L’Encyclopédie/1re édition/BURE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 2p. 465).
◄  BURDUGNO
BUREAU  ►

BURE, s. f. (Commerce) grosse étoffe de laine, à poil long, croisée, qui se fabrique sur un métier à deux marches, avec la navette ; elle a une aune de large. On fait souvent entrer dans le filage des laines, dont on la fabrique, une portion de bonne tontisse.

Bures, s. f. ou m. (Métallurgie) c’est ainsi qu’on appelle les puits profonds que l’on pratique dans une mine. On en fait deux ordinairement à la fois, l’un pour l’établissement des pompes à épuisement ; l’autre pour remonter les matieres & donner de l’air. On appelle ces derniers bures d’airage. Les bures à épuisement se pratiquent plus profondes, afin de donner lieu à l’écoulement facile des eaux. Voyez l’article Calamine. Quand on ne fait qu’une bure, elle doit être assez grande, pour que les eaux puissent être pompées d’un côté, & les matieres remontées de l’autre.