L’Encyclopédie/1re édition/BEHEN

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  BEHEMOTH
BEHER  ►

BEHEN, (en Pharmacie.) racine médicinale, en grande estime, sur-tout chez les Arabes, à cause de ses vertus cardiaques, aromatiques, & aléxitériales.

Il y a deux especes de behen ; savoir, le behen album ou blanc, qui est insipide, faisant peu d’impression sur la langue, ou celle d’une petite amertume seulement qu’il laisse après lui. Les botanistes modernes prétendent que c’est la même chose que notre lychnis terrestris ; d’autres veulent que ce soit proprement le papaver spumeum. Le behen rouge, behen rubrum, a des fibres, est brun par-dehors & rouge en-dedans : on présume qu’il n’est point différent de notre lemonium maritimum majus, ou lavande marine. L’un & l’autre viennent du Levant ; ils ont les mêmes vertus : on les substitue réciproquement ; il faut les choisir secs, & d’un goût aromatique astringent. (N)

* Le behen blanc est la racine d’une plante qui s’appelle jacea orientalis, patula, carthami facie, flore luteo magno ; elle est longue, noüeuse, sans chevelure ; elle s’étend de côté & d’autre comme la réglisse, à laquelle elle ressemble par sa figure & par sa grosseur, mais elle est plûtôt blanche que jaune. De la racine s’éleve une tige unique, de la hauteur d’une coudée, à la partie inférieure de laquelle naissent de grandes feuilles, longues, épaisses, semblables à celles de la patience, soûtenues par de longues queues. Les feuilles ont vers leur base quatre découpures, deux de chaque côté : mais les feuilles qui naissent de la partie supérieure de la tige l’embrassent sans queue, comme dans la perce-feuille ordinaire & le mouron de Crete. Le sommet de cette tige se partage en plusieurs rameaux garnis de petites feuilles, qui portent chacun une fleur composée de plusieurs fleurons, profondément découpés, jaunes, posés sur un embryon, & renfermés dans un calice écailleux, sans épines, jaune. Cet embryon se change dans la suite en une semence en aigrette.

On ne sait rien sur l’origine du behen rouge ; au sentiment des Arabes, l’un & l’autre fortifie, engraisse, forme la semence, est utile dans le tremblement, produit encore d’autres effets salutaires.