L’Encyclopédie/1re édition/BDELLIUM

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  BAZZO
BEALT  ►

BDELLIUM, (mat. Med.) gomme aromatique apportée du levant, & d’usage en Medecine. On croit que ce mot est formé de l’Hébreu bedollach, que les traducteurs ont rendu par bdellium. On écrit aussi bedellium, bedella, ptellium, petalium, megalium, & telinum.

Ce nom se trouve dans les anciens Naturalistes & dans l’Ecriture : mais y est-il pris dans le même sens que dans nos langues ? cela est fort douteux. Moyse dit que la manne est de la couleur du bdellium ; & Josephe expliquant ce passage, prétend que c’est la gomme d’un arbre semblable à l’olivier, & que la manne dont furent nourris les Juifs dans le desert lui ressembloit. Mais Scaliger & d’autres auteurs rejettent cette conjecture, & avoüent qu’ils ignorent ce que c’est que le bdellium dont il est fait mention dans l’Ecriture. (N)

* Dioscoride en distingue de trois sortes ; l’un en larmes, transparent, semblable à la colle de taureau, gras en-dedans, facile à fondre, sans bois & sans ordure, amer au goût, odorant quand on le brûle, de la couleur de l’ongle, & produit par un arbre du pays des Sarrasins : l’autre en masses grasses, noires, sordides, de la couleur de l’aspalathe, & apporté des Indes : le troisieme, sec, résineux, livide, & tiré de la ville de Petra. Galien reconnoît deux bdellium ; l’Arabique, & le Scythique. Pline dit qu’il y a dans la Bactriane un arbre noir, de la grandeur de l’olivier, avec la feuille du chêne, & la forme & le fruit du figuier sauvage, appellé bdellium, & donnant une gomme transparente semblable à la cire, odorante, grasse au toucher, amere au goût, mais sans acreté : il ajoûte qu’il y avoit aussi de cette gomme dans l’Arabie, aux Indes, dans la Médie, & à Babylone.

Si l’histoire du bdellium est très-obscure dans les anciens, elle n’est pas plus claire dans les modernes : il y en a qui le confondent avec la myrrhe, d’autres avec la gomme animé ; il y en a même qui font signifier au mot bdellium, escarboucle, ou crystal.

G. Bauhin en compte six especes différentes. Dale le décrit ou comme une substance gemmeuse & résineuse, grasse, ténace, gluante, noirâtre, & ressemblant à la myrrhe, dont elle imite la couleur & le goût, & il fait venir ce bdellium de l’Arabie, de la Medie & des Indes : ou comme une substance résineuse, un peu dure, noirâtre, friable, en gouttes durcies, de la même odeur & du même goût que la précédente ; & il le fait venir de Ganea. Pomet prétend qu’on a dans les boutiques sous le nom de bdellium des résines d’especes différentes : mais M. Geoffroi dit que le bdellium des boutiques est la même chose que la premiere espece de Dale, & qu’il n’y a rien de certain sur l’arbre qui le porte.