L’Encyclopédie/1re édition/CHEVRONS

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  CHEVREUSE
CHEVRONNÉ  ►

CHEVRONS, s. m. (Architect. & Charp.) pieces de bois qui s’élevent par paires sur le toit, se rencontrent au sommet, & forment le faîte. Voy. Faîte.

Les chevrons ne doivent pas laisser entr’eux plus de douze pouces. Et il a été ordonné par le parlement d’Angleterre pour les principaux, qu’ils auroient depuis douze piés six pouces jusqu’à quatorze piés six pouces de longueur, cinq pouces de largeur en-haut, & huit en-bas, & six pouces d’épaisseur ; depuis quatorze piés six pouces jusqu’à dix-huit piés six pouces de long, neuf pouces de large en-bas, & sept en-haut, & sept pouces d’épaisseur ; depuis dix-huit piés six pouces de long jusqu’à vingt-un piés six pouces, dix pouces de largeur au-bas, huit par en-haut, & huit d’épaisseur.

Et pour les simples de six piés six pouces de long, qu’ils auroient quatre piés trois pouces en quarré ; de huit piés de long, quatre pouces & demi & trois pouces un quart quarrés. Chambers.

Chevron de cheron, (Charp.) pieces de bois qui sont placées d’un bout sur les plates-formes, qui vont jusqu’au faîtage du comble, & sur lesquelles les couvreurs attachent leurs lattes pour la tuile & l’ardoise. Voyez Pl. XXIV. du Charp. fig. 17.

Chevron de croupe, (Charp.) est celui qui va depuis le haut du poinçon jusque sur la plate-forme qui est sur le mur. Voyez Pl. du Charpentier, fig. 17. n°. 24.

Chevrons de Gason, (Jard.) ce sont des bandes de gason posées dans le milieu des allées en pente, pour arrêter les eaux des ravines, & les rejetter sur les côtés. Il y en a de posés de travers en ligne droite, d’autres en forme de zig-zag. (K)

Chevron, (Comm.) sorte de laine noire, rousse, ou blanche, qui vient du Levant. La noire se tire de Perse ; la blanche ou rousse de Sarabie. On donne le nom de chevron à de la vigogne, qui n’a de particulier que la maniere de l’apprêter. Voyez les dict. du Comm. & de Trév.

* Chevron, maniguette, menue guildre ou gildre, termes qui sont synonymes, & désignent parmi les pêcheurs toutes sortes de petits poissons, ou le frai en général. Les déclarations du roi en ont défendu la pêche qui se faisoit avec deux sortes d’instrumens. Le premier est une espece de verveux roulant, composé d’un demi-cercle arrêté par une traverse, & garni d’un sac de grosse toile ou de sarpilliere, formé en pointe, de la longueur de deux brasses ou environ. Le manche de cet instrument qui est fourchu, est arrêté aux deux côtés du cercle. Les pêcheurs qui s’en servent le tirent derriere eux, au rebours de ceux qui se servent du bouteux ou bout-de-quievre, qui se pousse en-devant. Le chevron se traîne à un pié d’eau au plus sur les vases & les bas-fonds. L’autre instrument avec lequel on faisoit la même pêche, est la basele, espece de guideau. Voyez Guideau.

Chevron, terme de Blason ; l’une des pieces les plus honorables de l’écu, composée de deux bandes plates, assemblées en-haut par la tête, & s’ouvrant en-bas en forme de compas à demi-ouvert. Le chevron est abaissé, lorsque sa pointe n’approche pas du bord du chef de l’écu, & va seulement jusqu’à l’abysme ou aux environs, voy. Abysme ; alaisé, lorsqu’il ne parvient pas jusqu’aux extrémités de l’écu ; appointés, lorsqu’il y en a deux qui portent leurs pointes au cœur de l’écu, & qu’ils sont opposés l’un à l’autre, ensorte que l’un est renversé & l’autre droit ; brisé ou éclaté, quand la pointe d’en-haut est fendue, ensorte que les pieces ne se touchent que par un de leurs angles ; coupé, quand sa pointe est coupée ; ondé, lorsque ses pointes vont en ondes ; parti, lorsque l’émail de ses branches est différent, & que la couleur est opposée au métal ; ployé, quand ses branches sont courbes ; renversé, quand sa pointe est vers celle de l’écu, & ses branches vers le chef ; rompu, quand une de ses branches est séparée en deux pieces. Voy. le Dictionn. de Trévoux. (V)