L’Encyclopédie/1re édition/CONTRE-POINT

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

CONTRE-POINT, s. m. est en Musique à-peu-près la même chose que composition, si ce n’est que composition peut se dire de l’invention des chants & d’une seule partie, & que contre-point ne se dit que de l’invention de l’harmonie & d’une composition à deux ou plusieurs parties différentes.

Aujourd’hui le mot de contre-point s’applique spécialement aux parties ajoûtées sur un sujet donné, pris ordinairement du plein-chant. Le sujet peut être à la taille, ou à quelque autre partie supérieure ; & l’on dit alors que le contre-point est sous le sujet : mais il est ordinairement à la basse, ce qui met le sujet sous le contre-point. Quand le contre-point est syllabique, ou note sur note, on l’appelle contre-point simple ; contre-point figuré, quand il s’y trouve différentes figures ou valeurs de notes, & qu’on y fait des desseins, des fugues, des imitations : on sent bien que tout cela ne peut se faire qu’à l’aide de la mesure, & que le plein-chant devient alors de véritable musique. Une composition faite & exécutée ainsi sur le champ & sans préparation, s’appelle chant sur livre, contrapunctum extemporaneum ; parce qu’alors chacun compose sa partie ou son chant sur le livre du chœur.

Ce mot contre-point vient de ce qu’anciennement les notes ou signes des sons étoient de simples points ; & qu’en composant plusieurs parties, ces points se trouvoient ainsi l’un sur l’autre, ou l’un contre l’autre. (S)