L’Encyclopédie/1re édition/COMMISSURE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

* COMMISSURE, s. f. terme peu usité, mais qui étant le signe d’une idée très-réelle, mériteroit d’être adopté : c’est la ligne selon laquelle deux corps appliqués sont unis ensemble.

Commissure, (Anatom. & Chirurg.) Ce mot signifie le lieu où s’abouchent certaines parties du corps, comme les levres. Les commissures des levres sont les endroits où elles se joignent ensemble du côté des joues. Les endroits où les ailes de la vulve s’unissent en-haut & en-bas, se nomment aussi commissures. Le lieu où les paupieres se joignent porte encore le même nom. Immédiatement au-dessous de la base du pilier antérieur du cerveau, on apperçoit un gros cordon médullaire très-blanc, court, & posé transversalement d’une hémisphere à l’autre : on l’appelle commissure antérieure du cerveau. Sur quoi je ne puis m’empêcher de remarquer que quand on est contraint d’aggrandir l’ouverture de la fistule lachrymale, ou d’y faire une incision, on doit avoir pour principe de ménager cette commissure des paupieres, parce que sa destruction cause l’éraillement de l’œil, bien plûtôt que la section du muscle orbiculaire, qu’il ne faut pas craindre de couper s’il est nécessaire ; ce que je remarque en passant, contre l’opinion commune.

Le mot commissure est une très-bonne expression, dont la chirurgie moderne a enrichi notre langue : les termes d’articulation & de jointure, s’employent pour l’emboîtement des os. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.