L’Encyclopédie/1re édition/CAPITAINERIE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Texte établi par D’Alembert, Diderot (Tome 2p. 630-631).
◄  CAPITAINE
CAPITAL  ►

* CAPITAINERIE, s. m. nom de dignité qui n’a plus guere lieu, que par rapport au commandement des gardes-côtes & de chasses, & à l’entretien des forêts & de tout ce qui concerne les chasses. La capitainerie se dit d’un certain canton sur l’étendue duquel le capitaine des chasses accorde ou refuse la permission de chasser, & veille à ce qu’il soit bien fourni de gibier. Les capitaineries sont assez ordinairement des annexes de maisons royales.

Capitainerie Garde-côte, (Marine) on donne ce nom à une étendue de pays le long des côtes de la mer, qui renferme un certain nombre de paroisses, qui sont sujettes à la garde des côtes.

Chaque capitainerie est commandée par un capitaine général, un major général, & un lieutenant général, qui en forment l’état major.

Ces capitaineries sont composées chacune plus ou moins du nombre des paroisses qui fournissent les soldats de milice, garde-côtes, depuis l’âge de 18 ans jusqu’à 60 ans.

Il y a des capitaineries garde-côtes, qui sont formées en bataillons, dont chaque compagnie est de quarante hommes ; & en compagnies de cavalerie de soixante & dix maîtres chacune, bien montés & bien équipés, à la tête desquelles sont des capitaines commandans, des majors, des aides-majors, des lieutenans, & des enseignes par commission du roi.

Il y a deux sortes de service dans la garde-côte. Le service militaire, pour s’opposer aux descentes ; & le service d’observation dans les paroisses, pour y veiller journellement.

Les capitaines généraux, majors & lieutenans de chaque capitainerie garde-côte des provinces du royaume, joüissent de l’exemption du droit de tutelle & curatelle ; les soldats & cavaliers des milices gardes-côtes, sont dispensés de tirer pour la milice ordinaire chacun dans leur paroisse, qui en sont exemptes par ordre du Roi. Les paroisses soûmises à la garde-côte, sont celles qui se trouvent sur les côtes & jusqu’à deux lieues du bord de la mer.

Les côtes de France tant sur l’Océan que sur la Méditerranée, sont divisées en 112 capitaineries garde-côtes, qui composent environ deux cents mille hommes à pié & à cheval. (Z)