L’Encyclopédie/1re édition/AMBITION

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 1p. 321).
◄  AMBITÉ
AMBITUS  ►

AMBITION, s. f. c’est la passion qui nous porte avec excès à nous aggrandir. Il ne faut pas confondre tous les ambitieux : les uns attachent la grandeur solide à l’autorité des emplois ; les autres à la richesse ; les autres au faste des titres, &c. Plusieurs vont à leur but sans nul choix des moyens ; quelques-uns par de grandes choses, & d’autres par les plus petites : ainsi telle ambition passe pour vice, telle autre pour vertu ; telle est appellée force d’esprit, telle égarement & bassesse.

Toutes les passions prennent le tour de notre caractere. Il y a, s’il est permis de s’exprimer ainsi, entre l’ame & les objets une influence réciproque. C’est de l’ame que viennent tous les sentimens : mais c’est par les organes du corps que passent les objets qui les excitent : selon les couleurs que l’ame leur donne ; selon qu’elle les pénetre, qu’elle les embellit, qu’elle les déguise, elle les rebute ou elle s’y attache. Quand on ignoreroit que tous les hommes ne se ressemblent point par le cœur, il suffiroit de savoir qu’ils envisagent les choses selon leurs lumieres, peut-être encore plus inégales, pour comprendre la différence qui distingue les passions qu’on désigne du même nom : si différemment partagés d’esprit, de sentimens & de préjugés, il n’est pas étonnant qu’ils s’attachent au même objet sans avoir en vûe le même intérêt ; & cela n’est pas seulement vrai des ambitieux, mais aussi de toute passion. (X)

* Les Romains avoient élevé un temple à l’ambition, & ils le lui devoient bien. Ils la représentoient avec des ailes & les piés nuds.