L’Encyclopédie/1re édition/CIMIER

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  CIMETIERE

CIMIER, s. m. (Art. Hérald.) la partie la plus élevée dans les ornemens de l’écu, & qui est au-dessus du casque à sa cime.

Le cimier est l’ornement du timbre, comme le timbre est celui de l’écu. L’usage en est de l’antiquité la plus reculée, & l’on sait d’ailleurs que les cimiers ont servi de fondement à plusieurs fables de la Mythologie. Geryon passa pour avoir trois têtes, parce qu’il portoit un triple cimier, dit Suidas. Hérodote en attribue l’invention aux Cariens. Diodore de Sicile, parlant des Egyptiens, dit que leur roi portoit pour cimier des têtes de lion, de taureau, ou de dragon. Plutarque a décrit le cimier de Pyrrhus, dans l’éloge qu’il a fait de ce prince. Enfin Homere, Virgile, le Tasse, & l’Arioste, ont fait dans leurs poemes la description de plusieurs cimiers.

C’étoit autrefois en Europe une plus grande marque de noblesse que l’armoirie ; parce qu’on le portoit aux tournois, où on ne pouvoit être admis sans avoir fait preuve de noblesse. Le gentilhomme qui avoit assisté deux fois au tournois solennel, étoit suffisamment blasonné & publié, c’est-à-dire reconnu pour noble, & il portoit deux trompes en cimier sur son casque de tournois : de-là vient tant de cimiers à deux cornets, que plusieurs auteurs ont pris mal-à-propos pour des trompes d’éléphant.

Le cimier de plumes a été assez universellement reçu de tous les peuples. On ne s’en sert plus dans les armées, & nous n’avons vû que M. le marechal de Saxe qui en ait renouvellé l’usage dans la derniere guerre, mais seulement pour les dragons volontaires de son nom, qui portoient sur le sommet de leurs casques des aigrettes de crin de cheval, flottantes au gré des vents. Le cimier n’est aujourd’hui qu’un ornement de blason de quelques particuliers. Le lecteur trouvera dans le P. Menestrier, homme consommé dans l’art Héraldique, tous les détails possibles sur ce sujet. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Cimier, (Boucherie.) c’est ainsi qu’on appelle une portion de la cuisse de bœuf. Cette portion se divise en plusieurs tranches ; & chaque tranche contient trois morceaux, dont le premier s’appelle la piece ronde, le second la semelle, & le troisieme le tendre. On donne le nom de culotte au cimier, à le prendre depuis les tranches jusqu’à la queue.

Cimier, (Vénerie.) c’est la croupe du cerf, du daim, & du chevreuil, qui dans la curée se donne au maître de l’équipage.