L’Encyclopédie/1re édition/BAUGE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 2p. 163).
◄  BAVEY
BAUGÉ  ►

* BAUGE, s. f. (Commerce.) espece de droguet d’une demi-aune de large au sortir du foulon, qui se fabrique en Bourgogne, sur des rats ou peignes de trois quarts, avec de la laine grossiere, & du fil filé gros.

* Bauge, s. f. (Œconomie rustique.) c’est de la terre franche mêlée avec de la paille & du foin hachés. On pétrit ce mêlange, on le corroie, & l’on s’en sert où le plâtre & la pierre sont rares. Les murs sont ou de bauge, ou de cailloux liés de bauge. Ces derniers ne s’en appellent pas moins murs de bauge. La plûpart des chaumieres ne sont pas construites d’autre chose. Quand la bauge est soûtenue par de la charpente, comme dans les granges, les étables & d’autres bâtimens, cela s’appelle torchis ; parce que cette charpente n’étant pour l’ordinaire qu’un assemblage de perches & de pieux lattés, pour remplir & consolider cette espece de grillage, on se sert de bâtons fourchus & de branches d’arbres qu’on enduit de bauge, & qui ressemblent assez alors à une torche ; on insere ces torches dans les entailles & ouvertures de la charpente : quand le mur est plein, on le crépit du haut en bas avec de la bauge pure & bien corroyée ; on l’unit avec la truelle, & l’on blanchit le tout, si l’on veut, avec du lait de chaux ; ce cloisonnage est de peu de dépense, & il est d’autant plus solide que les palissons ou palats, c’est ainsi qu’on appelle les bâtons ou rameaux qu’on enduit de bauge, sont plus courts, & par conséquent les perches & pieux qui forment la charpente plus serrés : il ne faut point employer de bois verd dans cette maniere de bâtir ; car il se déjette, & donne lieu à des crevasses & à la chûte des murs. Que les palissons ou palats soient de chênes ; que la terre soit bien délayée, & qu’elle soit en une pâte ni molle ni dure : voila les conditions principales à observer dans la maniere de faire & d’employer la bauge.

* Bauge s. f. (Chasse.) c’est le lieu où la bête noire, comme le sanglier, se couche tout le jour : c’est ordinairement un endroit bourbeux & touffu de la forêt.