L’Encyclopédie/1re édition/AIOL

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 1p. 225).
◄  AINESSE
AJOURÉ  ►

AIOL, Scarus varius, s. m. (Hist. nat.) Poisson de mer appellé en grec αἰόλος, à cause de ses différentes couleurs d’où sont venus les noms d’aiol & d’auriol. On a aussi appellé ce poisson rochau, parce qu’il vit au milieu des rochers, comme les autres poissons que l’on appelle saxatiles : celui-ci a les yeux & le bas du ventre où se trouve l’anus, de couleur de pourpre, la queue de couleur bleue, & le reste du corps en partie vert & en partie noir bleuâtre, les écailles sont parsemées de taches obscures. La bouche est petite, les dents larges, celles de la mâchoire supérieure sont serrées, & celles de la mâchoire inférieure sont éloignées les unes des autres & pointues. Ce poisson a sur le dos presque jusqu’auprès de la queue, des aiguillons posés à des distances égales, & qui tiennent à une membrane mince qui est entr’eux ; il y a aussi à la pointe de chaque aiguillon, une autre petite membrane qui flotte comme un étendard. Les nageoires qui sont auprès des ouïes sont larges & presqu’ovales ; il y a deux taches de couleur de pourpre sur le milieu du ventre : ce poisson est un des plus beaux que l’on puisse voir, sa chair est tendre & délicate. On en trouve à Marseille & à Antibe. Rondelet. Voyez Poisson. (I)