L’Encyclopédie/1re édition/CIRCONSPECTION, RETENUE, CONSIDÉRATION

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

CIRCONSPECTION, RETENUE, CONSIDÉRATION, ÉGARDS, MÉNAGEMENS. (Gramm. synon.) Une attention réfléchie & mesurée sur la façon de parler, d’agir, & de se conduire dans le commerce du monde par rapport aux autres, pour y contribuer à leur satisfaction plûtôt qu’à la sienne, est l’idée générale que ces cinq mots présentent d’abord, suivant la remarque de l’abbé Girard. Il me paroît que voici les différences qu’on y peut mettre.

La circonspection est principalement dans le discours : la retenue est dans les paroles comme dans les actions, & a pour défaut opposé l’impudence : la considération, les égards, & les ménagemens sont pour les personnes, avec cette différence, que la considération & les égards sont plus pour l’état, la situation & la qualité des gens que l’on fréquente, & que les ménagemens regardent plus particulierement leurs inclinations & leur humeur.

La considération semble encore indiquer quelque chose de plus fort que les égards ; elle marque mieux le cas qu’on fait des personnes que l’on voit, l’estime qu’on leur porte en réalité, ou seulement en apparence, ou un devoir qu’on leur rend. Les égards tiennent davantage aux regles de la bienséance & de la politesse.

Toutes ces qualités, circonspection, retenue, considération, égards, ménagemens, sont uniquement les fruits de l’éducation, & l’on peut les posséder éminemment sans être plus vertueux ; mais comme on ne recherche guere dans la société que l’écorce, on a mis à ces qualités, bonnes en elles-mêmes, un prix fort supérieur à leur valeur. Les gens du monde n’ont par-dessus les autres hommes qu’ils méprisent, qu’un peu de vernis qui les couvre, & qui cache à la vûe leur médiocrité, leurs défauts, & leurs vices. Art. de M. le Chevalier de Jaucourt.