L’Encyclopédie/1re édition/APHRACTES

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 1p. 525).
◄  APHOSIATIN

* APHRACTES, s. m. pl. navires des Anciens à un seul rang de rames ; on les appelloit aphractes, parce qu’ils n’étoient point couverts & n’avoient point de pont ; on les distinguoit ainsi des cataphractes qui en avoient. Les aphractes avoient seulement vers la proue & vers la poupe de petits planchers, sur lesquels on se tenoit pour combattre : mais cette construction n’étoit pas générale. Il y avoit, à ce qu’il paroît, des aphractes qui étoient couverts & avoient un pont, avec une de ces avances à leur proue, qu’on appelloit rostra. Tite-Live dit d’Octave, qu’étant parti de Sicile avec deux cens vaisseaux de charge & trente vaisseaux longs, sa navigation ne fut pas constamment heureuse ; que quand il fut arrivé presqu’à la vûe de l’Afrique, poussé toûjours par un bon vent, d’abord il fut surpris d’une bonasse, & que le vent ayant ensuite changé, sa navigation fut troublée, & ses navires dispersés d’un & d’autre côté ; & qu’avec ses navires armés d’éperons, il eut bien de la peine à force de rame, à se défendre contre les flots & la tempête. Il appelle ici vaisseaux armés d’éperons, les mêmes vaisseaux qu’il avoit auparavant appellés vaisseaux longs. Il dit ailleurs qu’il y avoit des vaisseaux ouverts, c’est-à-dire sans ponts, & qui avoient des éperons ; d’où il s’ensuit que la différence des aphractes & des cataphractes consistoit seulement en ce que ces derniers avoient un pont, & que les premiers n’en avoient point ; car pour le rostrum & le couvert, il paroît que les aphractes les avoient quelquefois ainsi que les cataphractes.