L’Encyclopédie/1re édition/CHAUDE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  CHAUD

* CHAUDE, s. f. c’est l’action de faire chauffer le fer suffisamment pour être forgé, jointe à l’action de forger. Ainsi on dit : ce morceau a été forgé en une, deux, trois chaudes.

Chaude grasse ou suante, se dit de celle où le fer sortant de la forge est bouillonnant & presque en fusion. Lorsque le fer est pailleux, & qu’il s’agit de le souder, on lui donne la premiere chaude grasse ou suante.

Il est donc à propos alors de ne frapper le fer qu’à petits coups ; si on le battoit à grands coups, il s’écarteroit en tout sens en petites portions.

Il y a tel fer qu’il ne faut chauffer qu’à blanc, d’autre à qui il ne faut donner que la couleur de cerise, d’autre qu’il faut chauffer plus rouge, selon que le fer est plus ou moins doux. Les fers doux souffrent moins le feu que les fers communs.

Chaude, en termes de Verrerie, se dit du point de cuisson que l’on donne à la matiere propre à faire des verres. Une telle chaude a produit un millier de verres. Voyez Verrerie.

Chaude-colle, (Jurispr.) quasi chaude colere, c’est-à-dire calore iracundiæ, du premier mouvement de colere, & non de dessein prémédité : cette expression qui est fort ancienne, se trouve employée dans deux articles de la coûtume de Senlis, savoir en l’article 110 : le moyen-justicier connoît de celui qui a donné coups orbes (c’est-à-dire sans effusion de sang ni ouverture de plaie) de chaude-colle, sans toutefois prendre or, argent, ou chose promise, & sans propos délibéré, ne de fait précogité. Voyez aussi l’article 96. de la même coûtume. Bouteiller, dans sa somme rurale liv. II. tit. xxxiij. p. 832. lig. 38. Stylus parlamenti, part. I. cap. xxxj. Les lois de Robert advoué de Bethune, abbé de saint Amand, publiées par Lindanus dans son hist. de Terremonde, liv. III. ch. ij. pag. 145. art. 2. Lauriere, glossaire, au mot chaude-colle (A)

Chaude-mêlée, est la même chose que chaude-colle. Voyez Chaude-colle. (A)

Chaude-suite, (Jurispr.) poursuite d’un accusé. Coûtume de la Marche, art. 12. Voyez Chaude-chasse. (A)

Chaude-chasse, (Jurisprud.) signifie poursuite de prisonnier. Coûtume de la Marche, art. 12. Bouteiller, som. rur. liv. II. tit. xxxiij. pag. 831. (A)