L’Encyclopédie/1re édition/CHARPENTIER

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

CHARPENTIER, terme de Tabletier Cornelier, Voyez Doler.

* CHARPENTIER, s. m. ouvrier qui a le droit par lui-même de faire ou de faire exécuter tous les ouvrages en gros bois qui entrent dans la construction des édifices, les machines, telles que les grues & autres, &c. en qualité de membre de la communauté des Charpentiers. Il y a deux sortes de maîtres ; les jurés du Roi, & les maîtres simples : les uns ne sont distingués des autres, qu’en ce que les premiers ont cinq ans de réception. L’ancien de ceux-ci est doyen de la communauté ; & c’est toûjours un d’eux qui est syndic. Ils sont aussi chargés, exclusivement aux autres, de la visite des bois travaillés ou non travaillés, & de leurs toises. Les quatre jurés sont pris de leur nombre ; deux entrent en charge, & deux en sortent tous les ans. Leurs réglemens ne sont pas à beaucoup-près aussi étendus qu’on s’y attendroit, l’art de la Charpenterie n’étant pas apparemment porté aussi loin qu’il seroit à souhaiter qu’il le fût. Les expériences sur lesquelles les statuts concernant un art sont toûjours formés, ayant manqué ici ; les statuts se sont réduits à de petites observations relatives aux intérêts de la communauté, entre lesquelles on en trouve à peine une qui ait du rapport au bien public. On distinguoit autrefois les Charpentiers des Menuisiers par les noms de Charpentiers à la grande coignée, qu’on donnoit aux premiers ; & de Charpentiers à la petite coignée, qu’on donnoit aux seconds. Voyez Charpente, & Bois de charpente.

Charpentier, (Marine) on nomme Charpentier de navire ou maitre Charpentier, celui qui travaille à la construction des vaisseaux, soit qu’il conduise l’ouvrage, ou qu’il travaille sous les ordres d’un constructeur.

Il y a dans les ports du Roi des maîtres Charpentiers, des contre-maîtres & des Charpentiers entretenus. Les fonctions de chacun d’eux sont réglées par l’ordonnance de Louis XIV. pour les armées navales & arsenaux de marine, du 15 Avril 1689, liv. XII. tit. jx.

« Les maîtres Charpentiers qui auront la conduite des constructions des vaisseaux & autres bâtimens, seront appellés à tous les devis qui s’en feront, lesquels étant arrêtés dans le conseil des constructions, ils en feront des gabarits, plans & modeles, pour s’y conformer & les faire exécuter.

Ils distribueront les Charpentiers & autres ouvriers au travail, & où ils les jugeront les plus propres ; & soit qu’ils travaillent à la journée du Roi, ou pour l’entrepreneur, ils les choisiront de concert avec le commissaire des constructions, veilleront sur leur travail, les exciteront à n’y apporter aucun retardement, & observeront de n’y employer que le nombre nécessaire.

Ils ménageront avec soin & œconomie tous les bois, en faisant servir utilement ceux qui auront été apportés dans l’arsenal, & faisant employer les premiers reçûs & ceux qui seront le moins en état de se conserver ; ils auront soin que les chevilles & les clous soient de grosseur convenable, & qu’il n’en soit pas employé inutilement.

Un de ces maîtres assistera toûjours à la visite en recette des bois, pour donner son avis sur la bonne ou mauvaise qualité, & pour voir si les pieces seront des échantillons ordonnés & propres pour les constructions & radoubs ; tiendra la main qu’elles soient rangées avec ordre ; que les especes en soient séparées ; que les Charpentiers ne rompent point l’ordre établi, & ne prennent aucune piece qu’il n’en soit averti, afin d’empêcher qu’ils n’en fassent un mauvais usage.

Le maître préposé aux radoubs, assistera aux visites & devis des vaisseaux à radouber, & aura pour l’exécution la même application & fonction que les maîtres préposés aux constructions, n’épargnant rien pour le rétablissement de ce qui se trouvera gâté ; ayant soin que les liaisons soient bien faites, que rien ne soit rompu mal-à-propos, & qu’on ne s’engage pas à des dépenses superflues.

Il aura une très-grande application dans les carenes que les vaisseaux soient bien calfatés, faisant parcourir les coutures & changer les étoupes, les chevilles & les clous, lorsqu’il sera jugé nécessaire : les radoubs & carennes étant finis, il signera le procès-verbal qui en sera fait.

Pour recevoir un maître Charpentier, il faut qu’il ait travaillé dans les ports, & qu’il fasse chef d’œuvre. Il consiste d’ordinaire à dresser une planche de 25 pieds de long, sans la présenter ; & la poser & la coudre ; à calfater une couture neuve, & à faire un gouvernail dont la ferrure soit de cinq gonds & rotes, ou un cabestan à cinq trous ». (Z)

Charpentier, s. m. (Hist. nat.) herbe à charpentier, plante naturelle aux isles Antilles ; elle pousse plusieurs branches qui s’étendent & rampent sur la terre à-peu-près comme le chiendent. Ses feuilles sont pointues, flexibles d’une forme approchante de celle d’un fer de pique, d’un verd foncé & d’une odeur agréable quoiqu’un peu forte.

La plante porte des fleurs en gueule d’une extrème petitesse & d’une couleur de gris de lin pâle, auxquelles succede la semence.

L’herbe à charpentier est vulnéraire, son suc employé seul guérit les blessures très-promptement ; les feuilles séchées & prises en infusion comme du thé, sont souveraines pour les maladies de la poitrine : on fait un grand usage de cette herbe aux Isles Françoises. Article communiqué par M. de Le Romain.