pouvait le priver de nourriture, l’enchaîner, le frapper ; il pouvait aussi le stimuler par l’octroi ou la promesse de quelque faveur, surtout par la perspective de l’affranchissement. De là, sans doute, sa prédilection pour des travailleurs sur qui il avait tant de prise. Un individu soucieux de ses intérêts passait son temps dans son atelier, et l’on estimait déjà que rien ne vaut l’œil du maître. Les monumens figurés s’accordent avec les textes pour le certifier. Sur une peinture de vase, un patron, reconnaissante à son accoutrement et à son attitude, suit de près, dans une poterie, l’opération de la cuisson. Ailleurs, un homme assis dans une forge paraît intimer un ordre. Dans une cordonnerie, un individu fait un geste pareil à l’adresse d’un ouvrier qui va servir une cliente.

S’il y avait des propriétaires et des industriels actifs et laborieux, il y en avait, en revanche, qui négligeaient totalement leur besogne. Démosthène en désigne un qui détestait la campagne et qui aimait mieux ne rien faire à la ville. Strepsiade, après son mariage avec une femme noble, est obligé de quitter ses champs et de s’établir à Athènes, où son fils, paresseux et dépensier, est en train de le ruiner. Tel autre, peu satisfait du rendement de ses terres, renonçait à l’agriculture pour chercher quelque travail plus lucratif. Un grand nombre cédaient à l’attrait de la politique, et on sait combien elle (Hait absorbante dans l’antiquité. J’imagine, par exemple, qu’un Périclès ou un Alcibiade n’avait guère le loisir de songer à ses propriétés. Parmi les personnages qui jouèrent un rôle dans l’histoire d’Athènes à la fin du Ve siècle, plusieurs étaient chefs d’industrie ; on n’a qu’à se rappeler les noms de Cléon le tanneur, d’Hyperbolos le fabricant de lampes, de Cléophon le fabricant de lyres, d’Anytos le corroyeur ; pendant qu’ils étaient aux affaires, tous ces gens-là durent laisser de côté leurs professions. J’en dirai autant de ceux qui s’engagèrent dans les carrières libérales : d’Isocrate, qui avait pour père un luthier et qui enseigna la rhétorique, de Lysias, de Démosthène, d’Apollodore, qui devinrent avocats, bien qu’ils eussent hérité d’un atelier d’armurier. Il pouvait enfin arriver qu’un homme se tournât vers la philosophie, la littérature, la poésie, non par spéculation, mais par dilettantisme ou par goût, comme Sophocle, qui écrivit des tragédies plutôt que d’exploiter la forge de son père.

Celui qui, pour une raison quelconque, se désintéressait de l’administration de ses biens, trouvait dans les usages athéniens plus d’un moyen indirect d’en tirer profit, sans se donner le moindre mal. D’abord il lui était loisible de mettre à sa place un régisseur. Ordinairement on choisissait un esclave ou un affranchi, parce qu’on avait de cette manière plus de sécurité. L’esclave, en effet, n’avait rien à lui, pas même ses économies ; par conséquent, si son maître le soupçonnait d’infidélité, il était aisé de lui l’aire rendre gorge. L’affranchi était moins dépendant ; mais, dans certains cas, son patron héritait de lui, et, s’il réussissait à le convaincre de vol, il pouvait le ramener à l’état de servitude. Ainsi protégé contre toute malversation, le riche Athénien n’éprouvait aucune répugnance à confier ses terres, son atelier, son commerce ou sa banque à un intendant, qui les gérait comme il l’entendait. Midas, qui remplissait cet office chez le parfumeur Athénogène, vendait, achetait, empruntait à sa guise, et ne présentait ses comptes à sou maître qu’une fois par mois. Un autre procédé, applicable seulement en matière d’industrie, consistait à louer ses esclaves. La location portail soit sur des esclaves isolés, soit sur l’ensemble des esclaves qui garnissaient un atelier, et alors on louait l’atelier avec eux. Dans le second système, le preneur payait une rente analogue de tous points à un loyer ordinaire ; dans le premier, il payait une redevance journalière de tant par tête ; dans les deux, c’est à lui qu’incombaient les frais de nourriture et la responsabilité des accidens. Cette pratique était tellement répandue, que certains capitalistes acquéraient et dressaient des esclaves uniquement pour les louer. Dans les mines, elle était d’un usage courant, et il est à présumer qu’elle était assez fructueuse, puisque Xénophon conseillait à l’Etat de l’adopter. Enfin, on a des indices qu’un Athénien autorisait parfois ses esclaves à travailler pour eux-mêmes. On en voyait qui se chargeaient de faire la moisson d’un étranger, de cueillir ses fruits ou de cultiver ses champs. Le contrat était conclu par l’intermédiaire de leur maître ; mais c’étaient eux qui louchaient le prix stipulé, sauf une part réservée pour ce dernier. Timarque possédait une dizaine d’esclaves corroyeurs, qui versaient journellement entre ses mains deux oboles chacun, en vertu d’un abonnement qui leur laissait l’excédent de leur gain. Ces hommes devaient former une espèce de société coopérative de production, puisqu’ils avaient un chef d’atelier, esclave comme eux, taxé à trois oboles.

