L’Encyclopédie/1re édition/CHANTIER

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  CHANTIÉES

* CHANTIER s. m. ce mot a plusieurs acceptions, dont quelques-unes n’ont aucun rapport avec les autres.

Les Menuisiers, les Charpentiers, les Constructeurs de vaisseaux, les Marchands de bois, les Constructeurs de trains, les Cordiers, les Tonneliers, &c. ont leurs chantiers.

Chantier, terme de Marine, est l’endroit où l’on construit un vaisseau. On dit un chantier de construction ; mettre un vaisseau sur le chantier ; l’ôter du chantier, &c.

Le chantier proprement dit est l’endroit où l’on pose la quille du vaisseau qu’on veut construire, & les pieces de bois qui la soûtiennent, &c qu’on appelle tins. Voyez Pl. VIII. de Marine, un chantier sur lequel il y a un bâtiment M, & les tins K qui soûtiennent sa quille. Voyez Tins.

Pour bien mettre la quille sur le chantier, il faut que les tins soient placés à six piés les uns des autres, & avoir attention que le milieu de la quille porte bien sur le milieu de chaque tin : il faut prendre garde de tenir la quille plus haute à l’arriere, & que cette hauteur soit convenable pour la facilité la plus grande de lancer le navire à l’eau. Voyez cette position dans la figure citée.

Dans un arsenal, le chantier est dans une forme, bassin, ou chambre. Voyez Plan. VIII. le bassin ou la chambre, & son chantier EFGH. (Z)

Chantier, (Menuis. Charpent. & autres ouvr.) c’est le lieu où ces ouvriers ont disposé leurs planches & autres bois, soit en plein air, soit à l’abri sous des angars, & où ils font une partie de leurs ouvrages.

Chantier, (Marchand de bois) est un espace sur les quais ou autres endroits voisins de la riviere, où l’on met en pile le bois à brûler, & où les particuliers vont s’en pourvoir.

Chantier, (Marchand de vin) ce sont deux pieces de bois sur lesquelles les tonneaux sont élevés dans les caves, à environ un pié de terre, pour que l’humidité n’en attaque pas les cerceaux & les douves.

Chantier, (Constructeur de trains) bûches ou perches auxquelles on a pratiqué des hoches, dans lesquelles passent les roüettes qui lient ensemble un certain nombre d’autres bûches contenues entre elles, qu’on appelle chantiers. Les hoches sont pratiquées sur le bout des chantiers (Voyez Rouettes.), & elles empêchent les roüettes de s’échapper de dessus elles, & les différentes parties du train de se dissoudre. Voyez Train.

Chantier, (Charpent.) les Charpentiers donnent ce nom aux pieces de bois sur lesquelles ils ont placé leurs ouvrages, pour les travailler & les mettre de niveau ; d’où ils ont fait le verbe chantier. Voyez Chantier.

Chantier, (Marchand de blé) pieces de bois sur lesquelles les sacs sont placés sur les ports au blé.

Chantier à commettre, (Corderie.) est un bâti de deux grosses pieces de bois d’un pié & demi d’équarrissage, & de dix piés de long, maçonné en terre ; les deux pieces éloignées l’une de l’autre de six piés, supportent une forte traverse de bois percée de quatre à cinq trous, dans lesquels passent les manivelles. Voyez Manivelles & Corderie.

Ces différentes acceptions de chantier ont donné lieu à une façon de parler commune entre les Artistes ; c’est être sur le chantier, pour dire, se travailler actuellement ; & elle a passé des boutiques, des atteliers, &c. dans la société, où elle s’applique à d’autres ouvrages qui n’ont rien de méchanique.