L’Encyclopédie/1re édition/AROMATES

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 1p. 700).
◄  AROER
AROMATIQUE  ►

* AROMATES, s. m. pl. (Hist. nat. & mat. med.) on comprend sous ce nom générique tous les végétaux pourvûs d’une huile & d’un sel acre, qui par leur union forment une substance savoneuse, qui est le principe de l’odeur & du goût acre, stimulant & échauffant, qu’on y découvre. Tels sont le cardamome, le clou de girofle, la canelle, le poivre, le gingembre, le macis, &c. Si dans les cas où la bile a perdu sa force & son énergie, & où les fibres de l’estomac sont relâchées, les aromates sont d’un grand secours ; ils sont aussi très-nuisibles dans les dispositions contraires, par l’impétuosité de mouvement qu’ils occasionnent dans les humeurs qui sont déjà trop agitées. L’absinthe qui facilite l’écoulement des eaux, en relevant le ton & le ressort des vaisseaux affoiblis, & divisant & incisant les humeurs muqueuses, est un excellent remede dans l’hydropisie : mais dans les fievres inflammatoires, elle feroit certainement beaucoup de mal, en produisant les mêmes effets que dans l’hydropisie.