L’Encyclopédie/1re édition/CONTRE-MARQUE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

CONTRE-MARQUE d’une médaille, s. f. (Belles Lettres.) est une marque ajoutée à une médaille longtems après qu’elle a été frappée. Voyez Médaille.

Les contre-marques des médailles paroissent être des fautes ou des pailles qui en défigurent le champ, soit du côté de la tête ou du côté du revers, surtout dans les larges médailles de cuivre & celles de médiocre grandeur : cependant les curieux regardent ces contre-marques comme des beautés, en conséquence desquelles ils en estiment les médailles bien davantage ; parce qu’ils prétendent connoître par-là les différens changemens de valeur survenus en differens tems à ces médailles.

Les antiquaires ne sont cependant pas bien d’accord sur la signification des caracteres que portent ces medailles ; sur quelques-unes on trouve ces lettres N. PROB. sur d’autres N. CAPR. & sur d’autres CASR. RM. NT. AUG. SC. d’autres ont pour contre-marque une tête d’empereur, d’autres une corne d’abondance, & d’autres d’autres emblèmes.

Il ne faut pas confondre les monogrammes avec les contre-marques, il est aisé d’en faire la distinction. Les contre-marques ayant été frappées après coup, sont enfoncées dans la médaille ; au lieu que les monogrammes qui ont été frappés en même tems que la médaille, ont au contraire un peu de relief.

M. de Boze, dans une lettre à M. le baron de la Bastie insérée dans la nouvelle édition de la science des médailles du P. Jobert, éclaircit parfaitement ce qui regarde les contre-marques des Romains, & prouve très-bien que les contre-marques n’ont jamais été en usage du tems de la république ; que cet usage n’a commencé que vers l’empire d’Auguste, & ne s’est guere étendu au-delà du regne de Trajan ; qu’après avoir repris quelque-tems vigueur sous Justin & sous Justinien, il cessa bien-tôt après ; enfin qu’il n’eut jamais lieu sur les médailles d’or ou d’argent, mais simplement sur celles de bronze : d’où il conclut que les contre-marques n’ont jamais été un caractere d’augmentation aux monnoies, puisque ces augmentations ne furent jamais plus fréquentes que du tems de la république dont on ne trouve aucune piece contre-marquée. 2°. qu’elles ne signifierent non plus nulle augmentation de monnoie sous les empereurs, dont pour une médaille en bronze contremarquée on en trouve cent du même type qui ne le sont pas, & qu’aucune de leurs médailles d’or ou d’argent ne porte la contre-marque : 3°. que ces médailles contre-marquées étoient des monnoies qu’on distribuoit aux ouvriers occupés aux travaux publics, afin qu’en les rapportant à la fin du jour, ils reçussent leur salaire : 4°. qu’on en avoit usé ainsi dans les monnoies obsidionales, soit pour multiplier les especes, soit pour leur donner une valeur proportionnée aux circonstances. Il remarque aussi que dans les monnoies ou médailles d’argent, les contremarques sont des têtes de héros ou de divinités, des fleurs, des fruits, &c. faits avec beaucoup d’art & de soin, ce qui peut marquer une augmentation de valeur ; au lieu que celles des Romains ne consistent qu’en caracteres séparés ou liés ensemble, & très faciles à contrefaire : inconvénient auquel les princes & les monnétaires ne se fussent jamais livrés, si par la contre-marque ils avoient eu en vûe de surhausser les monnoies. (G)

Contre-marque, (Comm.) est une seconde ou troisieme marque apposée sur une chose déjà marquée. Voyez Marque.

Ce terme se dit dans le Commerce, des différentes marques qu’on met sur des balots de marchandises auxquelles plusieurs personnes sont intéressées, afin qu’ils ne puissent être ouverts qu’en présence de tous les intéressés, ou de personnes par eux commises. (G)

Contre-marque, en terme de Manége, est une fausse marque, imitant le germe de la feve, qu’un maquignon fait adroitement dans une cavité qu’il a creusée lui-même à la dent, lorsque le cheval ne marque plus, pour déguiser son âge, & faire croire qu’il n’a que six ans. Voyez Marque. (V)

Contre-marque, en terme d’Orfévrerie, est la marque ou le poinçon de la communauté, ajoûté à la marque de l’orfevre, pour marquer que le métal est de bon alloi.