Ces diverses combinaisons avaient pour objet d’assurer aux propriétaires et aux industriels tous les avantages de l’oisiveté, sans les priver pourtant de leurs revenus. Jadis ce privilège avait été particulier à la classe noble ; depuis, il s’était communiqué à la bourgeoisie tout entière, au fur et à mesure qu’elle s’enrichissait. D’après Platon, tout Athénien qui arrivait à la richesse perdait le goût de son métier et glissait vers la fainéantise. Dans cette ville, où les mœurs étaient simples et les goûts modestes, on ne tenait peut-être pas à amasser beaucoup d’argent, d’autant plus qu’on craignait toujours d’exciter les convoitises ; aussitôt qu’on avait atteint un certain chiffre de fortune, on ne pensait plus qu’à en jouir. Le malheur est que l’exemple fut contagieux. Les gens du peuple réclamèrent, eux aussi, le droit au repos, ne fût-ce que pour s’acquitter de leurs devoirs civiques. La démocratie avait de terribles exigences ; en appelant le citoyen à l’assemblée, au conseil, au jury, aux fonctions publiques, elle lui volait une bonne partie de son temps. Encore si elle s’était contentée de proclamer la participation de tous au gouvernement, sauf à l’attribuer en fait à la bourgeoisie ! Mais, dès la fin du Ve siècle, on voulut que la réalité fût conforme à la théorie ; et que chacun eût effectivement une part égale de souveraineté. De là ces jetons de présence qu’on donnait à quiconque passait sa journée dans les tribunaux, au Sénat, ou dans l’assemblée populaire. Ce n’est pas tout ; les pauvres recevaient fréquemment des allocations de blé, gratuites ou à vil prix ; on partageait entre eux la chair des nombreuses victimes que la cité immolait en l’honneur des dieux ; on organisait périodiquement à leur profit des repas dont les riches faisaient tous les frais. Quand il y avait représentation au théâtre, le Trésor payait leur place. S’ils tombaient malades, ils étaient soignés pour rien par les médecins officiels. S’ils devenaient invalides, ils touchaient un secours journalier. L’Etat s’ingéniait, en un mot, pour les mettre à l’abri du besoin, et, comme l’homme ne travaille guère pour son plaisir, comme il ne s’y résout que sous l’empire de la nécessite, tous les allégemens apportés à leurs charges étaient pour eux autant d’invitations à la nonchalance. Ce qui augmentait encore leur aversion pour le travail manuel, c’est que rien ne distinguait leur labeur du labeur de l’esclave. Si puissant que fût dans la démocratie athénienne l’esprit d’égalité, il n’allait pas jusqu’à confondre l’esclave et le citoyen. Entre eux se dressa toujours une barrière infranchissable. Le citoyen le plus humble avait pour l’esclave et même pour l’affranchi tout le dédain d’un aristocrate. Il lui en coûta de plus en plus de s’assimiler à lui par son genre d’existence. Il se persuada qu’en travaillant comme lui, il se ravalait à son niveau. Son métier prit à ses yeux un caractère servile, par cela seul que des esclaves l’exerçaient aussi, et il tendit à se réfugier dans l’inaction pour sauvegarder sa dignité.

