L’Encyclopédie/1re édition/AVALURE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 1p. 859).
◄  AVALON
AVANAZE  ►

AVALURE, s. f. (Manege & Maréchal.) c’est un bourrelet, ou cercle de corne, qui se forme au sabot d’un cheval quand ce dernier a été blessé, & qu’il vient de la nouvelle corne qui pousse l’ancienne devant elle ; c’est proprement la marque de l’endroit où la nouvelle corne touche l’ancienne.

Les avalures n’arrivent que par accidens & blessures à la corne : lorsque celle-ci a été entamée par une blessure, ou par quelque opération, il se fait une avalure, c’est-à-dire, qu’il croit une nouvelle corne à la place de celle qui a été emportée ; cette nouvelle corne est plus raboteuse, plus grossiere & plus molle que l’ancienne ; elle part communément de la couronne, & descend toûjours chassant la vieille devant elle : lorsqu’on voit une avalure, on peut compter que le pié est altéré. (V)