L’Encyclopédie/1re édition/BURGGRAVE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  BURGEL

BURGGRAVE, s. m. (Hist. mod.) ce mot est composé de deux mots Allemands, burg, ville, forteresse, château, & de graff ou grave qui signifie comte. On appelloit ainsi autrefois en Allemagne des officiers, à qui les Empereurs avoient confié la défense d’une ville ou d’un château ; ces Burgraves n’étoient pas toûjours sur le même pié, il y en avoit qui remplissoient certaines fonctions de magistrature ; d’autres rendoient la justice en matiere criminelle : d’autres enfin se mêloient aussi du civil au nom de l’empereur ou de ceux qui les avoient établis. Par la suite l’office de burggrave est devenu héréditaire, & même ceux qui en étoient revêtus se sont rendus pour la plûpart souverains des villes dont ils n’étoient auparavant que les gardiens. Aujourd’hui ceux qui portent ce titre dans l’Empire, reçoivent de l’empereur l’investiture féodale des villes ou châteaux dont ils sont burggraves. Il y en a aujourd’hui quatre en Allemagne qui ont le titre de princes de l’Empire, savoir les burggraves de Magdebourg, de Nuremberg, de Stromberg, & de Reineck. La maison de Brandebourg descend des anciens burggraves de Nuremberg, & en porte encore le titre. Elle prétend en cette qualité avoir des droits sur cette ville, que le magistrat lui conteste. La ville de Nimegue dans la Gueldre Hollandoise a aussi un burggrave. (—)