Le régime démocratique, arrivé à son entier développement, finit en somme par produire les mêmes effets que le régime oligarchique. Dans l’un et dans l’autre, l’oisiveté du citoyen fut la conséquence naturelle de ses droits politiques. Pour être véritablement ce que la loi voulait qu’il fût, il fallait qu’il neuf pas à compter avec les exigences matérielles de la vie et qu’il fût absolument maître île son temps. Au dire de Périclès, un des traits de la République athénienne était que chacun pouvait y vaquer simultanément aux a lia ires de l’État et à ses propres affaires. Plus tard, les deux choses parurent quelque peu incompatibles, et l’on se crut forcé de choisir. Si les gens du peuple avaient été défrayés de tout par le Trésor, ils auraient certainement cessé leur travail. Ils ne continuèrent de travailler que parce qu’ils recevaient sur les fonds budgétaires des subsides insuffisans. Les étrangers domiciliés étaient dans une situation bien différente. Ils n’avaient, quant à eux, aucun droit ni aucune obligation politique ; ils n’avaient non plus rien à espérer de l’Etat, qui tolérait leur présence. Aussi leur activité, loin de diminuer, ne lit-elle que s’accroître. Dans les chantiers publics, il y avait, au Ve siècle, autant de citoyens que d’étrangers ; au IVe siècle, il y en avait deux fois moins. Ceux-ci envahirent, dans le domaine industriel et commercial, sinon dans le domaine agricole, la place que ceux-là laissaient libre, de même que jadis les roturiers avaient pénétré dans toutes les parties de l’économie que les nobles méprisaient. L’évolution fut pareille dans les deux cas, et elle fut régie par les conditions de la vie politique.


IV

Un pas de plus fait dans la même voie conduisit au socialisme.

Si l’on appelle de ce nom la doctrine qui pousse l’Etat à remanier la propriété en vue d’établir l’égalité sociale, il n’est pas douteux que le socialisme a été de tout temps fort en crédit parmi les Grecs. Ceci n’est point pour surprendre, lorsqu’on réfléchit que l’Etat avait chez eux des droits presque illimités sur l’individu, sur ses biens comme sur sa personne. Le plus radical des systèmes qui se rattachent à cette conception, c’est-à-dire le communisme, séduisit plusieurs philosophes, tels que Platon, les Cyniques et les Stoïciens. Il compta aussi beaucoup de partisans dans le peuple, et plus d’un poète comique se donna la peine, comme Aristophane, de le tourner en dérision ; preuve que cette utopie avait delà vogue dans le public. Mais, en général, les Grecs furent des « partageux. » Jamais on ne saisit chez eux une tentative pour maintenir les terres d’une cité dans l’indivision et pour en attribuer la jouissance collective à tous les citoyens. Si quelques théoriciens pensèrent que l’appropriation du sol était un mal, ils ne furent pas suivis par les hommes politiques. Ceux-ci se prononcèrent invariablement pour le principe de la propriété privée, et toute leur ambition se bornait à la transférer des riches aux pauvres. Les attentats innombrables qui furent commis contre elle dans le cours des siècles eurent pour objet non de la supprimer, mais de la répartir autrement. Les plus hardis révolutionnaires ne cherchaient qu’à opérer une sorte de péréquation des fortunes. Il va de soi que le but ne fut pas atteint dans la pratique. D’abord, quand on procédait à un partage, on ne s’astreignait pas à faire des parts rigoureusement égales. De plus, on ne prenait aucune précaution pour empêcher l’inégalité de renaître dès le lendemain. Enfin, il n’était pas rare que l’œuvre accomplie lut bientôt annulée par le retour au pouvoir de ceux qu’on avait dépouillés. Bref, c’était toujours à recommencer.

