L’Encyclopédie/1re édition/CAILLELAIT

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
CAILLER  ►

CAILLELAIT, s. m. gallium, (Hist. nat. bot.) genre de plante dont la fleur est faite en forme de cloche, ouverte & découpée. Le calice devient dans la suite un fruit composé de deux semences seches, dont la figure ressemble pour l’ordinaire à celle d’un croissant. Ajoûtez aux caracteres de ce genre, que les feuilles ne sont ni rudes ni cotoneuses, & qu’il y en a cinq ou six ensemble, & même davantage autour des nœuds des tiges. Tournefort, Inst. rei herb. Voy. Plante. (I)

On a donné ce nom François à la plante appellée gallium luteum, à cause de la propriété que l’on lui a découverte de faire cailler le lait. On se sert du caillelait contre l’épilepsie, en le donnant en poudre le matin à jeun, à la dose d’un gros ; ou bien on fait prendre quatre onces de son suc dans une chopine d’eau commune ; ou enfin on fait bouillir une poignée de cette plante dans une pareille quantité d’eau.

On lui donne aussi la propriété d’arrêter les hémorrhagies, sur-tout celle du nez, en la mettant en poudre, & la prenant comme du tabac.

Nota, que lorsqu’on fait une infusion de gallium luteum ou caillelait, on doit la faire à froid, parce qu’en la mettant dans l’eau bouillante comme le thé, elle perd beaucoup de sa vertu. Il faut donc la mettre infuser le soir pour la prendre le lendemain. (N)