L’Année terrible/Qu’on ne s’y trompe pas, je n’ai jamais caché

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


                      VIII 

Qu’on ne s’y trompe pas, je n’ai jamais caché 
Que j’étais sur l’énigme éternelle penché ; 
Je sais qu’être à demi plongé dans l’équilibre 
De la terre et des cieux, nous fait l’âme plus libre ; 
Je sais qu’en s’appuyant sur l’inconnu, l’on sent 
Quelque chose d’immense et de bon qui descend, 
Et qu’on voit le néant des rois, et qu’on résiste 
Et qu’on lutte et qu’on marche avec un cœur moins triste ; 
Je sais qu’il est d’altiers prophètes qu’un danger 
Tente, et que l’habitude auguste de songer, 
De méditer, d’aimer, de croire, et d’être en somme 
A genoux devant Dieu, met debout devant l’homme ; 
Certes, je suis courbé sous l’infini profond. 
Mais le ciel ne fait pas ce que les hommes font ; 
Chacun a son devoir et chacun a sa tâche ; 
Je sais aussi cela. Quand le destin est lâche, 
C’est à nous de lui faire obstacle rudement, 
Sans aller déranger l’éclair du firmament, 
Et j’attends, pour le vaincre, un moins grand phénomène 
Du tonnerre divin que de la foudre humaine.