Les convoitises de la foule visaient principalement la terre, parce que la terre était la plus apparente et la plus solide des propriétés ; mais il ne s’ensuit pas qu’elles respectassent les esclaves, l’argent, et, d’une façon générale, les objets mobiliers. On mettait la main sur tout, quand l’occasion s’offrait. Parfois on couvrait ces spoliations d’un semblant de légalité. Mais, le plus souvent, c’est à la violence seule qu’on avait recours. Une émeute éclatait contre les riches. Si elle triomphait, les vainqueurs tuaient, leurs adversaires ou les exilaient. La mort et le bannissement entraînaient la confiscation L’Etat s’emparait ainsi de tous les biens des victimes, et les nouveaux maîtres de la cité, étant libres d’en disposer à leur gré, les gardaient pour eux. L’histoire de la Grèce est pleine de révolutions de ce genre. Elles débutèrent au moment des premiers conflits entre le parti aristocratique et le parti démocratique, et elles durèrent jusqu’à la conquête romaine. Ce singulier phénomène d’un peuple acharné à se déchirer lui-même pendant une longue suite de générations ne saurait s’expliquer uniquement par l’égoïsme des riches et la cupidité des pauvres. Il doit tenir à des causes plus profondes, et en voici une qui saute d’emblée aux yeux.

L’homme libre qui voulait gagner sa vie par son travail se heurtait à la concurrence de l’esclave. En premier lieu, son salaire était déterminé par le prix de la main-d’œuvre servi le. Quand l’employeur a la faculté d’opter entre deux catégories de travailleurs, chacune d’elles est obligée d’abaisser ses exigences au même niveau que l’autre, sous peine d’être délaissée. C’est ce qui se passe aujourd’hui dans les contrées où des étrangers plus sobres, moins besogneux et plus faciles à satisfaire viennent disputer le travail aux indigènes ; il en résulte une diminution plus ou moins sensible des salaires locaux, comme c’était le cas en Australie ou en Californie avant l’adoption des mesures restrictives de l’immigration chinoise. L’ouvrier grec souffrit de même de la présence des esclaves. Son travail fut estimé d’après le coût de leur travail, et il fut payé suivant un tarif conforme à leurs besoins et non pas aux siens, sans qu’il lui fût possible d’ailleurs de s’entendre avec eux pour forcer la main aux patrons. Il ne pouvait pas compter davantage sur la grève ; cette arme, si efficace de nos jours, eût été alors sans vertu, puisqu’il aurait suffi, pour la paralyser, de s’adresser à la main-d’œuvre rivale, qui n’avait guère, quant à elle, le moyen de se dérober à l’appel de son maître. L’esclave nuisait, en outre, à l’homme libre parce qu’il lui enlevait de l’ouvrage, et même beaucoup d’ouvrage. Lorsqu’on avait acheté un individu qu’il fallait nourrir, vêtir et loger, on tenait naturellement à ce qu’il ne demeurât pas inactif. Si nos industriels sont en perte chaque fois que leurs machines sont arrêtées, la remarque est encore plus vraie des possesseurs d’esclaves ; car une machine en chômage n’est qu’un capital improductif, tandis qu’un esclave oisif est un capital qui occasionne des dépenses sans rien rapporter. Il était donc doublement nécessaire, pour quiconque, en Grèce, avait des esclaves, de les faire travailler, chez soi ou chez autrui, et toute besogne exécutée par eux était autant de perdu pour l’ouvrier libre. Or, il est visible que la classe servi le ne cessa d’augmenter. Nous n’avons pas là-dessus de chiffres précis ; nous constatons seulement que les pays où (die se recrutait embrassaient un horizon de plus en plus vaste, et que, dans les derniers siècles de l’indépendance hellénique, elle s’alimentait jusqu’en Egypte, en Arabie, en Arménie, en Perse et en Sarmalie. Cette invasion continuelle de travailleurs exotiques, pour qui les maîtres cherchaient à tout prix un emploi, avait cet effet fâcheux d’accroître probablement l’embarras du paysan ou de l’artisan en quête d’occupation.

