L’Encyclopédie/1re édition/ANAPHONESE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 1p. 407).
◄  ANAPHE
ANAPHORE  ►

* ANAPHONESE, s. f. l’exercice par le chant. Antylle, Plutarque, Paul, Aétius, & Avicene, disent qu’une des propriétés de cet exercice, c’est de fortifier les organes qui servent à la production de la voix, d’augmenter la chaleur, & d’atténuer les fluides ; les mêmes Auteurs le conseillent aux personnes sujettes à la cardialgie, aux vomissemens, à l’indigestion, au dégoût, & en général, à toutes celles qui sont surchargées d’humeurs. Hippocrate veut qu’on chante après le repas : mais ce n’est pas l’avis d’Aretée.

Quoi qu’il en soit, il est constant que l’action fréquente de l’inspiration & de l’expiration dans le chant, peut nuire ou servir à la santé dans plusieurs circonstances, sur lesquelles les acteurs de l’Opéra nous donneroient de meilleures mémoires que la Faculté de Medecine.