L’Encyclopédie/1re édition/CHANTEPLEURE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  CHANTELLE
CHANTER  ►

CHANTEPLEURE, terme d’Architecture, barbacame ou ventouse qu’on fait aux murs de clôture, construits près de quelques eaux courantes, afin que dans leur débordement elles puissent entrer dans le clos & en sortir librement, sans endommager les murs. (P)

* Chantepleure, s. f. (Tonnel.) espece d’entonnoir fabriqué par les tonneliers, & à l’usage des marchands de vin. Voyez cet instrument, Planche du Tonn. fig. 18. Il a la forme d’un petit cuvier échancré à sa circonférence ; cette échancrure sert à emboîter les vaisseaux dont on se sert pour le remplir, afin que ce remplissage se fasse sans répandre de liqueur. Son fond est percé d’un trou auquel on a adapté une douille, ou queue de fer-blanc, plus ou moins longue, mais criblée de petits trous sur toute sa longueur ; on passe cette douille dans la bonde d’un tonneau ; elle descend jusque dans la liqueur, & transmet celle qu’on a versée dans le cuvier, & qu’on veut transvaser dans le tonneau, sans troubler celle qui y est déjà. Pour arrêter les ordures qui passeroient avec la liqueur, on a bouché l’ouverture de la douille qui est au-dedans du cuvier, d’un morceau de fer-blanc percé de trous, & cloué sur le fond du cuvier.

* Chantepleure. (Œcon. rustiq.) On donne ce nom à des canelles aussi simples que de peu de valeur, qu’on adapte à la campagne au-bas des vaisseaux remplis de liqueur, comme les cuves à fouler la vendange, les tonneaux à piquette, les cuviers. à couler la lessive, les barrils qui contiennent l’huile de noix, ceux où l’on met le vinaigre, &c. Ce n’est autre chose que l’assemblage de deux morceaux de bois, dont l’un est percé dans toute sa longueur, & dont l’autre s’insere dans le morceau de bois percé, comme une cheville qui rempliroit exactement le trou. Celui-ci est mobile ; l’ouverture où on le place est en-dehors du vaisseau ; l’autre est en-dedans. On le tire ou l’on le pousse, pour tirer ou arrêter la liqueur.