L’Encyclopédie/1re édition/AUNAGE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 1p. 882).
◄  AUMUSSE
AUNE  ►

AUNAGE, s. m. (Commerce.) mesurage d’une étoffe par aunes. Voyez Aune, duquel aunage est dérivé.

Bon daunage, excédant daunage, bénéfice daunage, sont des mots synonymes qui signifient quelque chose que l’on donne ou que l’on trouve au-delà de la mesure ou de l’aunage ordinaire.

Par le reglement des manufactures de lainages du mois d’Août 1699, art. 44, il est porté que le façonnier ne pourra donner au marchand acheteur d’excédent d’aunage pour la bonne mesure, qu’une aune un quart au plus sur vingt-une aunes. Sous la halle aux toiles à Paris, l’usage est d’auner les toiles le pouce devant l’aune ; ce qui s’appelle pouce & aune ou pouce avant : ce qui produit de bon aunage pour l’acheteur environ une aune demi tiers sur 50 aunes. Outre ce pouce on donne encore une aune sur cinquante aunes pour la bonne mesure ; ce qui sur cinquante aunes fait de bénéfice deux aunes & un demi tiers.

M. Savary remarque qu’il y a des endroits en France, où quoique l’aune soit égale à celle de Paris, les ouvriers & manufacturiers donnent aux acheteurs des excédens d’aunage très-forts, comme à Rouen vingt-quatre aunes pour vingt : mais il ajoûte qu’ils vendent leurs marchandises plus cher à proportion, ou que ces marchandises ne sont pas si bonnes & si parfaites, que dans les manufactures où l’on donne un moindre bénéfice d’aunage. (G)