L’Encyclopédie/1re édition/CEDILLE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  CEDER
CEDMONEEN  ►

CEDILLE, s. f. terme de Grammaire ; la cedille est une espece de petit c, que l’on met sous le C, lorsque par la raison de l’étymologie on conserve le c devant un a, un o, ou un u, & que cependant le c ne doit point prendre alors la prononciation dure, qu’il a coûtume d’avoir devant ces trois lettres a, o, u ; ainsi de glace, glacer, on écrit glaçant, glaçon ; de menace, menaçant ; de France, François ; de recevoir, reçû, &c. En ces occasions, la cedille marque que le c doit avoir la même prononciation douce qu’il a dans le mot primitif. Par cette pratique le dérivé ne perd point la lettre caractéristique, & conserve ainsi la marque de son origine.

Au reste, ce terme cedille vient de l’Espagnol cedilla, qui signifie petit c ; car les Espagnols ont aussi, comme nous, le c sans cedille, qui alors a un son dur devant les trois lettres a, o, u ; & quand ils veulent donner le son doux au c qui précede l’une de ces trois lettres, ils y souscrivent la cedille, c’est ce qu’ils appellent c con cedilla, c’est-à-dire c avec cedille.

Au reste, ce caractere pourroit bien venir du sigma des Grecs figuré ainsi ς, comme nous l’avons remarqué à la lettre c ; car le c avec cedille se prononce comme l’s au commencement des mots sage, second, si, sobre, sucre (F)

* Le c avec cedille s’appelle, soit en Fonderie de caracteres, soit en Imprimerie, c à queue.