L’Encyclopédie/1re édition/CANTATE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 2p. 621-622).
◄  CANTARO
CANTATILLE  ►

CANTATE, s. f. (Belles-Lettres.) petit poëme fait pour être mis en musique, contenant le récit d’une action galante ou héroïque : il est composé d’un récit qui expose le sujet ; d’un air en rondeau ; d’un second récit, & d’un dernier air contenant le point moral de l’ouvrage.

L’illustre Rousseau est le créateur de ce genre parmi nous. Il a fait les premieres cantates Françoises ; & dans presque toutes, on voit le feu poëtique dont ce génie rare étoit animé : elles ont été mises en musique par les Musiciens les plus célebres de son tems.

Il s’en faut bien que ses autres poëmes lyriques ayent l’agrément de ceux-ci. La Poësie de style n’est pas ce qui leur manque : c’est la partie théatrale, celle du sentiment, & cette coupe rare que peu d’hommes ont connue, qui est le grand talent du théatre lyrique, qu’on ne croit peut-être qu’une simple méchanique, & qui fait seule réussir plus d’opéra que toutes les autres parties. Voyez Coupe. (B)

La cantate demande une poësie plûtôt noble que véhémente, douce, harmonieuse ; parce qu’elle doit être jointe avec la musique, qui ne s’accommode pas de toutes sortes de paroles. L’enthousiasme de l’ode ne convient pas à la cantate : elle admet encore moins le desordre ; parce que l’allégorie qui fait le fonds de la cantate, doit être soûtenue avec sagesse & exactitude, afin de quadrer avec l’application qu’en veut faire le poëte. Princ. pour la lect. des Poët. tom. I. (G)

On appelle aussi cantate, la piece de Musique vocale accompagnée d’instrumens, composée sur le petit poëme de même nom dont nous venons de parler, & variée de deux ou trois récitatifs, & d’autant d’ariettes.

Le goût de la cantate aussi-bien que le mot, nous est venu d’Italie. Plusieurs bons auteurs, les Berniers, les Campras, les Monteclairs, les Batistins, en ont composé à l’envi : mais personne en cette partie n’a égalé le fameux Clerambault, dont les cantates doivent par leur excellent goût être consacrées à l’immortalité.

Les cantates sont tout-à-fait passées de modes en Italie, & elles suivent en France le même chemin. On leur a substitué les cantatilles. (S)