L’Encyclopédie/1re édition/AMICT

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 1p. 359).
◄  AMICLE
AMID  ►

AMICT, s. m. (Hist. mod.) du Latin amictus, venant du verbe amicire, vêtir, couvrir ; c’est un des six ornemens que porte le Prêtre à l’autel : il consiste en une piece quarrée de toile blanche, à deux coins de laquelle sont attachés deux rubans ou cordons : on le passe à l’entour du cou, disent les anciens rituels, ne inde ad linguam transeat mendacium ; & on en fait ensuite revenir les bouts sur la poitrine & sur le cœur ; enfin on l’arrête en noüant les rubans derriere le dos. Dans presque toutes les églises les Prêtres séculiers le portent sous l’aube ; dans d’autres, & en particulier dans celle de Paris, cette coûtume n’a lieu qu’en été. Pendant l’hyver l’amict sert à couvrir la tête, & forme une espece de capuce ou de camail, qu’ils laissent tomber sur les épaules depuis la préface jusqu’après la communion. Les Réguliers en couvrent en tout tems leur capuchon. La rubrique porte qu’on ne doit point mettre d’aube sans amict. Voyez Aube. (G)