L’Encyclopédie/1re édition/CONSTERNATION

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  CONSTER

* CONSTERNATION, s. f. c’est le dernier degré de la frayeur. On y est jetté par l’attente ou la nouvelle de quelque grand malheur. Je dis l’attente ou la nouvelle, parce qu’il me semble que le mal arrivé cause de la douleur, mais que la consternation n’est l’effet que du mal qu’on craint. La perte d’une grande bataille ne répandroit pas la consternation dans les provinces, si elles n’en craignoient les suites les plus fâcheuses. Aussi en pareil cas n’y a-t-il proprement que les provinces voisines du champ de bataille qui soient consternées. Si la mort de Germanicus eût été naturelle, Rome n’auroit été plongée que dans la plus grande douleur ; mais comme on y soupçonna le poison, les sujets tournerent les yeux avec effroi sur les monstres qui les gouvernoient, & la douleur fut mêlée de consternation.