Pour remédier au mal, il eût été bon que l’Etat prît la défense de la main-d’œuvre libre ; mais il ne paraît pas que cette idée se soit présentée aux esprits ; l’Etat grec se désintéressa toujours des questions relatives au travail et laissa à l’initiative privée le soin de les régler. Il eût fallu surtout que la prospérité générale de la Grèce grandît dans une proportion plus forte que le nombre de ses esclaves ; car, alors, ces derniers n’auraient pas pu tout faire, et il serait resté de la place pour leurs rivaux. Le malheur est qu’à considérer les choses en gros, la Grèce semble s’être bien appauvrie après la conquête macédonienne. Le IIIe siècle avant Jésus-Christ vit éclore autour d’elle une multitude de royaumes nouveaux, sortis du démembrement de l’empire d’Alexandre, qui devinrent, eux aussi, des centres de production agricole et industrielle, et qui par là portèrent un rude coup à l’Hellade proprement dite. Celle-ci fut dépossédée partiellement de sa clientèle extérieure par des villes comme Alexandrie, Rhodes, Pergame. Elle perdit peu à peu ses anciens débouchés et elle ne sut pas s’en procurer d’autres. Le travail se restreignit de jour en jour et des signes de décadence se manifestèrent. Il y eut là une perturbation comparable aux troubles économiques qu’amène dans le monde moderne le développement rapide de certains Etats nés d’hier à la vie industrielle et commerciale. La Grèce fut incapable de résister à la concurrence dont je parle, et elle commença à pencher vers la ruine.

Une crise si grave força beaucoup de citoyens pauvres à s’expatrier. Ils allaient chercher aventure dans ces royaumes d’Orient dont on exaltait la richesse, et où ils ne risquaient pas de se sentir trop dépaysés, puisqu’il s’y trouvait des souverains d’origine hellénique. S’ils avaient le goût de la guerre, ils s’enrôlaient comme soldats mercenaires. Parfois même, ils s’établissaient dans des contrées lointaines où on leur assignait des terres. Ceux qui restaient en Grèce étaient les plus malheureux. Condamnés à l’oisiveté par la prédominance de la main-d’œuvre servile, qui accaparait presque tout, privés des secours officiels que le budget n’était plus en état de leur distribuer, peu portés d’ailleurs à l’ouvrage par suite d’un préjugé auquel ils ne pouvaient se soustraire, ils vivaient pour la plupart dans la gêne, souvent dans les dettes, et, comme la contrainte par corps existait partout, sauf à Athènes, l’insolvabilité était pour eux une perpétuelle menace de servitude.

Il était naturel que, dans leur détresse, ils jetassent un regard d’envie sur les biens des riches, et ils n’avaient pas les mêmes motifs que nous pour s’abstenir d’y toucher. Une des raisons qui contribuent chez nous à protéger la richesse, c’est la fonction sociale qu’elle remplit. Le riche jouit aujourd’hui de sa fortune ; mais il en fait jouir aussi le pauvre par le travail qu’il lui fournit. Tout gain du pauvre, sous quelque forme qu’il lui vienne, est prélevé sur le capital du riche. On peut alléguer, et c’est l’opinion des socialistes, que la part du travail est insuffisante et que le capital devrait donner beaucoup plus qu’il ne donne. Mais enfin, le travail recevrait encore moins, si le capital n’était point là pour le rémunérer. Le même phénomène se produisait dans les derniers temps de la Grèce ; mais, comme le travail avait de plus en plus un caractère servile, c’était l’esclave ou plutôt son maître, c’est-à-dire au fond un capitaliste, qui recueillait tout ce que le capital payait au travail. Le capital était donc à peu près inutile au citoyen pauvre, et par conséquent celui-ci n’avait aucun intérêt à le respecter. Rien ne retenait sa convoitise, et tout, au contraire, l’encourageait. Il fuyait le travail et le travail le fuyait ; il était enclin à vivre dans l’oisiveté, et, s’il voulait en sortir, cela ne lui était pas toujours possible ; il menait une existence de rentier et il n’avait point de rentes. Il ne lui restait qu’un expédient, c’était de s’approprier les biens d’autrui, et c’est en effet à quoi il visa. Ainsi s’explique l’âpreté des luttes sociales qui agitèrent cette période de l’histoire grecque. A Sparte, on essaya de procéder avec quelque régularité ; mais la réforme échoua devant l’hostilité des privilégiés, et, des deux princes qui la tentèrent, l’un fut tué, et l’autre banni. Partout ailleurs, ce fut une succession ininterrompue de massacres, d’exils et de spoliations. La classe inférieure avait pour elle le nombre et elle en abusait. On ne cherchait pas à résoudre le problème d’une façon équitable et rationnelle. Les philosophes avaient élaboré à ce sujet des systèmes très savans, dont on aurait pu s’inspirer ; on ne songea pas à leur faire le moindre emprunt. La foule agit avec brutalité, sous l’impulsion de la haine engendrée chez elle par la paresse et par la misère. Les pauvres n’avaient qu’un désir, se substituer aux riches et devenir propriétaires à leur tour. C’était déplacer le mal et non pas le guérir ; c’était satisfaire les besoins du moment, ce n’était pas préparer un avenir meilleur, d’autant plus que l’état de choses amené par chacune de ces révolutions n’était jamais stable et provoquait bientôt de cruelles représailles. Ces désordres achevèrent de détruire ce qui subsistait encore d’amour pour le travail. Pourquoi le pauvre aurait-il peiné en vue d’un maigre profit, alors qu’un coup de force était capable de l’enrichir soudain ? Ne valait-il pas mieux atteindre cet heureux événement, et, s’il tardait trop, le hâter ? On comptait alors sur une révolution, comme certaines gens comptent sur un billet de loterie, et on avait sur ces derniers l’avantage de pouvoir aider la chance. On ne saurait dire jusqu’à quel point ce calcul eut un effet démoralisateur. Pour comble de malheur, lorsqu’un parti était trop faible, soit pour attaquer, soit pour se défendre, il n’hésitait pas à invoquer l’appui de l’étranger. Il ne s’adressait pas seulement à ses voisins les plus proches ; il sollicitait même l’intervention de la Macédoine et de Rome, et, quand ces puissances eurent mis le pied en Grèce, elles ne voulurent plus en sortir. Les guerres sociales ruinèrent le patriotisme et le souci trop exclusif de l’intérêt privé prépara l’asservissement général.

