L’Encyclopédie/1re édition/BLATIER

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 2p. 279).
BLATRER  ►

* BLATIER, s. m. (Commcrce & Police.) marchand qui achete le blé sur les greniers des campagnes, pour le revendre dans les marchés des villes. Ce mot vient du vieux terme Latin bladus, fruit ou semence. Il y avoit une communauté de blatiers à Paris du tems de S. Loüis, & ce prince leur donna des statuts. Il y a plus de trois siecles que ceux de cette ancienne communauté sont réduits à vendre à petite mesure, & ont été nommés regratiers ou grainiers ; ceux qui font ce grand commerce se nomment marchands de grains. Le nom de blatiers n’est donc resté qu’à une cinquantaine de petits marchands forains, qui vont avec des chevaux ou des ânes chercher le blé dans les campagnes, & qui l’amenent à somme dans les marchés des grandes villes.

Ce commerce a son avantage & son inconvénient pour le public. Les blatiers facilitent la vente des grains à ceux qui n’en ont qu’une petite quantité : mais aussi ce grain, qu’ils achetent & sur lequel ils gagnent, revient plus cher entre les mains de celui qui doit le consommer. Il est de la bonne police d’avoir l’œil sur ces petits commerçans, & de les empêcher de mêler les grains, de les falsifier, & de les faire renfler, ce qu’ils appellent blatrer.