L’Encyclopédie/1re édition/CADRATURE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 2p. 525-526).

CADRATURE, s. f. signifie en général, parmi les Horlogers, l’ouvrage contenu dans l’espace qui est entre le cadran & la platine d’une montre ou d’un pendule, &c. Planches VI. VII. & XI. de l’Horlog. mais il signifie plus particulierement cette partie de la répétition, laquelle, dans une montre ou un pendule qui répete, est contenue dans cet espace.

Dans les montres simples, la cadrature est composée de la chaussée, de la roue de minutes, & de la roue de cadran. Ces deux roues servent à faire tourner l’aiguille des heures, portée sur la roue de cadran pour cet effet ; la chaussée tournant en une heure a 12 dents, & elle engrene la roue de minutes de 36 ; celle-ci porte un pignon de 10, qui engrene dans la roue de cadran de 40 ; par ce moyen un tour de la chaussée fait faire à la roue de cadran de tour, ou plûtôt 12 tours de la chaussée, où 12 heures équivalent à un tour de la roue de cadran ; & ainsi l’aiguille portée par cette roue marquera les heures. Dans toutes les montres simples, à répétition, ou autres, il y a toûjours ces trois roues qui servent à faire tourner l’aiguille des heures. Dans les pendules, il y a de même toûjours une cadrature pour faire tourner les aiguilles, & elle est disposée selon les mêmes principes.

Dans les montres ou pendules à répétition, la cadrature, comme nous l’avons dit plus haut, outre les roues dont nous venons de parler, contient encore une partie des pieces de la répétition, l’autre étant contenue dans la cage. Ces pieces sont la crémaillere, le tout ou rien, la piece des quarts, le doigt, l’étoile, & le limaçon des heures ; le valet, le limaçon des quarts, & la surprise ; la sourdine, les deux poulies, les ressorts des marteaux, les levées, & tous les ressorts qui servent au jeu de ces différentes pieces.

Comme la construction & la disposition de ces pieces, les unes par rapport aux autres, peuvent être très-variées, il est facile d’imaginer qu’on a fait un grand nombre de cadratures très-différentes les unes des autres : mais de toutes ces cadratures il n’y en a guere que trois ou quatre qu’on employe ordinairement : telles sont les cadratures à l’Angloise, à la Stagden, à la Françoise, & celle de M. Julien le Roy. Voyez là-dessus l’article Répétition. Voyez aussi les fig. 31. 34. 35.

La perfection d’une cadrature consiste principalement dans la justesse & la sûreté de ses effets ; cette derniere condition est sur-tout essentielle, parce que sans cela il arrive souvent que les machines de la répétition venant à se déranger, elles font arrêter la montre.

Plusieurs horlogers ont fait des tentatives pour placer toutes les parties de la répétition dans la cadrature, mais jusqu’ici elles ont été infructueuses : il est vrai que ce seroit un grand avantage, car la cage ne contenant alors que le mouvement, on pourroit le faire aussi grand & aussi parfait que celui des montres simples.

Nous avons dit dans la définition de cadrature, que c’étoit cette partie de la répétition contenue entre le cadran & la platine : mais quoique cette définition soit vraie en général, il semble que les horlogers entendent plus particulierement par cadrature, l’assemblage des pieces dont nous avons parlé plus haut, soit que ces pieces soient situées entre le cadran & la platine, soit qu’elles le soient ailleurs. C’est ainsi que dans une pendule à répétition que M. Julien le Roy a imaginée, & dans laquelle ces mêmes pieces sont situées sur la platine de derriere, elles ont toûjours conservé le nom de cadrature. Voyez Pendule à répétition (T)