L’Encyclopédie/1re édition/BOSSAGE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 2p. 338).
◄  BOSRA
BOSSE  ►

BOSSAGE, s. m. se dit en général de toute éminence laissée à une surface plane de pierre ou de bois, ou autre matiere propre au bâtiment.

Bossage, en Architecture, se dit de la saillie brute & non taillée qu’on laisse dans les bâtimens à des pierres que l’on se propose de réparer au ciseau, pour y former des ornemens, des armes, des feuillages, &c.

Joindre des pierres en bossage, c’est les laisser saillir au-delà des endroits où sont les joints, comme on le remarque au tambour des colonnes de plusieurs pieces : c’est un moyen de conserver les arrêtes de leurs joints de lit, que les cordages pourroient émousser, & d’en faciliter la pose.

On donne encore le nom de bossages ou de pierres de refend, à celles qui semblent excéder le nud du mur, quand les joints de lit en sont marqués par des enfoncemens ou canaux quarrés.

Le bossage rustique est arrondi, & ses paremens paroissent ou brutes ou pointillés également : l’arrondi a ses arrêtes arrondies ; le bossage à anglet est chanfrené, & joint à un autre de pareille maniere avec lequel il forme un angle droit : celui à pointe de diamant a le parement à quatre glacis, terminés en un point quand il est quarré, & en arrête quand il est barlong : celui qui est en caret a la saillie terminée par un caret entré deux filets, &c. (P)

Bossages, (Charpent.) ce sont des masses de bois qu’on laisse aux pieces qu’on allégit aux endroits des mortoises, pour qu’elles soient plus fortes. Voy. les arbres des grues, Pl. du Charpentier.

On donne encore en Charpente le nom de bossage, à l’arc ou au cintre que forment les bois courbes. Le bossage se toise.