L’origine première de tout cela, ce fut la mauvaise organisation du travail. Les contemporains ne sentirent peut-être pas ce qu’elle avait de défectueux, ou, s’ils s’en aperçurent, ils ne firent aucun effort sérieux pour la corriger. Lorsque Agis et Cléomène voulurent opérer une refonte de la société Spartiate, ils appliquèrent toute leur intelligence et toute leur énergie à la question de la propriété, et ils négligèrent la question du travail. Les Grecs étaient persuadés que la fonction capitale du citoyen était le service de l’Etat. De cette conception fondamentale, tout le reste découla fatalement. C’est parce que les nobles avaient, au début, la charge de gouverner et de combattre qu’ils s’arrogèrent le privilège de l’oisiveté. C’est pour une raison analogue que les bourgeois riches abandonnèrent le travail aux pauvres et aux esclaves. C’est pour avoir le temps de remplir tous leurs devoirs civiques que les pauvres eux-mêmes revendiquèrent, à la fin, le droit au repos et le droit à la propriété. A mesure qu’une couche d’individus arrivait à la vie publique, elle tâchait de se délivrer des préoccupations de la vie matérielle, et le travail descendait d’un degré dans la hiérarchie sociale chaque fois qu’une, classe nouvelle montait d’un degré dans la hiérarchie politique ; si bien qu’après l’avènement de la démocratie pure, toute la besogne retomba sur les étrangers et les esclaves, c’est-à-dire sur des gens qui étaient absolument en dehors de la cité. Puisque l’Etat prétendait absorber toute l’activité du citoyen, il était légitime qu’il nourrît ceux d’entre eux qui n’avaient point de ressources propres ; car c’était là aussi un travail qui réclamait un salaire. Il ne put assumer une dépense si lourde, et il obligea par cela même les pauvres à courir sus aux riches, à les dépouiller de leurs biens, et à déchaîner sur la Grèce les épouvantables violences où s’abîma sa prospérité et où périt son indépendance.


PAUL GUIRAUD.

  1. Voyez la Propriété foncière en Grèce jusqu’à la conquête romaine (1893) et la Main-d’œuvre industrielle dans l’ancienne Grèce (1900).
  2. Voyez dans la Revue des 15 mars, 1er août et 1er novembre 1901, les études de M. Charles Benoist sur le Travail, le Nombre et l’État.