L’Encyclopédie/1re édition/BARDANE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  BARD

BARDANE, s. f. lappa, (Hist. nat. bot.) genre de plante dont la fleur est à fleurons découpés, portés chacun sur un embryon, & soûtenus par le calice. Ce calice est composé de plusieurs écailles terminées chacune par un crochet, qui attache ordinairement les têtes de cette plante aux vêtemens. Lorsque la fleur est passée, ces embryons deviennent des semences garnies d’aigrettes fort courtes. Tournefort, Inst. rei herb. Voyez Plante. (I)

* Bardane (la), personata lappa major, (Mat. med.) a la feuille amere ; le papier bleu n’en est pas teint. Son pédicule est douçâtre ; sa racine a d’abord le même goût : mais ensuite on y découvre celui d’artichaut. Elle rougit un peu le papier bleu ; ce qui fait conjecturer que le sel ammoniac y est un peu plus développé que dans la feuille. On tire de cette plante par l’analyse, du sel volatil concret ; & l’on peut penser que son sel approche de l’ammoniac, & qu’il est nittreux ; puisqu’il y a détonation quand on brûle la feuille.

La bardane est diurétique, sudorifique, pectorale, hystérique, vulnéraire, fébrifuge. Sa racine & sa feuille sont salutaires dans la pleurésie. On en fait prendre l’eau à grands verres, après avoir fait prendre les germes d’une douzaine d’œufs frais, délayés dans un demi-verre de la même eau. Sa décoction purifie le sang, & soulage ceux qui ont des maux vénériens. Il faut la préférer dans la petite vérole, à la tisane de scorzonere.

Les Auteurs lui attribuent beaucoup d’autres propriétés. Voyez l’histoire des Plantes des env. de Paris.