L’Encyclopédie/1re édition/CAMOMILLE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  CAMAENA
CAMONICA  ►

CAMOMILLE, s. f. (Hist. nat. bot.) chamæmelum, genre de plante à fleur ordinairement radiée, dont le disque est un amas de fleurons, & dont la couronne est formée par des demi-fleurons portés sur des embryons, & soûtenus par un calice écailleux. Les embryons deviennent dans la suite des semences attachées à la couche : ajoûtez au caractere de ce genre le port de la plante, & principalement ses feuilles qui sont découpées en petites parties. Tournefort, Inst. rei herb. Voyez Plante. (I)

On l’employe sur les plates-bandes : il ne s’agit que de l’exposer au grand chaud, & que de lui choisir des lieux sablonneux. Elle vient de graine ou de plant en racine, & fleurit en été. (K)

La camomille appellée chamæmelum vulgare, leucanthemum Dioscoridis, C. B. P. 135. chamomilla romana offic. Buxb. est d’usage en Medecine : elle est amere, aromatique, & rougit beaucoup le papier bleu. Elle contient du sel ammoniac chargé de beaucoup d’acide, & enveloppé d’une grande quantité de soufre & de terre. Elle est apéritive, diurétique, adoucissante, fébrifuge.

Les fleurs, dès le tems de Dioscoride, servoient dans les fievres intermittentes. Riviere & Morthon l’employent de même ; & c’est encore à présent le fébrifuge ordinaire des Irlandois & des Ecossois.

L’infusion de ses sommités & de mélilot soulage dans la colique néphrétique & dans la rétention d’urine : elle appaise les grandes tranchées qui surviennent après l’accouchement.

Simon Pauli loue le vin de camomille dans la pleurésie, & les fomentations de la décoction faites en même tems sur le côté.

Elle est bonne en lavemens & en bains : on en fait des cataplasmes, lorsqu’il est question d’adoucir & résoudre, comme dans la sciatique, dans les hémorrhoïdes.

L’huile de camomille faite par l’infusion de la plante, est bonne contre les douleurs de rhûmatisme : on la mêle avec parties égales d’huile de millepertuis & d’esprit-de-vin camphré ; on en fait un liniment sur la partie malade, que l’on couvre d’un linge bien chaud plié en quatre.

La camomille fétide est d’un usage moins étendu. Voyez Maroute.

On trouve dans les boutiques l’eau distillée, simple, & composée de camomille ; l’huile distillée, & l’huile par infusion. (N)