L’Encyclopédie/1re édition/CHAUVE-SOURIS

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  CHAUTAGNE
CHAUVIGNY  ►

CHAUVE-SOURIS, s. f. vespertilio, (Hist. nat.) animal quadrupede, que la plûpart des auteurs ont pris pour un oiseau sans aucun fondement, puisque la chauve-souris est vivipare, & qu’elle n’a ni bec ni plumes. Il est vrai qu’elle vole au moyen d’une membrane qui lui tient lieu d’ailes : mais s’il suffisoit de voler pour être oiseau, l’écureuil volant seroit aussi un oiseau ; cependant personne n’a été tenté de le prendre pour tel, & je croi qu’aujourd’hui on ne doute plus que la chauve-souris ne soit un animal quadrupede.

Il y a plusieurs especes de chauve-souris qui sont différentes les unes des autres, principalement pour la grandeur. Celles de ces pays-ci ressemblent beaucoup à une souris pour la forme & pour la grosseur du corps : c’est pourquoi on les a appellées rattespennades, c’est-à-dire rattes qui ont des ailes. Il y a des chauve-souris en Amérique, qui sont si grosses, que Seba leur a donné les noms de chien & de chat volant, tom. I. pag. 89. & 91. Clusius en a décrit une dont le corps avoit plus d’un pié de longueur & plus d’un pié de circonférence : chaque aile avoit vingt-un pouces de longueur & neuf pouces de largeur. Il y a des chauve-souris de plusieurs couleurs, de fauves, de noires, de blanchâtres, & de cendrées. Il y en a qui ressemblent au chien par le museau, & d’autres au chat ; d’autres ont les narines assez semblables à celles d’un veau ; d’autres ont le né pointu ; d’autres ont la levre supérieure fendue, &c. Il y en a qui ont vingt-quatre dents, douze à chaque mâchoire ; Bellon en a observé qui en avoient trente-quatre, seize en haut & dix-huit en bas. Il se trouve des especes de chauve-souris qui n’ont que deux oreilles ; d’autres en ont quatre, dont celles de dessus sont quatre fois aussi grandes que celles de dessous, & sont aussi élevées à proportion du corps que celles des ânes. La membrane qui forme les ailes commence de chaque côté aux pattes de devant, tient aux pattes de derriere, & environne tout le corps en arriere : il n’y a dans chaque pié de devant qu’un seul ongle crochu, par le moyen duquel l’animal se cramponne contre les murs. Chaque pié de derriere a cinq doigts, & chaque doigt a un ongle crochu. Il y a des chauve-souris qui n’ont point de queue ; d’autres en ont une qui ne s’étend pas au-delà de la membrane qui est par-derriere, telles sont celles de ce pays-ci ; d’autres enfin ont la queue apparente comme les rats. Bellon en a vû de cette espece dans la grande pyramide d’Egypte.

Les chauve-souris habitent dans des lieux obscurs & soûterreins, des cavernes, des trous, &c. où elles restent cachées pendant le jour & pendant tout l’hyver : elles en sortent lorsque la saison est bonne, au point du jour & à l’entrée de la nuit ; elles cherchent des mouches, des cousins, & d’autres insectes dont elles se nourrissent ; elles aiment beaucoup le lard, le suif, & toutes les graisses. On dit que les grosses chauve-souris de l’Amérique enlevent des poules, tuent des chiens & des chats ; qu’elles attaquent les hommes en se jettant au visage, & qu’elles emportent quelquefois le nez ou l’oreille ; enfin on prétend qu’il y en a qui sont assez fortes & assez féroces pour tuer des hommes.

Il n’y a que deux mammelles dans les chauve-souris : elles font ordinairement deux petits à la fois, & quelquefois il ne s’en trouve qu’un seul ; dès qu’ils sont nés, ils s’attachent aux mammelles de la mere sans les quitter, quoi qu’il arrive : cependant un jour ou deux après qu’elle a mis bas, elle s’en débarrasse & les applique contre les parois de l’endroit où elle se trouve ; c’est ainsi qu’elle se met en liberté d’aller chercher sa nourriture. On prétend que pendant le tems que les petits la retiennent après qu’elle a mis bas, elle se nourrit des membranes qui les enveloppoient dans la matrice. Aldrovande, Ornit. lib. IX. cap. j. Voyez Quadrupede. (I)